Célian Ramis

Santé : reconnaitre l'endométriose

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Mal connue et peu reconnue, l'endométriose est pensée comme une "maladie de bonne femme". Les femmes se mobilisent et militent pour une meilleure diffusion de l'information, l'accès aux examens et aux professionnel-le-s, sans remise en question de leurs souffrances.
Text: 

Ça y est. Tu, puis murmuré, le terme « endométriose » commence enfin à être prononcé à voix haute. Mais reste encore pour la plupart de la population une vaste inconnue. Une maladie de bonnes femmes un peu douillettes. Pourtant, les personnes atteintes d’endométriose – entre 1 femme sur 7 et 1 femme sur 10 – sont loin d’être ces « petites natures » dépeintes dès les premières expressions de douleurs, qui surviennent en général dès les premières règles.

Hélas, leurs souffrances sont souvent ignorées, voire méprisées, par le corps médical. Pour que leurs paroles ne se confrontent plus à l’avenir à une maltraitance, que l’auteur et ancien médecin généraliste Martin Winckler qualifie de « systémique », des associations et initiatives militantes luttent pour diffuser l’information auprès du grand public, permettre aux femmes atteintes de la maladie de se réunir pour échanger entre elles et pour faire progresser la recherche, laissée jusqu’ici sur la touche par les pouvoirs publics. 

« Lorsqu’on les interroge, la plupart des femmes atteintes sévèrement par cette maladie se plaignent d’avoir souffert depuis la puberté de douleurs gynécologiques violentes sans que le médecin ait évoqué une possible endométriose », peut-on lire sur le site d’EndoFrance, association française de lutte contre l’endométriose. Pourquoi ? Parce que la maladie est encore trop mal connue et que très peu reconnue. À nouveau, la question se pose : pourquoi ? Parce qu’elle concerne les personnes ayant un utérus. Soit la moitié de la population, en fait… Alors finalement, pourquoi ?

Depuis quelques années seulement se lève (doucement) le voile du tabou autour des règles. On ose davantage parler des difficultés du cycle. Le Syndrome Prémenstruel (SPM), les douleurs plus ou moins fortes lorsque surviennent les menstruations, le choix des protections hygiéniques et leurs compositions mystères, l’appréhension du syndrome du choc toxique, etc. On découvre des termes que l’on ignorait jusque là – même en ayant plus vécu réglées que le contraire – comme ménorragie, aménorrhée ou encore ménarche.

Si on sait que certains cycles sont réguliers et que d’autres ne le sont pas, que toutes les femmes ne ressentent pas les douleurs – quand l’utérus se contracte – de la même manière, on apprend en revanche qu’il n’est pas normal de s’entendre répondre « C’est normal » lorsque l’on exprime la souffrance provoquée par les règles. Car cette dernière peut être une conséquence directe de l’endométriose, souvent peu envisagée par les professionnel-le-s de la santé.

Le Dr Chrysoula Zacharopoulou, gynécologue chirurgienne, spécialiste de l’endométriose et co-créatrice avec Julie Gayet de l’association Info-Endométriose, explique, dans une interview accordée au magazine Psychologies :

« La société ne comprend pas la souffrance et le caractère handicapant de l’endométriose car elle ne connaît pas cette maladie. Elle est « cachée » avant tout par les patientes elles-mêmes car cela touche leur sphère intime, leurs règles et leur sexualité. Le regard de notre société sur le sujet de la douleur liée aux règles reste un tabou dont on évite déjà de parler entre femmes et davantage encore de manière publique. Et ce regard n’a jamais changé au cours des siècles, ni dans les différentes cultures. Dans une époque où l’image de la « femme parfaite » existe partout, à la télévision ou dans les magazines, parler de souffrance féminine liée aux règles n’est pas un sujet très intéressant, « ça casse l’ambiance ». La conséquence est que les femmes atteintes ne s’expriment pas, ne trouvent pas le courage de parler de leur maladie, d’être reconnues comme malades et vivent leurs souffrances en silence. Incomprises de tous. »

MULTIPLES ATTEINTES ET SYMPTOMES

La maladie est complexe. Pour les raisons évoquées par Chrysoula Zacharopoulou mais aussi parce qu’elle est multiple. En effet, elle peut prendre différentes formes et s’exprimer à travers plusieurs symptômes. D’où l’indispensable diffusion de l’information auprès du grand public, l’exigence d’une meilleure formation des professionnel-le-s de la santé et le besoin d’une écoute bienveillante des patientes.

Comme le souligne le Dr Estelle Bauville, gynécologue, obstétricienne et chirurgienne à l’Hôpital Sud de Rennes, lors d’une réunion organisée le 18 avril par l’antenne bretonne de l’association EndoFrance, « beaucoup de choses sont repérées à l’interrogatoire. C’est un peu policier, un peu cru parfois, mais ça nous aide. »

Malheureusement, aujourd’hui encore, tous les médecins ne détectent pas les signaux, souvent par méconnaissance de la maladie qui se révèle dans les « 5D » : dysménorrhée, dyspareunie, dysurie, douleurs pelviennes, dyschésie. Comprendre alors : règles douloureuses, rapports sexuels douloureux, difficultés à uriner, douleurs dans la zone du bas ventre et de la zone génitale, gêne à la défécation. « Ce n’est pas obligé d’avoir les 5 symptômes pour être atteinte d’une endométriose », précise le Dr Bauville, qui poursuit :

« Il faut savoir chercher les zones anormales, qui sont des petites tâches bleues. Bien regarder et bien chercher. Aller titiller. On doit rechercher toutes les anomalies, au niveau des trompes, des ovaires, voir s’ils sont collés ou s’ils sont figés alors qu’ils sont semi libres normalement. Lors de l’examen clinique, on regarde tous les organes avant de passer par voie vaginale. Et en effet, je le dis aux patientes quand je le fais : je vais rechercher les sensations douloureuses pour voir si les tissus bougent et trouver où se logent les anomalies. »

Clairement, qu’est-ce que c’est ? L’endométriose provient de l’endomètre, le tissu qui tapisse l’utérus et qui s’épaissit au fil du cycle pour accueillir une éventuelle grossesse. Sans fécondation, il s’évacue, par le vagin, au moment des règles. Mais il arrive que des cellules du tissu endométrial se développent en dehors de l’utérus, en remontant et migrant via les trompes. Ce qui provoque des lésions, des adhérences et des kystes ovariens – appelés endométriomes – dans les zones atteintes, qui peuvent dépasser le cadre génital et se loger dans l’appareil urinaire, l’appareil digestif ou même parfois dans les poumons.

« C’est la seule maladie bénigne qui métastase. C’est le même principe que le cancer mais l’endométriose ne tue pas, enfin pas la maladie en elle-même mais il peut y avoir des complications. », explique Manon Carbonnel, militante pour les droits des femmes, atteinte de la maladie. Accompagnée de Marianne Flahou, avec qui elle a fondé un premier groupe de paroles, à Rennes, début avril, à destination des personnes atteintes de l’endométriose, les deux femmes insistent : les symptômes peuvent différer d’une femme à une autre.

Vomissements, évanouissements, paralysie périodique du bas du dos… la maladie est handicapante. Et peut être silencieuse, également. « Tu peux avoir des grosses douleurs et être à un stade 1 et tu peux ne pas avoir de douleurs et être au stade 4 », précise Manon. D’où le fait que certaines femmes ne le découvrent que tardivement (voire pas du tout), notamment en arrêtant la pilule par exemple – puisque celle-ci peut masquer les symptômes – ou encore dans les cas de difficultés à concevoir un enfant. En effet, une grande proportion de patientes endométriotiques présente des signes d’infertilité.

« C’est très difficile pour les femmes qui sont dépistées très tardivement et apprennent en même temps qu’elles ne peuvent pas avoir d’enfants. Il y a beaucoup de colère à cause du diagnostic, long à établir, et de la prise en charge tardive. »
commente Corine, représentante d’EndoFrance en Bretagne.

Parce qu’avant de passer une échographie et une IRM avec un-e professionnel-le spécialiste de la question et dont l’unique objectif est de déceler des anomalies révélatrices de la maladie, il va falloir franchir un grand nombre d’étapes, dont la principale est la plus compliquée : la prise en compte de la parole de la patiente.

UN DIAGNOSTIC TROP LONG À ÉTABLIR

« Pendant plus de 20 ans, j’ai souffert de cette maladie. Je ne savais pas ce que c’était, les médecins non plus. À 12 ans, je me roulais par terre et ma mère me disait que ça irait mieux quand j’aurais un enfant… Mais ce n’est pas normal de se rouler par terre ou de ne pas réussir à marcher à cause de douleurs gynécologiques… Les seuls, en 2009, qui ont su me renseigner, étaient les membres d’EndoFrance. Vraiment, ça m’a sauvé la vie. J’ai pu savoir ce que j’avais, j’ai été opérée par un spécialiste et j’ai pu avoir des enfants. », signale Corine.

Pour Manon Carbonnel, il aura fallu presque 12 ans pour que la maladie soit diagnostiquée. Entre temps, elle a subi des humiliations et des violences gynécologiques : « J’ai payé bien cher des psys pour savoir si j’étais tarée ou pas. Qu’on arrête de me dire que j’étais hystérique, que c’était dans ma tête. » Une phrase entendue par un grand nombre de patientes souffrant de douleurs intenses que ce soit en consultation, après une échographie ou une IRM « normales ».

« J’ai eu de la chance que mon médecin traitant demande une 2e lecture de mon IRM à l’Hôpital Sud (où elle est désormais suivie, ndlr). Sinon on n’aurait pas trouvé. Ce n’est pas simple du tout même ensuite. Les rendez-vous durent 20 minutes, les médecins n’ont pas le temps et tu ne peux pas avoir toutes les infos. », s’insurge-t-elle.

De son côté, Marianne Flahou ressent également le manque d’écoute. Pour diagnostiquer sa maladie, il faudra 10 ans. Pourtant, sa mère en est atteinte également. Elle parle d’errance médicale, liée à la façon dont les médecins reçoivent la parole des femmes. Et décrit un parcours de longue haleine particulièrement fluctuant, entre recherches infructueuses, fatigue morale, douleurs assourdissantes et besoin de trouver la cause du mal :

« Tu as tellement mal qu’il faut trouver ce que c’est. Il faut être dans la persistance. On te dit que c’est dans ta tête, c’est un combat permanent. Moi, j’ai quand même entendu : ‘De toute manière, ça sert à rien, y a pas de traitement’… »

L'IMPORTANCE DE L'ÉCOUTE

Pour le Dr Bauville, « le traitement dépend des symptômes et de la volonté des patientes ». En général, elles sont orientées vers des traitements hormonaux (la pilule en continu, afin de provoquer une aménorrhée) ou une opération chirugicale (la cœlioscopie, par exemple, mais tout dépend de l’atteinte). Celle-ci est « diagnostique et thérapeutique car elle permet de voir l’étendue de la maladie et de traiter directement. »

Sans remettre en doute la bonne foi de l’équipe spécialisée de l’Hôpital Sud, les femmes sont nombreuses à se sentir insuffisamment informées et insuffisamment prises en compte pour décider de la suite ou pour faire confiance aux médecins, qui parfois déshumanisent la patiente. « En tant que malade, tu as le droit d’avoir le choix. De savoir ce qu’on te propose et ce que ça va te faire. », déclare Marianne.

Elle a un kyste logé entre le vagin et le rectum. Une intervention chirurgicale aurait nécessité l’usage d’une poche durant deux mois, lui a-t-on expliqué, et cela sans prendre en compte les éventuelles complications. Elle n’a pas souhaité s’orienter vers ce type de traitement et la prise de pilule a entrainé, chez elle, un état de dépression. Elle se rend auprès d’un spécialiste, à la Sagesse – qui dispose d’une équipe pluridisciplinaire :

« J’ai expliqué que je faisais une dépression et lui m’a demandé si j’avais des sécheresses vaginales. Je lui ai dit que non. Il était devant moi, il dictait le compte-rendu et a noté que je voulais arrêter parce que j’avais de la sécheresse vaginale. Je me suis sentie pas écoutée du tout. » Difficile de ne pas toujours revenir sur le manque, voire l’absence, d’écoute. Pourtant, comme le souligne le Dr Chrysoula Zacharopoulou, elle est essentielle :

« L’endométriose m’a rapidement intéressée car la relation, le dialogue et l’écoute des patientes sont au centre de la prise en charge. C’est le cas pour beaucoup de maladies pas forcément graves – dans le sens où la vie des patientes n’est qu’exceptionnellement en danger – mais qui entrainent néanmoins des douleurs chroniques avec toutes les conséquences que cela comporte : personnelles, sociales et professionnelles. »

Un point sur lequel la rejoint sans conteste l’auteur et ancien médecin Martin Winckler qui, en plus d’avoir abordé le rapport médecins/femmes dans Le chœur des femmes, dénonce la maltraitance médicale dans Les brutes en blanc. Il explique, dans une interview accordée à 20 Minutes :

« En France, on n’enseigne pas aux médecins qu’ils doivent partager leur savoir et que c’est au patient de décider. Mon objectif c’est de dire au grand public qu’il peut se défendre contre les médecins maltraitants. » Par là, il n’entend pas qu’il existe une poignée de « médecins méchants » mais parle justement d’une maltraitance systémique. Le médecin sait, le patient non. Surtout si le patient est une patiente.

Il faut « sortir de l’idéologie paternaliste » et diffuser les informations. « Les femmes doivent savoir qu’il est interdit de leur imposer une épisiotomie ou une péridurale, de faire une infiltration ou une ligature des trompes sans leur consentement. Ce sont ces témoignages de patientes qui m’ont motivé à écrire ce bouquin. Le mal que je ferai à la profession n’égalera pas le 100e des souffrances de ces patients maltraités. », conclut-il dans l’entretien, après avoir balayé d’un revers de la main l’argument du manque de temps :

« Aucun médecin n’a jamais eu le temps. Ce n’est pas une excuse pour se comporter comme un malpropre. La médecine, c’est 80% de relationnel. Or en France, on valorise le geste technique. »

PROBLÈME DE COMPRÉHENSION

Ce dialogue s’avère véritablement difficile à établir. D’un côté, les médecins se sentent jugés. Remis en question. De l’autre, les patientes pas écoutées. Pas prises au sérieux. Et le ton peut monter rapidement. C’était le cas lors de la dernière réunion organisée par EndoFrance à l’Hôpital Sud, le 18 avril dernier.

Une femme exprime la douleur ressentie à l’introduction de la sonde vaginale, une autre s’interroge sur le fait que lors de son parcours PMA – Procréation Médicalement Assistée – elle n’ait pas pu choisir entre des injections ou la prise du médicament Synarel. Les échanges restent cordiaux, même si des gênes, basées sur des incompréhensions mutuelles, se font ressentir.

