Célian Ramis

"Plus femme que femme" : Girl power au coeur du Blosne

Posts section: 
Location: 
Le Triangle, Rennes
List image: 
Summary: 
Présenté au Triangle le 28 mai prochain, le spectacle entend réveiller les consciences, bousculer le quotidien des femmes et des hommes, et lancer un message clair : les femmes sont puissantes.
Main images: 
Text: 

Depuis le 20 avril, les danseuses camerounaises Gladys Tchuimo et Mireille Akaba, de la compagnie Poo-Lek, travaillent au fil d’une résidence au Triangle sur leur spectacle « Plus femme que femme », à découvrir le 28 mai prochain, dans le cadre d’Agitation, qui s’installe au cœur du Blosne les 27, 28 et 31 mai.

« Dans ce spectacle, nous souhaitons amener les femmes à prendre conscience du pouvoir qu’elles ont, de la place qu’elles ont. Et dire que les femmes peuvent choisir ! » Gladys Tchuimo et Mireille Akaba sont la preuve de cette liberté de choix qu’elles revendiquent dans la création « Plus femme que femme ». D’autant qu’elles ont décidé de vivre de la danse, un chemin loin d’être évident au Cameroun et pas toujours compris, surtout dans le cercle familial.

La danse « arrive comme une passion », dès l’âge de 8 ans, se souvient Gladys qui l’a d’abord pratiquée à l’école puis utilisée pour payer sa scolarité, comme une bourse artistique. « C’est arrivé malgré moi et ça s’est imposé comme un métier. Mais pour mes parents, ce n’était pas envisageable. », explique-t-elle. Originaire de Douala – capitale économique du Cameroun, située à l’ouest du pays – elle s’installe à Yaoundé – capitale politique – qu’elle considère comme « plus ouverte » et y intègre un groupe de danse traditionnelle.

Rencontres avec des chorégraphes, animations dans des stades, démonstrations d’un caractère de leader, Gladys Tchuimo franchit les étapes pas à pas vers une carrière riche d’expériences jusqu’à souhaiter élargir ses compétences de danseuse-chorégraphe :

« J’ai commencé à m’orienter vers les danses modernes car pour devenir vraiment danseuse, je devais ne pas rester que dans le traditionnel. Et dans les années 2000, les compagnies de danse contemporaine ont commencé à naitre. »

Après une tournée en Europe avec une troupe de comédie musicale, elle se lance en solo et grâce à sa première pièce en 2004, elle bénéficie des Visas de la Création, un programme d’aide et de résidence de l’Institut français pour les jeunes talents résidant en Afrique ou dans les Caraïbes. C’est en 2005 qu’elle vient donc pour la première fois dans l’Hexagone, et passe plusieurs mois a enseigné et dansé à Grenoble (38), monte un projet avec une association française. De retour dans son pays natal, et après avoir foulé quelques scènes maliennes, congolaises ou encore burkinabè, elle entre à l’École des Sables (grande école de danse en Afrique, implantée au Sénégal).

FEMMES DES ARTS

« Très peu de filles dansent au Cameroun. Je me suis mis le défi de danser avec des femmes », souligne la chorégraphe de la compagnie Poo-Lek qui, en travaillant avec des danseuses de l’École des Sables, rencontre Mireille Akaba avec qui elle collabore sur un projet de danse avant de développer leur création en 2014. Ce duo aurait pu ne jamais voir le jour, puisque Mireille, qui vient en France pour la première fois avec cette résidence dans le quartier du Blosne à Rennes, elle, est issue du milieu de la musique : « J’ai commencé en 2008, dans un groupe camerounais, de world music. Chez nous, il n’y a pas d’école de musique, il faut t’inviter à travailler avec des gens, moi j’ai appris à chanter avec eux. »

De fil en aiguille, de projets en rencontres, elle effectue un stage dans un groupe congolais. De là nait son envie de danser, ce qu’elle fait en intégrant un groupe de danse traditionnelle, avant de découvrir la danse contemporaine, d’entrer à son tour dans la fameuse école de danse et créer ses spectacles, dont son solo « Fashion Victim », que le public rennais pourra découvrir le 20 mai, à l’occasion de la soirée « Sous la lumière », intitulée « De Rennes à Yaoundé, la quotidien de femmes d’aujourd’hui » dans laquelle les 2 danseuses seront entourées d’autres professionnelles comme Anne-Karine Lescop et Morgane Rey, d’associations telles que Danse à tous les étages et HF Bretagne, de Djaïli Amal Amadou, auteur de L’art de partager un mari et de Kouam Tawa, auteur en résidence au Triangle également.

« Au Cameroun, j’ai créé une performance dans la rue, où je me transforme en tout. Je m’inspire de certaines pratiques que l’on voit dans les rues pour obtenir de l’argent. Je jette des mots, je crée des poèmes… », précise Mireille. Une sorte d’illustration dansée et mimée de la folie ambiante qui inspire aux passant-e-s diverses réflexions entre « Mais qu’est-ce qui arrive aux jeunes femmes au Cameroun ? » et « Elle est trop jeune pour devenir folle » ou encore « Ça a vraiment commencé… »

CONDITIONS DES FEMMES

L’observation et l’analyse utilisée dans cette performance constituent des outils indispensables à son travail de création et de transmission, qu’elle aime partager avec les habitants, dans la rue, dans les quartiers, sur les marchés. Et des outils essentiels dans le processus de réflexion qui mènera à la chorégraphie et mise en scène de « Plus femme que femme », puisque les deux comparses ont récolté plusieurs témoignages de femmes camerounaises autour de la question « C’est quoi le bonheur ? »

« Pour 4 femmes sur 5, c’est d’avoir un mari et des enfants », lancent-elles en chœur, en rigolant de ce constat qu’elles considèrent comme effarant. Et à la question de la sexualité dans le couple, la majorité répond qu’il s’agit d’un acte à « subir » quand « le mari le veut / pour s’en débarrasser / pour faire plaisir à l’homme ». Les réponses font écho en elles, Gladys particulièrement, Mireille étant plus réservée sur son histoire personnelle.

L’homme détient le pouvoir. Les deux danseuses expliquent qu’au Cameroun, quand les femmes travaillent, c’est par préoccupation pour leurs enfants principalement. « En général, le mari donne 1000 francs, 1,50 euros en gros, pour l’alimentaire. C’est tout, et les femmes ne peuvent pas sortir de la maison en dehors de ça ! », s’indigne Gladys Tchuimo qui se souvient avoir été traumatisée par la relation « pas facile » entre son père et sa mère.

« Je n’avais vraiment pas envie de me marier, et je demandais à ma mère comment elle faisait pour continuer de faire des enfants avec lui ?! Je réfléchissais à pourquoi elle acceptait d’être traitée comme il le faisait, et moi je ne voulais pas de ça… Je crois que mon père aimait trop sa femme, qu’il était jaloux de sa femme… »

UN MESSAGE UNIVERSEL

À 37 ans, pourtant, Gladys est mariée. Ce qui fait beaucoup rire cette femme au caractère trempé et bien affirmé : « J’ai fini par trouver quelqu’un qui accepte que je sois libre et que j’exerce mon métier, comme quoi ça existe ! » Et quand on dévie sur le terrain des générations qui changent et évoluent avec leur temps, le duo recadre tout de suite, sourires aux lèvres, le discours : « Les générations ne changent pas. Nos voisines au Cameroun sont encore mères de 5 ou 6 enfants, et elles ont nos âges… », affirme Mireille, soutenue par Gladys :

« Les femmes peuvent choisir. Les femmes, on a des choses à dire, une place à prendre, du pouvoir, on a le choix. »

C’est là le point de départ et l’essence même de la pièce qu’elles dévoileront aux Rennais-es le 28 mai, à 20h, au Triangle. Une pièce qui parle d’elles mais pas seulement. « Personnellement, je dis avec le corps ce que je ne peux pas dire avec la voix, même si certaines fois, et pour nous faire comprendre, nous allons utiliser la voix », poétise Mireille, âgée de 35 ans, dont la douceur semble contenir un tourbillon d’émotions à l’intérieur d’elle-même. Les deux danseuses ont puisé dans leurs ressentis justement mais aussi leurs différences pour bâtir un spectacle au message universel, pas uniquement basée sur la condition des femmes au Cameroun, s’inspirant et s’appuyant également sur des textes de Kouam Tawa ou de l’histoire de Lilith, figure féminine infernale.

« Plus femme que femme » entend réveiller les consciences, bousculer le quotidien des femmes, et des hommes - « qui doivent savoir que derrière chacun d’eux il y a une femme, une mère, une sœur, une amie ! Ils doivent les chouchouter ! Nous ne jetons pas la pierre aux hommes mais ils doivent comprendre que le sexe fort ne se fait pas forcément dans la guerre, au contraire il s’effectue dans la douceur, donc chez les femmes. » - et lancer un message clair et précis : puissantes, les femmes doivent s’accomplir en réalisant la place qu’elles occupent et le pouvoir dont elles disposent.

LIEN ARTISTIQUE ET CULTUREL

En parallèle de ce spectacle, les deux danseuses se font le lien artistique et culturel entre la structure de la Cité de la danse et les habitant-e-s du quartier du Blosne. Plusieurs rencontres sont organisées jusqu’à leur départ. Entre débat (Sous la lumière, le 20 mai, dans le hall du Triangle), training de danses traditionnelles et afro-contemporaines (dernière séance le 19 mai de 18h30 à 20h30, dans le hall du Triangle) et spectacles courts hors les murs*, le duo crée l’événement et permet surtout à la danse de délivrer son pouvoir créateur de lien social et sa force fédératrice.

« Les enfants avaient vu la vidéo de Gladys et Mireille pour apprendre les pas de la chorégraphie. Là, ils ont vu les danseuses en vrai, faire les mêmes pas. Ils n’en revenaient pas ! C’est ça qui est intéressant et qui est important. », explique Marion Deniaud, chargée des actions culturelles au Triangle, qui parle de mission de service public, dans une démarche d’écoute du territoire avec lequel il est primordial d’être en phase (lire p. 15, Focus, YEGG #36 – Mai 2015).

 

* Mercredi 20 mai, 15h, Centre commercial Italie
   Jeudi 21 mai, 14h30, Foyer de la Thébaudais
   Vendredi 22 mai, 19h, Square Alexis Le Strat
   Samedi 23 mai, 16h, Métro Charles de Gaulle
   Samedi 30 mai, 11h, Marché de Zagreb

Célian Ramis

Adolescentes : Jeunes femmes en devenir

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Mais qui sont-elles ? À quoi rêvent-elles ? Quels sont leurs espoirs et leurs envies ? À qui se référent-elles ou s'identifient-elles ? Enquête sur les adolescentes d'aujourd'hui, qui deviendront les femmes de demain.
Text: 

Mais qui sont-elles ? À quoi rêvent-elles ? Quels sont leurs espoirs et leurs envies ? À qui se référent-elles ou s'identifient-elles ? Tout le monde aimerait pouvoir le savoir, résoudre cette énigme, ce grand fantasme qu'elles inspirent aux adultes. Pour cela, la tentation est forte de vouloir les cataloguer, de les faire entrer dans une seule et même case.

Or, reflet de notre société, les adolescentes ne sont pas une communauté homogène, ça serait trop simple. Néanmoins, certains traits propres à cette période de la vie - où les changements physiques viennent tout chambouler - certains codes, symptômes et questionnements permettent de les identifier comme groupe sociétal distinct.

C'est l'enjeu du Focus de YEGG ce mois-ci. Et pour ce faire, la rédaction est allée à la rencontre de jeunes filles, d'enseignantes, d'infirmières scolaires, de sociologues, de psychologues et de psychanalystes.

Souvent perçues comme une bande de midinettes en slim, fans de boys bands et accros à Facebook, les adolescentes sont bien plus complexes et profondes et ne constituent pas une confrérie homogène. Leurs attitudes et leurs maux n’ont pas changé, seul le monde dans lequel elles vivent a bougé.

« Qu’avez-vous fait de votre puberté ? », aimerait-on parfois demander à certains adultes. Ceux qui stigmatisent les adolescentes et font peu de cas de leurs opinions, leurs amours, leurs envies… C’est inévitable, on a toujours entendu, on entend et on entendra encore les « Quand j’étais jeune…», « De mon temps… », « Moi, à ton âge… », et autres discours sur l’inexpérience et l’immaturité de cette jeunesse, laquelle forcément, se brûlera les ailes.

Une vieille rengaine héritée de génération en génération, qui révèle finalement que rien ne bouge, les jeunes filles d’aujourd’hui ressemblent à celles d’hier. Pourtant, on continue de vouloir les classer dans une seule et même case. « Dans notre monde il n’y a pas d’écoute de la singularité, il faut tous marcher au même pas. Or, c’est à chacun de se fabriquer ses réponses, en se débarrassant des lieux communs et des discours des autres », indique la psychanalyste Laurence Ruas-Texier. Un sentiment partagé par sa consœur Emmanuelle Borgnis-Desbordes pour laquelle il est important de comprendre qui sont ces adolescentes et ce qu’elles veulent, de saisir leur spécificité et leur personnalité à part entière.

Et celles-ci ne sont jamais plus contentes que lorsqu’on les prend au sérieux. Ainsi, pour évoquer l’élaboration de la carte dite subjective sur leurs lieux ressources (lire encadré), Marie, 16 ans, en seconde ST2S (Sciences et Technologies de la Santé et du Social) au lycée Bréquigny l’a souligné : « Ce que l’on a dit là peut changer le point de vue des adultes sur notre intimité, leur donner des points de repères, et ça fait plaisir que l’on s’intéresse à ça. Pour une fois on ne parle pas à notre place ». De la même façon, à la question « Qu’aimeriez-vous dire aux adultes ? », Victoire et Emilie, 17 ans, élèves aux lycées Saint-Martin et Jean Macé, et Thiphaine, 18 ans, en terminale à Jeanne d’Arc, répondent en chœur :

« Qu’ils nous fassent plus confiance, parce qu’on doit toujours se justifier, prouver qu’on a bien fait les choses, en rajouter pour être crédibles ».

Les professionnels font tous le même constat : « Elles ne sont que le reflet de notre société. Si elles consomment plus d’alcool et de tabac, c’est parce que c’est une tendance sociétale. Mais, globalement, elles sont chouettes, elles ont des envies, des projets. Certes, des choses nous interpellent, c’est inévitable, c’est générationnel ! », sourit Soizic, l’une des trois infirmières du lycée Bréquigny.

Il ne faut pas pour autant nier l’existence d’écarts de plus en plus grands entre celles qui ont une sexualité plus précoce, qui jouent avec l’érotisation de leurs corps, notamment via Internet, et celles qui sont comme les adolescentes d’avant. Un état de fait remarqué par Laure Stalder, conseillère conjugale et familiale au Planning Familial. Cela dit, un marqueur fort en la matière reste stable : l’âge moyen du premier rapport sexuel, 17 ans.

« LA PLUS DÉLICATE DES TRANSITIONS »

Cette définition du psychanalyste et psychiatre Philippe Lacadée, auteur de L’éveil et l’exil, est sans doute la meilleure qui soit. Quitter l’enfance pour pénétrer un monde moins insouciant et apprendre à vivre avec les grandes transformations de son corps, les filles y sont plus rapidement confrontées : « Il y a un vrai décalage de puberté génitale entre les deux sexes, et c’est de plus en plus vrai que la puberté des filles est plus précoce, vers 10-12 ans. Elles font donc plus vite face aux questionnements liés au corps qui change, à leur identité, à leur rapport à la sexualité, elles s’interrogent sur leur capacité à être aimées, à aimer. Cela les renvoie à la construction de la personnalité », souligne Gilles Clainchard, psychologue au Centre d’Accueil et de Soins Spécialisés pour les Adolescents et Jeunes Adultes, à Beaulieu et à Villejean.

