Mythos 2013 : Les voyages mythiques de Guylaine Kasza

Posts section: 
Related post: 
142
List image: 
Summary: 
Le 18 avril, Guylaine Kasza, conteuse et comédienne, présentera Les voyages de Médée au Carré Sévigné. Une mise en lumière de deux femmes passionnées dans le cadre du festival Mythos.
Text: 

Jeudi 18 avril, à 20h, Guylaine Kasza, conteuse et comédienne, présentera Les voyages de Médée au Carré Sévigné, à Cesson-Sévigné. Une mise en lumière de deux femmes passionnées dans le cadre du festival Mythos, qui s’installe à Rennes du 16 au 21 avril.

Faire un parallèle entre Médée et Guylaine Kasza serait maladroit. Mais elles ont en commun la passion et l’amour. Le duo risque d’être explosif jeudi soir au Carré Sévigné. Depuis 30 ans, Guylaine Kasza baigne dans l’univers des arts du récit et des mythes. « Ce qui est fabuleux en vieillissant, c’est de constater que les mythes résonnent encore aujourd’hui », déclare-t-elle. Ce qu’elle aime, c’est l’incessant va-et-vient entre la littérature orale et le théâtre.

Le passage de la mythologie à la tragédie grecque : « La tragédie a été inventée l’homme grec pour sonder les abîmes de l’âme humaine et pour éveiller le spectateur ».

Des voyages et des spectacles

Depuis 15 ans, Guylaine Kasza voyage beaucoup pour réaliser ses projets : « c’est une création qui germe entre la rencontre avec un auteur et mon séjour sur place ». Ca peut être une adaptation de l’écrivain Gabriel Garcia Marquez avec des musiciens en Colombie ou une envie de marcher dans les pas d’un poète assassiné en Afghanistan.

Ce voyage sera d’ailleurs une révélation pour la conteuse : « C’est un pays extraordinaire avec des gens fabuleux. Aller là-bas, c’est l’occasion de dépasser les a priori. Je ne vais évidemment pas vous dire que tout était merveilleux mais ça m’a bouleversé dans ma vie et dans mon intimité ». Durant son périple, elle a dans sa poche Antigone, le récit d’une femme « qui veut parler, qui lutte et qui va crever dans sa grotte ».

En parallèle, à Khaboul, elle croise des femmes portant la burqa dont une intellectuelle, très jeune, très révoltée. « Elle m’a dit qu’elle se sentait comme enfermée dans un cercueil avec juste un peu d’air. Antigone + la rencontre d’une autre culture + toutes ces femmes sous la burqa… Je me suis intéressée à d’autres figures féminines, je suis une chercheuse et j’aime créer des spectacles pas forcément faciles », explique Guylaine.

Médée la solaire, Médée la battante

Entre tragédie, mythologie et figure féminine, elle en vient à s’intéresser à l’histoire de Médée. Elle se passionne surtout pour ce qui se raconte avant qu’Euripide ne fasse évoluer Médée du mythe à la tragédie. Pendant trois ans, Guylaine Kasza va fouiller dans l’histoire de cette grande déesse : « Je cherchais des nouveaux points de vue, j’ai donc interrogé des spécialistes de ce personnage et des spécialistes de la tragédie ». Et elle s’est aussi rendue sur place entre la Géorgie et l’Arménie, la terre natale de Médée. Dans les textes, cette dernière est une figure monstrueuse, une mère infanticide, une épouse trahie qui assouvira sa colère dans le crime et dans le sang.

L’aventurière-conteuse-comédienne veut lui rendre son visage, sa dignité et son histoire. « C’est une femme qui veut prendre son destin en main. Fille de roi, prêtresse, considérée comme grande par son peuple, elle va oser quitter son royaume, trahir son père et parcourir le monde avec l’homme qu’elle aime », raconte Guylaine. Cet homme va perdre son trône et va vouloir le récupérer à tout prix. Même s’il doit épouser la fille d’un autre « juste pour pouvoir poser son cul sur un trône ».

Meurtrie, Médée va alors se rappeler qui elle est « et c’est terrible car elle est aussi magicienne, côtoie le monde d’en haut et le monde d’en bas ». Elle va faire preuve d’une violence extrême, tuer sa rivale, incendier le palais, puis commettre l’acte ultime : l’infanticide. Que l’amour soit au centre, ça lui plait. Que ce soit une exilée, une étrangère, ça lui plait. Et traiter de la question de l’altérité, ça lui plait.