« La parole se libère, on ne fait plus la médecine d’hier. L’industrie pharmaceutique essaye de faire des améliorations mais on ne nous propose rien de mieux pour faire notre métier. », finit par rétorquer le Dr Bauville. Quelques femmes présentes dans l’assemblée tentent d’expliquer leur point de vue : « Des petits choix peuvent nous aider. Mais on ne nous explique pas les choses. » Réponse instantanée de la gynécologue : « On n’est pas des robots ». En face, les patientes répliquent : « Nous, on le devient, surtout en PMA. »

Si la conférence se poursuit autour des différents types d’atteintes, les parcours de diagnostic et de prise en charge, l’ambiance n’est pas plus détendue. Au contraire. Une des personnes présentes témoigne de sa colère. Parce qu’en 2011, on lui détecte un stade 4, elle est alertée sur l’urgence à concevoir un enfant, si tel est son souhait. Elle a désormais des jumeaux mais a énormément souffert :

« Après 2 ans de FIV (Fécondation In Vitro), la maladie a proliféré. J’ai 42 ans et les conséquences sont graves. Ma vessie ne fonctionne plus correctement et si j’ai bien compris, je vais devoir subir l’auto-sondage a priori jusqu’à la fin de ma vie. Je suis en colère. Après un parcours de FIV, on doit nous suivre et je n’ai pas été suivie. »

Pour le Dr Jean Lévêque, du service gynécologie de l’Hôpital Sud, elle aurait dû d’elle-même recontacter les spécialistes. La discussion prend un air de confrontation. Parce qu’il renvoie aussitôt un sentiment de culpabilité et la sensation de ne pas écouter le vécu et le ressenti de ces femmes démunies face à un parcours de santé extrêmement long, douloureux et pénible, physiquement et moralement.

« Vous êtes dans une position défensive. On vous demande d’écouter, on est des patientes, on souffre, on a des situations différentes, on a des questions. Ce n’est pas votre métier que l’on critique ou que l’on accuse. Ne soyez pas agressif. », signifient-elles clairement au médecin, visiblement braqué.

Quelques jours plus tard, Corine le dit en toute honnêteté : « C’est la première fois que je le voyais comme ça. Ça m’a un peu refroidie. Je regrette que ce soit parti en confrontation. Après, il y a dans l’équipe de très bons gynécologues et je ne veux pas arrêter de travailler avec l’équipe de l’Hôpital Sud parce que ce à quoi vous avez assisté le 18 avril n’est pas représentatif. Ce qu’il faut comprendre, c’est que c’est très compliqué. Il y a toujours une phase de colère dans l’endométriose et le ton des femmes peut être agressif. Pour les filles qui étaient présentes la dernière fois, il faut savoir qu’elles ont peur. Il y en a une qui a une poche, une avec des problèmes de vessie et une qui n’arrive toujours pas à avoir d’enfant. C’est normal d’être énervée et d’avoir peur dans ce type de situation. Moi, je suis moins énervée aujourd’hui, parce que j’ai pu avoir des enfants et que j’ai trouvé un très bon gynéco. »

C’est là encore une difficulté dont parlent Manon Carbonnel et Marianne Flahou. Pas facile, disent-elles, de pouvoir établir un annuaire des « bon-ne-s praticien-ne-s ». Tout d’abord, pour des raisons de feeling qui diffère selon chaque personne. Ensuite, parce que tou-te-s, y compris les « médecins safe » (réputé-e-s bienveillant-e-s) ne connaissent pas forcément spécifiquement l’endométriose.

Changer régulièrement de médecin, de gynéco, voire de sage-femme, jusqu’à trouver la personne bienveillante et compétente. Qui donne les informations, explique le pourquoi du comment, pour que la patiente comprenne bien. Qui permet une relation de confiance parce qu’elle écoute, sans jugement, et parce qu’elle demande le consentement de la patiente avant de procéder à un examen.

« Moi, la pilule m’a coupé un long moment dans ma sexualité. Va expliquer ton intimité au médecin qui n’écoute pas ! Il faut y aller en mode warrior et c’est fatiguant de douter de ton médecin. Mon médecin traitant a dû me faire une fois un toucher vaginal. Déjà, il m’a proposé et pas imposé et m’a expliqué que j’allais certainement avoir des douleurs près des ovaires. Il a attendu que je lui dise si j’étais ok ou pas avant de le faire. »
explique Manon.

Elles est rejointe par Marianne : « Lorsque j’ai fait ma dernière échographie de contrôle, la professionnelle ne me regardait pas. Je pense qu’elle n’avait pas l’intention d’être malveillante mais j’ai dû insister pour capter son regard. Quand tu es au cœur de la maladie, que t’en chie, c’est dur. » Se sentir prise en compte dans sa globalité, dans sa parole, son corps, son vécu et son ressenti.

Les trois femmes sont d’accord : aujourd’hui, on parle davantage des règles et davantage de l’endométriose. On sait désormais que la maladie - connue depuis 1860, rappelle Manon – est réelle. Et non une histoire de bonnes femmes douillettes. Le Dr Jerry Coiffic, gynécologue-obstétricien à l’Hôpital Sud, le confirme :

« C’est un fardeau que vous portez. Ce n’est pas juste une lésion, ce sont des gênes, des douleurs. À nous, médecins, d’utiliser tous les mots/maux de la patiente pour la diagnostiquer. Souvent, ça arrive dès les premières règles. Et la femme va entendre dire « C’est normal » de la part de son entourage. Et le médecin va dire aussi « C’est normal ». On fera le diagnostic 10 ans plus tard. Pourquoi un délai si long ? Parce que ce n’est pas aussi simple… Il y a un mélange de chose qui fait qu’on a du mal à établir le diagnostic. »

Il prend le cas d’une patiente à lui : « Elle souffre de douleurs dans les rapports sexuels, de fatigue, de douleurs déclenchées dès qu’elle pratique une activité sportive… On a fait une batterie d’examens, ils sont normaux. Pour autant, est-ce qu’elle n’a pas une endométriose ? Dans 50% des cas de douleurs, les femmes ont une endométriose (…). Prenons l’exemple maintenant des personnes qui souffrent de migraines. Souvent, les IRM ne révèlent rien. Pourtant, ça ne veut pas dire que c’est une maladie imaginaire. »

La maladie est sortie de l’ombre mais elle reste encore une inconnue autant pour les professionnel-le-s de la santé que pour le grand public. On sait que les douleurs, particulièrement au moment des règles, sont intenses. Qu’elles sont handicapantes pour les femmes atteintes de l’endométriose, dans la vie privée (pas seulement dans le cadre du couple ou de la famille mais aussi dans les relations amicales) comme professionnelle.

On sait également que le diagnostic est long à établir, le traitement difficile à trouver et la guérison inexistante. « On n’en guérit pas, c’est un gros boulet. Comme la fibromyalgie. », précise Corine. La maladie peut évoluer ou stagner.

En revanche, on connaît moins les conséquences des traitements et des actes chirurgicaux, qui peuvent mener à des situations dramatiques en raison des complications. Et on connaît encore moins les origines de la maladie. Des hypothèses tendent à orienter vers des prédispositions génétiques – l’hérédité n’est pas encore reconnue – et vers des problématiques environnementales.

Une nouvelle hypothèse pourrait être celle des produits hygiéniques, mais le lien n’a pas été établi scientifiquement pour le moment. Sur le site de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), rien de sûr : « Des facteurs de susceptibilité individuelle doivent donc intervenir dans le développement de cette maladie. Ces facteurs pourraient être génétiques. Les chercheurs soupçonnent par ailleurs l’impact de certaines expositions environnementales. »

À l’heure actuelle, la recherche peine. Par manque de financement, ce qui souligne par conséquent un manque d’intérêt pour le sujet. « Je me suis orientée vers EndoFrance parce que l’association co-finance six projets de recherche, à hauteur de 58 000 euros (le projet Endoprint est d’ailleurs à l’initiative du Dr Jean Vialard et de son équipe à la clinique de la Sagesse, à Rennes, ndlr). », précise la représentante bretonne de la structure.

Elle insiste : il est urgent et indispensable de se tourner vers les pouvoirs publics. Pour renforcer les moyens dans les centres antidouleurs, « parents pauvres des financements alors que les patientes ne manquent pas », pour sensibiliser les CPAM « aux problématiques du non remboursement de certaines pilules très chères » mais aussi au fait que certaines formes d’endométriose entrainent un arrêt maladie de longue durée et pour former également les infirmières scolaires et sensibiliser plus largement toutes les personnes en contact avec les jeunes filles.

« Plus tôt elles sont informées, mieux c’est pour elles. Chaque femme a le droit de savoir si elle a une endométriose parce que ça peut tout changer pour concevoir un enfant. Je sais que l’on est dans une société qui voudrait penser « Un enfant si je veux, quand je veux » et je suis totalement d’accord avec cette idée mais il faut comprendre que ce n’est pas tellement applicable à une femme atteinte d’endométriose. Moi, j’agis activement pour que les femmes ne souffrent pas et pour qu’elles puissent avoir des enfants si elles le souhaitent. Et ça, ce n’est pas possible quand elles le découvrent trop tard. Et c’est très difficile quand elles l’apprennent au moment où elles essayent de concevoir. Elles ont le droit de savoir, de se préparer. », s’exclame Corine.

Tout cela rejoint l’idée de l’importance de l’information. Et de sa diffusion. Pour que les femmes n’aient plus à avoir honte d’être physiquement diminuées à cause des douleurs. Que les professeurs puissent prendre en compte que des collégiennes ou lycéennes souffrent de maux intenses et qu’elles ont peut-être besoin de s’allonger.

Aujourd’hui, des avancées s’opèrent. Parce que les personnes atteintes de la maladie ouvrent la voie vers des remèdes alternatifs, susceptibles d’atténuer la douleur. Comme les douches chaudes, la bouillotte sur le ventre, l’alliance d’un anti-inflammatoire avec un antispasmodique, des changements alimentaires, etc. Marianne Flahou l’explique :

« Comme l’endométriose prend des formes différentes, on souffre différemment. Moi j’ai cherché mes soins avec l’acuponcture, l’homéopathie, les changements alimentaires (il est recommandé de privilégier les aliments anti-inflammatoires, ndlr) et puis je travaille aussi sur mon hygiène de vie. Par exemple, je reste au lit quand j’ai mes règles. Mais ça, c’est parce que j’ai la chance de pouvoir le faire. »

Ce qui n’est pas le cas de toutes les femmes, comme le souligne Manon : « J’imagine même pas les caissières ou les serveuses par exemple. Comme Marianne le dit, on essaye de changer des choses dans nos vies. Moi, j’étais déjà végétarienne, je suis passée végétalienne. Changer des choses, c’est pour avoir moins mal mais la maladie est omniprésente. Sans oublier qu’on n’a pas d’accompagnement par des psychologues ou des sexologues, parce qu’il faut pas oublier la chute de libido. »

Pour Corine, il est également important de noter qu’une nouvelle génération de professionnel-le-s de la santé arrive petit à petit. Une génération parée à mieux chercher. Et surtout prête à prendre en compte la dimension humaine du rapport médecin/patient-e :

« Certain-e-s gynécos ne connaissent pas l’endométriose mais savent travailler avec des spécialistes. Les médecins ne doivent pas se sentir coupables de ne pas tout savoir. Ils ont le droit de dire « Je ne sais pas » et d’orienter vers un confrère ou une consœur. » Pourtant, les bonnes volontés se révèlent aujourd’hui encore insuffisantes et on se demande encore pourquoi le cycle menstruel reste survolé lors de la formation des médecins, gynécologues, infirmier-e-s scolaires (un plan du ministère de l’Éducation Nationale prévu en 2016 est toujours en attente…), etc.

Le monde de la santé n’étant pas exempt des préjugés et des tabous sexistes qui régissent la société, il est important que la parole se libère mais surtout que l’écoute soit active et bienveillante. Sans jugement face aux récits des femmes qui souffrent de la maladie et qui se confrontent à l’image permanente de la femme moderne, dont les alliées « Always », « Nana », « Vania » et autres, permettent même au moment des règles de vivre plusieurs journées dans une journée. Dans laquelle il n’y a pas de place pour les douleurs. Toutefois pas pour l’expression de ces douleurs.

Heureusement, des voix connues s’élèvent, comme celles, entre autres, de Lena Dunham, Imany ou encore Laëtitia Millot pour faire sortir l’endométriose de l’ombre et lutter avec les « endogirls » pour diffuser l’information, sensibiliser un large public, agir sur les pouvoirs publics, et soutenir les femmes en souffrance, désireuses d’échanger, de partager et de s’entraider. 

Tab title: 
Endométriose : Faire (re)connaitre la maladie
Prendre en compte la parole des femmes
S'engager pour faire bouger les institutions
Pour favoriser la parole des femmes

Célian Ramis

Environnement : Voir la vie en bio

Posts section: 
Location: 
Ile-et-Vilaine
List image: 
Summary: 
La filière bio est actuellement en plein développement. La prise de conscience est lente, les modes de consommation difficiles à modifier et pourtant, 2016 est une année record. Pourquoi un soudain essor ? Rencontre avec celles qui ont décidé d'en faire leur mode de vie.
Text: 

À l’heure où Bayer rachète Monsanto, à l’heure où 3 millions de décès par an sont dus à la pollution atmosphérique, à l’heure où les articles, reportages et enquêtes se multiplient sur la mauvaise qualité d’une grande quantité d’aliments que l’on ingère quasi quotidiennement, à l’heure où les scandales autour des cosmétiques, bourrés de perturbateurs endocriniens, pleuvent, que faire ?

Tirer la sonnette d’alarme pour annoncer une catastrophe écologique ? Pour prévenir des problèmes de santé publique ? C’est fait. C’est en train de se faire. La prise de conscience est lente, les mentalités difficiles à changer, les modes de consommation complexes à modifier.

Sans se revendiquer militantes ou activistes du bio, les femmes rencontrées ce mois-ci ne baissent pas les bras et s’engagent dans une filière correspondant à leur mode de pensées et d’actions. Vers un environnement respectueux de la nature, du territoire et de soi.

La filière du bio s’apprête à battre son record de croissance d’ici la fin de l’année 2016. Selon les estimations de l’Agence BIO, le marché devrait rapporter 6,9 milliards d’euros en France. Une augmentation significative (1 milliard supplémentaire par rapport à 2015) qui confirme l’envol du secteur qui ne cesse d’attirer et de fidéliser un grand nombre de consommatrices et de consommateurs. Dans l’Hexagone, seul 11% de la population ne consommerait pas encore - d’aucune façon – des produits issus de l’agriculture biologique. 

Le dernier Baromètre Agence BIO / CSA, réalisé en 2015, montre que 9 français-es sur 10 consomment bio. Occasionnellement, en tout cas. Contre environ 5 français-es sur 10 en 2003. L’étude révèle également que 65% en consomment régulièrement – au moins une fois par mois – soit 28% de plus qu’il y a 13 ans.

Les magasins spécialisés se multiplient, la grande distribution s’embarque dans l’aventure en y dédiant plusieurs rayons plus par peur de perdre ses client-e-s que par éthique et les producteurs-trices s’engagent de plus en plus vers la filière bio. Ainsi, en juin 2016, la France comptait 31 880 producteurs-trices (plus de 2 000 sont en Bretagne, plaçant la région en 6e position sur 14) avec l’installation de 21 nouvelles fermes bio par jour au cours des six premiers mois de l’année. Et recensait au total 46 218 entreprises bio sur le territoire.