La puberté, passage confus, brutal et inéluctable, bouleverse beaucoup, « c’est le surgissement d’une étrangeté », selon Emmanuelle Borgnis-Desbordes. Et cette apparition physique de caractères sexuels secondaires a un impact sur le psychique et les comportements. « Avec l’entrée dans la vie amoureuse et sexuelle, la famille pose un autre regard sur l’adolescente et inversement : elle change de statut et cela peut être compliqué. C’est aussi pour cela qu’elle a besoin, qu’elle doit, prendre ses distances, passer par des expérimentations », note Gilles Clainchard.

Difficile donc de supporter l’âge pubertaire - ses premières règles, la naissance de sa poitrine et de sa pilosité - sans broncher, sans claquement de portes ni « Tu peux pas comprendre ! ». En outre, à cet âge, Laurence Ruas-Texier explique qu’au « réveil pulsionnel du corps, il faut ajouter l’apprentissage de sa propre construction ». Ardu. Pourtant, la plupart des jeunes filles passent ce cap difficile sans trop de remous ni de blessures. Et c’est parfois un miracle, quand on sait les pressions de notre époque moderne où l’image, l’apparence et la réputation sont omniprésentes, où la différence doit s’estomper au profit de l’uniformisation.

« À cette période de la vie, le rapport au corps est très prégnant, toujours. C’est grandir avec le souci du corps ostentatoire »
observe Caroline Moulin, docteure en sociologie, auteure de Féminités Adolescentes : itinéraires personnels et fabrication des identités sexuées aux Presses Universitaires de Rennes.

Or, les nouveaux modèles, sur lesquels les adolescentes peuvent se projeter, sont toujours plus maigres. Un constat alarmant qu’Emmanuelle Borgnis-Desbordes fait dans son cabinet : « Cette pression des idéaux contemporains de maigreur ajoutée à la puberté, poussent certaines à tenter de maîtriser l’immaîtrisable, à se façonner un corps sur lequel elles n’ont pas de prise ». Le corps cristallise donc toujours les troubles des jeunes filles.

LES MOTS CHANGENT, LES MAUX DEMEURENT

« Ce que j’entend en consultations depuis 25 ans n’a pas beaucoup changé. Les ados rêvent toujours du Prince Charmant, elles sont romantiques dans la confession, leurs interrogations existentielles sont les mêmes », confie Gilles Clainchard. En revanche, les modalités d’expressions diffèrent. Il y a moins de tabous, de pudeur et d’interdits dans notre société et les filles évoluent avec cela, à travers les réseaux sociaux, la sur-médiatisation et la présence plus forte du sexe dans le domaine public.

« Elles livrent aujourd’hui plus facilement leur désir, mais cela est sans doute en partie lié à l’évolution des conditions de la femme »
Gilles Clainchard, psychologue.

Selon Caroline Moulin, la tendance vers plus d’égalité des sexes encourage les filles à s’approprier les codes masculins en matière de sexualité. Laure Stalder tempère en indiquant que cela n’est notable que dans certains quartiers. Quoi qu’il en soit, le contexte actuel modifie la formulation des doutes et autres tourments juvéniles, le matériel à disposition des adolescentes les immerge dans l’ère de l’image prédominante et du tout Internet, « elles pensent y trouver toutes les réponses, c’est un leurre. Voilà ce qui pourrait expliquer qu’elles sont dans l’action et l’expérimentation. Elles essayent avant et réfléchissent après », suppose Laurence Ruas-Texier.

Aujourd’hui, on dit, on parle, on se montre. On peut s’en réjouir quand la lumière est mise sur des sujets graves comme le harcèlement ou les attouchements sexuels, desquels on ne parlait pas avant. Caroline Moulin parle, elle, de déplacement des zones d’intimité, influencé par les médias, la télé-réalité et le web. « Il y a une vraie érotisation du corps ces dernières années, c’est inquiétant », confie-t-elle. Ces nouveaux problèmes liés aux technologies modernes se traduisent par l’apparition de photos et de vidéos de filles dénudées ou ridiculisées, prises par le petit copain ou la bande de copines.

« Ça prend de l’ampleur. Elles se rêvent beaucoup dans le virtuel, elles ne perçoivent pas les conséquences de certaines conduites », signale l’infirmière scolaire. Aïssatou et Marie l’attestent : « N’importe quoi circule sur Facebook ! », même si leur établissement a mis en place un réseau sentinelle. De leur côté, Victoire, Emilie et Thiphaine se méfient : « il faut savoir gérer, ne pas trop s’exposer », précisent-elles. Un déferlement d’images, des verrous qui sautent emportant avec eux interdits, pudeur et intimité, les jeunes filles sont ainsi propulsées dans un tourbillon où il faut tout tester, et l’on est tenté d’y voir la cause de l’augmentation des IVG et des IST. Difficile de savoir.

Ce qu’on sait en revanche c’est qu’elles ont pris le pli d’aller chercher leur pilule du lendemain ou de demander systématiquement un test urinaire de grossesse à l’infirmerie scolaire comme au Planning Familial, où l’on s’inquiète aussi des fausses idées véhiculées : la pilule rend stérile ou provoque des cancers mais elle protège de tout, des grossesses comme du sida ! « Nous faisons du cas par cas, il est donc difficile de faire des généralités », met néanmoins en garde Laure Stalder. Une précaution valable aussi à Bréquigny : « Ce n’est pas ici le reflet de toutes les adolescentes, ces nouvelles donnes ne concernent qu’une minorité ».

12-16 ANS, CONFUSIONS ET TUMULTES

Dans le cadre de son travail auprès du service de pédiatrie de l’hôpital Sud, Emmanuelle Borgnis-Desbordes s’alarme de noter l’augmentation des pubertés précoces et l’explique ainsi :

« La question sexuelle n’étant plus tabou, on en parle ouvertement et partout, les petites filles savent très tôt tout sur le sujet. Elles sont donc prématurément confrontées à l’anxiété que cela implique chez elle ».

Parallèlement, la période la plus critique se déroule au collège. Une étape particulièrement sensible où les adolescentes sont en recherche de conformité. « Pour être accepté, il faut s’adapter au groupe », raconte Aïssatou. « C’est surtout vrai au collège, entre filles y’a de la concurrence et les critiques sont peut-être plus féminines. Au lycée on est plus libre, plus mature », renchérit Marie. La confusion peut alors être forte chez les plus jeunes et les plus fragiles tiraillées entre le besoin irrépressible de se démarquer de leur enfance et de leurs parents et l’envie farouche d’être comme leurs copines.

« C’est ce que Freud a décrit dans l’identification hystérique : l’histoire se situe dans un couvent où l’une des pensionnaires reçoit une lettre de rupture de son fiancé, alors toutes ses camarades sont prises de malaises, elles incorporent la souffrance de l’autre », rapporte Laurence Ruas-Texier. Ce souci de conformité s’accentue aujourd’hui avec la projection des jeunes filles sur les icônes modernes, lesquelles ne sont pas toujours de bons exemples… « Les filles composent avec de grands modèles orientés vers l’écoute inquiète du corps : celle de grossir, celle de vieillir, ce qui est très prématuré à l’adolescence ! », s’inquiète Caroline Moulin.

Rien de tel pour voir surgir de nouveaux troubles : scarifications et mutilations, phobie scolaire voire agoraphobie et rupture sociale, addictions aux substances alcooliques, tabagiques, chimiques, médicamenteuses (neuroleptiques, amphétamines). « Il y a augmentation et banalisation de ce type de conduites, comme les attaques contre le corps. On voit aussi de plus en plus d’adolescentes qui ne sortent plus de chez elles, cela s’est beaucoup développé chez les plus fragiles, les réseaux sociaux et les jeux vidéos étant un moyen de ne plus se confronter au monde extérieur, à la réalité », observe Gilles Clainchard.

L’archétype de la minceur a une incidence forte, il joue comme une injonction sur les jeunes filles. « L’inflation des troubles de l’oralité, des démarrages d’anorexie est alarmant. On le perçoit avec la volonté d’atteindre le fameux thigh gap, cet espace irréel entre les cuisses ! Ca débute par des restrictions alimentaires drastiques et la bascule dans l’anorexie est rapide », note Emmanuelle Borgnis-Desbordes. Dans cette détermination ferme et obsessionnelle de se ressembler et d’être mince, le groupe n’est pas innocent. Pourtant, il est une nécessité incontournable.

LA PASSION ADOLESCENTE ET LES LIAISONS EXCESSIVES

Il est rare de les voir autrement qu’en bande. Et quand elles se quittent enfin, elles s’appellent, s’envoient sms, snapchat, se croisent sur FB… Inséparables, à la vie à la mort, unies dans une amitié fusionnelle. Cette attitude agace souvent leurs parents, il est pourtant fondateur et essentiel. « Elles ont grand besoin des amitiés exclusives. Le phénomène de bande est nécessaire car la puberté favorise l’isolement, ce qui n’est pas structurant, le groupe, lui, permet de se sentir exister », explique Emmanuelle Borgnis-Desbordes.

Si cela a toujours existé, cet état de fait s’est sans doute amplifié ses dernières années, notamment via Facebook, avec parfois un effet pervers : « C’est bien, on a un tas d’amis, le revers de la médaille c’est que c’est « l’œil de Moscou », « Big Brother » et la dimension de confidence s’est perdue, les filles savent qu’en se confiant elles prennent le risque de voir leur propos exposés, leurs secrets révélés », note Laurence Ruas-Texier. De ces relations surinvesties naissent parfois des blessures profondément bouleversantes comme le rappelle Gilles Clainchard :

« C’est le temps des passions et pour les plus fragiles une rupture amicale peut être aussi douloureuse qu’une séparation amoureuse. C’est aussi une période d’incertitude et d’insécurité affectives, lesquelles se dévoilent dans la manière dont on vit ses relations. Certaines jeunes filles ne comprennent pas pourquoi elles réagissent aussi fortement à une rupture. Cela peut être révélateur de fragilités antérieures, comme la peur de perdre l’autre, qu’il nous échappe ».

ET SI LES PARENTS ÉTAIENT TROP INQUIETS ET INTRUSIFS ?

Sous la pression de la société et de la réalité économique, les parents sont angoissés pour leurs adolescentes dans la vie desquelles ils s’immiscent. « On les voit beaucoup plus en consultation. Ils sont démunis, en perte de repères », note Gilles Clainchard, lequel explique que, justement, l’arrivée de la sexualité dans la vie de l’adolescente est un processus de distanciation, que cela relève de l’ordre de l’intime, que le parent ne doit donc pas trop en dire ou trop poser de questions, au risque sinon d’être intrusif.

L’autre attitude extrême de ne rien vouloir formuler, de ne rien vouloir savoir, n’est pas bonne non plus. « Ces deux postures sont une façon de nier la différenciation, une façon de garder l’autre, en l’occurrence son enfant », précise-t-il. Pour Laurence Ruas-Texier, le problème de notre monde actuel est de croire, une fois un problème identifié ou un trouble repéré, qu’il y a un remède, une méthode, un médicament, qui va tout résoudre. « Et l’on voit de plus en plus de parents venir se soulager du trop de pression des institutions. Oui, l’adolescence est une période d’instabilité, et c’est énervant pour les parents, mais l’important est de ne pas rompre le lien », ponctue la psychanalyste.

Cette ère du « il faut tout dire » n’est donc pas bonne, on ne peut pas tout dire, tout partager. Or, leur inquiétude pousse les parents à être trop envahissants. « Les adolescentes que je vois se plaignent de cette intrusion. C’est d’autant plus vrai qu’elles se construisent avec une butée, en se confrontant à une limite symbolique, quelque chose de pas dit, par exemple, permet de s’inventer sa propre vie via son propre imaginaire », déclare Emmanuelle Borgnis-Desbordes. C’est aux adultes d’accepter de ne pas tout comprendre et de tout maîtriser, que leurs filles n’aient pas les mêmes envies, les mêmes avis, les mêmes goûts, les mêmes réactions qu’eux, sans croire qu’il s’agit là de pure provocation.

C’est l’histoire d’un conflit de générations. Une histoire sempiternelle. Les adolescentes d’aujourd’hui font comme elles peuvent avec ce qu’elles ont, ce qu’on leur offre, et souvent, elles font bien.

Isabelle Marchand et Anne-Sophie Joly, psychologues cliniciennes, assurent les permanences, gratuites et accessibles à tous parents sur rendez-vous, auprès du service Parents Ensemble (prochainement rebaptisé Service Parentalité), en collaboration avec l’UDAF 35, depuis 2003 et 2004.

Pourquoi avoir créé ce service ?

Anne-Sophie Joly : Pour un lieu neutre, d’accès, en dehors des réseaux libéraux et sociaux. Pour un lieu de ressources, de rencontres, de paroles, de questions.

Isabelle Marchand : Tout comme « être parent, c’est toute une aventure », « parent, ce n’est pas évident » ! Ici, l’objectif est de proposer quelque chose aux parents car la transmission, ce n’est pas si simple et à laisser croire que c’était simple on a culpabilisé les parents en difficulté.

Les difficultés éprouvées par les parents avec les adolescents sont-elles genrées ?

ASJ : Au moment de la rencontre, on prend en compte la question du parent et non du sexe de son enfant. Récemment on a ajouté le critère « Pour qui ? », à savoir s’il s’agit du fils ainé, de la fille ainée, etc. Mais nous n’avons rien de chiffré encore.

IM : Déjà, on peut dire que dans les cas de troubles, comme l’anorexie chez les jeunes filles par exemple, les parents s’adressent souvent à des professionnels du monde médical. Ils viennent en complément pour inscrire cela dans la durée, repérer le sens à ce trouble. Sinon je repense à des cas récents d’extrémisme, de fanatisme sur les réseaux sociaux…

ASJ : De sexualité aussi sur Internet. De ce que les jeunes filles donnent à montrer de leurs corps. Mais encore une fois, ce n’est pas chiffré, c’est une impression.

IM : J’ai aussi la sensation qu’il y a plus de filles entre filles. Ça va faire scout mais avant on pouvait partir avec son duvet chez les copains, en mixité (Rires). Maintenant, je trouve que c’est plus une bande de filles d’un côté et d’un autre une bande de garçons. Il y a peut-être l’enjeu de la sexualisation des relations garçons/filles.

ASJ : On note aussi l’évolution de la question vestimentaire. On expose davantage son corps. Avant, on masquait avec des vêtements amples au moment où le corps se transforme. Mais cela va avec les modèles que l’on propose dans la société, dans les médias. Il y a moins la fonction protectrice du vêtement, il vient sexualiser le corps de la femme. Enfin, c’est une hypothèse…

IM : Avec l’éducation des filles, la mise en valeur du corps, on accélère le cheminement de la jeune fille vers la jeune femme mais il n’y a pas de modifications de la maturité affective. Il y a donc un décalage.

Un décalage entre les générations aussi ?

ASJ : Les parents ont de nouveaux défis avec la question d’Internet, des réseaux sociaux, du corps. Sans oublier la pression scolaire qui est hyper forte ! Les outils sont encore peu connus, pas bien maitrisés. Et les parents n’ont pas forcément tous les repères.