La passion, l’amour

Dans Les voyages de Médée, la comédienne nous transporte dans l’univers d’une femme d’aujourd’hui qui va mal et qui va mettre des mots sur ses maux. Elle replace alors ce mythe dans un contexte contemporain. Depuis 10 ans, elle consacre ses spectacles à l’amour : l’Autre nous permet de gonfler notre égo mais nous plonge dans un profond mal-être quand il n’est plus là. « Ce n’est pas pour autant que notre vie est terminée », dit-elle.

Et ce rapport avec l’Autre, Guylaine le cherche constamment, au cours de ses voyages mais aussi au quotidien : « Quand je pars, chaque jour ressemble à une aventure. Quand on rentre, on veut l’appliquer à notre vie ». Et en revenant de Jordanie, elle a tenté l’expérience chez elle, à Saint-Brieuc. Elle nous confie que ça a marché mais que c’est compliqué de ne pas être envahi par les tracas du quotidien : « L’affaire Cahuzac, les infos, le stress de l’agenda pour l’an prochain… ».

Guylaine Kasza est donc une passionnée de voyages, des arts du récit, qui se nourrit de ses aventures, de ses rencontres et de ses recherches. Accompagnée des musiciens Clément et Thomas Peyronnet, elle crée une véritable mise en scène pour cette représentation théâtrale d’un spectacle violent, qui fait des allers-retours entre le théâtre contemporain et le mythe revisité.

Jeudi 18 avril – 20h – Carré Sévigné à Cesson-Sévigné – 1h15

Célian Ramis

Polar rennais : Docteur Lys et Miss Calibre

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
162
List image: 
Summary: 
Rencontre avec Valérie Lys, la seule femme du collectif rennais Calibre 35.
Text: 

Deux ans après sa création, Calibre 35, collectif rennais d’auteurs de polar dégaine Rennes, ici Rennes, recueil de dix nouvelles fleurant bon la capitale bretonne. Seule femme à poser sa plume sur les pages blanches de ce livre noir, Valérie Lys, médecin biologiste le jour, écrivain la nuit, évoque pour YEGG Des cendres à Montfort, savoureux cocktail de médicaments, d’incinération et de terrorisme.

YEGG : Comment avez-vous intégré Calibre 35 ?

Valérie Lys : J’ai été contacté par David Khara et Fréderic Paulin fin 2011 lors d’un salon du polar à Chevaigné (35). J’écris depuis toute petite, influencée par Proust ou Borges, et cela m’apporte du plaisir mais il est difficile d’être éditée, surtout que je n’ai pas l’ambition de faire de l’écriture mon métier. Mais faire partie du collectif peut donner un coup de pouce aux auteurs et faciliter l’édition, c’est positif.

Quel lien entretenez-vous avec les autres auteurs du collectif ?

Nous nous réunissons de temps en temps mais nous sommes surtout en liaison par mail ou Facebook. Pendant l’écriture de Rennes, Ici Rennes, chacun a travaillé de son côté, il n’y a pas eu d’écriture collective. C’est davantage un prétexte pour faire connaître les différents auteurs. Et de toute façon, chacune des nouvelles a un style bien particulier qui dépend de celui de l’écrivain. Le mien est plus classique et plat que les autres, mais je dois avouer que j’ai particulièrement la nouvelle de Léonard Taokao, Ad Rennes Aline.

Vous avez l’habitude, dans vos romans, des intrigues qui se déroulent dans les environs de Rennes. La contrainte ici en était-elle vraiment une ?

Non, ce n’était pas vraiment une contrainte. C’est une facilité pour moi d’écrire sur mon quotidien, sur les lieux et les personnes que j’ai l’habitude de fréquenter. La contrainte était plutôt celle du format d’écriture. Dans un polar, le lecteur doit constamment réfléchir. Avec une nouvelle, on ne peut pas installer un climat et donc une intrigue très travaillée.

C’est ce qui explique l’absence de meurtre dans votre nouvelle, contrairement aux neuf autres ?

J’ai choisi de ne tuer personne car le format de la nouvelle est, en effet, trop court pour cela. Mais la mort est quand même très présente puisqu’une des premières scènes se déroule dans le crématorium de Montfort-sur-Meu. Selon moi, dans un polar, il faut des études de comportement, des descriptions, c’est peut-être le côté féminin. On aime, en tant qu’auteur, prendre notre temps et retourner les situations. Avec la nouvelle, il faut aller droit au but.