Le phénomène n’est pas récent, les premières boutiques bio datant du milieu du XXe siècle. Mais les comportements sont lents et difficiles à changer. Qu’est-ce qui précipite soudainement ces bouleversements ? Les raisons pour douter des produits vendus dans le commerce ne manquent pas.

Les produits laitiers ne sont pas nos amis pour la vie, la règlementation en terme d’abattage des animaux ne sont quasiment respectées, les conditions d’élevage des volailles font froid dans le dos, manger 5 fruits et légumes gorgés de pesticides et d’engrais n’atteint pas vraiment l’objectif d’une alimentation saine, les composants des cosmétiques plein de perturbateurs endocriniens sont pour certains nocifs pour la santé, les produits d’entretien remplis d’éléments chimiques…

LA PRISE DE CONSCIENCE

À la télé, à la radio, dans les journaux, articles, enquêtes, reportages et documentaires sont accablants et unanimes : il y a urgence. Urgence en matière de santé publique mais aussi en matière d’environnement. Ce sont là les deux motivations principales des consommatrices-teurs bio, qui sont pour la plupart des femmes. Pourquoi ?Certainement parce que ce sont encore les femmes majoritairement qui sont chargées des courses, de l’alimentation du foyer et des tâches ménagères. Certainement parce que ce sont les femmes qui consomment le plus de cosmétiques.

Ou encore parce que ce sont les femmes qui font l’objet d’un marketing ardu et disposent – puisqu’elles sont identifiées comme responsables des achats, mais les hommes commencent aussi à être de plus en plus visés et assiégés par la consommation à outrance - d’un large choix de produits, plus toxiques les uns que les autres (dissolvant, couleurs de cheveux, vernis, déodorant, gels douche, shampooings…).

Si les étiquettes pleuvent aujourd’hui pour signaler l’absence de paraben, d’aluminium, de parfum de synthèse, d’OGM ou garantir l’élevage en plein air, etc., la confiance est brisée. Ras-le-bol de ne pas savoir précisément d’où vient le produit que l’on achète et ingère. Le respect des client-e-s doit primer, tout comme le respect de la planète et les valeurs portées par les producteurs-trices de l’agriculture biologique.

Tout en maintenant une forme de vigilance vis-à-vis de la mention bio, que les grandes marques souhaitent coller partout sans véritable gage ni caution d’une véritable origine naturelle. Les modes de consommation évoluent et glissent doucement vers un « mieux consommé ». Les questions ont besoin d’être posées quant à la composition d’un produit et le rapport de proximité devient vite une nécessité. On s’intéresse alors aux circuits courts, on prête attention à l’origine du produit, à la saison d’un fruit ou d’un légume, du territoire et de ses richesses végétales, animales, etc. Comme avant.

Si ce n’est qu’avant, il en allait d’une évidence. Le capitalisme et le consumérisme n’étant pas encore passés par là. Aujourd’hui, « y a plus de saison ! » Une phrase qui résume bien les attentes et les réflexes. On doit pouvoir trouver de tout, tout le temps, partout. Sur les étals des marchés et des hypermarchés, les mêmes fruits et légumes viennent de partout, à l’année. Les saisons évoluent - à qui la faute ?! - mais notre capacité d’adaptation, elle, semble figée.

Les chiffres croissants de la filière bio démontrent que la dernière partie de cette affirmation est erronée. L’adaptation est lente, mais pas figée. C’est le discours que tou-te-s les acteurs-trices du secteur assènent au cours des interviews ou des événements, de plus en plus nombreux, autour du bio.

En septembre, le réseau Scarabée Biocoop organisait la 2e édition du Scarabio Festival à Rennes, en octobre (les 8 et 9), c’est au tour du salon Ille & Bio de s’installer à Guichen pour fêter ses 25 ans et en novembre, démarrent à Paris les 9e Assises nationales de la Bio pour réunir les membres du secteur, les nouveaux-velles porteurs-teuses de projets ainsi que les financeurs, et on en passe.

Des marchés bio fleurissent, comme tel est le cas le mercredi après-midi dans la capitale bretonne, au début du mail François Mitterand, les restaurateurs-trices optent désormais pour la démocratisation du bio dans les assiettes et les parents d’élèves réclament que cela en soi ainsi dans les cantines scolaires.

Là encore, la machine est difficile à huiler mais elle est en marche. Les enfants devenant un public important à sensibiliser.

UN ENGAGEMENT PERSO ET PRO

C’est en partie parce qu’elles sont devenues mamans qu’elles se sont intéressées aux plantes, aux huiles essentielles et à leurs vertus. Depuis octobre 2010, Delphine Ferrari commercialise ses savons, qu’elle fabrique de manière artisanale dans son atelier à Laillé. Cinq ans plus tard, le même mois, Emilie Briot lance son entreprise, Cosmétiques en cuisine, devenant animatrice en cosmétiques et produits d’entretien bio et proposant des ateliers à domicile ou à son local, à Gévezé.

Toutes les deux partagent un point commun. Avant de lancer la savonnerie La Dryade, cela faisait plus de 4 ans que Delphine avait commencé à créer ses propres produits. « J’avais une peau particulière et c’était dur de trouver un savon efficace dans le commerce. J’ai fait alors mes cosmétiques avec des produits naturels, pas forcément en bio. C’était d’abord un loisir créatif. », explique-t-elle.

À ce moment-là, elle est juriste, responsable formation en ressources humaines. Elle tombe dans « la savonite aigue », comme elle le dit en plaisantant. Elle aime assembler les composants, découvrir leurs effets et apprécier leurs qualités hygiéniques, réparatrices et protectrices. La jeune femme, alors âgée d’une trentaine d’années à peine, met en place une procédure rigoureuse pour limiter les dangers liés à la manipulation de la soude caustique (le produit liant qui permet aux huiles de se transformer en savon).

« On a déménagé en Bretagne, mon fils était déjà né et en arrivant ici, je ne voulais pas poursuivre mon métier. Je me posais des questions quant à la nourriture et aux soins pour un enfant et je voulais vivre responsable. Puis je me suis intéressée à la question du « consommer local » et sain. »
poursuit-elle.

Emilie Briot est venue elle aussi au bio par l’entrée personnelle, tout d’abord. Pour ses enfants, puis pour sa famille plus largement. Après avoir utilisé des huiles essentielles pendant plusieurs années, elle se forme aromathérapie familiale, commence à tester et fabriquer ses propres produits cosmétiques et ménagers. Assistante commerciale à l’époque, elle entame une reconversion professionnelle et repart en formation pour cette fois pouvoir animer des ateliers.

« Aujourd’hui, les gens s’alarment davantage et s’inquiètent de ce qu’ils mangent et de ce qu’ils se mettent sur la peau, de ce qu’ils mettent sur la peau de leurs enfants. Ils viennent dans les ateliers pour le côté « C’est sympa de fabriquer son produit ». Et c’est vrai, mais le but est aussi de parler des produits naturels. J’en parle beaucoup avec les enfants car j’interviens 3 jours par semaine dans les écoles, sur le temps périscolaire. », précise Emilie, 36 ans.

D’un métier prenant à un autre, les deux professionnelles affichent pourtant un soulagement et une autre manière d’envisager le travail. Une manière de penser qui relève de l’ordre de la passion et de l’engagement et moins du labeur contraignant. Comme si elles avaient été replacées au centre de leur vie professionnelle.

LE BIO, UNE ÉVIDENCE

C’est ce qu’évoque Sophie Persehais, agricultrice en plantes aromatiques et médicinales, implantée à Baulon. Cheffe de l’exploitation Le champ de l’air depuis 2009, elle a adhéré à l’agriculture biodynamique il y a 3 ans.

« C’est un courant agricole que l’on ne peut pas résumer en 3 phrases dans un article mais en gros il place l’agriculteur au cœur d’un système agricole vu comme un organisme vivant. On travaille avec tous les éléments, comme la lune par exemple. Je ne vais pas entrer dans les détails mais ce qui est important, c’est que c’est une agriculture qui repose beaucoup sur l’observation. On prend le temps de faire, on prend le temps de se poser et de regarder nos plantes. Et ça définit le boulot qu’on a car on voit des choses que l’on n’aurait pas vu dans l’urgence. », analyse Sophie.

Pour elle, le bio était une évidence lors de son lancement. Ses parents travaillent en agriculture conventionnelle et possèdent les valeurs agricoles, les valeurs de la terre et du respect de l’environnement. Elles sont trois sœurs mais elle est la seule à vouloir reprendre des parcelles agricoles. « Une volonté politique de conserver les petites exploitations. », surenchérit-elle.

Pourtant, elle exercera dans un premier temps la profession de professeure en communication avant de se former dans le domaine de l’agriculture et d’enseigner la biologie végétale er l’agronomie :

« J’adore la biologie ! J’ai vite pu constater les effets de synthèse, des éléments chimiques et autres. Je voulais revenir sur les terres familiales, travailler en micro-ferme, être tout le temps dehors dans mon champ. C’était logique pour moi d’aller vers le bio, je ne me suis pas posée la question. »

Même discours du côté de la créatrice de jardins biologiques et écologiques Pauline Beunaiche. Elle étudie les Arts appliqués au lycée, en Mayenne, et le design aux Beaux-Arts de Rennes. Son intérêt pour la conception de l’espace l’oriente vers les jardins et vers son premier coup de cœur pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire, qui organise chaque année le Festival international des jardins auquel elle participe avec d’autres étudiant-e-s des Beaux-Arts.

« Nous n’avons pas gagné mais j’ai découvert quelque chose de très riche. Le jardin est un espace de liberté et de création, je ne l’avais jamais pensé comme ça. Pourtant, je suis issue de la campagne, mes parents et mes grands-parents jardinent… », se souvient-elle.

Pauline se lance alors dans un BTS en aménagement paysager, effectue plusieurs stages auprès de différents paysagistes et part 6 mois vivre à Berlin et travailler dans un bureau d’études dont la démarche artistique influencera particulièrement la jeune créatrice, de retour en France il y a 6 ans, qui s’établit à son compte en fondant La Racinais.

« Je ne me suis jamais dit que j’allais faire du bio, j’ai juste fait comme ça, naturellement. La plupart des paysagistes agissent de cette façon. »
souligne-t-elle.  

UNE SENSIBILITÉ AU SAVOIR-FAIRE ARTISANAL

Toutes les quatre agissent à leur échelle, selon leurs savoir-faire. Des savoir-faire qui s’acquièrent au fil du temps, sur le terrain. La fabrication des cosmétiques répond évidemment à une réglementation quant au procédé, à la recette et aux ingrédients pour l’obtention d’une certification bio.

La saponification à froid demande un respect minutieux des consignes, du dosage et des températures. Le séchage des plantes aromatiques requiert l’absence de lumière. Et la création des jardins exige des compétences en terme de conception de plans, par exemple. Mais chacune se forme essentiellement dans la pratique. Une pratique artisanale et manuelle. Sans oublier, par conséquent, très physique.

Par les tests qu’elles effectuent, les ratés qu’elles ont déjà essuyé de nombreuses fois, le soin qu’elles mettent dans le quotidien et par la curiosité qu’elles accordent à leurs domaines. C’est en échangeant avec les collègues, en se documentant, en posant des questions aux herboristes, aux pharmacien-ne-s, en lisant et en prêtant attention aux retours des client-e-s qu’elles apprennent, se renouvellent, se perfectionnent. Et qu’elles se différencient, avec une signature propre.

Aujourd’hui, nombreuses sont les personnes qui se lancent dans la filière. Il n’y a qu’à voir les chiffres. La conversion des éleveurs de vaches laitières est fluctuante et un développement de l’ordre de 30% est attendu d’ici 2018 dans le secteur du lait bio.

Plusieurs centaines de domaines viticoles s’engagent également depuis le début de l’année et les ventes de vin bio enregistrent une hausse de 10% sur le premier semestre, du côté des grandes surfaces.

Delphine Ferrari et Sophie Persehais le confirment, toutes deux installées dans des domaines peu développés jusqu’il y a peu. « Quand j’ai fait mon premier marché en 2010 à Cesson-Sévigné, les gens découvraient la saponification à froid. Je devais expliquer à chaque fois le procédé. J’étais quasiment la seule savonnière sur le territoire. Peut-être que La Cancalaise existait déjà… Mais on a dû faire beaucoup de pédagogie, et ça fait aussi partie de notre objectif d’expliquer l’intérêt de ce procédé (qui conserve la glycérine, permettant de protéger la peau, partie souvent retirée des savons industriels, ndlr). Maintenant c’est le boom ! Tout le monde s’installe. Sept savonneries se sont créées à Rennes et aux environs. Il faut beaucoup de temps et de pratique pour établir une formule qui fonctionne. Moi je me suis laissée le temps. », signale Delphine.

Pour Sophie, même son de cloches : « Quand je me suis installée, j’étais une des premières fermes en plantes médicinales. Il y avait peu de producteurs en Bretagne. Maintenant on est une cinquantaine en France, dont 5 en Ille-et-Vilaine. Depuis 10 ans, ça intéresse plein de gens ! »

LES CIRCUITS COURTS ET LOCAUX

Une obligation, désormais ? Presque. C’est en tout cas une nouvelle attente, un nouveau besoin réclamé par les consommateurs-trices. Pour le bien-être personnel, pour l’environnement. Mais aussi pour la production territoriale. Savoir ce que l’on mange, savoir ce que l’on consomme dans l’assiette, dans les crèmes, dans les verres ou dans les produits ménagers, c’est aussi savoir à qui on les achète.

Comme les AMAP permettent d’assurer un revenu plus juste à la personne qui produit ce qu’elle met dans les paniers, on tend aujourd’hui à se tourner vers les regroupements de producteurs-trices, pour plus de visibilité et de proximité. Delphine Ferrari tient particulièrement à ce que ces matières premières soient issues de l’agriculture biologique et tant que possible proviennent du coin pour fabriquer ces savons sans huile de palme, sans conservateur, sans colorant, ni parfum de synthèse, sans huile minérale ou animale.

« Je tiens vraiment à travailler cette solidarité en impliquant les acteurs locaux dans ma démarche. En arrivant ici, j’ai vu tout le tissu bio qui existait et il est vraiment très riche. Ce qui est intéressant, c’est que je me servais par exemple de l’huile de colza, de l’huile de chanvre, du miel, que j’achète dans un périmètre proche de chez moi, pour l’alimentaire. Et je m’en sers pour les savons. C’est aussi une manière de faire découvrir des produits du quotidien utilisés différemment et qui sont faits ici, chez nous. Pour les matières premières qui viennent de loin, j’essaye de limiter et de faire en sorte qu’au moins, elles soient issues du commerce équitable. Je sous-traite également l’emballage des savons, une fois qu’ils ont séché (une pièce est dédiée au séchage après la coupe, ndlr). Toutes les semaines, je les amène à l’ESAT de Bruz qui rassemblent des travailleurs handicapés. », s’enthousiasme-t-elle.