IM : Et sur la question de la sexualité notamment, on voit une interprétation libre selon chaque parent. Le couple, aujourd’hui, arrive très tôt, 14 ou 15 ans et on demande à ce que le copain ou la copine vienne dormir à la maison. Certains refusent, d’autres préfèrent que cela se passe chez les parents de l’autre, ou chez eux, plutôt qu’à l’extérieur…

ASJ : On est de plus en plus dans le fait de protéger l’enfant de l’extérieur.

IM : Avec l’après Dolto, qui explique que l’enfant est une personne (et une petite personne, il faut préciser), on a eu la revendication des parents à ce que l’enfant devienne autonome. Et on finit par se dire « Dépêche toi de grandir ! ». Et plus le parent sera dans le « Débrouille toi », plus il y aura vertiges pour l’enfant. Là, il peut partir loin dans la provocation, pour faire réagir.

Les inquiétudes parentales peuvent-elles être genrées ? Avec l’implication des pères, dont on commence à parler, peut-être sont-ils plus nombreux à oser faire part de leurs difficultés ?

ASJ : L’an dernier, nous avions environ 30% de papas, venant seuls ou en couple. Et la part des pères ne cesse d’augmenter. Ils se saisissent de plus en plus de la question, et certainement qu’aujourd’hui, on leur fait plus de place aussi dans ce rôle là.

IM : Par contre, en entretien individuel, c’est toujours plus compliqué pour le papa de se libérer…  

ASJ : On remarque que sur les questions de sexe, il y a toujours ce réflexe de renvoyer la jeune fille vers sa mère et le jeune homme vers son père. Alors que ce qui est important, c’est justement la complémentarité et l’offre de faire différemment entre les individus participant à l’éducation de l’enfant. Ce qui est intéressant, c’est la pluralité des modèles, des valeurs, des façons de faire, les décalages de réaction… C’est ça la richesse finalement !

IM : Ce n’est pas une question de genre, en effet. Le parent doit être connecté avec qui il est, c’est ça l’important. Il doit maintenir son regard du côté de la curiosité. Il doit être chercheur de ce qu’est son enfant. Mais aussi de ce qu’il est lui-même.

ASJ : Être parent, ce n’est pas un métier, ça se tricote. Au fur et à mesure, en fonction des enfants que l’on a, qui évoluent et se transforment, tout comme l’adulte. Il n’y a pas de mode d’emploi, ce n’est pas figé pour nous, ni pour les enfants et tout sera différent avec chaque enfant, que ce soit le premier, deuxième, etc. J’ai des jumeaux et je vis une histoire différente avec les deux.

Quand on parle de parent chercheur, à quoi fait-on référence précisément ?

IM : Le parent doit être du côté de la bricole, du sur mesure, du dosage, de la complexité (ce qui n’interdit pas la contradiction). Tout en s’inscrivant dans un projet, un discours en fonction de ce que l’on veut pour l’enfant. Et de ce qu’il veut lui, car il sait dire ce qu’il veut. Ici, c’est un espace pour parler et pour penser sa place de parent. L’adulte doit être là, accompagner l’enfant dans ce qu’il a à vivre, améliorer leurs conditions de vie quand il peut, ne pas le laisser seul dans les expériences de la vie…

ASJ : Mais bien être conscient que ce sont ses expériences à lui.

IM : On ne choisit pas comment vont se présenter les épreuves de la vie. Chaque individu est différent, il faut savoir se laisser surprendre aussi. Même si on voudrait tout savoir à l’avance. (Rires)

Tab title: 
Adolescentes d'aujourd'hui, femmes de demain
À quoi rêvent les jeunes filles ?
Moins de troubles chez les jeunes filles ?
Icônes du 7ème art
Leurs lieux ressources
Être parent : du tricotage, du sur-mesure, de la complexité...

Célian Ramis

Dépasser la binarité femme-homme

Posts section: 
Location: 
Laiterie Bouillants, Vern-sur-Seiche
List image: 
Summary: 
La 7e édition du festival Bouillants questionne la notion de genre, dépassant la binarité entre le féminin et le masculin, l'humain et la machine.
Main images: 
Text: 

Jusqu'au 31 mai, la 7e édition du festival Bouillants, consacré à l'art numérique, questionne la notion de genre. Exposés à Saint-Brieuc et Vern-sur-Seiche, les travaux des femmes artistes rennaises, Diane Grenier et le collectif L'Atranquille, dépassent la binarité entre le féminin et le masculin, l'humain et la machine. 

À la laiterie Les Bouillants de Vern-sur-Seiche, un vendredi après-midi du mois de mars, Diane Grenier travaille sur des circuits électriques de diodes électroluminescentes et des petits moteurs. La pièce, dans laquelle se trouve l'artiste plasticienne, est occupée dans sa globalité. À gauche de l'entrée, un ordinateur portable posé sur un bureau est entouré de circuits électriques, deux grilles pains et un aspirateur se trouvent par terre. Plusieurs cartons jonchent le sol. À droite, une machine à laver démontée est examinée par l'artiste.

SEXUALITÉ TRANSHUMANISTE

L'ensemble de ces machines est utilisé pour sa création originale, Sexes-Machines, installée dans la laiterie, pendant deux mois, jusqu'à fin mai. En résidence ici depuis début mars, Diane Grenier a eu quatre semaines, comme trois autres artistes et collectifs rennais, pour fabriquer une installation autour de la problématique du genre. « Je me suis orientée vers la figure du cyborg, union entre l'homme et la machine car cette créature est remplie de fantasmes genrés : soit il y a les femmes ultra sexualisées, soit il y a des guerriers», explique-t-elle. Et une sexualité hétérosexuelle qui en découle.

Pour cette œuvre, la plasticienne a imaginé les rapports érotiques de certains objets du quotidien : «Pourquoi fantasme-t-on une technologie comme le cyborg et non celle qui nous entoure ?»

Dans plusieurs scénographies au décor intimiste, les machines répètent des mouvements lascifs ou rythmés à forte connotation sexuelle. « Des éléments mécaniques iront se frotter contre l'architecture, développe-t-elle. C'est un mélange entre l'hybride et l'organique.» Sa création sort de la dualité entre l'humain et les machines. Selon l'artiste, « elles s'affranchissent de leur rapport utilitaire à l'humain pour revendiquer une sexualité inter-machines.»

Ce transhumanisme, le directeur artistique du festival, Gaëtan Allin, s'y est beaucoup intéressé pour construire cette 7ème édition. Réfléchir au genre « n'est pas si évident que ça», constate-t-il. Mais d'après lui, la notion est totalement obsolète. « La machine va devenir autonome face à l'homme, continue-t-il. Il sera question d'un troisième genre humanoïde et non plus d'un genre binaire.»

LE VÊTEMENT, TISSU GENRÉ

Chacun à leur manière, les dix-sept artistes programmés interrogent leur compréhension de la thématique. Le trio de L'Atranquille propose la sienne dans une vidéo autour du vêtement, Paper Dolls. Lors d'un essayage d'habits par deux membres du collectif, Grégoire Doaré et Anne Sophie Guillaume, la troisième, Ingrid Borelli, remarque que « la gestuelle est différente si on est un homme ou une femme comme, par exemple, la manière de fermer une braguette, d'enfiler un pantalon, d'enlever un pull.» C’est à ce moment que la notion du genre est apparue.

En trois séquences, la vidéo met en scène deux personnages aux visages inexpressifs (incarnés par Grégoire et Anne Sophie), avec des plans fixes sur fond blanc. « Rien ne les distingue sauf les vêtements», détaille Grégoire. Robes, chaussures à talons, mini-jupes, pantalons, ils enfilent chacun leur tour les même choses. À travers ces clichés, le collectif a voulu « détourner les stéréotypes» et « créer un trouble».

Projetée en taille réelle dans la laiterie des Bouillants et pendant le festival briochin Art Rock du 22 au 24 mai, l'installation permet au public de « s'identifier et s'interroger sur l'idée prédéfinie du féminin et du masculin», espère Grégoire.

PEU DE FEMMES ARTISTES LOCALES

La spécificité de cette édition est de proposer une programmation paritaire. Pour autant, sur 7 artistes rennais, L'Atranquille et Diane Grenier sont les seules femmes artistes. La majorité venant des États-Unis. « Je constate, je n'ai pas d'explication et c'est fort dommageable, réagit le directeur, Gaëtan Allin. Car les artistes du numérique construisent le monde d'aujourd'hui et de demain et la moitié de la population en est exclue. Bouillants n'a pas de réponse mais est là pour poser des questions.»

Célian Ramis

Journée des femmes : Des voix pour agir

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Prendre la parole, une action engagée pour celles qui osent ! Condensé de valeurs défendues par les unes et par les autres à Rennes pour les droits des femmes et l'égalité des sexes...
Text: 

« Prendre la parole et agir », c’est le thème défendu du 3 au 28 mars à Rennes à l’occasion de la journée internationale des femmes. Un thème défini, comme chaque année, par le comité consultatif d’habitants réuni au lendemain de l’édition précédente. Associations féministes, structures culturelles, collectifs engagés, femmes et hommes militant-e-s, professionnels et particuliers sensibilisés à la question, citoyennes et citoyens, se sont associé-e-s à la Ville de Rennes pour bâtir ensemble un programme autour de la condition féminine, avec un budget modeste de 16 000€ environ.

Par le biais des arts, de la réflexion, du débat, de la manifestation, elles prennent publiquement la parole et occupent l’espace pour transmettre, éduquer, dénoncer, partager. Et surtout agir pour l’évolution des droits des femmes, toujours pas acquis, voire même constamment en péril. Tour d’horizon non exhaustif des valeurs et des combats mis en lumière en ce mois de mars mais prônés toute l’année par les actrices et acteurs de ce programme.

  • Les jeux ont-ils un sexe ?

« Les jeux constituent une manière d’apprentissage. Jouer à la poupée n’apprend pas la même chose que jouer aux petites voitures. » Jessie Magana est éditrice, directrice de collection et auteure, entre autre, de Comment parler de l’égalité filles-garçons aux enfants ? ou de Les mots indispensables pour parler du sexisme, co-écrit avec Alexandre Messager (lire Focus - YEGG n°28 – Septembre 2014). Le 18 mars, elle est invitée par la Bibiothèque de Cleunay à animer un café-citoyen à la MJC Antipode de Rennes autour du sexisme dans les jeux et jouets.

« Les poupées, c’est pour les filles ! Les voitures c’est pour les garçons ! » promet d’être interactif, et les participant-e-s sont invités à apporter des catalogues et publicités pour alimenter les échanges : « Je tiens vraiment à faire participer la salle et je voudrais faire réagir les professionnelles de la ludothèque aussi. » Exit les publicités montrant une petite fille en salopette jouant avec des Lego, bienvenue aux jouets bleus et roses trônant fièrement sur les étals des supermarchés. Le « marketing genré » prend de l’ampleur depuis une vingtaine d’années, fait disparaître les jouets mixtes et/ou neutres, les féministes voient rouge et en dénoncent les conséquences.

« Avant, on avait des jouets de toutes les couleurs ! s’insurge l’auteure. Aujourd’hui, pour vendre, on se cache derrière les différences biologiques. Pas si nombreuses que ça en plus ! »

Et c’est cela même contre quoi se bat Jessie Magana, militante pour l’égalité des droits, ancienne « ado rebelle, contre l’ordre établi ». Un caractère qui lui permet de s’interroger sur la nature des discriminations et sur nos représentations individuelles et collectives. Les jeux dits physiques sont porteurs de stéréotypes, c’est un fait : « Et ils introduisent des comportements différents. Si on prend par exemple la cour d’école – et cela est très bien expliqué dans Espace – on voit que les garçons sont au centre avec les jeux de ballon, et les filles autour. La confiance en soi sera forcément différente, le rapport aux autres également. »

Jessie a à chœur de réfléchir et d’échanger autour de cette problématique, donner un accès à tous à l’éducation à l’égalité. « Car c’est simple pour nous, les bobos éduqués. Mais certains n’ont accès qu’au marketing genré », précise-t-elle. Un point important : proposer à l’enfant de jouer à des jeux variés ou avec des objets neutres, « les Kapla sont très bien, par exemple, mais il n’y a pas que ça…». Rien de pire, selon elle, que quelque chose qui va de soi. « Mais attention, il ne s’agit pas de lutter contre qui on est. Il est difficile pour un parent de s’affranchir de son sexe pour jouer avec l’enfant », souligne Jessie Magana.

Consciente du poids de la société, de l’environnement, du matraquage publicitaire, de la pression familiale, elle ne cesse de questionner petits et grands, par l’écrit ou l’oral, à propos de leurs représentations des femmes et des hommes, en espérant que l’évolution sera positive, certaine que cela doit passer par l’éducation à l’égalité.

.........................................................................................................................................................................................................

  • L’égalité, sur la table et sur les murs

Le 2 mars, la classe de 3e du collège rennais Les Ormeaux inaugurait l’exposition « Le féminisme rennais d’hier et d’aujourd’hui », visible au sein de l’établissement jusqu’au 27 mars. À l’initiative de Claire Mazet, Bruno Genton, professeurs de français et d’histoire, et l’association Histoire du féminisme à Rennes, elle a été réalisée en plusieurs étapes, au fil de l’année, afin de sensibiliser les élèves à l’égalité des sexes.

Après avoir suivi les traces des luttes féministes dans le Rennes des années 70 grâce à une visite guidée, ils ont reçu différents acteurs et actrices des combats pour les droits des femmes : Ghislaine Mesnage, ancienne caissière à Mammouth, ex-membre de la commission Femmes de la CFDT, Olivier Bernard, médecin ayant pratiqué des avortements illégaux à Rennes et Jocelyne Bougeard, ancienne élue aux droits des femmes et à l’égalité, membre du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes.

« Ils ont été vraiment très intéressés, ils se posent des questions sur l’évolution des droits. J’ai insisté sur l’importance de l’autonomie financière pour les femmes. »
Ghislaine Mesnage, également adhérente d’Histoire du féminisme à Rennes.

Les collégiens et collégiennes ont travaillé en parallèle sur des phrases symboliques de l’égalité et des luttes passées, accrochées sur les murs du collège, à quelques mètres des visuels réalisés par Nelly Kerfanto, photographe et adhérente de l’association féministe. « Les filles faisaient les garçons et inversement. C’était ludique et ils ont pu bosser sur des attitudes assez stéréotypées, ce qui les a amenés à réfléchir », précise-t-elle.

Selon Nelly, l’objectif était de leur transmettre des informations afin de les pousser à la réflexion, de leur donner les moyens de discuter de sujets peu abordés en classe : « c’est casse-gueule, surtout depuis l’ABCD de l’égalité… Mais les gamins ne sont pas idiots, ils ont leur libre arbitre et peuvent agir pour changer les choses. Si aujourd’hui, ils ne saisissent pas toute la complexité du sujet, cela résonnera plus tard en eux. » L’association développe actuellement des outils à destination des scolaires.

  • Espace réduit, dès la cour d’école

La répartition femmes/hommes dans les espaces urbains, publics, privés, etc. démontre souvent les inégalités subsistant entre les sexes. À travers un croquis, Ni, 8 ans et demi (au moment du tournage en juin 2013), dessine sa cour d’école, investie principalement par les jeux de ballons, réservés quasi exclusivement aux garçons. « Ils colonisent la cour », explique la jeune fille dans le court-métrage Espace, réalisé par la grenobloise Éléonor Gilbert. Les petites filles sont alors invitées à occuper les quelques espaces libres, souvent peu aménagés pour prendre ses aises, et à jouer à la corde à sauter, plutôt qu’au football.