A défaut de meurtre, il est question d’un trafic de médicaments, sur fond de terrorisme… Votre connaissance du monde de la santé vous a-t-elle aidée voire inspirer ?

Au départ, je ne voulais pas écrire sur le médical. Mais c’est sans doute plus fort que moi ! Mon métier ne m’a pas particulièrement aidée, en revanche, c’est vrai que je suis allée à l’hôpital Guillaume Régnier à plusieurs reprises. La psychiatrie revient donc souvent dans mes histoires. Quant au trafic de médicaments, c’est de l’imagination, je ne le constate pas dans mon environnement et je ne veux pas spécialement pointer du doigt l’industrie pharmaceutique même si elle est imparfaite et qu’elle a une mauvaise image.

Vous soulevez aussi la question du racisme ordinaire avec l’omniprésence de prénoms étrangers…

Oui je le dénonce volontairement, sans pour autant prendre partie. Il y a une atmosphère particulière, pleine de clichés. Je voulais jouer avec. Que chaque personnage puisse être à un moment donné soupsonné.

A propos des personnages, vous ne mettez en scène que des hommes à l’exception de Myriam et des décédées, pourquoi ?

Je préfère parler des hommes que des femmes. D’ailleurs je suis plus souvent entourée d’hommes que de femmes dans la vie. Il y a sans doute de la pudeur de ma part, je parle à travers les livres. Je ne veux pas que le lecteur pense que si le narrateur ou personnage principal est une femme, c’est forcément de moi dont il s’agit. Il y a beaucoup de moi dans le style d’écriture qui est relativement classique et évidemment féminin, mais je ne suis pas présente dans la nouvelle.

Le format est nouveau, l’éditeur aussi… Comment s’est déroulée la collaboration avec Critic ?

Ce fut laborieux ! Le point positif, c’est que c’est un éditeur très perfectionniste qui nous fait des retours, chose un peu inédite pour moi. Nous étions très encadrés. Il a fait une première correction, puis une deuxième, une troisième, une quatrième… Au final, avec plusieurs auteurs, on se demande si l’éditeur ne voulait pas écrire le livre (rires) !

Quel regard portez-vous sur Des cendres à Montfort ?

Le niveau est très moyen, le format nouvelle y est pour beaucoup. C’était une commande et je n’avais pas le feu sacré lors de l’écriture. Ce n’est pas mon enfant contrairement aux autres romans. D’ailleurs, je me demande quel public va pouvoir acheter le livre car on ne voit pas vraiment qu’il s’agit de polar.

Célian Ramis

Élégance et sensualité à la Nuit de la mode

Posts section: 
Related post: 
166
Location: 
Espace des 2 rives, Rennes
List image: 
Summary: 
Le 5 avril dernier, la mode était à l’honneur à l’occasion de la Nuit des 4 jeudis, transformée à cet effet en Nuit de la mode. Et ce soir-là, les spectateurs ont pu assister à un défilé, organisé par l’école rennaise de stylisme et de modélisme.
Main images: 
Text: 

Le 5 avril dernier, la mode était à l’honneur à l’occasion de la Nuit des 4 jeudis, transformée à cet effet en Nuit de la mode. Et ce soir-là, les spectateurs ont pu assister à un défilé, organisé par l’école rennaise de stylisme et de modélisme.

C’est dans le parking de l’Espace des 2 Rives que se tenait la manifestation, centrée sur la mode. Stands de maquillage, de coiffure, de fringues et de shooting photos… les Rennaises étaient nombreuses à participer aux différentes animations proposées. Au centre du lieu, un podium avec des chaises installées de chaque côté. Entre 22h et minuit, trois sessions de défilé étaient organisées, afin que tout le monde puisse assister à l’événement phare de la soirée.

Une quinzaine d’étudiantes de l’école Esmod se sont essayées à l’art du mannequinat en présentant les créations minutieusement réalisées par leurs camarades de 3e année, à Paris. Des robes noires de soirée et des tenues bas noir – bustier blanc (voir ci-dessous) ont été présentées aux spectateurs, quelque peu dissipés. Le défilé, qui durait environ une dizaine de minutes pour chaque session, nous offrait un spectacle réjouissant grâce à une grande diversité des proposition et des modèles gracieuses portant des créations à la fois élégantes, sexy et travaillées avec le souci du détail.

Célian Ramis

Les Embellies : Ils font le festival 2/2

Posts section: 
Related post: 
130
Location: 
Antipode, Rennes
List image: 
Summary: 
Deuxième soir aux Embellies : à la rencontre des artistes.
Text: 

Vendredi 22 mars, le festival Les Embellies investissait L’Antipode. Rencontres avec Françoiz Breut et Mesparrow.