Et fan de légendes celtiques, elle marque son attachement au territoire dans les 13 formules qu’elle a développées (ainsi que dans les 2 inédites de Noël) mais aussi dans les noms qu’elle donne à ses savons : Avalon, Lancelot, Beltane, Fée Morgane ou encore Brocéliande…

Cette manière de travailler se retrouve chez Pauline Beunaiche, qui entreprend des jardins pour des particuliers, des coopératives – comme tel est le cas actuellement avec le potager installé devant le magasin Biocoop de Bruz dont elle entretien le suivi – ou par exemple d’une maison de retraite. Des missions stimulantes puisqu’il lui faut répondre à une commande, des exigences mais aussi des adaptations selon les profils.

« Parfois, j’ai des demandes pour simplement dessiner et élaborer un plan de jardin. Mais quand je réalise, je travaille en local. Avec un créateur de rosiers ou une productrice de graines et plantes sauvages. Ce que j’aime bien faire aussi, c’est de travailler avec les semis. Les gens ont envie de mettre la main à la patte, on garde donc des coins pour les récupérer les graines et les replanter. Les gens demandent des jardins vivants avec un éco-système qui va intégrer les insectes, etc. », déclare-t-elle. Le geste écologique est donc important et se développe petit à petit, à des échelles différentes.

« Ça peut être des échanges de pieds de plante par exemple, je leur propose quand ils sont dans un rayon de 30 kms autour de Rennes. Ou alors ils sont en quête de solution pour limiter l’arrosage, le désherbage. Ça demande moins d’entretien et ça répond à une démarche écologique en même temps. », poursuit Pauline qui a à cœur également de développer des animations autour du potager de la Biocoop de Bruz.

Voilà peut-être les raisons d’un engouement lent mais solide et créateur de liens sociaux et solidaires. L’essor du bio prend un tournant, délaissant quelque peu les réticences d’un prix trop élevé des produits. D’où l’importance d’un changement des modes de comportement, vers une consommation plus raisonnable, certes plus chère mais peut-être aussi plus juste dans la rémunération du producteur ou de la productrice.

« Pour en vivre, ça prend du temps. Moi, je travaille en manuel, avec une seule cuve et je suis toute seule. Faut pas compter ses heures ! J’ai choisi de ne pas pratiquer des prix trop élevés, 5 euros pour un savon, ça va. Il faut trouver le juste prix en fonction du juste travail. », livre Delphine Ferrari, rejointe par Emilie Briot : « Il faut relativiser, moi mes ateliers ne sont pas très chers (19 euros pour un atelier dans lequel on réalisera un produit cosmétique type crème de jour, huile sèche pailletée, stick à lèvres, lait pour le corps, ndlr) mais ce qu’il faut voir, c’est surtout que l’on paye très cher les cosmétiques bio et non bio dans le commerce. Il faut donc trouver un équilibre pour être rentable mais pas hors de prix par rapport à ce que coûtent les matières premières. »

ET LES FEMMES DANS LE SECTEUR DU BIO ?

Sans se laisser porter par l’utopie d’un système alternatif qui romprait totalement avec le capitalisme et le patriarcat, la filière bio serait-elle plus égalitaire ? Pas de chiffres probants sur le nombre de femmes et d’hommes dans le secteur. Soit la marque d’un avenir qui cesse de réfléchir en terme de sexe et de genre. Soit un désintérêt total pour la répartition au sein de la production.

Quoi qu’il en soit, Sophie Persehais conclut sur une note positive et optimiste : « Je ne sais pas ce qu’il en est en règle générale mais je vois qu’on est pas mal de femmes dans le secteur. En tout cas, je pense que les petites exploitations et micro-fermes en bio facilitent l’intégration des femmes. Alors certes, en réunion, je vois bien qu’on est parfois 2 femmes pour 10 hommes mais je n’ai jamais ressenti que je n’avais pas ma place ici. Je dirais plutôt que l’on ressent qui fait du bio, qui fait du conventionnel. Qui fait du lait, qui n’en fait pas. Car dans le coin, y a pas de mal de productions laitières. C’est donc plus en terme de techniques que ça se joue qu’en terme femmes/hommes. Et autour de moi, je vois que nombreuses sont les femmes qui sont cheffes d’exploitation. À côté, j’ai une copine boulangère en bio, c’est elle qui fait le pain, c’est son mari qui vend. Ici, je suis cheffe d’exploitation, je suis tout le temps dans le champ ou à bosser la production, mon compagnon est salarié, c’est lui qui fait les livraisons et j’ai deux autres salariés. On est tous d’origines différentes et tout se passe bien. Parce qu’on communique. J’ai fait une formation sur la communication non violente. », dit-elle en rigolant. Voilà qui donne à réfléchir.

Depuis décembre 2015, Priscilla Zamord et Julie Orhant ont créé La Belle Déchette, projet de ressourcerie intégré au réseau national des ressourceries. La structure répond aux 4 fonctions du label : la collecte et le tri, la valorisation des objets de seconde main, la vente à moindre coût et la sensibilisation à l’environnement. Du 2 septembre au 29 octobre, ateliers, causeries et étude-action ont été menés à l’occasion d’une résidence à l’Hôtel Pasteur, à Rennes. En parallèle, pour alimenter la matériothèque et se procurer un camion, La Belle Déchette cherche à lever des fonds sur la plateforme de crowdfunding, helloasso.com.

YEGG : Comment est venue l’idée de ce projet ?

Julie : J’ai une formation Gestion de l’environnement et je travaille dans la gestion des déchets. Après un an passé à Madagascar pour une ONG, à travailler sur la sensibilisation à l’environnement et la gestion des déchets, ce projet a muri dans ma tête et j’ai écrit un projet très synthétique. J’en ai parlé à mon entourage. Une personne que nous avons en commun avec Priscilla nous a mis en relation.

Priscilla : Je viens plutôt du milieu culturel et j’ai glissé vers le secteur de l’insertion sociale par la culture puis l’insertion professionnelle. J’ai été responsable de l’ancienne friperie solidaire à Rennes Chez Rita Love. Après un Master en politique sociale et insertion, j’ai été embauchée à Bruxelles, dans une ressourcerie, sous forme de boutique.

Je suis revenue ici et j’ai travaillé à Rennes Métropole au service insertion et emploi et j’ai rencontré une personne qui m’a mise en lien avec Julie. Moi, j’avais l’idée de créer une structure mais je ne savais pas trop sous quelle forme, sachant que j’étais très très inspirée par le modèle belge et qu’on est à Rennes…

Qu’est-ce qui change ?

Priscilla : Ce n’est pas le même territoire, ce n’est pas la même culture du réemploi. Les pays nordiques sont très en avance, ça fait partie des pratiques quotidiennes. Avec Julie, on a un intérêt fort pour ce genre d’activité et en même temps une envie de faire quelque chose de local. Sans oublier la volonté de décloisonner les pratiques, c’est-à-dire qu’on est aussi dans un système très franco-français.

Tout le monde est mis dans une case. Ici on est dans un projet d’économie sociale et solidaire qui a des ambitions à la fois économiques, culturelles, environnementales et sociales. Il nous faut donc mettre tous ces acteurs là autour de la table et leur dire « on peut créer des éco-systèmes ensemble ».

Julie : Se faire rencontrer des élu-e-s de différents domaines et leur dire que ce serait bien de concilier les atouts des uns et des autres pour créer un projet, ce n’est pas si évident que ça ici. Ça bouscule.

Qu’est-ce qui n’est pas si évident ?

Julie : Je pense qu’il n’y a pas d’interrogations. Dans les mentalités, les déchets, l’environnement et la culture, ce n’est pas évident de les lier.

Priscilla : C’est culturel. Je pense que c’est aux porteurs de projet de secouer un peu les choses. C’est une mentalité liée à un système bureaucratique, pas simple, qui a des injonctions fortes. Mais globalement, on arrive tout de même à avoir des soutiens des collectivités territoriales sur chacun des volets et ça c’est une entrée positive.

Maintenant notre enjeu c’est de mettre les gens autour de la table pour créer des passerelles. C’est ce qu’on essaye de faire avec La Belle Déchette et notamment l’étude-action que l’on a lancé début septembre. Au premier comité de pilotage, il y avait autour de la table les partenaires et les financeurs de tous les domaines. C’était très innovant. C’est de la co-construction.

Qu’est-ce qui ressort des ateliers de la résidence ?

Priscilla : C’est intéressant de voir comment les ateliers de réemploi sont une entrée possible pour travailler la sensibilisation à l’environnement, l’artisanat, le bricolage. De manière valorisante. Pas dans la contrainte de la réparation mais la joie de la création. Et ça, sans distinction de genre. C’est une entrée hyper chouette d’un point de vue social pour travailler sur les modes de consommation.

On a commencé à réfléchir à un partenariat avec le CCAS. Pour proposer des ateliers aux bénéficiaires du RSA, montrer comment sans avoir beaucoup de sous on peut vivre en toute dignité, en ayant accès à des objets moins chers mais aussi en redonnant une seconde vie à leurs objets et en étant sur des modes de consommation plus économiques. Et puis les gens se rencontrent, c’est du lien social. Toujours dans la bienveillance et la générosité.

Vous avez étudié, Priscilla, la place des femmes dans l’ESS, qu’en est-il ?

Julie : Les entrepreneurs sont majoritairement des hommes. Dans le monde du déchet, ce sont des hommes. Ça détonne un peu que l’on soit 2 femmes à l’origine de ce projet.

Priscilla : Les gros postes, c’est toujours les mecs. Y a plein de nanas mais elles ne sont pas à des postes à responsabilité. Dans l’ESS, c’est pareil, les décisionnaires sont des hommes. L’ESS, il y a beaucoup de branche. Le care, services à la personne, oui c’est très genré. L’insertion par le recyclage, c’est plus masculin.

L’insertion sur de la vente textile, ça va être plus féminin. On est toujours dans les mêmes lectures. De temps en temps on peut nous prendre un peu de haut, il y a parfois une certaine forme de paternalisme.

Julie : Après, à nous de faire nos preuves.

Priscilla : Je pense qu’on doit faire encore plus nos preuves parce qu’on est des nanas.

Julie : Je suis d’accord avec toi.  

Priscilla : Je trouve ça assez scandaleux dans le secteur de l’ESS. C’est mon point de vue. L’économie sociale et solidaire est fondée sur des principes d’égalité et c’est un modèle opposable à l’économie capitaliste classique où il y a une forme d’accès aux droits à l’entreprenariat, l’égalité des salaires, etc.

Il faut toujours avoir une forme de vigilance pour qu’on ne reproduise pas les mêmes schémas que dans l’économie classique. Après c’est quand même un mouvement qui aujourd’hui prend beaucoup d’ampleur…

Il y a de quoi être optimistes alors !?

Priscilla : Oui, Rennes, ça bouge ! Plein de choses émergent, dans l’économie sociale ou  classique. Ça met du temps pour faire bouger les mentalités décisionnaires. Mais c’est une posture politique aussi que la Ville de Rennes doit prendre. On est très soutenues par l’ADEME et Rennes Métropole. La Ville est un peu plus timide. Ce n’est pas financier mais dans les échanges…

La plus value d’un projet comme ça, ça a un impact économique en terme de création d’emplois, ça a un impact en terme de marketing territorial, Nantes l’a compris il y a 10 ans, et ça a un impact social parce que Rennes est une ville forte qui a développé la carte Sortir, qui a permis à des gens qui n’ont pas de sous d’avoir un accès équitable à pas mal de choses. On peut être utiles socialement dans la ville. Ça a aussi un impact environnemental et politique.

Aujourd’hui, certes la Ville nous aide indirectement parce qu’on est à Pasteur. Mais on demande une prise de position, une écoute. C’est ce qu’on attend de la Ville.

Julie : Après, on va vite aussi. Et on sait que pour les politiques ça prend du temps. À nous de leur insuffler ce potentiel. Pas uniquement pour La Belle Déchette.

Tab title: 
Le respect, notion phare du bio
Reconversion des modes de consommation et d'actions
Vous prendrez bien une p'tite coupe ?
La belle déchette, le nouveau visage de l'ESS rennais

Célian Ramis

Emmanuelle Bercot, re-lanceuse d'alerte contre le Mediator

Posts section: 
Location: 
Cinéma Gaumont Rennes
List image: 
Summary: 
La réalisatrice Emmanuelle Bercot frappe à nouveau et frappe fort. Son nouveau film, La fille de Brest, au cinéma dès le 23 novembre, revient sur la lutte acharnée d'Irène Frachon et son équipe contre le laboratoire Servier, créateur du Mediator.
Text: 

La pneumologue du CHU de Brest, Irène Frachon, a initié en 2009 un combat acharné contre le laboratoire Servier, fabricant du Mediator, médicament dont l’autorisation de mise en vente sur le marché a été suspendue en raison de sa toxicité. Elle est aujourd’hui La fille de Brest, incarnée par Sidse Babett Knudsen, dans le nouveau long-métrage d’Emmanuelle Bercot, présente le 15 novembre dernier au cinéma Gaumont de Rennes lors de l’avant-première.

Son dernier film en tant que réalisatrice a été un succès. Sorti en 2015, La tête haute a ouvert la 68e édition du festival de Cannes l’an dernier, a fait remporté des César à Rod Paradot et Benoit Magimel et a été fortement salué par la critique.

La même année, Emmanuelle Bercot s’es imposé également dans le cinéma français comme une actrice talentueuse et a reçu le prix d’interprétation à Cannes pour le rôle de Tony dans Mon roi, de Maïwenn.

Elle a été découverte sur le tard mais aujourd’hui elle crève l’écran, qu’elle soit devant ou derrière la caméra. Et La fille de Brest ne fait pas exception dans la carrière de l’actrice-réalisatrice. Ce film, elle y a consacré 4 ans de sa vie, à la suite de sa rencontre avec la pneumologue Irène Frachon, début 2011.

« En tant que citoyenne, en lisant son livre, j’ai trouvé ça effarant. Mais ça ne me suffisait pas. C’est la rencontre avec elle qui a été le déclic. Je m’attendais à une femme austère et en fait c’est une femme haute en couleurs, flamboyante, un clown ! Il y a un véritable contraste entre ce qu’elle a accompli et son caractère. J’ai eu envie de faire le portrait de cette femme. », explique Emmanuelle Bercot.

UNE ENQUÊTE SANITAIRE

Elle se lance alors dans l’élaboration d’un film de genre, le thriller. À travers le combat d’Irène Frachon, elle retrace le bras de fer trépidant entre la pneumologue, son équipe et ses soutiens, et le laboratoire Servier et l’agence du médicament, l’Afssaps. « Elle est la fille de Brest, c’est comme ça j’imagine qu’ils devaient l’appeler de manière méprisante », souligne la réalisatrice. Les Parisiens contre les Provinciaux du fin fond du Finistère.