« C’est un très beau témoignage. Une parole spontanée qui raconte la géographie du genre et pose des questions essentielles : qu’est-ce qu’être une fille et un garçon ? Quelle représentation de l’espace avons-nous ? », explique Edith Maruejouls, militante féministe et géographe du genre à Bordeaux, à la suite de la diffusion du documentaire, aux Champs Libres en novembre dernier.

Pour la réalisatrice, le discours de Ni est révélateur du « positionnement de l’individu dans l’espace social ». Un positionnement qui s’infiltre dans les esprits dès la petite enfance et nous suit dans nos vies d’adulte. Le 7 mars, les Champs Libres diffuseront à nouveau Espace (en présence d’Éléonor Gilbert) dans le cadre de Documentaires au féminin, organisé par l’association Comptoir du Doc. D’autres moyens et longs métrages, autour de la condition féminine, seront projetés les 7 et 8 mars.

.........................................................................................................................................................................................................

  • Prendre la rue en mémoire des luttes

Le 25 février, une dizaine de femmes, et un homme, sont réuni-e-s autour des deux chorégraphes rennaises Anne-Karine Lescop et Pénélope Parrau, au centre social Ty Blosn, à proximité du Triangle. Ensemble, le groupe va apprendre et répéter les enchainements qui constitueront la marche chorégraphique dans la cité, à l’initiative du CIDFF 35 (Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles) et de l’association Danse à tous les étages.

En effet, le 7 mars, une soixantaine de Rennais-es investira la place de la Mairie, en descandant la rue Le Bastard, pour attirer l’attention des passant-e-s sur les droits des femmes. Mais surtout pour « faire signe », comme l’exprime Anne-karine Lescop, aux femmes qui se sont battues pour les droits d’aujourd’hui, « pour l’avortement, contre les violences, pour l’égalité des salaries, et j’en passe… » Ce soir-là, au Blosne, ça échange, ça discute et ça débat. De la manière dont elles marcheront, de la façon de se comporter, de la conclusion de l’événement…

Ce groupe restreint est un test, un pilote en quelque sorte. « Pour voir si ce que l’on a prévu avec Pénélope fonctionne ou non. Et ensuite, elles seront des « modèles » pour les autres, le jour-J, même si nous répéterons dès 12h30 au théâtre de verdure, dans le parc du Thabor avec tout le monde », explique Anne-Karine. À la file indienne, liées les unes aux autres par les mains, elles marchent lentement en silence, avec de s’enrouler en spirale, afin de former des cercles dans la salle. Puis doucement, elles commencent à chuchoter des phrases. Toutes différentes. « On ne nait pas femme, on le devient », « Mon corps m’appartient », « Femmes, égalité des droits » ou encore « Un esprit libre dans un corps libre » et « Le viol est un crime »…

La rumeur s’élève, le brouhaha s’amplifie, certains mots s’isolent et nous titillent les oreilles, attisent la curiosité, suscitent l’intérêt, les mains se détachent et chaque volontaire exécute des gestes chorégraphiés en lien avec leurs propos. C’est hypnotique, fort et prenant. « Quand tout le monde sera là, ça donnera l’impression d’une manifestation festive », espère Pénélope Parrau. La marche chorégraphique dans la cité relève de la performance artistique sur fond militant.

« Scander un slogan avec une chorégraphie, c’est une affirmation du corps, de sa façon d’être. Quand on fait le geste de s’exposer dans la rue, c’est vraiment affirmer quelque chose de soi. Et la rue appartient à tout le monde ! »
développe Anne-Karine Lescop.

Sans se désigner militantes féministes, les deux chorégraphes souhaitent saluer la mémoire des femmes qui se sont battues pour leurs droits, nos droits. Qui ont eu du caractère et la force d’affronter les luttes d’hier. « On ne les a pas vécu mais cela fait parti d’une mémoire collective. On a eu le droit à l’IVG, avec cette marche, je fais signe à Simone Veil, je la remercie ! », poursuit-elle.

De la reconnaissance tout d’abord mais aussi une mise en garde pour les générations futures. Les droits acquis sont fragiles et nos libertés sont à préserver. La marche aura donc plusieurs niveaux de lecture et d’interprétation et devrait résonner dans les esprits des ancien-ne-s comme dans ceux des plus jeunes qui sont de plus en plus invités à réfléchir autour de la répartition de l’espace public, mal partagé entre les hommes et les femmes.

.........................................................................................................................................................................................................

Les femmes osent-elles davantage prendre la parole en public ? Quel est le rôle de la parole dans le partage du pouvoir entre les femmes et les hommes ? Mercredi 18 mars, à la Maison Internationale de Rennes, l’association féministe rennaise Questions d’égalité organise une rencontre-débat, autour de temps d’échange et du slam – en partenariat avec Slam Connexion.

L’occasion également pour les membres de l’association de présenter les résultats de leurs observations quant à la répartition de la parole lors d’un conseil municipal en 2014. « Nous ne faisons pas ici de généralité, nous avons assisté à une séance ! », explique Rozenn Moro. Aussi, elles apporteront un éclairage plus large en rendant compte des recherches de Corinne Monnet, féministe ayant déjà consacré plusieurs études à ce sujet. « Nous avons pris le thème à la lettre, nous souhaitons encourager les prises de parole ce soir-là, pour justement trouver des solutions ensemble », conclut Rozenn.

.........................................................................................................................................................................................................

  • Entre chants partisans et en signes

On peut prendre la parole de différentes façons, sur différents rythmes… Et pourquoi pas, en chantant. C’est ainsi que MixCité a interprété le thème de ce mois-ci, et imaginé déambuler dans les rues de la ville en entonnant airs féministes et refrains revendicatifs. « Cette année, il y a un décalage avec les événements que l’on peut voir traditionnellement en mars. Notre idée, cette fois, est de prendre de la place dans la rue, dans le bon sens du terme, car c’est toucher plus de monde, et nous sommes à la base une association de rue, nous allons au contact des gens », confie Aude Le Bras chez MixCité.

Très vite, les membres du mouvement féministe ont eu envie de partager leur « Chorale Ambulante » avec 10 Doigts, la compagnie de créations artistiques bilingue langue des signes-français, avec laquelle ils avaient déjà collaboré au Printemps 2014 lors d’un café poussette autour de contes féministes pour enfants. « Intégrer tout le monde, et notamment les personnes avec un handicap, a toujours été une idée forte et très importante pour nous », révèle Aude. Il était par conséquent logique pour MixCité de proposer l’aventure à une minorité, en l’occurrence des femmes sourdes ou malentendantes.

Deux comédiennes se tiendront donc en tête du groupe et traduiront en langage des signes les cinq chansons choisies.

« Contribuer à la Chorale Ambulante Bilingue c’est rendre accessible aux sourd(e)s un événement local, c’est participer à la journée de la Femme – qui nous est chère puisque notre équipe est majoritairement féminine - c’est faire découvrir le chant-signe (chanter en langue des signes) et tout cela sur la place publique, qui, à notre sens, est le premier lieu de transmission et d’échanges pour toutes et tous »
explique Olivia de 10 Doigts.

Le parcours n’est pas défini au mètre prés et variera sans doute au gré des réactions des badauds. La chorale débutera à 10h30 au métro Sainte-Anne. Elle cheminera jusqu’au marché des Lices où elle fera une « halte en chansons » sans doute en haut des escaliers, avant de revenir sur ses pas et de prendre la direction de la place du Parlement pour s’arrêter au Thabor vers 12h où elle doit retrouver la Chorégraphie Ambulante.

Et que chantera-t-on ce 7 mars ? « L’Hymne des femmes, La Vaisselle et La Reine du Créneau d’Anne Sylvestre, Babette du Quartet Buccal (qui raconte un amour lesbien) et la chanson de MixCité, une composition maison un peu provocatrice aux paroles bien tranchantes, sur l’air de La Vie en Rose », sourit Aude.

  • Poésie, intime partage de nos émotions

« Ce n’est pas anodin de prendre la parole en public ». Aurélia Décordé, (sur)chargée - comme elle dit en rigolant - de projet et d’administration pour l’association Slam Connexion, sait bien de quoi elle parle. Quand on aborde le thème choisi cette année pour le 8 mars, elle répond naturellement : « Prendre la parole en public, c’est déjà une démarche engagée. » Et engagée, elle l’est. Pour les droits des femmes, l’égalité des sexes mais aussi pour la défense de l’art qu’est le slam, pour favoriser les échanges entre les individus et les accompagner dans leur expression, écrite ou orale.

« Ce que l’on remarque sur les scènes slam, c’est que certains se livrent, parlent de leur ressenti. Et ce qui marche bien, c’est l’auto-dérision souvent, faire rire de ses défauts… Et d’autres ne se livrent pas, parlent de la pluie, du beau temps. On tend malgré tout vers l’universel, que les paroles soient personnelles ou non. »

Jeudi 12 mars, l’association proposera un espace de partage et d’échanges au Pôle associatif Marbaudais, où se situe le local de Slam Connexion, après un atelier d’expression poétique, qui aura lieu le jour même. En non mixité, les 12 participantes seront invitées à partir des représentations que l’on a des femmes, des hommes, de l’égalité. En individuel et en collectif. Puisque le rapport à l’écriture est différent du rapport à l’oralité, même si tous deux font appel à l’intime. Et puisqu’en non mixité, « tout est possible. »

Aurélia souhaite animer un atelier sans jugement, sans réponse concrète, avec simplement des mots, « on construit des armes, car l’éducation populaire aide à se sentir mieux armée, et les mots sont le premier pouvoir ! » Les femmes pourront, à travers la poésie et l’écriture, exposer des situations d’égalité, de discriminations, de violences, etc. : « Elles seront libres. La thématique c’est « Paroles d’égalité ». Après ce sont elles qui définissent ce qu’elles veulent dire, ce qu’elles ne veulent pas dire, si elles font de la poésie ou non. L’association prône vraiment cette liberté de dire ce que l’on souhaite. »

Et concernant la répartition de la parole entre les femmes et les hommes, hors ateliers non mixtes, l’association balaye volontiers devant sa porte. Plus d’hommes se présentent lors des scènes slam pour déclamer leurs textes mais les femmes sont également présentes « pour dire des choses, ou simplement écouter ». Aurélia Décordé et sa collègue Charlotte Bonnin s’interrogent actuellement sur les raisons qui motivent les femmes à monter sur scène, ou à l’inverse, à rester spectatrices. « Nous souhaitons nous associer à Questions d’égalité qui cherche justement à recueillir des données chiffrées et à les analyser. C’est une vraie question, la question de la légitimité, que nous voulons porter ! », conclut Aurélia.

.........................................................................................................................................................................................................

  • Parlez-moi d’amour, redites-moi des choses tendres

Et si tout se jouait avec l’éducation et l’amour ? La journaliste et plasticienne Christine Barbedet, la photographe et vidéaste Stéphanie Priou et la dessinatrice Martine Sauvage, en semblent convaincues. Mues par ce postulat de départ, elles sont allées poser appareil photos, caméra et crayons au Blosne - un quartier qu’elles connaissent bien - depuis plusieurs semaines déjà, et comptent s’y installer un temps. « Le mois de la Femme est le point de départ du projet, lequel nécessitait que l’on prépare le terrain et s’inscrira dans la durée », explique Christine Barbedet.

Elle est l’initiatrice de «C’Elles du Blosne racontent», souhaitant, d’une part, pérenniser le travail effectué lors de sa résidence à La Paillette, « Objet qui compte et qui (ra)conte », (lire YEGG n° 24, avril 2014), et interpeller, d’autre part, les femmes sur la transmission faite aux garçons. Car, lors d’un reportage dans le quartier voilà quelques mois, un gamin de 11 ans lui a lancé « dégage, on ne parle pas aux femmes ici ».

Heurtée, elle a réfléchi à la responsabilité des femmes dans ce genre d’attitude. « En combinant les deux, j’ai imaginé le projet « Quel objet messager souhaitez-vous transmettre à votre fils de sang ou de cœur ? », l’idée étant de demander aux femmes du Blosne quel « objet messager » elles aimeraient leur léguer et par là même les interroger et les faire parler sur l’éducation faite aux garçons », explique-t-elle. Ensuite, elle prend des photos et écrit les textes qu’elle exposera.

Christine n’aime pas travailler seule, aussi a-t-elle ouvert sa réflexion à Stéphanie et Martine, dont elle apprécie le travail. La première s’est lancée dans un exercice vidéo sur l’amour, « Mesdames, parlez-nous d’amour », dans lequel elle donne la parole aux femmes afin qu’elles racontent une histoire personnelle, intime, ou plus générale, qu’elles ont vécu ou entendu. La seconde va dessiner « Ce qui nous origine » en captant certains propos recueillis dans le cadre du projet :

« D’habitude, je travaille sur mes racines au travers de dessins aux nombreuses ramifications, qui s’entremêlent. C’est très personnel et très intérieur. Cette fois, je vais m’inspirer des autres pour créer des paysages intérieurs et interroger de façon onirique les racines des femmes rencontrées », raconte Martine.

Les propos, photos et dessins devraient s’exposer sur de grandes bâches modulables et nomades d’1 mètre 20 sur 60 cm, l’idée étant que différents lieux l’abritent. « Nous travaillons avec beaucoup d’associations – Carrefour 18, Ty Blosne, le Centre culturel islamique…etc. – il faut que le dispositif soit visible dans plusieurs endroits, accessible au plus grand nombre », souligne Christine. Car si le projet démarre avec le mois de la Femme, il ira au-delà, il est ainsi envisagé que chaque 8 du mois (pour rappeler le 8 mars) un événement ait lieu.

« C’est un projet et un quartier qui ne s’improvisent pas et qui méritent qu’on prenne le temps, il faut aussi que cela essaime. L’idée est que les femmes se mettent au travail, on veut les inciter à la réflexion et à parler. Nous ne cherchons pas le nombre dans la participation, mais la qualité », ponctue la plasticienne. Les trois artistes croient à la synergie et à l’imbrication aujourd’hui nécessaire entre l’art et le social, en outre, elles sont convaincues que donner la parole aux femmes aujourd’hui n’est pas anodin… A suivre donc.

+ d’infos : http://femmesdublosne.wix.com/2015

.........................................................................................................................................................................................................

« Prendre la parole, agir », il n’y a pas si longtemps encore, les femmes se sont battues pour cela, rien que pour cela… C’est instantanément ce à quoi Anne-Françoise Taillard, Sophie Regnauld et Françoise Cognet du Collec’Actif Agence Zen Com,  plasticiennes et photographes, ont pensé. « Pour notre génération le combat des suffragettes est très important, nous l’avons toujours à l’esprit. Ce n’est pas évident pour les plus jeunes, elles l’ont oublié ! », précisent-elles en chœur. Navrant, car la conquête n’est pas si vieille, 70 ans cette année, seulement.

Nos trois artistes invitent donc le public à venir déposer dans une urne ses souhaits féminins ou féministes, les changements qu’il aimerait voir venir, ou simplement son regard sur les femmes… Ne se contentant pas de la laisser à disposition de chacun et d’attendre, elles accompagnent leur urne. Cela a débuté le 3 mars avec une lecture de textes féministes. Le lendemain, l’urne était installée à la maison de quartier de la Touche, elle y sera jusqu’au 10 mars.