Sur scène, quatre groupes se succèdent : Piano Chat, Françoiz Breut, Mesparrow et BRNS. La salle est remplie. A quelques pas, dans le hall de l’Antipode, est exposé le travail de Françoiz Breut (lire notre article Les Embellies : des histoires poétiques en boite !).

Christelle, festivalière, flâne dans l’exposition : « Je suis venue justement pour Françoiz Breut, en tant que chanteuse. Et je découvre ses œuvres, j’aime beaucoup, c’est poétique ». Elle avait déjà assisté à la fin d’un concert de Piano Chat. Ce vendredi soir, elle arrive en retard « et le rate, n’entendant que la fin encore une fois ! ». Elle aura tout de même le temps de découvrir Mesparrow, qu’elle ne connaissait pas, mais insiste en rigolant : « Je suis surtout là pour Françoiz Breut ».

Et cette dernière, à la fin de son concert, vient discuter avec des amis à deux pas de son exposition. Si au départ, elle se destinait uniquement à une carrière dans le dessin, sa rencontre avec Dominique A va la mener à la chanson. « C’est comme ça que j’ai commencé à chanter et à monter sur scène. Puis il a composé mon premier album », explique-t-elle.

Petit à petit, la cherbourgeoise d’origine aujourd’hui bruxelloise d’adoption va faire son chemin et sa place dans la chanson française. « J’y prends beaucoup de plaisir. Et à partir du 4e album, j’ai commencé à composer, c’est agréable. J’aime jouer avec les mots, c’est infini et très ludique même si la langue française, qui est ma langue maternelle donc celle avec laquelle je me sens le plus à l’aise, n’est pas très malléable et moins souple que l’anglais par exemple », précise Françoiz. Elle aime aussi la scène et le rapport avec le public, qu’elle a rejoint le temps d’un duo lors de son concert : « J’aime être proche des gens et casser la distance avec le public ».

La soirée défile à toute vitesse. Mesparrow a terminé son concert et profite de quelques morceaux joués par BRNS. La Tourangelle connaît bien Rennes pour y avoir joué lors des Bars en Trans et des Tombées de la nuit. Elle connaissait aussi les Embellies et semble ravie de sa participation au sein de la programmation :

« L’accueil a été bon, je suis très contente ». Mesparrow a commencé la musique très jeune, « à l’école de musique, en faisant du piano et en étant dans une chorale ». Et elle n’a jamais laissé tomber la musique et s’est inspirée de différentes influences « allant du vieux jazz que mes parents m’ont fait écouter à des musiques inde, rock et folk, en passant par Barbara ».

Et ce mélange n’est pas pour nous déplaire ! Sa performance a particulièrement plu aux festivaliers. Seule sur scène, elle offre au public des chansons à voix puissante, qu’elle enregistre et répète grâce à une pédale à boucles et des sons enregistrés. Seule sur scène, ça lui plait : « J’ai eu plusieurs groupes de musique depuis le collège. Mais j’étais frustrée, je ne pouvais pas exprimer ce dont j’avais besoin ».

Elle se lance donc en solo et début mars, sort son premier album (lire notre critique dans notre prochain numéro de Yegg, avril 2013).

La soirée a été une réussite pour le festival Les Embellies qui a marié une programmation éclectique à une ambiance chaleureuse et festive.

Célian Ramis

Temps fort : Extrémités, le spectacle qui fait trembler

Posts section: 
Related post: 
230
Location: 
Théâtre du Vieux Saint-Etienne, Rennes
List image: 
Summary: 
L'association de production Ay-Roop prend des risques en présentant le spectacle Extrémités. Et nous, on aime les risques.
Main images: 
Text: 

Pour la première soirée de son Temps fort, Ay-Roop accueillait le Cirque Inextremiste, jeudi 28 mars, au théâtre du Vieux Saint-Etienne, pour présenter Extrémités, un spectacle bondissant.

On pourrait penser que le trio du Cirque Inextremiste est complètement barjo. Et on n’aurait pas forcément tort. Jeudi dernier, dans l’imposant théâtre du Vieux Saint-Etienne, les trois circassiens ont joué avec les nerfs des spectateurs, prévenus au préalable que les personnes présentant des risques cardiaques étaient invitées à quitter la salle.