En terre inconnue dans le thriller, elle apprend et intègre les codes du genre « à l’instinct ». Le rythme est tendu, la musique accentue la dramaturgie, humour et suspens s’entrecroisent et s’alternent et la caméra nous plonge au plus proche de la protagoniste, nous emportant simultanément dans le tourbillon de cette lutte acharnée.

Inspirée par Erin Brockovich, seule contre tous, de Steven Soderbergh – film tiré d’un fait réel – et Révélations, de Michael Mann, Emmanuelle Bercot se lance rigoureusement dans l’adaptation de l’enquête sanitaire révélée en détail dans le livre Mediator 150 mg – Combien de morts ? (par un référé en justice établi par le laboratoire contre les éditions Dialogues, le sous-titre sera pendant un temps censuré).

UNE ADAPTATION FIDÈLE

Pour le tournage, l’équipe s’est installée dans tous les lieux investis par l’histoire (CHU de Brest, Agence du médicament,…) et a travaillé au coude à coude avec les personnes ayant vécu cette affaire :

« Le médical, le technique, le scientifique : tout est vrai. Bien sûr, on a procédé à une simplification des discours car l’objectif n’est pas de sommer les gens de détails techniques. Mais l’ambiance relatée est celle qui a eu lieu. »

La réalisatrice est claire, l’adaptation est fidèle au livre. Seulement, la fiction doit se différencier du documentaire. Elle a donc romancé certaines scènes et avoue avoir pris une grande liberté sur le personnage d’Antoine, interprété par Benoit Magimel.

« Il existe mais le vrai n’a jamais baissé les bras et n’a jamais eu peur. Pour les besoins du thriller, pour tendre le film, je l’ai modifié et j’ai joué sur le lien entre les deux et leur ambigüité qui n’a jamais été présente dans la réalité. », explique Emmanuelle Bercot.

FAMILIER ET UNIVERSEL

Autre point qui diffère : Irène Frachon n’est pas danoise comme Sidse Babett Knudsen. Mais la cinéaste ne voit aucune actrice française avec le profil correspondant à la pneumologue. C’est Catherine Deneuve qui lui conseille de s’orienter vers l’actrice de Borgen :

« Je ne connaissais pas la série, je ne regarde pas de série de manière générale. Mais quand je l’ai vu, c’était une évidence que ça devait être elle. J’ai demandé l’accord à Irène et en fait c’est une grande fan de la série et elle ne pouvait pas rêver mieux. Et puis ce qui compte c’est le personnage et qu’elle ait un accent universalise le film. »

Car au-delà de la bataille du Mediator, c’est une plongée au cœur du système de santé qu’elle propose dans son nouveau long-métrage. Un univers qui lui est familier. Elle développe cet aspect dans le numéro 72 de Causette, paru en novembre 2016 :

« D’abord, mon père, aujourd’hui décédé, était chirurgien cardiaque ; or, il est précisément question de maladie cardiaque dans l’affaire du Mediator (l’autorisation de la mise en vente sur le marché a été suspendue par l’Agence du médicament en raison de sa toxicité avec risque avéré de vulvopathies susceptibles d’entrainer la mort, ce qui a d’ailleurs été le cas en France, ndlr). Mais surtout, il était très remonté contre l’industrie pharmaceutique et ses lobbies. On en parlait souvent chez nous. C’est pour ça que je lui dédie ce film : c’était un homme d’une grande intégrité, très à cheval sur la déontologie ; des valeurs que j’ai retrouvées chez le Dr Irène Frachon. »

UN ENGAGEMENT PUISSANT

Cette occasion, d’approcher et de montrer le monde médical, elle s’en saisit rigoureusement. Et pour soutenir la cause défendue par la pneumologue et ses collègues, la réalisatrice prend le parti de mettre à l’écran des scènes dures de chirurgie et d’autopsie. Pour que l’impact soit conséquent. Et que nul spectateur-trice ne puisse ignorer les conséquences de ce médicament antidiabétique utilisé en coupe faim sur des millions de personnes, « au prix de la vie ».

Social et engagé, le film met en lumière le mépris des laboratoires pharmaceutiques face aux conséquences, aussi avérées soient-elles, de leurs produits. Et la condescendance dont le laboratoire Servier a fait preuve face à cette équipe brestoise. Une attitude irrespectueuse qui a certainement créer l’engouement des bretons pour cette affaire, selon Emmanuelle Bercot :

« Ce n’est pas que l’histoire d’Irène, c’est aussi une histoire collective et humaine. En traitant cette équipe un peu comme des bouseux, ça a réveillé les bretons purs et durs. Et ils ont eu envie de prouver aux Parisiens qu’ils pouvaient les faire flancher et c’est d’ailleurs ce qu’ils ont fait. »

RÉVEIL DES CONSCIENCES

Irène Frachon est une lanceuse d’alerte. Et la réalisatrice s’affiche en re-lanceuse d’alerte. Car 7 ans plus tard, ce n’est pas terminé et la pneumologue poursuit son combat, en attente du procès pénal. Le film est donc une opportunité de garder en mémoire les dangers du Mediator, de rendre hommage aux victimes et de remobiliser l’opinion publique, dans l’espoir que les choses bougent.

« Son moteur, c’est les victimes. Quand elle en parle, aujourd’hui encore elle a les larmes aux yeux et a de la colère. Pour elle, c’est 2000 morts, c’est un crime ! En France, les attentats font moins de morts et pour elle c’est inacceptable que l’on en parle plus que de ça ! », milite la réalisatrice.

Avec le talent qu’on lui connaît et qu’on lui reconnaît désormais quasiment les yeux fermés, Emmanuelle Bercot présente une œuvre utile au réveil des consciences. Un hommage aux lanceurs/lanceuses d’alerte et à celles et ceux qui se battent pour des lendemains meilleurs, pour des conditions de vie dignes et respectables. Elle en parle avec assurance, les pieds ancrés dans le sol, le corps droit et le regard assuré. Et surtout avec admiration.

Elle le dit, les femmes ont toujours été au centre de son cinéma car elles l’inspirent. Et a à cœur de montrer leur force dans leur beauté, leur âge, leur diversité. Mais elle clarifie un point en guise de conclusion :

« Irène, c’est une femme exceptionnelle. Mais il y a aussi des femmes nulles et des hommes exceptionnels et des hommes nuls. S’il y a eu un si grand retentissement dans cette affaire c’est en partie parce que c’est une femme. Les gens ont eu conscience de ce qu’elle avait vécu et ça a touché les gens car elle est femme, mère, médecin, elle avait autre chose à faire que ce combat qui lui a donné une dimension supplémentaire. Mais qu’elle soit une femme ne change pas la valeur de son combat. »

Au cinéma le 23 novembre 2016.

Mihaela Murariu

Le cancer du sein raconté aux enfants

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Atteinte en 2011 d’un cancer du sein, Rosanne Ribatto a vécu le combat contre la maladie avec sa famille. De son expérience, elle en a fait un livre illustré pour les enfants, Khâki-ann et le crabe.
Text: 

Atteinte en 2011 d’un cancer du sein, Rosanne Ribatto a vécu le combat contre la maladie avec sa famille et ses ami-e-s. De son expérience, elle en a fait un livre illustré pour les enfants, Khâki-ann et le crabe, édité en 2015 à 1000 exemplaires.

« Je l’ai annoncé tout de suite à mes enfants alors âgés de 4 et 7 ans. Je ne voulais pas leur mentir et trouver les bons mots pour ne pas les traumatiser, sans minimiser les choses. », explique Rosanne Ribatto.

Lorsqu’elle apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du sein, en 2011, elle a déjà conscience de ce que l’on peut vivre à cause de cette maladie, son amie Anne-Frédérique Coureau l’ayant affronté au précédent.

C’est avec elle que va naitre l’idée du livre Khâki-ann et le crabe (Kaki étant son nom d’artiste peintre et Annette, le surnom de son amie). « Elle m’avait raconté ce qu’elle disait à ses filles. Pendant que je vivais ça, j’ai noté ce que me disaient mes enfants et ce que je ressentais, c’était une sorte d’exutoire. », précise Rosanne.

Elle écrit le livre, dans un premier temps, pour sa famille et son entourage « car des bouquins existaient sur le sujet mais ne correspondaient pas à nos envies », le transmet ensuite à une amie, à Marseille, atteinte également de la maladie, qui elle aussi le diffuse au sein de son réseau. Les retours sont positifs et encourageants, hormis certains avis opposés à l’idée d’en parler aux enfants.

« Je ne dis pas avec ce livre que c’est ce qu’il faut faire. Je dis que c’est ma solution à moi, ce n’est en aucun cas la manière de vivre de tout le monde »
rationalise l’auteure.

Accompagnée de l’artiste roumaine Mihaela Murariu, Rosanne Ribatto se lance dans l’auto-édition de son ouvrage (les bénéfices seront reversé à la recherche contre le cancer), aujourd’hui diffusé dans des écoles, des collèges, des bibliothèques et peut-être, prochainement traduit dans plusieurs langues : « Il est fait pour être lu avec un ou des adulte-s. Il faut savoir que ce n’est pas un livre triste ! »

COMBAT COLLECTIF

À l’image de Boris Vian qui imaginait un nénuphar dans la poitrine de Chloé, dans L’écume des jours, Khâki-ann, elle, doit affronter le crabe logé en son sein. Jalla, son fils aux initiales des enfants de Rosanne et Anne-Frédérique, dessine un monstre en plusieurs parties, à découper après chaque séance de chimiothérapie, et s’invente une chanson autour de cette créature.

« Ce sont des choses que nous avons fait ensemble. Avec mes enfants, mon mari, ma maman, ma grand-mère. Chaque coup de ciseaux était une victoire ! On a aussi fait une soirée perruques pour dédramatiser un peu », se rappelle l’auteure, partisane de la franche rigolade en toute circonstance. La rémission est le résultat d’un combat collectif : « Mon fils dit « On a tué le cancer ». On était une armée ! »

D’où l’importance selon elle d’en parler à ses enfants. Tout comme Magali Lebellegard, membre des Roz’Eskell, qui a toujours souhaité répondre aux interrogations de son fils, 5 ans ½, et sa fille, 9 ans ½ (au moment du cancer) : « J’ai utilisé les vrais mots avec ma fille aînée qui a très vite compris la gravité de la situation : cancer, opération, chimiothérapie en expliquant les effets secondaires, radiothérapie, hormonothérapie. Elle avait besoin de réponses donc j'ai toujours répondu avec des mots simples et en restant toujours très positive. Je n'ai jamais rien anticipé mais je me suis adaptée à leurs inquiétudes. »

Les deux femmes sont unanimes : l’annoncer, oui, mais avec positivisme et espoir ! « À la question « Maman, est-ce que tu vas mourir ? », je répondais que j’allais me battre et que tout le monde allait m’aider à gagner contre le cancer, les docteurs et tous les gens qui m’aiment. », souligne Magali.

LE RISQUE DE LA GÉNÉTIQUE

Elle et Rosanne vont vivre deux cas assez similaires ; leurs filles démontrant plus de craintes vis-à-vis de la maladie que leurs fils, plus jeunes, qui vont eux y trouver des avantages.

« Pour ma fille, ce qui était difficile, c’était la perte des cheveux. De son côté, mon fils me trouvait belle et rigolote chauve. »
confie Rosanne Ribatto.

L’aînée de Magali se rapproche de sa mère, dans une relation fusionnelle, et devient son infirmière personnelle durant les traitements en lui faisant des massages ou en l’aidant à la pose quotidienne du vernis afin d’éviter la chute des ongles.

« Mon fils était content que je sois « en vacances à la maison » et que je l’accompagne tous les jours à l’école. Le fait de me voir jolie (foulard chatoyant et maquillage), rire et continuer à jouer mon rôle de maman lui suffisait. », explique-t-elle. Aujourd’hui encore, ils s’inquiètent d’une potentielle récidive et appréhendent les rendez-vous médicaux de leur mère, qui prend soin de leur en parler le moins possible, excepté lorsqu’ils sont demandeurs de réponses.

Pourtant, leurs filles pourraient être confrontées à l’avenir à un cancer du sein, qui peut être génétique. La problématique est complexe et entraine de nombreuses interrogations, dont certaines suscitent la polémique comme la mastectomie – opération qui consiste en l’enlèvement partiel ou total d’un sein, voire des deux seins - par exemple. Raison pour laquelle le choix de Rosanne Ribatto s’est orienté vers un protagoniste masculin dans son ouvrage.

Face à l’éventualité d’un cancer génétique, les deux femmes se montrent donc plus décontenancées, inquiètes d’un drame qui pourrait survenir à leurs enfants. Magali Lebellegard avoue que cela a même été la question la plus difficile pour elle à affronter : « Sans vouloir lui mentir ni l'apeurer, je lui ai répondu qu'elle serait extrêmement bien suivie (d'autant plus qu'il y a un fort risque génétique). Je ne veux pas qu'elle grandisse avec la peur d'être touchée à son tour. Mais j'y pense souvent... »

Célian Ramis

Les Roz'Eskell déploient leurs ailes à Venise

Posts section: 
Location: 
Plaine de Baud, Rennes
List image: 
Summary: 
Atteintes du cancer du sein, en rémission ou ne traitement, les Roz’Eskell de Rennes rejoindront les centaines d’équipages présents lors la 41e Vogalonga de Venise, le 24 mai. Un défi préparé avec sourire et fierté.
Main images: 
Text: 

Dimanche 24 mai, les Roz’Eskell de Rennes rejoindront les centaines d’équipages présents dans la lagune vénitienne à l’occasion de la 41e Vogalonga de Venise. Un défi qu’elles relèvent avec sourire et fierté.

Sur le ponton de la base nautique de la plaine de Baud, deux dragon ladies s’activent à vider l’eau logée dans les bateaux en raison des diverses pluies survenues les jours précédents. Ce vendredi 15 mai, un peu avant 19h, le ciel est dégagé, la végétation verdoyante, et les rayons du soleil scintillent sur la Vilaine. Les membres de l’équipe de dragon boat, les Roz’Eskell (ailes roses en breton), arrivent au compte goutte, prêtes à effectuer l’avant dernier entrainement avant la Vogalonga de Venise, dimanche 24 mai.

À l’échauffement, mené par Sylvie, kiné bénévole pour l’association Cap Ouest, la bonne humeur est le maitre mot. Les participantes – une vingtaine ce soir-là, mais l’équipe regroupe plus de 30 dragon ladies – ont à cœur de s’investir dans leur activité. Elles ont toutes subi un cancer du sein, sont en rémission ou en cours de traitement, et le dragon boat est leur bouffée d’oxygène. « C’est une 2e famille », n’hésite pas à dire Claudine, 54 ans, présente depuis le lancement des Roz’Eskell en septembre 2013.

Chantal, elle, est arrivée il y a un an. Alors âgée de 59 ans, elle vit son 2e cancer, déclaré en 2012. « J’en avais marre de ramer toute seule, je n’en pouvais plus. Ici, on est portées par le groupe, par l’énergie collective », précise-t-elle. Elles ont de 35 à 70 ans, ont des parcours et des profils différents. « Et elles sont malheureusement de plus en plus nombreuses », regrette Papia Prigent, leur coach, qui prend tout de même plaisir à s’engager avec ce groupe survitaminé.