Ce même jour aura lieu le vernissage d’une exposition mêlant six portraits de femmes dont les actions ont participé à l’émancipation des femmes – Hélène Boucher, Louise Weiss, Hubertine Auclert, Amélie Beaury-Sorel, Louise Bodin et Caroline Rémy dite Séverine – à des œuvres personnelles qui interpellent. Ainsi, Anne-Françoise Taillard a repris une affiche scolaire des années 1960 qui servait aux leçons de vocabulaire. On y voyait un papa lisant le journal dans son fauteuil, aux pieds duquel jouait un petit garçon pendant que sa mère faisait la cuisine et que sa sœur mettait le couvert.

« J’ai tout inversé ! et nommé cela « Le jeu des 7 différences, à vous de les trouver », j’attends de voir les réactions ! », ponctue-t-elle. Sophie Regnauld a choisi l’intime pour évoquer la cause féminine, en l’occurrence sa mère, dont elle expose des photos à plusieurs âges de la vie pour montrer l’effacement progressif d’une femme qui n’a jamais eu la parole. Françoise Cognet présente quant à elle deux montages photos sombres faits de morceaux de femmes repigmentés avec des produits de beauté, et une photo de femmes à la piscine Saint-Georges. On peut aussi y voir une photo d’Annette Miller.

 

Tab title: 
Armées de paroles, et plus encore...
Action n°1 : Grandir dans l'égalité
Action n°2 : Gagner du terrain
Action n°3 : Entretenir le dialogue

Célian Ramis

Femmes "fières, solidaires et en colère" dans la rue !

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Lors d'une marche nocturne en non mixité, ce mercredi 11 mars, les femmes ont revendiqué leur indépendance et leur droit d'investir l'espace public en toute sécurité.
Main images: 
Text: 

Membres de l’Unef, de Solidaires Étudiant-e-s, du CNT, du Collectif Antifasciste Rennais et individues concernées étaient réunis, mercredi 11 mars dès 19h30 sur la place Hoche, pour une marche nocturne en non mixité conviant toutes les femmes. Dans la continuité du 8 mars, volontairement hors programme de la Ville de Rennes, elles ont défilé pour reprendre la rue et manifester leur présence dans l’espace public.

Ce mercredi 11 mars, à partir de 20h, elles ont arpenté les rues du centre ville, de la place Hoche au bar 1675, de la rue Legraverend, sous les yeux des passant-e-s curieux d’entendre ce groupe intégralement féminin vociférer. Car la marche nocturne était organisée en non mixité (lire notre décryptage sur la non mixité dans notre prochain numéro – YEGG#35, avril 2015). « La non mixité est un outils qui existe depuis longtemps. Au début, j’étais un peu perplexe, voire choquée. Mais en réalité aucun homme ne peut subir l’oppression comme nous la vivons. », explique Sophie, membre de l’organisation Solidaires Étudiant-e-s depuis 7 ans.

Toutefois, elles ne souhaitent pas se couper de la gent masculine, ni occulter leurs paroles : « Nous faisons d’autres événements avec eux comme lors de la semaine féministe de Rennes 2 (du 31 mars au 4 avril 2015, ndlr) et après la marche, on bouffe avec eux par exemple. Là, il s’agit de montrer que nous sommes capables d’agir de manière autonome. »

Depuis leur dernière marche nocturne en non mixité l’année précédente, le 18 mars 2014, peu de changements. Elles sont peu nombreuses, une cinquantaine de participantes environ, entament toujours l’Hymne des femmes (écrit par un groupe de femmes du Mouvement de Libération des Femmes, MLF) avant de débuter la marche, scandent les mêmes slogans – parmi les favoris : « Machos ! Machos ! Vous nous cassez le clito ! », « Non c’est non ! La prochaine fois ce sera un coup de couteau dans ta bite connard ! », « On est femmes, on est fières, solidaires et en colère » - et brandissent quasiment les mêmes pancartes cartonnées.

Pourquoi ? Parce que le harcèlement de rue sévit toujours. Que les femmes, quel que soit leur orientation sexuelle, leur sexe de naissance, leurs origines, leur milieu social, âge, etc., ne se sentent pas en sécurité dans l’espace public, en particulier la nuit. L’objectif de la marche est alors d’investir la rue, d’oser dénoncer la situation et chercher à éveiller les consciences.

« On sait bien qu’il y a peu d’échos à notre action. Mais au moins, on a tracté pendant quelques jours à la fac, on est vues ce soir dans la rue, l’info est donnée et on peut faire évoluer un petit peu les mentalités. Peu importe notre nombre, on est là »
précise Sophie, loin d’être découragée par les diverses réactions des passant-e-s.

Certains hommes jouent les provocateurs, se font gentiment invités à sortir, d’autres sourient en entendant les slogans, des femmes viennent grossir les rangs en cours de route. Entre indifférence, gronde, compréhension et soutien, le discours semble tout de même avoir un impact réduit sur la population. Peu importe, les marcheuses se disent fières, prêtes à défendre leurs intérêts et démontrent leur volonté de se réapproprier la rue, la nuit, sans peur d’être agressées, insultées, violées, jugées, etc. et ce, quel que soit la manière dont elles sont vêtues.

« Pour parler en slogan, cette marche c’est « Ne me libère pas, je m’en charge »», insiste Sophie. D’autres messages incisifs seront lancés en conclusion des diverses prises de paroles :

« Nous ne devons pas avoir peur, nous ne devons pas avoir besoin d’un homme pour nous sauver. Osons reprendre la rue ! Féministes tant qu’il le faudra ! »

Célian Ramis

Florence Montreynaud contre la prostitution : "On achète le non désir de l'autre"

Posts section: 
Location: 
Les Ptits Clous, Rennes
List image: 
Summary: 
La prostitution, un droit pour l'homme ? Une question posée à la fondatrice des Chiennes de garde, Florence Montreynaud, de passage à Rennes, le 10 mars dernier.
Text: 

Mardi 10 mars, Florence Montreynaud, historienne, journaliste et militante féministe, était l’invitée du café-citoyen, organisé par le Conseil de quartier Francisco Ferrer-Landry-Poterie dans le bar-restaurant Les Ptits Clous, à Rennes, autour de la question « La prostitution : un des droits de l’homme ? »

Un sujet houleux, qui divise les féministes, les politiques et la population. Le débat est installé depuis de nombreuses années et l’éventuelle abolition du système prostitutionnel a été mise sur la table fin 2013, avec l’adoption à l’Assemblée nationale du texte de loi présentée par les députées PS, Catherine Coutelle (à noter que cette dernière sera présente à Rennes, au 4 Bis, le jeudi 12 mars pour une conférence organisée par le Cidff 35 sur la loi égalité entre les femmes et les hommes du 4 août 2014) et Maud Olivier. Les 30 et 31 mars 2015, le Sénat examinera la proposition de loi visant, entre autre, à pénaliser les client-e-s de la prostitution.

Florence Montreynaud fait partie des défenseures des droits des femmes de la première heure, convaincue que la prostitution ne peut être un métier et qu’un corps ne peut être engagé dans une relation sexuelle à destinée commerciale. Elle a été une militante du MLF (Mouvement de Libération des Femmes), fondatrice de l’association Chiennes de garde, puis La Meute (contre la publicité sexiste) et Encore féministes !, et créatrice du réseau international Zéromachos, il y a 3 ans.

PÉDAGOGIE DE L’INDIGNATION

Sous ses airs bon chic bon genre qui enlève ses chaussures pour grimper sur les bancs afin de taguer les affiches dans le métro parisien, elle se dit « révolutionnaire à l’intérieur », affiche un humour cocasse, traite le cardinal Giovanni Battista Re de connard quand il dit qu’un viol est moins grave qu’un avortement (dans l’affaire de l’excommunication d’une mère brésilienne et de médecins pour l’avortement d’une fillette de 9 ans, violée par son beau-père, qui lui ne sera pas excommunié) et conclut l’interview par « Je ne touche pas à la prostate des hommes alors qu’ils laissent nos ovaires tranquilles ! », en n'oubliant pas de rappeler que l'avortement n'a jamais été un droit, l'accès à l'IVG représentant un véritable parcours du combattant et tendant à culpabiliser les femmes qui le pratique.

Ce soir-là, au bar-restaurant Les Ptits Clous, dans la rue de Chateaugiron, elle salue tous les participant-e-s du café-citoyen, les questionne sur le pourquoi de leur venue, parle de Zéromachos en distribuant un tract informatif. « Ah, vous êtes 3 Zéromachos ? Sauf vous Madame, évidemment… », lâche-t-elle toute pimpante, avant de retourner naviguer entre les tables et chaises en souriant, papillonnant et papotant.

« J’ai l’impression qu’il y en a qui ne connaissent rien du tout au sujet », s’enthousiasme-t-elle au début de la conférence. En amont, elle nous expliquait que son intérêt était là, de discuter, débattre du sujet dans une démarche pédagogique, « écouter ce qu’ils ont à dire, voir quelles sont leurs idées autour de ce sujet car sur la prostitution, tout le monde a un avis. » L’enjeu pour elle : déconstruire les idées reçues que l’on a sur la prostitution, qui n’est « ni le plus vieux métier du monde - puisque pour les femmes, c’est sage-femme - ni un moyen de réduire le nombre de viols. »

Elle est franche, ne mâche pas ses mots et prend la parole pour tous ceux qui trouvent ce système indigne - elle a même parfois tendance à délaisser la question posée au départ par le café citoyen "La prostitution : un des droits de l'homme ?" pour se concentrer sur l'action du réseau Zéromachos, réservé aux hommes qui refusent de payer une femme pour avoir une relation sexuelle. Florence Montreynaud conteste le discours des travailleuses du sexe désireuses d’exercer leur métier en pleine possession de leurs moyens et de leurs corps, et demandeuses d’un statut encadré pour sortir de la précarité extrême des prostitué-e-s, qui seraient « des lobbyistes du système des proxénètes » et dénigre les 343 salauds signataires du manifeste, l’an dernier, Touche pas à ma pute.

« Ils revendiquent un droit de l’homme, affirme-t-elle. Et on leur déroule le tapis rouge, on les invite dans les émissions, ils signent dans les colonnes de Libé, trouvent ça fun… Mais 90% des hommes ne souhaitent pas payer pour des relations sexuelles, et ceux-là ne se retrouvent pas dans les discours, mais n’osent pas prendre la parole. »

UN QUESTIONNEMENT LÉGITIME

Dans la salle, on s’interroge, on approuve, on contre-argumente. Les réactions sont variées. Pourquoi ne pourrait-on pas vendre son sexe alors qu’on vend tous des choses ? Ne serait-on pas figé dans cette éducation judéo-chrétienne qui culpabilise le sexe ? Les femmes peuvent-elles louer vagins et bouches sans être victimes de domination et de violences ? La pornographie n’impulserait-elle pas la prostitution ?

Pour une féministe radicale telle que Florence Montreynaud, les questions de l’auditoire sont légitimes mais trouvent, pour certaines, leurs réponses dans une logique contestable :

« Il y a d’un côté la pauvreté, la misère, peut-être l’emprise de la drogue, l’emprise de réseaux violents… De l’autre, un ensemble d’hommes qui ont des besoins, des fantasmes, des envies. Le problème, c’est qu’on ne comble pas son vide, son manque comme ça, et que les femmes trouvent de l’argent mais à quel prix ? Tout cela fait douter de l’humanité… »

Un raisonnement qui insinue que les femmes ne pourraient donc se prostituer pour d’autres raisons et les hommes ne seraient que clients, à cause de cette idée farfelue qu’ils auraient des besoins à assouvir impérativement - « mais on a jamais vu une couille éclater » - qui légitime et justifie leur domination sur les femmes, la privation de liberté de ces dernières. Sans trop vouloir aborder la question des prostitués masculins et clientes féminines, de l’assistance sexuelle ou confronter le point de vue du Strass (syndicat des travailleurs du sexe), elle semble occulter les avis divergents.

La sexualité débarque instantanément dans la conversation. L’opposition est nette, tranchée. La sexualité prend son sens dans son partage, dans son désir mutuel d’un être envers un autre être, se magnifie dans l’écoute de l’autre et dans la communication entre partenaires qui prennent le temps de bâtir ensemble cette relation sexuelle, qu’elle soit envisagée à court, moyen ou long terme.

Immédiatement, l’auteure de Appelons une chatte… ou encore Chaque matin, je me lève pour changer le monde confronte sa vision de l’épanouissement sexuel à sa réalité de la prostitution. « La sexualité des prostituées, c’est une marchandise. Mais ça ne devrait ni s’acheter, ni se vendre. Concrètement, elles ne prennent pas de plaisir, elles font des pipes à la chaine, ne mouillent pas, utilisent de la vaseline à outrance… ça rend mal à l’aise ! », s’indigne-t-elle.

ÉDUQUER À LA SEXUALITÉ

Florence Montreynaud souhaite aussi parler de son observation d’un modèle de l’égalité entre les femmes et les hommes : la Suède. Après plusieurs entretiens avec des hommes suédois, des années d’allers-retours dans ce pays, elle dévoile le secret de cette nation exemplaire : le congé paternité.

« Ils passent du temps à s’occuper de leurs enfants, à les éduquer, les soigner. Et les hommes que j’ai interrogé m’ont fait une réponse étonnante, que jamais personne n’avait évoqué : ils refusent de payer une femme pour une relation sexuelle car ils ont appris à toucher un corps sans désir, à se servir de leurs mains sur un corps, d’une autre manière. »
explique-t-elle, convaincue que la clé réside dans l’éducation à la sexualité dès le plus jeune âge.

Pour comprendre le désir de l’autre, le respecter, quel que soit le sexe et l’orientation sexuelle. Car pour elle, véritable problème au-delà des violences physiques, des pressions, et autres insécurités, la prostitution consiste à « acheter le non désir de l’autre ». Un principe qu’elle refuse.

Florence Montreynaud sera de retour à Rennes le 29 mars, au musée de Bretagne, pour une conférence sur la publicité sexiste. Et le 30 mai, pour une opération Zéromachos, « Repasser pour l’égalité » qui devrait se dérouler sur une place de la capitale bretonne – lieu encore non défini – et qui devrait attiser la curiosité : les hommes repasseront sur l’espace public, à la veille de la fête des mères en défendant le slogan suivant : « Le plus beau des cadeaux, c’est l’égalité ».

Célian Ramis

Rennes, meilleure élève pour l'égalité femmes-hommes au royaume des cancres

Posts section: 
Location: 
Paris
List image: 
Summary: 
Les Nouvelles News a dévoilé son palmarès sur les villes les plus engagées pour l'égalité femmes-hommes : Rennes figure à la première place. Au niveau national, la prise de conscience reste inexistante.
Text: 

À l'occasion de son colloque sur « Le sexe de la ville » organisé à l'Hôtel de Ville de Paris ce samedi 7 mars, le journal d'informations en ligne Les Nouvelles News a dévoilé son palmarès sur les villes les plus engagées pour l'égalité femmes-hommes : Rennes figure à la première place. Au niveau national, la prise de conscience reste inexistante.

Mi janvier, l'équipe du média Les Nouvelles News a envoyé un questionnaire écrit aux 50 plus grandes villes de France, hors Paris. L'objectif : connaître les communes les plus en faveur de l'égalité femmes-hommes. Si le média parisien s'est penché sur ce sujet, ce n'est pas un hasard : « La ville, c'est la vie quotidienne et cela touche le plus directement les gens. C'est un sujet prioritaire peu traité dans les médias », explique Isabelle Germain, la fondatrice du site qui revendique une information paritaire.