La scène est vide. Dans le fond de la salle, plusieurs planches de bois et des bouteilles de gaz orange. Un des artistes, en fauteuil roulant depuis un accident de trapèze, entre et s’installe sur une planche, posée au sol. Il appelle à l’aide.

Ses deux compagnons vont alors s’en donner à cœur joie en le malmenant tour à tour, en lui piquant ses objets et sa chaussure, qu’ils se feront un plaisir de lancer à plusieurs reprises dans le public. Après quelques minutes de jeu expressément puéril, les choses « sérieuses » commencent. La planche est installée sur une bouteille de gaz. Les deux compagnons d’un côté, le circassien en fauteuil roulant de l’autre.

Avec une difficulté supplémentaire pour ce dernier qui se tient en équilibre sur les roues de son fauteuil. C’est là que le rythme cardiaque des spectateurs s’accélère, les poussant à lancer quelques onomatopées de stupeur et d’angoisse. D’autres bouteilles de gaz et d’autres planches vont se rajouter aux différentes installations mises en place au fur et à mesure du spectacle et plusieurs exercices d’équilibre vont s’enchainer. Le stress règne dans le public, qui retient par moment sa respiration.

Ça se gâte !

Tout est parfaitement maitrisé du côté des artistes qui se lancent dans un jeu jouissif de mimes et de discrimination envers « le plus faible », comme on peut y assister dans une cour de récréation. Tout est parfaitement synchronisé et chorégraphié. Sans pour autant nous offrir un spectacle lisse et dénoué de rebondissements. Le trio est sans cesse en interaction avec le public qui s’amuse aussi à se moquer du circassien handicapé, en s’appliquant à ne pas lui rendre sa chaussure. Jusqu’au moment où cette dernière lui est restituée.

Il se fera alors un malin plaisir à faire venir une jeune femme assise au premier rang sur la scène afin de le rechausser. Mais la supercherie ne s’arrête pas là, puisque la spectatrice est invitée, voire forcée, à exécuter quelques pas de danse avec un des deux compères qui regardait la scène d’un air malicieux. Une petite chorégraphie qui amènera le duo à monter sur la planche. En position de danse de salon, « le bras pas trop rigide et les jambes bien tendues », ils s’apprêtent à bondir dans les airs. La bouteille de gaz, posée à l’horizontal, permet à la planche de faire balançoire.

L’un s’élance d’un côté, le duo décolle de l’autre et vice-versa pendant quelques secondes, ou minutes (la notion de temps étant complètement obsolète à ce moment-là). Des chandelles, un salto arrière (pour l’artiste seul) et encore des chandelles… Une sensation de peur mais aussi une sensation de légèreté et une immense dose d’adrénaline.

Le spectacle s’achève sur une note explosive. Les bouteilles de gaz, groupées, sont mises sur le devant de la scène, l’une d’elles accueillant une mèche, qui sera bien évidemment allumée par le circassien, cigare au bec, qui a relevé son fauteuil de manière à pouvoir se sentir debout. On en ressort les jambes tremblantes, le sourire aux lèvres et des cabrioles incroyables en tête.

Célian Ramis

Les Embellies : Piano Chat + Françoiz Breut + Mesparrow + BRNS

Posts section: 
Related post: 
133
Location: 
Antipode, Rennes
List image: 
Summary: 
À l'occasion des Embellies, Piano Chat, Françoiz Breut, Mesparrow et BRNS se sont produits sur la scène rennaise de l'Antipode.
Main images: 
Text: 

L’Antipode était plein à craquer vendredi soir pour la très belle programmation, ultra éclectique, du festival Les Embellies.

Piano Chat a ouvert le bal, samplant sa voix, samplant sa guitare, s’offrant tout entier au public, le rejoignant souvent, et finissant d’ailleurs assis, au milieu de tous, pour une balade remplie d’émotion.

Françoiz Breut aussi s’est amusée avec le public : « il y a des loups à Cleunay ? » a-t-elle demandé avant de reprendre Werewolf, de Michael Hurley. Des hurlements lui ont répondu… et on peut dire qu’elle a su dompter les loups de l’Antipode. Françoiz Breut, accompagnée d’un guitariste, d’un batteur et d’un claviériste, joueuse, sensuelle, drôle, est venue chanter ses histoires, comptines pop et poésie rocks.