VERS LA RECONSTRUCTION

Toutes ne traversent pas les épreuves de manière identique et toutes ne sont pas confrontées aux mêmes difficultés. Mais elles s’accordent sur l’isolement provoqué par la maladie, la difficulté d’en parler à son entourage, et surtout aux collègues de travail, et sur l’importance de se retrouver et d’effectuer ensemble une activité sportive.

« J’avais honte de n’avoir qu'un sein. Quelle horreur ! Depuis que je suis dans les Roz’Eskell, je suis fière de dire que je suis une dragon lady ! », avoue Claudine, rejointe par Chantal : « Un cancer du sein, c’est lourd. En avoir un 2e, c’est difficile de s’en remettre. Ici, ça nous permet de nous reconstruire. Ça développe une sorte de sororité. On a des affinités particulières avec certaines bien sûr, c’est comme partout. Comme dans une micro société, il y a les grognons, les chieuses, les rigolotes, les renfermées en cas de coup de blues ! Et on s’apprécie toutes ! »

Les témoignages oscillent entre dureté de leur vécu récent, douleur d’avoir perdu une membre de l’équipe l’an dernier et joie de participer à cette expérience libératrice et entrainante. Conscientes des bienfaits psychiques et physiques (au niveau du drainage lymphatique, principalement), elles ont rapidement souhaité collectivement s’investir dans des défis sportifs de grande ampleur comme avec la descente de l’Odet, la Vogavilaine et ce week-end la Vogalonga de Venise.

Des ambitions qu’elles mènent avec force et vivacité, motivées par « l’envie de faire ensemble et de se débrouiller seules », « la volonté d’aller ailleurs ». Une expérience qu’elles qualifient de thérapeutique et humaine. Les entrainements et défis constituent pour elles des bols d’air frais, des instants sans prise de tête, qu’il pleuve, neige, vente ou autre, elles répondent présentes. « On pagaie même si c’est gelé, pas question d’annuler ! », plaisantent Chantal et Claudine, dans les vestiaires.

DYNAMISME ET SOUTIEN

Et pas question de tergiverser ou de perdre du temps, une fois les étirements terminés, elles s’emparent d’une rame chacune et grimpent dans les deux embarcations bleues et roses aux têtes de dragon. Deux par bancs et une à l’arrière pour barrer. Ensemble, elles plongent avec dynamisme les rames dans la Vilaine et quittent rapidement les berges.

Les voilà parties pour 1h30 d’activité, rythmée par les « Yop » de Papia ou les coups de tambour qu’elle marque pour l’entrain et la synchronisation des participantes. Et quand elle ne donne pas le ton, les unes et les autres entament des chansons en chœur ou en canon avec les deux bateaux.

« Allez les filles, on va pas se laisser avoir », scandent-elles pour se donner du courage. Majestueuses, elles filent à vive allure. Objectif en tête : représenter les couleurs des dragons ladies bretonnes à Venise et participer à la manifestation regroupant quelques centaines d’embarcations à rames venues parcourir les plus de 30 km prévus sur la lagune « en un temps raisonnable », confie Papia qui se rend à Venise en camion, avec les bateaux embarqués sur la remorque (financée par les dons, subventions et partenariats prévus à cet effet, les billets d’avion des Roz’Eskell étant à leur charge).

Fière, Annick nous montre ses chaussures beiges customisées pour l’occasion au stylo rose. « J’ai écrit Roz’Eskell ! Ce sont mes ailes ! », nous lance-t-elle, en affichant un sourire enfantin étendu jusqu’aux oreilles. Pour Chantal, « l’image de nos corps a été abimée par la maladie. C’est important de restaurer notre image corporelle. Nous travaillons avec les photographes de Yadlavie ! qui réalisent un livre sur les Roz’Eskell et parfois on se reconnaît pas sur les photos… On se trouve énormes, monstrueuses. Ça compte beaucoup d’être dans ce groupe et de se fixer des objectifs. »

Certaines se sentent dévalorisées, d’autres lasses. Les douleurs quotidiennes, les soins, les traitements, les conséquences de tout cela… elles en témoignent avec émotions mais refusent de passer leurs entrainements à en faire état. « On n’en parle pas, sauf parfois en 3e ou en 4e mi-temps (oui, ça commence dans les vestiaires puis se prolonge sur le parking), rigole Claudine. On n’a pas besoin de tout raconter, on se comprend, on se soutient. »

Célian Ramis

Améliorer le diagnostic de la grossesse et le pronostic de l’enfant

Posts section: 
Location: 
Hôpital Sud, Rennes
List image: 
Summary: 
Visite des nouveaux locaux accueillant les consultations gynéco-obstétrique-anesthésie à l'Hôpital Sud de Rennes, ainsi que le bloc obstétrical.
Main images: 
Text: 

Les préfabriqués utilisés pour les consultations en gynécologie, obstétrique et anesthésie à l’Hôpital Sud de Rennes ont été supprimés de l’établissement l’été dernier. Un soulagement pour les professionnels qui investissent un nouveau plateau de 1000m2.

Mardi 6 janvier, le service de maternité obstétrique et gynécologie accueillait la presse pour une visite des nouveaux locaux de consultation, ainsi que du bloc obstétrical, deux étages plus haut (le bloc a été refait à neuf en 2009). Après deux ans de travaux et un chantier de 1,1 million d’euros, ce pôle de l’Hôpital Sud s’installe à la place d’anciens laboratoires, regroupés à Pontchaillou.

« En avril 2009, les deux maternités – Hôtel Dieu et Hôpital Sud – ont été regroupées à l’Hôpital Sud. Nous n’avions pas assez de places. », explique le professeur Patrice Poulain. Aujourd’hui, la maternité est constituée des différents services en lien avec la femme, la mère et l’enfant (centre IVG, obstétrique, gynécologie, reconstructions mammaires, Cecos/Banque du sperme/ Biologie de la reproduction).

Brigitte Huet, cadre supérieur du pôle, a rappelé la particularité de l’Hôpital Sud : « la prise en charge mère-enfant ». Elle précise que, depuis 2003, « la prise en charge est individuelle. Nous ne faisons plus de soins en série mais à la carte, selon les besoins ».

VISITE DU BLOC

Au bloc obstétrical, des dizaines de salles sont destinées aux naissances.

« À Rennes, nous sommes une maternité de niveau 3, c’est-à-dire bien équipée au niveau haute technologie »,
explique Brigitte Huet.

Et ce qui compte surtout pour les professionnels de ce service, c’est la proximité avec le service de réanimation pédiatrique « qui améliore la qualité de la prise en charge en cas de besoin, dans les cas de grossesses pathologiques par exemple. »

Chaque année, 4 000 naissances ont lieu dans cet établissement - excepté en 2014 qui n’a pas passé, de peu, la barre des 4 000. Un chiffre qui n’a pas été détaillé lors de la visite mais qui est un chiffre global comprenant également les nourrissons morts-nés ou décédés au moment de l’accouchement. Pour le professeur Poulain, cette proximité est garantie du bon fonctionnement du service et d’un meilleur pronostic pour l’enfant.

« À l’Hôtel Dieu, où j’ai travaillé avant le regroupement, il n’y avait pas de proximité immédiate avec le service de réanimation. Et cela est un changement énorme pour notre travail. Nuits et jours, s’il y a besoin, nous avons accès à la réa et toute son équipe. C’est la pièce voisine ! Le public n’a pas forcément conscience de ça, mais c’est important. Nous avons parfois des nouveaux-nés prématurés qui pèsent 700 ou 800 g…», explique-t-il.

Il insiste également sur le travail permanent concernant l’amélioration de la prise en charge. Parmi les points importants, il souligne la prise en charge de l’hémorragie de la délivrance, « très surveillée dans toutes les maternités car en France, les chiffres d’accident étaient un peu trop élevés par rapport à certains pays voisins ». Un travail de fond est établit depuis environ 8 ans autour de ce point.

ANTICIPER DAVANTAGE

Il poursuit :

« L’hémorragie de la délivrance peut se prévoir un peu pendant la grossesse (surtout pour les femmes qui ont déjà fait une hémorragie lors d’un précédent accouchement, sinon il est difficile de l’anticiper). Il faut pouvoir reconnaître les patientes à risque pour qu’elles accouchent ici puisque nous sommes équipés pour la prise en charge.»

« D’où l’importance aussi que toutes les femmes voient un anesthésiste bien en amont. Cela permet d’anticiper et de prévoir le nécessaire pour sécuriser la prise en charge », conclut le professeur, dans une œuvre prêtée par le FRAC dans le cadre d’un partenariat liant les deux structures pendant un an.

Ainsi, plusieurs thématiques d’exposition se succèderont : le jeu, le paysage et le corps. Une manière d’occuper les patient-e-s dans l’attente d’une consultation, mais aussi « d’interroger, surprendre, susciter l’imaginaire, inviter, ou pas, au voyage, aux échanges et à la réflexion », selon Brigitte Huet.

Célian Ramis

Contraception : Fiabilité limitée

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Enquête sur les méthodes contraceptives actuelles : scandale, manque de prévention, insouciance, hausse des IVG, méthodes naturelles... Quelles priorités aujourd'hui ?
Text: 

Une récente étude de l’Ined et de l’Inserm révèle une profonde évolution des pratiques contraceptives depuis le début des années 2000, et notamment un rejet de la pilule, celle-ci ayant, entre 2005 et 2010, reculé de 5 points (de 55% à 50%). Ce repli s’est accentué en 2013 avec la controverse sur les pilules de 3e et 4e génération – à la suite d’une plainte déposée en décembre 2012 par une victime d’AVC - passant de 50 % à 41 % entre 2010 et 2013, soit une baisse de 14 points en moins de 10 ans.

En Ille-et-Vilaine, 23 041 femmes utilisaient ces pilules entre octobre 2012 et septembre 2013. Elles n’étaient plus que 1 320 entre octobre 2013 et septembre 2014, soit une chute vertigineuse de 94 % en 1 an (source CPAM 35). Si la pilule inquiète, les femmes ont d’autres recours pour se prémunir de grossesses non désirées.

Pour autant, la crise du contraceptif le plus répandu soulève de nombreuses interrogations et souligne des graves conséquences collatérales. De quoi s’agit-il précisément ? YEGG a mené son enquête.

Rejet de la pilule, retour des méthodes naturelles, intérêt croissant pour le stérilet et la stérilisation, le rapport des femmes à la contraception a changé. Cette nouvelle donne a des effets positifs mais aussi des répercussions perverses sur l’IVG. 

Si les françaises continuent de se protéger des grossesses non désirées, elles le font autrement. L’étude de l’Ined et de l’Inserm révèle qu’elles se tournent vers le préservatif, qui sur la période gagne 3,2 points, vers les dispositifs intra-utérien ou DIU (stérilets) en hausse de près de 2 points, et vers les méthodes naturelles dont le retrait, ou coït interrompu (+3,4 points). La pilule ne serait donc plus la panacée et 40 ans après sa légalisation, sa remise en cause et les nouveaux usages contraceptifs ont pour première conséquence l’augmentation du nombre d’IVG.

LA PILULE EN CRISE

« Le problème s’est posé en Angleterre dans les années 90, à la suite d’une même controverse », confie Vincent Lavoué, gynécologue-obstétricien au CHU Sud, à Rennes. Rien d’étonnant pour lui. Il rappelle que les risques de phlébite et d’embolie pulmonaire liés à la pilule ont été reconnus et publiés, dès les années 60. « Il faut rappeler que la pilule est un médicament », ponctue-t-il. Le praticien précise que ces accidents restent rares et inférieurs aux risques observés pendant une grossesse.

Il partage avec sa consœur, Estelle Bauville, le sentiment d’être ici confronté à une erreur des pouvoirs publics et des médias, lesquels ont créé une panique générale. « Or, depuis 2004, les médecins doivent respecter les recommandations sur la pilule de 2e génération à prescrire en première intention. Si elle ne convient pas, alors seulement on peut proposer une 3e génération », précise le Dr. Bauville.

Les autorités de santé préconisent aussi un dépistage des femmes à risque lors d’une prescription de pilule et à chaque renouvellement.

« La Haute Autorité de Santé conseille d’orienter les patientes vers un contraceptif de longue durée en première intention, afin de faire face au problème d’observance (respect de la prise quotidienne et à heure fixe de la pilule, ndlr) et de risques cardio-vasculaires »,
ajoute Estelle Bauville.

Loin de nier l’existence des risques et la douleur des victimes, cette crise interpelle les deux praticiens. Manque d’autorité et champs d’action réduit des pouvoirs publics face à un lobby pharmaceutique trop puissant ? Praticiens négligents et en mal de formation continue ? Pré carré des gynécologues installés « en ville » qui ont dépossédé, depuis 25 ans, les généralistes de leurs prérogatives en matière de contraception et de contrôle gynécologique ? Femmes peu ou mal informées et donc inconséquentes ? Les causes sont multiples et les responsabilités partagées. Les effets sur la hausse des IVG, eux, sont alarmants.

FORTE PROGRESSION DES IVG

« En 2013, à Rennes, nous notons une hausse des IVG de 10 % »,
confie Vincent Lavoué.

En Ille-et-Vilaine, la hausse est de 13 %. Pour le praticien la réponse des pouvoirs publics à la crise - déremboursement des nouvelles pilules - a été une erreur entraînant plus d’IVG. Or, il ne conçoit pas qu’en 2014 on ne contrôle pas plus les grossesses, « en terme de santé publique c’est un bénéfice majeur, surtout pour les femmes », argue-t-il. Difficile aussi pour le Dr. Bauville de concevoir qu’avec le nombre de contraceptifs disponibles on puisse « se mettre ainsi en danger. L’IVG n’est pas une chose banale, il peut y avoir des infections, psychologiquement c’est dur ».

Elsa en a subi deux à la suite de deux grossesses non voulues sous pilule. « La première fois, à l’Hôtel Dieu, personne ne m’a alertée et parlé contraception, j’en ai un souvenir amer, glauque et froid », livre-t-elle. C’était il y a plus de 20 ans, mais le problème semble perdurer, Jean-Pierre Epaillard, médecin inspecteur de santé publique à l’Agence Régionale de Santé le confirme :

« Il n’y a pas, ou trop peu, d’examens et d’informations données aux femmes post-IVG».

Elsa est persuadée que de bons conseils auraient évité sa seconde IVG, 8 ans plus tard. Cette fois-là, on lui parle d’un contraceptif plus efficace pour elle, l’implant, lequel vient d’arriver en France. Elsa admet avoir « subi » les effets secondaires – prise de poids et cycles anarchiques - pour autant, l’important était ailleurs :

« Je ne voulais surtout pas revivre ça. Je crois malheureusement que tant qu’on n’a pas vécu une IVG on ne se doute pas de ce que c’est. C’est horrible »,
confesse-t-elle.