« PALMARÈS EN CREUX »

Dans le classement dévoilé ce samedi 7 mars, Rennes arrive en tête, de loin. « C'est la seule ville qui a répondu une semaine après les avoir interrogés », relève Isabelle Germain lors de son introduction au colloque. Selon cette dernière, la raison est simple. Les villes qui ont donné suite au questionnaire, seulement 12 sur 50, sont celles les plus en avance sur le sujet.

« C'est un palmarès en creux, nous avons demandé aux municipalités de répondre à des questions qu'elles ne se posent pas souvent, constate-t-elle. Les absences de réponses en disent plus que les réponses elles-mêmes. »

Interrogée sur ce sujet la semaine dernière à l’occasion du 8 mars, la bretonne Annaick Morvan, déléguée régionale aux droits des femmes et à l’égalité, se réjouit de voir Rennes sur le podium mais reste modérée quant aux absentes : « Il ne faudrait pas considérer à la hâte que les autres villes, (celles qui n'ont pas répondu) n'ont point agi pour l'égalité femmes hommes. Elles ont probablement travaillé sur certains champs prévus par la Charte de l'égalité dans la vie locale. »

Pourtant, la Charte européenne pour l'égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, lancée en 2006 par le Conseil des communes et régions d'Europe (CCRE), est à ce jour signée par 174 communes et agglomération de communes françaises, dont les 50 villes interrogées. Le questionnaire des Nouvelles News s'inspire en majeure partie des grandes lignes de cette Charte : « les discriminations multiples et les obstacles doivent être pris en compte », « la participation équilibrée des femmes et des hommes à la prise de décision », « l'élimination des stéréotypes sexués », « intégrer la dimension du genre dans toutes les activités des collectivités locales et régionales » et « des plans d'action et des programmes adéquatement financés ».

Signataire de la Charte depuis 2006, Rennes semble précurseure, comparé aux autres villes. Pas seulement dans les bonnes intentions, le chef-lieu breton a mis en place des actions concrètes en faveur de l'égalité femmes-hommes. Le 1er décembre 2014, par exemple, la Ville de Rennes a obtenu le label « égalité professionnelle » attribué par l'organisme de certification, Afnor ; la seule parmi les 50 grandes villes. Selon Isabelle Germain, cela montre une indifférence affichée des politiques pour ce sujet. 

VOLONTÉ POLITIQUE ET ASSOCIATIVE

Geneviève Letourneux, conseillère municipale déléguée aux droits des femmes et à l'égalité depuis 2014, explique la politique de Rennes en ce sens, lors de la première table ronde du colloque « Le sexe de la ville » : « Depuis plus de trente ans, la ville de Rennes a mené une politique volontariste. L'ancien maire Edmond Hervé a porté la question de l'égalité au plus haut niveau. Il y a également, Jocelyne Bougeard, qui, au début des années 2000, a pensé, mené et construit une politique structurée avec une ténacité extraordinaire. Anciennement adjointe en charge des temps de la ville, elle a amélioré le travail des agents d'entretien, majoritairement des femmes. Cela a transformé la vie de ces personnes, moins précaire.» En effet, la création d'un Bureau des temps en 2002 a permis de mieux appréhender les déplacements des usagers.

Un point sur lequel la rejoint Annaick Morvan, certaine que la volonté infaillible de Jocelyne Bougeard de promouvoir la Charte européenne, « en étant adjointe au maire de Rennes, tout en siégeant à la Commission pour l’égalité Femmes-Hommes du Conseil des Communes et régions d’Europe, a fait en sorte que sa ville soit exemplaire. » Convaincue également qu’il est important d’agir dès le plus jeune âge : « C'est tout l'enjeu du plan égalité de l'éducation nationale. Mais il n'a de sens que si nous travaillons avec les branches professionnelles et les syndicats pour rendre effective l'égalité professionnelle. »

Ce « volontarisme », Geneviève Letourneux le définit également par le « foisonnement associatif [rennais], sa diversité, sa vitalité et son pluralisme. »

« À Rennes, les associations font plus pression sur les politiques pour ces sujets »
estime Isabelle Germain, fondatrice des Nouvelles News.

Des éléments détaillés dans le questionnaire méritent aussi d'être soulignés : le budget de la Ville pour l'« égalité entre femmes et hommes », qui est appréhendé de façon globale, et le personnel de la Direction générale, section culture et emploi, formé aux stéréotypes de genre et à la répartition du budget selon le genre, appelé « gender budgeting. »

« PRENDRE LA PAROLE ET AGIR »

Actuellement, deux actions rennaises vont dans le sens de l'égalité femmes-hommes : 40 évènements en mars, mois qui prolonge la Journée internationale des droits des femmes, autour du slogan « Prendre la parole et agir » (Voir le Focus - YEGG#34 mars 2015) et l'expérimentation prochaine des marches exploratoires de femmes, mises en place par Pascale Boistard, la secrétaire d'Etat chargée des droits des femmes. Des marches dont on parle déjà depuis plusieurs mois à Rennes (lire Focus – YEGG#27 – Juillet/Août 2014) et qui ont déjà été mises en place au Québec depuis les années 90.  

Pour Pascale Boistard, venue rencontrer les actrices et acteurs de l’égalité à Rennes en novembre dernier, à l’occasion de la semaine de l’égalité professionnelle, « cela ne [l]'étonne pas » que Rennes figure en première position. « C'est une terre d'excellence en terme d'insertion et d'égalité professionnelle pour les femmes. Cela fait partie des convictions de la ville et cela se voit dans les politiques publiques qui s'adressent à toutes et à tous. Nathalie Appéré, la maire de Rennes, est une femme de convictions et je la félicite », rajoute-t-elle.

Pour autant, tout n'est pas rose. La Ville de Rennes ne possède aucun chiffre sur les fréquentations femmes-hommes dans de nombreux équipements culturels proposés dans le questionnaire : piscines municipales, salles de spectacles, salles d'exposition, maisons de quartier, zones commerciales et dans les rues. Le nombre de licencié-e-s dans les clubs sportifs et des associations culturelles subventionnées n'est pas non plus affiché. Des renseignements sont pourtant essentiels afin de mieux répartir le budget en fonction du genre.

Concernant l'espace public, 10% des rues rennaises portent le nom d'une femme. Depuis cinq ans, elles représentent 27, 59% de nouveaux noms des rues, soit 45,72% pour des noms de personnes. À relativiser toutefois car depuis 2003, les rues ornées de noms de femmes ne sont que 9,72% des 1039 personnages comparé à 90,28% pour les hommes. Des initiatives artistiques en prennent le contre-pied (http://yeggmag.fr/actualite-culture/femmes-envahissent-rues-rennes) pour sensibiliser les Rennais à cette problématique, emblématique de la mauvaise répartition de l’espace urbain entre les femmes et les hommes.

SILENCE RADIO DES MÉDIAS

Si le désintérêt politique est tel, c'est à cause du silence des médias sur la question de l'égalité femmes-hommes au niveau des villes, d'après Isabelle Germain.

« Si un sujet n'est pas payant médiatiquement, il n'est pas payant politiquement », regrette-t-elle.

Et les médias ont en effet brillé par leur absence lors de ce troisième colloque « Le sexe de la ville ».

Ce palmarès n'est qu'une première édition : « Il est perfectible », reconnaît la fondatrice des Nouvelles News. Tous les ans, les mêmes villes seront interrogées sur ces aspects pour en voir l'évolution. « C'est le but d'un palmarès que de classer et donner envie aux villes d'être dans les premières !, sourit Pascale Boistard. Je suis optimiste, c'est dans l'intérêt du bien vivre ensemble. » Pour donner plus de poids à son classement, Les Nouvelles News prévoit de travailler, dès l'an prochain, avec des universitaires, le Défenseur des droits Nathalie Bajos et le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes.

Célian Ramis

Cendrillon l'Universelle, au-delà du genre

Posts section: 
Location: 
Le Triangle, Rennes
List image: 
Summary: 
Les 28 et 29 janvier, le Triangle accueille Cendrillon, un ballet pour 20 danseurs créés par le célèbre Malandain Ballet Biarritz. L’occasion de s’intéresser au genre dans la danse contemporaine, un art qui souvent transcende la question du sexe.
Text: 

Les 29 et 30 janvier, le Triangle accueille Cendrillon, un ballet pour 20 danseurs créé par le célèbre Malandain Ballet Biarritz. L’occasion de s’intéresser au genre dans la danse contemporaine, un art qui souvent transcende la question du sexe.

Le corps a-t-il un sexe quand il s’agit d’un outil d’expression ? Une question qui sonne comme une ritournelle quand on assiste à certains spectacles de danse contemporaine. En novembre dernier, le TNB, le Triangle et la Cité de la danse présentaient dans le cadre du festival Mettre en scène le désopilant Antigone Sr., véritable bombe culturelle qui nous assommait par surprise de par la singularité de la représentation destinée à mettre le voguing à l’honneur.

« Le voguing, porté par une communauté noire, homosexuelle, drag ou transgenre, emprunte ses mouvements à ceux des défilés de mode et travaille sur un enchaînement de figures, d’une étonnante rapidité et souplesse. », indique la plaquette du Triangle en guise de résumé. Sur scène, 5 danseurs réalisent une performance croisant danse post-moderne et clubbing. Leurs corps semblent instinctivement se mettre au service de l’art et s’affranchir de toute catégorisation genrée.

CENDRILLON, PERSONNAGE UNIVERSEL

Dans son conte chorégraphié, Thierry Malandain, chorégraphe et directeur de production, se veut fidèle à la dramaturgie de Cendrillon et à la partition du compositeur russe Prokofiev. Et à cela, il ajoute une scénographie épurée, un simple mur teinté d’escarpins, et magnifie la mise en scène de ruses empruntes au système D.

« Pour le bal, nous avons pris des mannequins pour doubler le nombre de couples. C’est vraiment de la débrouille et il ne faut y voir aucun symbole autour de l’image de la femme. J’aurais été gêné de le faire sciemment… Par contre, le fait que l’objet soit inanimé justifie que le prince n’y voit aucun intérêt ! »
Thierry Maladain, chorégraphe du Malandain Ballet Biarritz.

Quand il a conçu le ballet, l’artiste n’a pas réfléchi en terme de genre. Ni dans les autres créations d’ailleurs. Il avoue aisément se détourner de ce sujet. « J’aime bien jouer avec les traditions. Avec mon langage. Du classique de maintenant », explique-t-il. Et dans sa manière d’envisager la danse et la création de tableaux chorégraphiques, se concentrer sur la question du sexe serait certainement une contrainte réductrice de créativité.

Ainsi, la difficulté de la distribution des rôles est amoindrie lorsqu’il s’agit d’attribuer un personnage féminin à un danseur masculin. C’est par exemple le cas de l’acariâtre belle-mère et ses deux pestes de filles.

« Elles sont maléfiques et méchantes. Je n’ai pas choisi expressément de mettre des hommes dans ces rôles féminins mais je trouve que finalement ça grossit les traits », précise le chorégraphe.

Quand il s’empare de la féérie « cendrillonesque », c’est pour sublimer cette étoile qui danse. Il créé une pièce originale et captivante, au message symbolique : « C’est le symbole de celle qui cherche à être aimée et reconnue. C’est l’attente de chaque être humain. » Au-delà du sexe et du genre, Thierry Malandain perçoit alors, à travers ce ballet, l’individu dans son universalité.

SOUS L’ANGLE DU GENRE

Même son de cloches quasiment du côté du Triangle. Quand on interroge Odile Baudoux, chargée de la danse et de la coordination secteur artistique, sur le genre dans la danse, elle nous répond en souriant : « Certains s’interrogent sur le genre et pour d’autres cette question est tout sauf la préoccupation principale. »

« Ce qui nous intéresse quand on conçoit la saison culturelle, c’est la création, le cheminement des artistes. Il y a donc des femmes, naturellement. Mais ce n’est pas notre critère principal », précise-t-elle.

Ce jour-là, dans son bureau, elle se saisit de la plaquette et nous propose une lecture nouvelle de la programmation 2014/2015, sous l’angle du genre.

Au fil des pages et des spectacles, on croise le thème de la séduction et de l’hyperféminisation des corps avec Our pop song will never be popular (octobre), on gomme parfois la féminité des danseuses de hip hop avec Bliss (décembre), on se travestit avec Antigone Sr. (novembre) et Cendrillon (janvier), on invente un langage avec Fighting Spirit (février), on se réapproprie son corps avec Les Créatives (mars à mai), on s’engage pour la condition féminine avec Plus femme que femme (mai) et on en passe.

UN GRAND POTENTIEL D’IMAGINATION

Le champ de la danse contemporaine est vaste, multiple. L’absence de codes, le choix de l’abstrait, ou non, le mouvement… Pour la programmatrice :

« La danse contemporaine ne nous donne pas toutes les clés. Elle requiert une interprétation personnelle, chacun peut s’approprier la proposition artistique du chorégraphe qui crée, invente… Il y a un grand potentiel d’imagination pour le spectateur. »

Au delà de la représentation très féminine qui subsiste, la danse transcende les questions de genre pour se libérer des contraintes, des codes et des cadres. Pour se centrer sur l’individu propre, l’individu mis à nu. « La danse n’est pas faite pour gommer les différences mais pour les réunir. Sans distinction. », résume Odile Baudoux qui insiste sur la nécessité pour chacun de s’approprier cet art et sa manière de le recevoir dans son individualité.  

Elle conclut :

« C’est tout l’enjeu de l’éducation artistique que nous pratiquons avec les jeunes. C’est de casser les a priori pour les amener vers une meilleure appréciation de la danse. Par exemple, dans Jours étranges de Dominique Bagouet que nous avions présenté en 2013. La thématique du genre était présente mais pas principale. Nous les avons vu progresser dans le danser ensemble alors que ce n’était pas simple au début. Ils ont fini par dépasser et transcender la question filles/garçons. »

Célian Ramis

Audrey Chenu, son combat de femme vers l'émancipation

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Ex-dealeuse de shit, ex-taularde, féministe, lesbienne, instit’, boxeuse, slameuse… Audrey Chenu signe en 2013 le livre Girlfight. Portrait.
Text: 

Ex-dealeuse de shit, ex-taularde, féministe, lesbienne, instit’, boxeuse, slameuse… Audrey Chenu peut être qualifiée de bien des choses que l’on pourrait s’amuser à lister ou à classer par ordre de pseudo importance. Mais finalement, ce n’est pas ce qui compte. L’important, c’est ce qu’elle véhicule, à travers son histoire, couchée sur papier dans son livre Girlfight – accompagnée de la journaliste et scénariste Catherine Monroy -  dont elle nous confie la trame lors de notre rencontre, mi-novembre. À l’occasion d’un après-midi slam et d’un apéro-discussion autour de son bouquin, les membres de La Bibliothèque Féministe de Rennes l’ont invitée à partager son expérience de vie à travers les arts de la parole.

L’éditeur, Presses de la Cité, le résume joliment : « C’est la belle histoire d’une fleur poussée au milieu du béton, celle d’une rédemption… »

Née à Caen, Audrey Chenu évolue dans un contexte familial « étouffant et mortifère ». Un père atteint de maladie mentale, donc « absent de mon éducation », une mère dépassée, 4 enfants. Elle est la deuxième de la fratrie, la première fille. « C’est sûr que ça apprend la force et l’indépendance. Je suis devenue la seconde maman, à 7 ans, il fallait savoir tenir la maison », explique-t-elle. L’ambiance n’est pas au partage des sentiments, elle se réfugie dans la lecture, « son échappatoire, son plaisir dans la solitude ».