Des histoires de jeune autostoppeuse, courtement vêtue, « bretonne peut-être » s’est-elle amusée, des histoires de villes où il pleut, des histoires de chirurgie des sentiments. À chaque nouvelle chanson, Françoiz offre un nouvel univers. Un moment, on était dans un cabaret feutré, qu’on pouvait presque imaginer traversé de volutes de fumées. L’instant d’après, nous étions tous silencieux autour de Françoiz et de son guitariste, Stéphane Daubersy, venus chanter l’amour au milieu du public.

C’est ensuite au tour de Mesparrow d’emporter le public dans son univers. Et quel univers ! Comme Piano Chat, Mesparrow – habitée, concentrée – sample sa voix. Superposition incroyable de chuchotements, souffles, cris, choeurs, saccadés, pour ensuite poser sa voix douce, grave, puissante. Sur la scène, tout est contraste. Mesparrow, entre timidité assumée et exubérance cachée, son univers est un mélange d’étrangeté et de tranquillité, sa voix, entre fragilité et profondeur. On a beau écouter son premier album en boucle depuis près d’un mois, on découvre autre chose à la voir sur scène.

La formidable version jazzy et azimutée de My heart belongs to daddy ou celle mélodieuse et mélancolique de Stand by me y sont pour beaucoup. La pause nature, une version vocale, drôle et inquiétante, des bruits de la forêt, est impressionnante. Au fil des chansons, Mesparrow a scotché, comblé le public, pas étonnant qu’un admirateur n’ait pu s’empêcher de lui crier « je t’aime ».

Les belges de BRNS, un chanteur-batteur, un bassiste-claviériste-choriste, un guitariste-choriste et un percussionniste-choriste, ont confirmé leur incroyable énergie et inventivité sur scène. Avec leur post-rock progressif et contemplatif, BRNS a finit la soirée en beauté, et laissé le public en extase, qui ne voulait plus partir malgré les signes clairs de la salle qui rallumait les lumières.

Célian Ramis

Les Embellies : Des histoires poétiques en boite !

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
134
List image: 
Summary: 
Françoiz Breut ne se contente pas de mettre sa poésie intérieure en mots qu'elle chante sur scène, elle met aussi les mots en boite lors d'une exposition originale présentée à l'Antipode.
Main images: 
Text: 

L’Antipode accueille Books in boxes, une exposition originale et poétique de Françoiz Breut, visible jusqu’au 13 avril.

Après être passée par les Beaux-Arts de Caen, Dunkerque et Nantes, cette originaire de Cherbourg se lance dans l’illustration de presse, de pochettes d’album. « J’avais envie de raconter des histoires », commente-t-elle. Pendant longtemps, elle propose des maquettes de livres pour enfants aux éditeurs. Jusqu’au jour où elle se voit proposer d’exposer son travail.

Françoiz Breut décide alors de s’orienter vers une forme originale d’exposition, une forme interactive entre les œuvres et les visiteurs. « L’intérêt est que chacun puisse manipuler les objets », explique l’artiste.

À l’entrée de l’Antipode, une dizaine de boites de tailles différentes est accrochée aux murs. Les spectateurs sont invités à ouvrir les petites portes pour voir ce qui se cache à l’intérieur. Tout un univers se dégage de ces boites blanches : les fonds marins, des enfants qui dorment, la nature… Sous forme de collage ou de dessins faits au stylo noir ou bleu, les créations sont détaillées, brutes et réalistes.

Et à chaque fois, un livre à feuilleter, dont les pages ont été soigneusement cousues. Françoiz Breut et différents auteurs, tels que Olivier Adam ou Stéphane Daubersy (pour la chanson La chirurgie des sentiments), nous transportent avec poésie et optimisme dans les aventures de Salami, souffrant d’insomnies, de pépés et mémés, de princesses… « C’est une exposition pour tout le monde, aussi bien pour les petits enfants que pour les grands enfants. J’aime qu’il y ait une part d’enfance chez tout le monde », précise Françoiz.

Célian Ramis

Les Embellies : Ils font le festival 1/2

Posts section: 
Related post: 
132
List image: 
Summary: 
Premier soir aux Embellies : à la rencontre des artistes.
Main images: 
Text: 

Cheek Mountain Thief et Florian Mona ont ouvert la 15e édition du festival Les Embellies, mercredi 20 mars à l’Ubu. Une première soirée calme et conviviale !

En ce début de festival, la salle de concert n’affichait pas complet. Pourtant les deux groupes annoncés sont attendus : Cheek Mountain Thief et Florian Mona. À l’entrée, Chloé, étudiante en 3e année d’information-communication à Rennes, est chargée du merchandising.