Pour le Dr. Bauville la contraception s’envisage au cas par cas, et cela parait facile au regard de l’arsenal contraceptif qui s’offre aux femmes. Certaines ne semblent pas avoir trouvé dans ce large dispositif « contraceptif à leur sexualité » et optent pour les méthodes naturelles.

LE RETOUR DES MÉTHODES NATURELLES

« L’indice de Pearl (il permet de mesurer l’efficacité d’un contraceptif, ndlr) prouve qu’il y a 30 à 40 femmes sur 100 qui tombent enceintes avec les méthodes naturelles : ça n’a pas de sens. Il faudrait savoir si tomber enceinte est un problème, ou pas, pour ces femmes. Se font-elles avorter ? », interroge le Dr. Lavoué. Difficile à savoir. D’autant plus qu’aux choix de ces méthodes pour raisons religieuses et culturelles, se sont ajoutés de nouveaux critères. L’étude Ined-Inserm indique que le recours à ces modes est orienté par des problèmes économiques, le niveau d’études et la catégorie socioprofessionnelle.

Les femmes sans aucun diplôme ont davantage délaissé les pilules récentes au profit de ces méthodes, tout comme celles en situation financière difficile. Une situation qui n’étonne pas le Dr. Epaillard, pour lequel il est évident qu’il existe des disparités sociales et des inégalités selon les territoires :

« On note que la prise de contraception d’urgence est plus importante en centre ouest Bretagne. Je ne suis pas étonné que la crise impacte la contraception. Lorsque l’on a des problèmes sociaux, la santé passe après, et la contraception en fait partie ».

L’étude parle aussi de certaines femmes qui rejettent tout contraceptif hormonal. Vincent Lavoué pense qu’il s’agit ici d’un mouvement plus global, écolo, avec l’allaitement exclusif, les couches lavables, l’alimentation bio, le recueil du cycle dans des dispositif de « coupe »…etc. « Ces suspicions à l’encontre des hormones ont été alimentées par la polémique. C’est juste une question d’appréciation des choses, car il n’y a pas de réalité physiologique, au contraire, outre le contrôle des grossesses, cela permet la diminution des risques d’infections sexuelles transmissibles (IST) et de cancer des ovaires. En revanche, il y a bien amplification des menaces de cancer du sein », précise-t-il.

Pour Anne et Bertrand Toutain, couple rennais qui pratique la méthode Billings depuis 20 ans, les contraceptions naturelles vont au-delà de toute mouvance et de tous milieux sociaux et présentent l’intérêt de bénéficier d’une excellente connaissance du corps féminin. Un savoir qui manque cruellement aux femmes et aux jeunes filles.

UN PROBLÈME RÉCURRENT DE SANTÉ PUBLIQUE

Aujourd’hui, Elsa pense à ses filles : « J’espère savoir trouver les mots pour qu’elles prennent conscience de l’enjeu. » Quant à son fils, elle envisage aussi de lui en parler sérieusement, considérant que la contraception ne doit plus être uniquement l’affaire des filles. Une initiative heureuse puisque de nombreuses méconnaissances sur la contraception circulent encore. Ainsi, certaines adolescentes pensent que le premier rapport sexuel n’est pas fertilisant.

« Il y a un gros problème auprès des jeunes filles, elles sont très mal informées. Depuis qu’on ne parle plus du Sida, elles ne se protègent plus et l’on voit plus d’IST, particulièrement le papillomavirus, responsable du cancer du col de l’utérus, et la chlamydia, cause de stérilité. Il n’y a pas assez de mise en garde, même si les infirmières scolaires font un énorme boulot »,
s’inquiète le Dr. Bauville.

Le problème persiste malgré la mesure de Marisol Touraine, ministre de la Santé, en 2013, de rendre la contraception pour les mineures gratuite et de réduire la TVA sur le prix des préservatifs. Pour ces derniers, se pose un souci de bon usage que les plus jeunes maîtriseraient mal. Néanmoins, l’étude Ined-Inserm révèle aussi que cette nouvelle donne contraceptive génère une plus grande diversité des pratiques, comme la pose de stérilets chez les 25-29 ans.

VERS UNE CONTRACEPTION LONGUE DURÉE

« Plus de stérilets et moins de pilules ? C’est un bénéfice réel ! Un effet positif de la polémique », assure Vincent Lavoué. Prôné par la Haute Autorité de Santé depuis 2004, le stérilet ne séduisait pas les jeunes, jusqu’en 2010. Depuis, il est passé de 2 à 5 % chez les 20-24 ans, et de 8 à 16 % chez les 25-29 ans. « Dans l’intervalle, un stérilet pour jeune fille, le short (petite taille, ndlr), a été mis sur le marché », note Estelle Bauville.

Longtemps victime d’un vieux dogme médical – disant les DIU responsables d’infections – il n’est donc plus réservé aux multipares. « Là encore, c’est un défaut de formation et de pratique qui poussent les praticiens à le refuser aux plus jeunes. Mais, ils ont l’obligation légale de les informer que d’autres collègues peuvent le faire », précise la gynécologue. Autre signe de ce tournant, l’attrait pour la stérilisation. Autorisée seulement depuis 2001, elle entre peu à peu dans les mœurs.

« On note une recrudescence des demandes de ligatures des trombes. Les profils sont très variés et nous procédons là aussi au cas par cas »,
confie le Dr. Bauville.

Elle s’alarme toutefois que cela ne devient un « nouveau jouet à la mode » sans que les femmes n’en mesurent vraiment les suites irréversibles, puisque une toute nouvelle méthode, Essure, se pratique par voie vaginale (la méthode initiale se fait par endoscopie, ndlr) et en 5 minutes seulement. « Je crains une banalisation de l’acte et un retour de manivelle dans peu de temps, surtout dans les DOM-TOM », concède-t-elle.

Car la contraception ne s’envisage pas avec légèreté, il en va du confort et de la liberté des femmes. À Rennes, depuis 2011, l’hôpital Sud a mis en place une formation au dépistage pour les généralistes. Les médecins traitants rennais reprennent donc en main la contraception et le contrôle gynécologique de leurs patientes, bon à savoir.

La plupart des pilules contiennent un œstrogène et un progestatif, des dérivés synthétiques de l’oestradiol et de la progestérone, deux hormones sécrétées naturellement chez la femme. Le progestatif fait fonction de contraception, l’œstrogène, hormone sexuelle, est là pour contrecarrer les effets du premier. La pilule de 1ère génération, celle des années 60, était riche en œstrogène, ce qui causait des effets secondaires importants (nausées, migraines).

La découverte de nouveaux progestatifs a permis de réduire le dosage d’œstrogène dans la pilule de 2ème génération, celle des années 70 et 80. Néanmoins les effets secondaires étaient toujours notables et les risques de thrombose veineuse toujours présents. Les pilules de 3e et 4e génération, arrivées dans les années 90, renferment plusieurs nouveaux progestatifs, censés réduire les effets secondaires (comme l’acné) et les risques d’accident thrombo-embolique. Mais, au contraire, ils les multiplient par 2.

« Depuis 40 ans, les risques de phlébite et d’embolie liés à la prise de la pilule – un médicament, rappelons-le – ont toujours existé, ils sont connus et publiés. Ils restent néanmoins faibles en fréquence. Les victimes ont souvent des antécédents familiaux »,
confie le Dr. Vincent Lavoué.

Le praticien précise qu’ici les responsabilités sont partagées par le lobby de l’industrie pharmaceutique, les pouvoirs publics ne jouant pas leur rôle de régulateur et les praticiens qui continuent de prescrire la 3e génération en première intention. Un récent rapport de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) indique que les ventes des 3e et 4e génération ont chuté de 60 % entre janvier et avril 2014 par rapport à 2012. Parallèlement, les ventes de 1ère et 2e générations ont augmenté de 36 %.

« À 38 ans, mariée et mère de deux enfants, j’ai décidé de me faire ligaturer les trombes (stérilisation chirurgicale féminine). J’ai été opérée en mai dernier. Depuis, je suis ravie ! J’éprouve une sensation de tranquillité, de liberté, de confort », confie la jeune femme.

Un choix d’abord personnel, après plusieurs mois de réflexion guidée par une insatisfaction rencontrée avec d’autres moyens de contraception, « les hormones me rendaient malade et je n’ai pas supporté les stérilets (hormonal et au cuivre). Parallèlement l’idée de la stérilisation cheminait dans mon esprit », précise-t-elle.Un choix de couple ensuite. Si la démarche vient d’elle, son mari a entériné l’acte :

« Nous étions parfaitement d’accord sur le fait de ne plus vouloir d’enfants. J’ai alors pensé aux pires éventualités (perte d’un enfant, séparation), mais nous ne voulons pas avoir d’autres enfants, c’est notre choix ».

Décidée, Fanny s’est renseignée, notamment auprès de ses amies qui l’ont fait avant elle, puis elle a rencontré une gynécologue.

« Elle m’a posé beaucoup de questions, elle a testé ma motivation, car ce n’est pas anodin, c’est irréversible. Elle m’a aussi bien mise au fait des possibles retombées psychologiques par rapport à ma féminité, puis il y a eu les 4 mois de réflexion obligatoire »,
poursuit Fanny.

Elle avoue ne pas avoir vécu cela comme une remise en cause de sa féminité ou, pire, une mutilation, mais comme un acte médical banal, une étape dans leur vie de couple, une phase naturelle. « Subir l’ablation d’un sein à la suite d’un cancer est un acte mutilant, une ligature non », insiste-t-elle.

Anne et Bertrand Toutain pratiquent la méthode Billings depuis 20 ans et forment d'autres couples à la contraception naturelle, à Rennes. Témoignage.

YEGG : Pourquoi avez-vous choisi la méthode Billings ?

Bertrand : Nous avons commencé cette méthode au début de notre mariage, il y a 20 ans. Nous sommes plutôt bio et pas trop médicaments… Nous nous sommes intéressés à différentes méthodes. Et la méthode Billings a eu un aspect très positif sur notre couple. C’est un partage et un épanouissement pour nous deux. Accompagner les autres couples l’est également.

En quoi consiste l’accompagnement des couples ?

Bertrand : C’est une formation de couple à couple. Les personnes souhaitant se former à la méthode viennent à la maison pour une soirée qui dure en moyenne 2h / 2h30.

Anne : Ensuite, il y a un suivi de femme à femme. Une entrevue de 10 minutes, c’est très rapide, en face à face. En général, on se voit une fois par cycle (un cycle allant du début d’une menstruation à la fin de l’autre menstruation), pendant X cycles. Le temps qu’il faut. Au bout d’un moment on peut échanger par mail. Je tiens à ce que ce soit pratique pour les personnes qui se forment. Mais il faut savoir qu’on comprend généralement la méthode en un cycle. C’est très important de bien comprendre cela car la méthode Billings est très rigoureuse. Elle est aussi fiable qu’une pilule pour qui la suit rigoureusement.

Qu’est-ce qui les motive ?

Anne : Les personnes qui viennent nous voir, pour les femmes, sortent de pilule ou de stérilet, ressentent parfois une perte de libido. On rencontre tous les âges, tous les milieux sociaux… Les femmes peuvent aussi faire appel à nous au moment où elles souhaitent allaiter – pour savoir si cela est compatible avec la contraception naturelle – où lorsqu’elles sont en pré-ménopause.

Bertrand : Il faut savoir que la plupart des couples qui vient nous voir ne sont pas réticents aux grossesses et aux enfants. Il s’agit ici de réguler les naissances, pas de les éviter à tout prix. Pour cela, il faut bien comprendre le cycle féminin. Et cela aide par la suite pour avoir des enfants justement ! En connaissant son corps et son cycle, elle est rassurée et plus sereine. Ça crée un climat et une connaissance pour les femmes qui est très importante.

Anne : Il y a aussi des couples qui viennent nous voir alors qu’ils sont médecins, sage-femmes ou infirmières ! Ils connaissent bien le corps humain mais pas forcément dans la finesse de ce corps. Personnellement, je trouve que c’est une méthode féministe. Nous sommes fécondes entre quelques heures et quelques jours, tout dépend des femmes, par mois. Et on nous demande de prendre une pilule tous les jours ! Certes, il faut pratiquer l’abstinence pendant cette période de fécondation mais finalement ce n’est pas grand chose comparé à une prise de pilule chaque jour. Je trouve cela beaucoup plus contraignant.

Bertrand : Ce n’est vraiment pas très astreignant.

Anne : Sinon c’est 25 jours de liberté.

Bertrand : C’est une méthode très utilisée en Chine. Très rigoureuse. L’état chinois fait venir des moniteurs Billings. Pour illustrer, en France, nous sommes environ 600 moniteurs Billings. En Chine, dès le départ, ils ont formé 1000 moniteurs. Car ils voulaient se détacher des pays occidentaux et des méthodes de contraception. Et les statistiques sont très intéressantes. Il faut regarder sur le site de l’OMS.

Comment, concrètement, pratique-t-on la méthode Billings ?

Anne : La méthode consiste à sentir si l’on est humide ou sèche à la vulve. Il suffit de se poser la question plusieurs fois par jour pour acquérir le réflexe. C’est simple : la femme se demande comment elle se sent à la vulve pour déterminer le moment de fécondité. C’est une méthode « main dans les poches » ! En 20 ans, aucun couple venu nous voir n’a souhaité quitter la méthode. Souvent, ça booste le couple. L’homme est aussi impliqué.

Bertrand : Les femmes ont le même nombre de capteurs sur les grandes lèvres que sur les lèvres. Lors du premier cycle, elles doivent être attentives à ce qu’elles ressentent. Ensuite, avec l’entrainement, le cerveau sait reconnaitre. Au début, on fait sonner le portable pour y penser.

Anne : En 20 ans, il y a eu un seul bébé « non désiré » par un couple. Ce couple s’était bien planté dans la méthode !

Bertrand : La glaire cervicale est une substance qui s’écoule au niveau du col de l’utérus. Quand la femme la sent couler, c’est qu’elle est très féconde. En fait, cette substance aide les spermatozoïdes à remonter dans le corps. Souvent, les femmes ne connaissent pas toutes ces choses là. Et elles peuvent alors se sentir sales  à ce moment-là. Cela est dû au manque de relais entre les mères et les filles. Entre les pères et les fils. C’est dommage de passer à travers cette connaissance !

Anne : Et quand on ressent une sécheresse au niveau de la vulve, c’est que la substance est compacte comme un bouchon de liège. Impossible pour les spermatozoïdes de passer ! Avec cette méthode de contraception, l’union est tout à fait naturelle, et pour un couple, c’est tout à fait agréable.

Anne : Pour voir arriver cette humidité, il faut éviter certaines choses comme les collants, les jeans serrés… il faut favoriser les culottes en coton. Et une fois la période de fécondité passée, on peut alors s’habiller comme on veut à nouveau. Au-delà tout ça, l’important c’est qu’une femme puisse se comprendre en tant que femme. Elle comprend alors pourquoi elle a des changements d’humeur, de comportements et à quel moment en fonction de là où elle en est dans le cycle. Et c’est aussi très riche pour l’homme.