Elle cherche sa place, elle se débat contre l’idée d’être enfermée dans la case « fille », se vénère et boude. « J’avais pas les armes pour répondre. Pour exister, j’étais insolente », précise la jeune trentenaire. Elle explique alors que c’est à l’adolescence que sa révolte va prendre de l’ampleur. Au lycée, elle fume du shit, pratique pour « aller vers les autres, ça anesthésie les émotions ». Le manque d’argent, l’envie de s’émanciper de sa famille et de s’en sortir seule. Elle a alors 16 ans, bonne élève, quitte le foyer parental et deale du shit, d’abord pour en fumer, puis pour le business. « Les fournisseurs étaient à Paris, mes potes avaient des contacts en banlieue parisienne, car à Caen il n’y en avait plus assez », se souvient-elle.

PRISON ET CAUSE FÉMININE/ISTE

Mais son réseau tombe et la jeune fille se fait balancer et arrêter. Direction la prison de Versailles.

« Le mythe des mecs durs s’est effondré à ce moment-là. Les couilles et le courage, c’est pas que du côté des mecs ! »
 lâche Audrey, d’un ton sec.

Elle découvre le milieu carcéral féminin: « Il y a, entre autre, un partage des oppressions masculines. La plupart des femmes étaient là à cause des hommes. On se rend compte là-bas que l’on est aussi fortes qu’eux. Le mythe de la complémentarité peut être dangereux ! » Autonomie, solidarité, combats menés entre prisonnières, tout cela la mène à percevoir les femmes d’une manière différente « et mène au féminisme ! »

Durant son incarcération, elle trouve également du soutien auprès de François Chouquet, un enseignant donnant des conférences au sein de la prison. « Les cours en prison concernent souvent l’alphabétisation des personnes incarcérées. Avec l’Université Paris 7, il y avait un dispositif pour prendre des cours. J’ai étudié la sociologie, mais il fallait acheter une vingtaine de bouquins. C’est François Chouquet qui me faisait passer les livres lorsqu’il venait, pour que je puisse faire mes fiches de lecture. Cela m’a permis de mettre des mots sur ce que je ne comprenais pas. Il ne s’agissait pas de juste subir et purger ma peine », explique Audrey.

La jeune femme noue des amitiés fortes avec des détenues, « beaucoup de complicité ». À sa sortie, l’une d’elles la recontacte. Elles tombent amoureuses :

« J’ai d’abord été bi, puis lesbienne mais jamais d’histoire en prison ! »

 Audrey travaille à McDo, ne s’investit pas trop et « continue le business » jusqu’à retourner une seconde fois en prison. À Fresnes, cette fois pour 12 mois. « J’ai jamais fait autant de mitard que cette fois là ! », se remémore-t-elle.

SLAM ET ÉDUCATION

Une fois à l’extérieur, deux gros sacs Tati dans les mains, elle ne sait où aller, elle va alors partager les galères et les plans boulots avec des amies ex-détenues. Elle commence l’animation et les scènes slam, elle a déjà touché à l’écriture en prison. Elle rencontre Nina, « une femme incroyable qui anime des ateliers dans une maison de quartier. J’ai fait ça 2 ans, le milieu socio-culturel, c’est précaire mais j’aimais ça ! Être avec les jeunes, avec les enfants ! » Audrey se lance dans un nouveau combat, celui de faire effacer ses peines figurant sur l’extrait de son casier judiciaire.

Elle a choisi d’être institutrice. Il lui faudra un an pour obtenir gain de cause, non sans mal :

« Je me rappelle qu’un des juges m’a dit : « La loi du casier existe pour que les gens comme vous n’accédiez pas à l’Éducation Nationale. » »

 Et c’est en Seine Saint-Denis que l’auteure de Girlfight exerce sa profession d’instit’, depuis 8 ans. Elle n’a pas dit dès le départ, à ses collègues, qu’elle trainait la valise d’ex-taularde dans ses affaires, mais tous le savaient avant publication du bouquin :

« J’ai toujours reçu de la compréhension. Quand les élèves l’ont su, ils étaient étonnés car ils ont l’image de la maitresse douce et gentille. (Rires) Quand le livre est sorti et qu’il a été médiatisé, je ne pensais pas faire l’unanimité par contre ».

Pour elle, il est important de libérer la parole autour de ce type de parcours, briser la honte de la prison, se battre contre les préjugés, et ça avec les enfants : « Je travaille dans un quartier populaire. Certains élèves ont quelqu’un de leur famille ou quelqu’un qu’ils connaissent en prison. C’est important par exemple de travailler ensemble sur l’écriture d’une lettre à quelqu’un qui est en prison. »

BOXE ET ÉMANCIPATION

Si pour l’éditeur, il s’agit d’une histoire de rédemption, Audrey, elle, parle d’émancipation. Les femmes ne sont pas libres. Un constat qu’elle a pu tirer en prison mais également en dehors, lors de sa réinsertion.

« On demande toujours « t’es mariée ? t’as des enfants ? », les femmes sont enfermées dans des rôles ! Mais ça peut tuer et voler des vies. Le sexisme dans l’éducation, l’homophobie, tout ça me révolte ! »
scande celle qui s’est mise à la boxe il y a 5 ans et l’enseigne aux petites filles.

Pour elle, la société ne bouge pas, elle régresse, et la jeunesse le vit mal. Elle voit ce mutisme des femmes comme si ces dernières étaient amputées : « Il faut prendre l’espace, il y a plein de choses à déconstruire ! » Et la boxe se révèle alors comme un des sports les plus complets et exigeants, qui permet de prendre confiance en soi et de se forger un mental d’acier. « On nous fait croire qu’on n’est pas capables. Qu’on est faibles. Quand on regarde dans le métro, les femmes sont recroquevillées. La boxe libère l’agressivité, dresse le corps des femmes et développe la force musculaire. Ça aide à s’affirmer et c’est un sport qui a plein de choses à apporter ! », déclare-t-elle, passionnée et engagée.

L’L’égalité des sexes, acquise ?

« C’est des conneries ! Et quand on voit les réac’ de la Manif pour tous, les réac’ au féminisme… Pour moi, le féminisme, c’est le progrès, c’est une avancée que l’on veut renvoyer dans l’obscurantisme fanatique. Mais l’histoire se répète et nous devons continuer de lutter »

L’écriture, son travail, la boxe et le slam sont donc autant de sources d’inspiration pour Audrey que de moyens pour éduquer à l’égalité et espérer faire passer le message. Le cinéma pourrait bien être un autre biais. Un chemin envisagé par l’institutrice qui pourrait voir son histoire adaptée sur grand écran. Pas dans l’immédiat, faute de temps – elle demande un mi-temps qu’elle n’obtient pour le moment pas – mais elle déjà été approchée dans cette optique précise.

Côté livre, « j’ai dit ce que j’avais à dire. Je ne veux pas écrire un livre pour écrire un livre. Et je me consacre aussi au slam et à l’écriture des autres, pour se libérer ». Se libérer, s’émanciper, le parcours et le combat d’Audrey marchent dans ce sens. Souhaitons que le message soit entendu et se diffuse.

Célian Ramis

Sport : Carton rouge pour l'égalité

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Femmes et sportives, c'est possible. Ce qui compte pour elles : les valeurs véhiculées dans les sports pratiqués.
Text: 

Dans le manuel de bonnes pratiques N°2 sur l’égalité homme-femme dans le sport, son auteure Clotilde Talleu choisit de citer, pour commencer son introduction, la résolution du Parlement européen « Femmes et sports », adoptée le 5 juin 2003 : « Le sport féminin est l’expression du droit à l’égalité et à la liberté de toutes les femmes de disposer de leur corps et de s’inscrire dans l’espace public, indépendamment de la nationalité, de l’âge, du handicap, de l’orientation sexuelle, de la religion ». Voilà qui est dit mais pas acquis.

Si le sport féminin gagne du terrain dans les mentalités, à travers la diffusion restreinte des matchs – que ce soit à Roland Garros, aux Jeux Olympiques ou lors des Mondiaux de foot ou de rugby – et récemment de divers documentaires sur les sportives (ou de campagne publicitaire telle que la dernière d’Always qui a créé un véritable buzz sur la toile), les stéréotypes et idées reçues subsistent. L’égalité des sexes a donc la vie dure, le sport n’étant pas une exception à Rennes et en France comme ailleurs, et les femmes pâtissent d’un manque de reconnaissance et de visibilité dans les médias.

Pourtant, elles véhiculent fièrement des valeurs identiques à celles des hommes, que ce soit en loisirs ou à haut niveau. Les valeurs de respect, d’entraide et d’esprit collectif. Reportages croisés dans le milieu féminin rennais du handball, du rugby, du tennis et du volley.

« Allez les roses », crie le speaker du club Saint-Grégoire Rennes Métropole Handball. Ce dimanche 21 septembre, l’équipe de Nationale 1 rencontre Bergerac, à domicile, salle de la Ricoquais. À l’appel de leur nom, elles entrent sur le terrain, se tapent dans les mains et saluent leur public. D’une capacité de 600 places assises, la structure est quasiment remplie, les handballeuses disputant leur premier match de la saison.

« On a repris la préparation sur le terrain, cet été, dès le 4 août. Depuis on s’entraine 4 fois par semaine et dès maintenant on joue les matchs de Coupe de France tous les week-ends »,
explique Morgane Loirat, lors d’un entrainement quelques jours plus tôt.

Les enceintes crachent les notes hérissées de « The final countdown », célèbre chanson d’Europe, et la pression monte pour les spectateurs, invités à fortement soutenir son équipe. Doucement mais assurément, les bretonnes avancent au rythme des tambours qui secouent les gradins et vibrent dans la salle. Les échanges se font de plus en plus rapides et les tentatives pour percer la défense s’enchainent. Bergerac ouvre le score. Cartons jaunes, penaltys, temps morts, minutes de pénalité, score serré… le match est cadencé par un jeu stratégique et combattif.

L’intensité du suspens explose les dix dernières minutes. Le public s’emballe, encourage les bretonnes, tape des pieds et des mains, maintient sa respiration jusqu’au coup de sifflet final. Le SGRMH s’impose 24 à 22, et ouvre ainsi la saison sur une victoire méritée. « On est super contentes ! Il y avait un bel état d’esprit au sein de l’équipe, beaucoup de rigueur et de dialogue. », commente Mélina Rolland, capitaine, après avoir félicité son homologue bergeracoise.

Les sportives se congratulent, s’enlacent, s’allongent et s’étirent pour certaines. Pour d’autres, c’est l’heure des autographes. À l’entrée de la salle, des cartes postales de chaque joueuse sont à disposition des spectateurs. Ainsi, filles et garçons, d’un très jeune âge pour la plupart, descendent des tribunes pour approcher les handballeuses.

RESPECT & FAIR-PLAY

Cartes des joueuses, affiches placardées dans les abribus, calendriers, soirée de présentation de l’équipe le 10 septembre dernier, les filles de Nationale 1 sont volontairement érigées au premier plan puisqu’elles évoluent à niveau élevé, fruit d’une réelle volonté du club. En 2006, Rennes Métropole Handball fusionne avec l’US Acigné Handball pour renforcer équipes et compétences. Six ans plus tard, le RMH rejoint Saint-Grégoire et prend ses quartiers à la Ricoquais, un équipement sportif de qualité.

« C’est la première fois que je me sens aussi « starisée ». Le club investit beaucoup pour nous mettre en avant »,
ressent Morgane Loirat, 24 ans et handballeuse depuis 17 ans.

À ses côtés, Elise Delorme, 18 ans, joue depuis 6 ans. Ensemble, elles partagent leur passion pour ce sport qui enseigne « le respect des coéquipières, des adversaires, des arbitres, et le fair-play ». Collectivité et combattivité en sont les maitres mots.

Des notions que l’on retrouve également sur le terrain de la salle Courtemanche à Rennes. C’est ici qu’est implanté le REC Volley, dont une équipe féminine évolue en Nationale 2. Le premier week-end de septembre est réservé au tournoi amical de rentrée, pour une reprise en douceur. Rennes face à Nantes.

Ici, le public est en nombre restreint et les gradins, qui ont à peine un tiers de la capacité de la Ricoquais, sont désertés. Mais les sportives n’y prêtent pas attention. Les échanges se prolongent, les effluves de joie se font entendre à chaque point marqué, les accolades et les encouragements au sein de l’équipe sont systématiques, symboliques d’un esprit fort bâti à raison de 3 entrainements par semaine et d’un match par week-end. Floriane Prévert a goûté au volley à l’âge de 17 ans et n’en a pas démordu depuis :

« Je suis arrivée au REC depuis 8 ans, à l’époque nous étions en N3. Ce qui me plait, c’est l’esprit d’équipe et la stratégie de défense ».

La communication intense est exigée. « On discute pour savoir qui réceptionne, puis on se replace. Tout de suite les filles, tout de suite. Go go go go ! », scande l’entraineur de l’équipe nantaise, qui trépigne sur le banc en voyant Rennes creuser l’écart lors de la seconde période.  

À l’autre bout de la ville, le stade Alain Crubillé accueille l’entrainement des sportives du Stade Rennais Rugby. Un jeudi soir de septembre, 3 équipes se partagent le même terrain. Parmi elles, les joueuses du Top 8, plus haut niveau national du rugby féminin. « Sport co », « respect » et « fair-play » sortent de toutes les bouches des interviewées.

Qu’il s’agisse de la capitaine, la doyenne du club ou de la fraichement arrivée, elles évoquent toute une aventure humaine. Un épanouissement qu’elles puisent dans l’ambiance conviviale offerte par les sports d’équipe.

« Quand je suis arrivée à Rennes, j’ai commencé à faire du foot. Je ne m’y retrouvais pas. Avec le SRR, j’ai compris qu’il y avait de vraies relations humaines à construire et à découvrir. Je voulais absolument monter dans le bateau ! »,
s’émerveille Anne-Sophie Demoulin, arrivée en 2000, soit un an après la naissance du club, actuellement présidente du bureau.

Mêmes propos, à quelques mots près, de la part d’Anne Berville, nouvelle capitaine. Pour cette ingénieure-animatrice de formations en élevage, le rugby permet d’exprimer son dynamisme. « Je suis assez calme dans ma vie. Quand je suis sur le terrain, on me dit que je transforme », rigole-t-elle. 

MUTATION SUR LE TERRAIN 

Et ce n’est pas la seule à évoquer ce phénomène. Blanka Szeberenyi, nouvelle recrue du SGRMH en contrat pro, est une des meilleures buteuses de sa catégorie : « Le hand, c’est du combat, c’est physique, c’est la défense du territoire. Quand on est sur le terrain, on change complètement. ». Pour elle, la comparaison avec ses homologues masculins n’a pas lieu d’être et semble n’avoir aucun mal à passer outre les commentaires sexistes.

Toutes évoquent la différence de potentiel physique. Les hommes sont reconnus pour leur force de frappes. Sans faire abstraction des caractéristiques de chaque sport, le hand féminin serait « plus subtil » pour Elise Delorme, « plus dans la créativité » pour Morgane Loirat. Le volley, « plus dans l’échange », selon Floriane Prévert. Maryse Scarfo joue au tennis depuis 20 ans, « pour le plaisir de faire des beaux coups ». Elle a rejoint en tant que licenciée le pôle tennis du Cercle Paul Bert il y a 2 ans.