Elle est ici, pour la première fois, en tant que bénévole : « J’avais eu un écho positif de ce festival et j’étais curieuse de le découvrir par moi même ». Au début du mois, une réunion avait été organisée pour établir le planning et expliquer le rôle de chacun. Service, installation du matériel, préparation des soirées, merchandising, Chloé travaille sur différents postes. « C’est agréable, on discute avec les spectateurs, on entend la musique… », explique-t-elle, en profitant de la bonne humeur répandue par Cheek Mountain Thief.

À la fin de leur concert, les musiciens s’accordent un moment pour profiter du bar. Le groupe est en France pour une dizaine de dates : « Nous tournons seulement dans ce pays. Je crois que le disque est apprécié en France. En tout cas, dans Les Inrocks… (rires) », explique le chanteur, Mike Lindsay. Son nom peut sembler familier.

C’est le leader de Tuung, groupe anglais venu à Rennes en 2007 pour les Transmusicales. Quelques mois plus tard, il rencontre une fille en tournée et part en Islande pour la revoir. La suite, il nous la raconte sur scène : « Je suis allé dans le Nord et j’ai été tellement inspiré que je suis resté là bas, à Reykjavik et à Hùsavik, un petit village ». Entre temps, il a rencontré d’incroyables musiciens, revu la fille (et compte l’épouser, confie-t-il hors de la scène), enregistré un album de folk avec la formation Cheek Moutain Thief (et, à côté, un disque avec Tuung).

Avant de retourner avec ses musiciens, Mike Lindsay nous conseille trois groupes islandais qui l’ont inspiré : « Sin Fang, de la black pop, Soley, membre de Sin Fang qui a lancé son projet solo, et Gruska Babouchka, un mélange de choses hantées pour les enfants (rires)… C’est le groupe de ma copine ! »

Quelques heures plus tard, c’est au tour de Florian Mona de descendre de scène et de nous parler de son parcours musical. Au milieu des années 90, cet originaire de Laval (installé à Rennes depuis dix ans maintenant) se lance, avec des amis, dans le groupe Twirl Comics.

« Nous chantions en anglais, nous cherchions à avoir une envergure indé », explique-t-il. Cinq ans plus tard, le groupe s’arrête, « au bon moment puisqu’aucune amitié n’a été usée ». Et d’ailleurs, Florian Mona va poursuivre sa carrière avec un ami de Twirl Comics, Maël, qui monte à cette époque sa formation et cherche des musiciens : « Nous y avons participé avec Romuald, aujourd’hui ingé son sur la tournée ».

Si le premier album rencontre un grand succès, le deuxième peine à trouver sa place. Florian lance alors Monarica, un projet folk avec un DJ sur scène, dans lequel il n’arrive pas à se retrouver au bout d’un an. « Je voulais composer des choses plus personnelles », dit-il. En 2009, il sort son premier album solo chez Naïve et tourne pendant deux ans et demi.

Aujourd’hui, il revient sur le devant de la scène avec un spectacle en avant première puisqu’il est en résidence à l’Ubu pour le festival Les Embellies. Il est de retour aussi avec deux musiciens qu’il connaît bien : le batteur Mathieu Languille, de Montgomery, et le bassiste-claviériste Samuel Chapelin, de Manceau. Deux groupes qu’il invite à monter sur scène ce mercredi 20 mars : « Ce n’est pas uniquement parce qu’ils bossent avec moi sur ce spectacle. Ils font partis de ma famille musicale et leur musique me parle ». Autre artiste que Florian connaît bien : Yann Tordeonde Lesueur, qui a réalisé le clip de son titre Le Large.

« Il a bossé aussi avec Montgomery, a joué à la Route du Rock… Et puis nous avons une culture ciné commune (Michel Gondry pour n’en citer qu’un, ndlr). Musicale aussi ! », précise-t-il. Le chanteur, fatigué après sa performance, nous livre tout de même quelques projets futurs : des premières parties de concert, des dates à l’étranger, des titres en radio, voire en télé… Florian Mona semble s’être retrouvé avec des chansons en français, dans un style « plus noisy pop et moins folk que d’habitude » et une scénographie simple, composée de quelques néons. Celui qui souhaitait revenir à une musique proche de ses influences (New Order, Grandaddy,…) nous livrera son deuxième album Les Héroïnes, le 29 avril prochain. Un deuxième album très attendu !