De l’autre côté du filet, Amélie Murie, présidente de la section tennis féminin, lui renvoie la balle. L’objectif de l’exercice étant de forcer l’adversaire à attaquer. Si ce sport de raquette paraît moins piqué par les réflexions misogynes, les sportives ne sont néanmoins pas exemptes de certaines maladresses et lourdeurs.

« Ce n’est pas propre au tennis, et tous les hommes ne sont pas comme ça, mais on entend souvent des compliments sur le physique des joueuses. Les commentateurs et médias parlent de la belle Sharapova par exemple. On ne dit pas des hommes qu’ils sont beaux, mais qu’ils sont forts… »,
souligne Amélie Murie.

Pour leur entraineur, Nicolas Civadier, la qualité du jeu ne réside pas dans la force et il est important de ne créer aucune distinction sexuée : « Ce que l’on demande aux joueuses, on le demande aussi aux joueurs : assiduité, respect, écoute, rigueur et envie ! Et le dimanche quand il faut jouer – championnat départemental - on joue ! »

L’état d’esprit semble identique sur la pelouse du stade Alain Crubillé. Les premières minutes de l’entrainement sont houleuses. « Je dis des choses précises. Tu as le droit de te tromper une fois mais pas deux fois », crie l’entraineur, très méticuleux sur les indications et consignes à suivre. « Super, tu l’as », lance-t-il l’instant suivant.

Toutefois, les filles sont envoyées aux exercices physiques, le temps de se mettre en condition. Sans pression palpable, les joueuses du Top 8 s’exécutent dans les rires et la sueur. « Il y a une bonne ambiance dans l’équipe, c’est un peu une famille sportive. Le rugby apprend ça aussi : on n’est rien les unes sans les autres », explique la présidente du SRR. Et elles gardent le sourire quand on aborde les clichés vicieusement ancrés dans les mentalités sur les représentations viriles des femmes sportives.

« Les monstrozaures… On entend dire qu’on est des bonhommes. Le sport modifie nos gabarits mais notre demande est de rester féminine. Et dans la société, en dehors du terrain, on montre que l’on est femmes. L’essentiel, c’est d’être bien dans notre corps »,
s’esclaffe Anne Berville.

Un discours en parfait accord avec celui des handballeuses, qui expliquent de moins en moins pâtir des stéréotypes autour de leur condition. « C’est surtout quand on est jeune qu’on a des commentaires. Il y a moins de jugement je trouve », conclut Morgane Loirat. À force d’entrainement, de séances de musculation et de critiques essuyées, elles apprennent à accepter que leur corps ne s’aligne pas tous sur la norme imposée par l’actuel dictat de la minceur.

Venue d’Italie pour ses études, Marta Ferrari arrive à toute allure sur le terrain. Elle était avec le kiné du club pour une tension à l’épaule. « Vous avez toutes les épaules en avant, comme les mecs », lui dit-il, en la caricaturant, avant de préconiser des rotations latérales et des exercices de stretching. La mine empreinte de bonne humeur, la joueuse enfile son tee-shirt « Peroni, la birra del rugby » :

« En Italie, le cliché de la fille qui ne peut pas faire de sport de combat est encore plus fort. Il faut être réaliste, on fait des mêlées, on plaque, on court sur la même superficie de terrain. On doit accepter de travailler nos corps et modifier nos gabarits pour les besoins du sport ».

À 23 ans, Marta Ferrari se moque des critiques adressées aux sportives : « On travaille pour nous, parce qu’on aime ça – et heureusement parce qu’on est pas payées - pour la reconnaissance de l’effort ».

LES MANQUES PERSISTENT

Et au SRR, la valeur du travail et de l’effort est capitale. Dans cette équipe de haut niveau, seule la motivation compte. La rémunération n’étant pas au rendez-vous, tout comme la médiatisation, malgré la présence de plusieurs joueuses recrutées par le XV de France féminin, qui a disputé la Coupe du monde de rugby cet été. « Cet événement a fait du bien à notre discipline. Les gens s’y sont intéressés », se réjouit la capitaine.

Et pourtant des zones d’ombre les tracassent comme la baisse de leurs subventions « à cause d’une réévaluation des critères d’attribution de subventions », précise Anne-Sophie Demoulin dont la mission va être prochainement de se plonger dans les dossiers. Ou encore l’absence de structure, de club house.

« Nous sommes des SDF de terrains et de structures d’accueil », plaisante Anne Berville, sur fond de vérité puisque le stade du Vélodrôme connaît actuellement quelques travaux. Le SRR doit alors composer avec les disponibilités des terrains et des salles de muscu, à partager avec plusieurs associations et clubs de la ville de Rennes.

Le REC Volley regrette aussi de son côté le manque de visibilité accordée à la pratique féminine.

« Déjà que le volley masculin n’attire pas les foules… Alors les filles ! C’est très difficile de trouver des partenaires pour elles dans des villes telles que Rennes. Le gros tissu économique est favorable aux hommes mais les femmes, ce n’est pas vendeur. Quel dommage ! »,
commente l’entraineur, Gildas Thanguy.

Le club, conscient de la réalité du milieu, souhaite développer sa communication à destination des publics et des potentiels financeurs. « Nous essayons de faire des affiches, des calendriers », précise Floriane Prévert à la fin du tournoi. Idem pour le SRR qui pratique la parution des calendriers depuis plusieurs années maintenant ! « Nous nous rapprochons également du SGRMH qui ont une forte communication », dévoile la présidente du SRR.

Côté handball, l’ambition a été affichée clairement avec la fusion des équipes et le recrutement de 3 nouvelles joueuses, réputées « gros calibres », comme Blanka Szeberenyi, citées précédemment. Flirter avec le haut du tableau ne devrait donc bientôt plus être un idéal mais une réalité afin de progresser en 2e division et accéder au haut-niveau dans un futur proche.

Les volleyeuses, elles, ont l’ambition de figurer en N1 d’ici 3 ans. « Nos résultats doivent devenir plus attractifs et pour cela nous devons réaliser une saison plus régulière.», confie Gildas Thanguy. Concernant les rouges et noires du SRR, déjà à haut niveau, l’exigence est à la stabilisation des performances.

« Ces dernières années ont été difficiles. L’objectif de l’an dernier était le maintien dans le Top 8. Pareil cette année, match par match », explique la capitaine de l’équipe qui va devoir redoubler d’effort, la saison ayant commencé sur des défaites. Heureusement, Anne-Sophie Demoulin se rattache à sa philosophie :

« L’important, c’est les amitiés qu’on garde, les choses qu’on vit avec ces personnes là. Je préfère être championne de France avec des amies qu’avec des connasses ».

Si l’ouverture des esprits progresse sur le terrain de l’égalité, des disparités subsistent. Une fois crampons et tenues rangés, les sportives ne semblent pas compter les points d’un match qui n’est pas prêt de prendre fin tant les stéréotypes sexistes sont imprégnés dans les mentalités.

Passionnées, elles le sont tout autant que les hommes, parfois plus. Drapées dans des écharpes rouges et noires, elles encouragent le Stade Rennais Football Club depuis les tribunes. Les supportrices du club des Socios ont chacune leur caractère, leur histoire, leur avis. Mais toutes ont la passion du football chevillée au corps et vibrent avec leur équipe favorite. YEGG les a suivi lors du match Rennes – Toulouse, le 23 septembre dernier.

Femmes de supporters elles le sont parfois, mais leur dénominateur commun c'est d'être des supportrices avant tout. Les membres du club des Socios arrivent bien avant le match dans le bungalow qui leur est attribué sur le parking du stade. Un petit préfabriqué qui côtoie ceux des autres clubs de supporters. Face au stade qui se dresse tel une proue d'un immense paquebot dans la lumière descendante du début de soirée, il paraît minuscule.

L'intérieur est chaleureux : un bar, quelques bancs et surtout des hommes et des femmes venus partager une passion. Le coup d'envoi est prévu à 21h. Dès 19h les supporters affluent par petits groupes. Parmi la majorité d'hommes, quelques femmes sont là. La volubile Marie-Hélène Delfosse fait partie du bureau de l'association depuis deux ans. Elle est derrière le bar à servir les arrivants. Coca ou jus d'orange, bière ou mousseux, les bouteilles s'ouvrent, les bulles pétillent et les yeux aussi. Toulouse est moins bien classée que Rennes qui joue à domicile.

L'espoir d'une victoire gonfle les cœurs. L'ambiance est joyeuse, détendue. Certaines évoquent la défaite, 3 à 0 contre Marseille du week-end précédent à demi-voix :

« On a pris une sacrée raclée quand même... »

Le club des Socios fait partie des 3 principaux clubs de supporters du SRFC. Créé en 1992, ses valeurs sont axées autour d'une ambiance conviviale et familiale. Il peine un peu à attirer des jeunes, mais dénombre un public nettement plus féminin que celui du Roahzon Celtic Kop, par exemple. Elles ont chacune leur histoire. Les plus âgées sont souvent arrivées au foot par leur conjoint ou leur fils. C'est le cas de Ginette Porée qui vient de Saint Lo, en Normandie. Elle explique :

« Quand j'ai rencontré mon mari, à 18 ans, il était supporter du Stade Rennais. La première sortie que nous avons faite ensemble c'était pour aller voir un match au stade. »

Betty Pitnain, elle, a récupéré l'abonnement de son fils lorsqu'il a eu des jumeaux et qu'il ne pouvait plus se déplacer. Les plus jeunes, ont souvent un parcours un peu différent. Audrey Desisles a entrainé sa mère dans les tribunes ce soir là. Elle explique: « Je voulais découvrir l'ambiance d'un stade. Ma tante avait une place et je me suis prise au jeu. Dans ma famille il y avait déjà des supporters, mon cousin, ma cousine, mon oncle et ma tante. Maintenant, c'est moi qui amène ma mère. »

D'autres ont remporté des places à la radio et ont attrapé le virus du football.

DE PLUS EN PLUS DE FEMMES

Un constat émerge quant au nombre de femmes parmi les supporters : minoritaires mais de plus en plus nombreuses. Dans le bungalow elles sont présentes, boivent un verre et parlent de tout, foot ou pas. Plus tard, dans les tribunes, des femmes de tout âge et de toute condition sociale assistent au match. Elles râlent contre l'état du terrain et au fur et à mesure que le temps file, contre l'équipe de Rennes : « Mais ils ne jouent pas là ! », s'énervent-elles.

Elles ne connaissent pas encore tous les joueurs de la nouvelle équipe, onze changements ont eu lieu à la rentrée de la saison 2014. Elles s'insurgent tout de même : « C'est qui celui là ? Il ne peut pas faire ça ! » Score final : 3-0 pour Toulouse, Marie-Thérèse Lahaye nous glisse mi-triste, mi-amusée : « Faudra pas leur annoncer le score dans votre article... »

Après le match, un détour par le bungalow s'impose pour tous les sympathisants du club, inscrits ou non. « Ils ne vont pas rester longtemps ce soir », analyse Marie-Hélène Delfosse. Les soirs de défaite, les gens repartent plus rapidement. Accoudée au bar avec son mari, Yaelle Pertuisel boit un café avant de reprendre la route.

Avant le match elle était toute sourire; maintenant, elle tourne de grands yeux tristes vers nous : « Ah on est déçus quand même, mais on reviendra pour le prochain match à domicile. »

FOOTBALL FÉMININ

Le Stade Rennais n'a pas d'équipe féminine, contrairement à l'Olympique Lyonnais ou au Paris- Saint-Germain. Les femmes sont donc reléguées au rang de supportrices de l'équipe masculine à défaut de pouvoir exercer leurs talents sur le terrain. Une situation que déplore Sylvie Joly, supportrice depuis dix ans :

« Ce serait bien que Rennes aille puiser dans les talents féminins. »

Elle apprécie le foot féminin qu'elle trouve « plus fin, plus technique ». Toutes ne partagent pas ce constat. Marie-Hélène Delfosse s'en veut un peu de son discours : « Oh la la ça ne va pas vous plaire si je dis ça ! » Mais elle renchérit : « Je pense que les femmes devraient laisser le foot aux hommes. Au basket et au hand, d'accord, elles ont leur place, mais le foot, non, c'est plus viril. »

DElle a déjà regardé des matchs de foot féminin et critique leur lourdeur sur le terrain. Betty Pitnain, retraitée, a été pendant 18 ans responsable du bar des Socios. Elle regarde beaucoup le foot féminin à la télévision et supporte l'équipe de France féminine notamment « parce qu'il y a deux bretonnes ».

Toutes font néanmoins le même constat : l'absence de barrières entre les supporters masculins et féminins. Une bonne nouvelle pour un sport régulièrement entaché de scandales sexistes.

 

Arrivée dans le tennis sur le tard, après en avoir longtemps rêvé, Danielle Autin est vice-présidente de la ligue de tennis de Bretagne et présidente de la commission au tennis féminin. Elle livre bataille depuis quelques années afin d'attirer plus de filles et de femmes dans les clubs. Rencontre.

Pourquoi avoir eu besoin de créer une commission au tennis féminin ?

En tennis, on compte 1 femme pour 2 hommes et seulement 1 fille pour 4 garçons. Pourtant le tennis a énormément d'atouts pour séduire les femmes. Avant elles n'avaient pas beaucoup de place. Les règles du jeu étaient faites en fonction des pratiquants masculins.

Aujourd'hui les choses sont en train de changer.La création d'une commission répond à une demande de représentation de la part des femmes. La ligue de Bretagne est assez réactive sur cette question. C'est d'ailleurs l'une des seules ligues avec une présidente et une vice-présidente.

Quelles sont les actions de la commission ?

Premièrement, il y a des actions fédérales qui sont déclinées sur un plan régional. Par exemple les « raquettes FFT » sont une compétition qui s'adresse à des femmes avec des petits niveaux. Elles jouent par équipe de 4. Deuxièmement, j'ai mis en place des actions spécifiques à la Bretagne afin d'amener des petites-filles ou des ados vers ce sport. « J'amène ma copine » est une action sur une journée.

C'est un moment festif où des jeunes pratiquantes peuvent amener une proche afin de leur faire découvrir le tennis. J'ai aussi travaillé avec des éducateurs afin d'aller vers des gens qui n'ont pas accès au sport. J'ai vu des femmes qui n'avaient jamais pratiqué prendre rapidement plaisir au tennis. J'essaye d'ouvrir à d'autres sports : on a fait des animations de tennis-zumba ou de tennis-fitness. Il ne faut pas attendre qu'elles viennent au club mais il faut organiser des actions pour les faire venir.

Le tennis est-il paritaire ?

L'équitation est loin devant tous les sports, mais le tennis est très féminin aussi. Pourtant les femmes ne cessent de devoir se bagarrer. À ce titre, les médias jouent un rôle : au moment de Roland Garros, il est rare de voir un match féminin retransmis. Mais ça bouge. Le fait qu'Amélie Mauresmo soit l'entraineur des meilleures joueuses françaises a montré qu'il n'y avait pas que les hommes qui pouvaient entrainer.

Il faut aller voir les femmes et montrer ce que le tennis peut leur apporter en bien-être et en plaisir. Ce que j'aime dans ce sport c'est qu'il est transgénérationnel et que c'est une bonne école de la vie, où l'on apprend à se respecter.

 

 

 

Tab title: 
Les sportives, pas sur la touche !
Le match sans fin ?
Rouge et noir au féminin
Danielle Autin, le tennis par passion

Pages