Célian Ramis

Les Embellies : Cheek Mountain Thief et Florian Mona

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
131
Location: 
Ubu, Rennes
List image: 
Summary: 
À l'occasion du festival Les Embellies, Cheek Mountain Thief et Florian Mona étaient en concert à l'Ubu, à Rennes.
Main images: 
Text: 

Mercredi 20 mars, dans le cadre des Embellies de printemps, l’Ubu accueillait deux ovnis : un musicien londonien exilé en Islande et un artiste lavalois-rennais en résidence durant cette 15e édition.

A peine arrivé sur scène, Mike Lindsay, alias Cheek Mountain Thief, tout droit échappé de Tuung et entourés de ses musiciens et musiciennes islandais, a fait dodeliner l’Ubu sur ses rythmes de folk bucolique et expérimental. Entre les chansons, il raconte son voyage à Husavik, petit village de pêcheur au nord de l’Islande, où il s’est installé pendant deux mois, dans une cabane face aux montagnes, cherchant le calme et la solitude, mais où il a rencontré, dans l’unique pub du village (ouvert seulement le samedi, précise la violoniste) les musiciens qui l’accompagnent dans sa tournée en France : un batteur (fish-farmer dans le civil), une trompettiste, une violoniste, un bassiste, un guitariste et un claviériste.

L’ambiance intimiste de l’Ubu colle parfaitement avec le côté radieux, optimiste, mélodieux de l’étrange orchestre anglo-islandais qu’est Cheek Mountain Thief.

A peine le temps d’une bière et d’une cigarette, qu’un son rock electro, basse et guitare et synthés et batterie, envahit l’Ubu. Florian Mona est accompagné du batteur Mathieu Languille, de Montgomery, et du bassiste-clavieriste Samuel Chapelain, de Manceau. Florian Mona est plus timide, plus réservé que Mike Lindsay, il annonce qu’il est en résidence à l’Ubu depuis deux semaines, dans le cadre du festival Les Embellies, et qu’il a préparé un spectacle tout frais, tout neuf.

« C’est la classe quand même de jouer à l’Ubu« , ajoute-t-il. Pourtant, c’est hors de la salle de concert qu’il nous emporte alors, avec des mélodies noisy, parfois pop, parfois sombres, des textes poétiques et des néons, disposés sur la scène, qui crépitent. Après quelques chansons, les invités de Florian débarquent : Valérie Leulliot, du groupe Autour de Lucie, pour un duo qui sortira bientôt en bonus (du prochain album ?). Tambourin pour elle, guitare acoustique pour lui, et la voix des deux : Je suis ton tueur/tu es mon tueur. Ca promet.

Les copains de Montgomery viennent ensuite faire les choeurs, et à la chanson suivante, cette petite chorale s’agrandit des membres du groupe Manceau, et tous ces mecs, sur la scène, fredonnent, tandis que Florian chante « Nous iront jusqu’au bout/il ne faut pas faiblir/pour rester vivant ». Les filles du public ont l’air plutôt contentes. Pour le rappel, Florian Mona interprète Le Large, le single qu’on fredonne depuis quelques mois déjà, et qui nous met tellement l’eau à la bouche pour l’album à venir.

Célian Ramis

Travelling : Les bretons en kilt

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
212
List image: 
Summary: 
Les Bretons ont fait honneur au thème de Travelling en paradant en tenues traditionnelles écossaises.
Text: 

A l’étage du Liberté, samedi dernier, nous avons croisé plusieurs festivaliers en kilt, forcément ! Présents évidemment pour célébrer l’Ecosse à l’occasion du festival Travelling, ils étaient aussi venus honorer la culture celtique, à travers leur association de porteurs de kilt, Kilt society de France.

Pas de raison que les Ecossais soient les seuls à porter le kilt. Samedi soir, huit bretons vêtus du costume traditionnel écossais défendaient les couleurs de la Bretagne. « En Ecosse, ils ont des tartans, en Irlande et en Galice aussi. Alors pourquoi pas nous ? Les Ecossais ont une histoire avec notre région : nombreux sont ceux qui sont venus ici pendant les guerres. Sans oublier que la duchesse Anne était souvent entourée d’Ecossais à la cour de Nantes », nous explique le président de l’association en Bretagne.

Depuis 10 ans, notre région s’est appropriée pas moins de 18 tartans différents (étoffe de laine à carreaux colorés, typiquement celte, portée sur l’épaule). L’objectif de l’association est de partager la culture celte entre amis à travers des manifestations diverses et variées (soirées, musique, sorties…).

Toute une passion pour le kilt à découvrir sur http://www.kilt-society-de-france.fr/

Pages