Bertrand : Au début de notre mariage, j’avais l’impression d’avoir épousé la seule femme qui change d’avis ! En fait, j’ai appris à découvrir les changements dus aux hormones et à repérer les signes (éclat de la peau, brillant des yeux, caractère…) Et pour un homme c’est primordial de comprendre la question hormonale sachant que nous n’avons pas de cycle. Et pour le couple, c’est très vivifiant. Une union, ça se prépare. Alors lors de la période d’abstinence, rien n’empêche d’avoir de petites attentions envers l’autre pour préparer justement l’union, quelques jours plus tard. On peut se courtiser.

Bertrand : L’homme s’associe à la fécondité car c’est lui qui tient le tableau. La femme ne doit pas porter seule la responsabilité de l’abstinence. On se doit en tant qu’homme de ne pas proposer d’union à la femme par exemple lors de la période d’abstinence. C’est enrichissant de respecter sa femme, d’apprendre à calmer ses besoins.

Anne : Sans oublier que lorsqu’on a fini la période de fécondité, on peut alors se lâcher complètement dans les unions car on se sent en confiance quand on n’est pas fécondes. La méthode Billings, c’est un art de vivre et c’est plus qu’une méthode puisque ça touche l’art de se comprendre à 2. Ça demande évidemment un effort, on ne nie pas du tout cette facette. Mais il faut bien savoir que les couples Billings ne sont pas des couples de frustrés ! Bien au contraire, aux Etats-Unis par exemple, des chiffres ont révélé que seulement 1 à 2% des couples Billings se séparent. Quand on sait qu’aujourd’hui c’est presque 1/3 voir la moitié des couples qui se séparent…

Mais, sans pouvoir établir de corrélation directe avec les contraceptions naturelles, l’augmentation des IVG laisse penser qu’un lien peut être établit…

Anne : Oui, je comprends. Beaucoup de couple qui viennent nous voir ont déjà subi une IVG avant. Et là, parce que la femme était sous pilule ou autre contraceptif, ça a été vécu comme un échec. La méthode Billings met en confiance et permet également d’avoir des enfants puisque le couple saura exactement à quel moment concevoir l’enfant. Personnellement, les couples que nous avons formés n’ont pas eu recours à l’IVG depuis l’utilisation de la contraception naturelle. Je crois que cela ouvre aussi sur la vie.

Bertrand : Le problème quand on pense aux contraceptions naturelles, c’est que beaucoup pensent à Ogino. Mais c’est une catastrophe cette méthode car elle se base sur des suppositions. On suppose que le cycle est complètement régulier. C’est trop dangereux de faire des hypothèses !

Anne : L’abstinence laisse respirer le corps de la femme et le couple. L’union peut se préparer sur plusieurs jours. C’est une très belle richesse les unions et elles apportent beaucoup au couple.

On parle d’une mouvance écolo-bobo, vous êtes d’accord avec cette image ?

Bertrand : Oui c’est vrai mais écolo dans le sens positif. Sans oublier que c’est une méthode gratuite qui permet à la femme de s’écouter, d’écouter son corps. C’est une démarche réfléchie. Souvent les couples qui viennent nous voir ne sont pas heureux avec les contraceptifs dont ils disposent.

Anne : Et puis c’est une vraie liberté pour les femmes. Ce n’est pas agréable de se sentir aimé que dans sa sexualité. Là, c’est une méthode de couple à couple, pas besoin d’être médecin pour la pratiquer ou pour former d’autres couples. Car le problème dans la contraception, c’est le manque de transmission sur les corps féminins. Sans parler du fait que les femmes n’écoutent pas leur corps !

Vous avez parlé d’un tableau que l’homme remplit. Comment fonctionne-t-il ?

Anne : L’homme doit le remplir tous les soirs. Avec un stylo rouge, un stylo vert et un stylo blanc (respectivement pour les menstruations, la sécheresse et l’humidité à la vulve).

Bertrand : C’est une richesse pour l’homme de tenir ce tableau. Cela permet de regarder de manière encore plus belle sa femme. La féminité ne doit pas être source de blessure.

 

Tab title: 
La contraception (remise) en question
Nouvelles donnes pour les contraceptifs
Le point sur les pilules de 3ème génération
Les priorités de l'Agence Régionale de Santé
La contraception irréversible, Fanny saute le pas
Méthode Billings : fiable et épanouissante pour le couple
Contraceptions naturelles : comment les appliquer au quotidien ?

Célian Ramis

Harcèlement sexuel : Un fléau difficile à cerner

Posts section: 
Related post: 
25
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Harcèlement sexuel : un fléau bien mal connu et très peu dénoncé. Pourquoi ?
Text: 

Harcèlement sexuel. Une notion que chacun-e a dans la tête avec une définition plus ou moins précise. Une notion dont tout le monde parle. Dont de nombreuses femmes sont victimes - souvent sans en être conscientes – mais que peu dénoncent. Qu’il s’agisse de harcèlement sexuel au travail, de harcèlement moral au sein du couple ou de harcèlement de rue, les appellations – officielles ou officieuses – différent mais désignent toutes une forme de violence à l’encontre des femmes. Symbole de domination, peur de l’abandon, besoin d’asseoir une emprise sur l’autre…le harcèlement, qu’il soit moral ou sexuel, s’instaure souvent de manière progressive, pour des raisons diverses et multiples, laissant les femmes victimes à leurs sentiments de honte, de culpabilité, d’humiliation. Une violence psychologique inouïe se dégage de ce fléau terriblement difficile et délicat à percer à jour, y compris dans les structures spécialisées. La loi du 6 août 2012 réactualise le délit de harcèlement sexuel, puni par le code pénal depuis 1992, et le défini dans les articles 222-33-I, II et III :

« I. ― Le harcèlement sexuel est le fait d'imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante. II. ― Est assimilé au harcèlement sexuel le fait, même non répété, d'user de toute forme de pression grave dans le but réel ou apparent d'obtenir un acte de nature sexuelle, que celui-ci soit recherché au profit de l'auteur des faits ou au profit d'un tiers. III. ― Les faits mentionnés aux I et II sont punis de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 € d'amende. » Mais le harcèlement sexuel est pernicieux en cela qu’il résulte de l’intimité d’une personne et qu’il en va de la subjectivité de chacun. Où placer l’intolérable ? Peut-on attribuer une norme à la sexualité d’un individu ou d’un couple ? Comment repérer le harcèlement et se prémunir de ce fléau ? YEGG a enquêté sur le territoire rennais.

Si le harcèlement sexuel au travail semble être de plus en plus connu, il est malgré tout tabou et incarne une des formes de violence des plus délicates à dénoncer. Souvent tétanisées face à ce fléau, les femmes ressentent honte et culpabilité. Comment identifier le harcèlement sexuel dans le cadre du travail et vers qui peut-on se tourner pour agir et réagir ?

Allusions sexistes, blagues potaches un peu lourdes, tentatives de drague... Lorsque ces faits deviennent répétitifs et portent atteinte à la dignité et à la bonne santé d’une personne, cela relève d’un délit puni par la loi. Les femmes sont de plus en plus nombreuses à oser en parler. En 2013, près de 37% des femmes qui témoignent auprès de l'AVFT (Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail) sont confrontées au harcèlement sexuel. Pire encore, selon les résultats de l'enquête établie par le Défenseur des Droits en février 2014, ce fléau touche encore 1 femme sur 5. Le 24 mars dernier, un communiqué de l’AVFT annonçait ne plus pouvoir recevoir de dossier en raison de la saturation des demandes, jusqu'à ce que l’association le puisse à nouveau; « le problème n’étant pas que nous ne soyons pas assez nombreuses pour répondre à toutes les sollicitations mais qu’il y a trop d’agresseurs et donc trop de victimes ».

Seule association spécialisée dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles au travail en France – qui en 1999 était l’un des pays où le taux des violences sexistes ou sexuelles sur le lieu de travail est le plus élevé, selon une étude du Bureau International du Travail - elle se mobilise également dans le Grand Ouest et peut intervenir aux côtés du CIDFF de Rennes.

Pourtant, « elles ont encore beaucoup de mal à expliquer la cause de leur détresse psychologique », explique Frédérique Chartier, psychologue du travail formée au CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers) de Paris en clinique du travail, installée à Rennes et proposant une consultation spécialisée « santé et souffrance au travail ».

« Ces femmes vont consulter car elles se trouvent dans un tel état de souffrance qu’elles souhaitent en sortir le plus rapidement possible, mais ne pensent pas forcément être victimes de harcèlement sexuel. »

En effet, à la difficulté d’analyser une situation qui leur est anxiogène voire insoutenable, s’ajoute parfois la honte et la culpabilité, leur faisant se sentir - à tort – en partie responsables. « Les victimes peinent à garder leurs repères, car le harceleur joue beaucoup sur la déstabilisation», ajoute t-elle.

Mais qu’est-ce que le harcèlement sexuel exactement ? L’article L1153-1 du code du travail le définit et interdit les « agissements de harcèlement de toute personne dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle à son profit ou au profit d’un tiers ». Et précise dans l’article L1153-2 qu’«aucun salarié, aucun candidat à un recrutement, à un stage ou à une période de formation en entreprise ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, notamment en matière de rémunération, formation, de reclassement, d’affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement de contrat pour avoir subi ou refusé de subir des agissements de harcèlement sexuel ».

EMPÊCHER LA VICTIME DE BÉNÉFICIER DU SOUTIEN DES AUTRES

Les mêmes situations reviennent fréquemment, comme des plaisanteries sexistes ou des questions très intrusives sur la vie personnelle et sur le conjoint… Il peut y avoir des regards malsains, une présence insistante, des gestes déplacés ou des attitudes qui jouent sur la proximité physique. Le/la harceleur-euse peut très bien être le/la patron-ne, un-e supérieur-e ou un-e collègue de bureau. Les sources sont multiples, rendant la situation encore plus complexe.

« On retrouve très souvent un processus d’isolement social, physique associé à un processus  de déstabilisation dans quasiment chaque situation. Le harceleur tente de couper la victime du soutien du collectif de travail, ce qui l’amène à se replier socialement »
Frédérique Chartier, psychologue.

Une telle pression crée rapidement un environnement de travail cauchemardesque. Quel autre recours que de se faire arrêter par le médecin traitant afin de préserver sa santé mentale ? Et cela peut parfois aller plus loin et mener à l’inaptitude professionnelle et au licenciement. Un véritable cercle vicieux ! « Attention. Si le licenciement est lié à la base au harcèlement sexuel, on peut saisir le tribunal des Prud’hommes pour licenciement abusif, puisqu’il est sans cause réelle et sérieuse, » précise Maître Lara Bakhos, avocat au barreau de Rennes, experte en droit du travail.

DÉPRESSION, STRESS, HONTE, INSOMNIES...

Dépression, crises d’angoisse, honte, autant de symptômes auxquels s’ajoutent d’autres troubles psychosomatiques tels que les insomnies ou les pertes de mémoire... Ces derniers doivent alerter la personne concernée ou son entourage proche, afin de trouver une échappatoire à cette situation qui peut paraître sans issue. « Il est nécessaire pour la victime de trouver un espace d’écoute à son vécu et de l’aider à comprendre ce qui s’est passé pour elle dans cette situation, afin de l’aider à en sortir puis de restaurer ce qui a été cassé », explique Frédérique Chartier qui reçoit régulièrement des patientes confrontées au harcèlement sexuel.

« Une part du processus d’accompagnement psychologique va consister à identifier la situation de harcèlement, notamment sexuel, en repérant le processus à l’œuvre, le nommant pour le mettre progressivement à distance. Mon rôle est aussi de crédibiliser la parole des victimes. »
Frédérique Chartier, psychologue.

Elle insiste sur l'importance de retrouver des repères, de déculpabiliser et de retrouver confiance afin qu’elles puissent reprendre la main et se projeter dans un devenir différent, y compris à l’extérieur de l’entreprise. Il est nécessaire de protéger la victime en la sortant de la situation délétère, avec l’appui d’autres professionnels, notamment le médecin du travail et le médecin traitant. Aucune sphère professionnelle n’est épargnée. Même si certains milieux sont identifiés comme potentiellement plus propices au harcèlement sexuel, comme les environnements où la proportion femmes/hommes est très inégalitaire et où la référence à la virilité peut faire partie de certaines cultures de métier, auxquelles il est difficile de ne pas adhérer sous peine de rejet.

Néanmoins, la professionnelle nous précise que la majorité des femmes qui viennent la consulter ont généralement des postes à responsabilité et se trouvent à des niveaux hiérarchiques aussi élevés. Plusieurs psychologues travaillent à Rennes sur cette même problématique, apportant à ces femmes un véritable recours à leur traumatisme.

NÉGOCIER UNE RUPTURE CONVENTIONNELLE

S’il est bénéfique pour les victimes de harcèlement sexuel de se faire aider psychologiquement, celles-ci ne vont que très rarement devant les Prud’hommes. Ne se sentant pas toujours capables de faire face au long processus juridique qui les attend, souhaitant sortir au plus vite de cette situation. Mais souvent aussi pour manque de preuves inexistantes, comme le déplore Lara Bakhos, les témoins ne voulant pas se prononcer, préférant nier la situation plutôt que risquer de perdre leur emploi.

« Les situations parfois ambigües sur le lieu de travail peuvent peser en la défaveur de la victime ».
Lara Bakhos, avocat au barreau de Rennes

Les pré-supposés jeux de séduction n’ont en effet pas de traces écrites et lorsque les seules preuves de harcèlement sont orales, elles sont non recevables devant un tribunal. 

Valérie Kerauffret, membre de la CGT (Confédération Générale du Travail) de Rennes, regrette elle aussi la longue procédure. « La plupart préfère négocier une rupture conventionnelle, quant elles n’ont pas déjà démissionné, car elles sont tellement traumatisées qu’elles ne peuvent pas continuer. On pousse beaucoup sur l'indemnisation pour réparer le préjudice, même si ce n’est pas ce que l’on aimerait, mais pour l’instant on fait avec », explique t-elle.

Il est impératif que l’employeur ainsi que les délégués du personnel en soient avertis le plus vite possible. « Parfois, cela suffit à arrêter le harceleur, ajoute Lara Bakhos, surtout dans de grosses structures. J’ai eu le cas d’une hôtesse d’accueil qui recevait des sms salaces sur son portable. Elle a alerté son patron qui a réussi à identifier le harceleur grâce au numéro de téléphone d’où provenaient les sms. » Le CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail), le CE ou encore les élus du personnel peuvent également être alertés.

Si, malgré tout l’employeur ne semble pas agir pour faire cesser les faits dénoncés, la victime peut se retourner contre lui pour manquement à son devoir de protection envers elle, en référence à la circulaire du 4 mars 2014, qui rappelle « les obligations des employeurs et leur nécessaire mobilisation dans la mise en place des mesures préventives à l’encontre des faits de harcèlement ».

Il est tout de même nécessaire de savoir que les juridictions compétentes à saisir en cas de harcèlement sexuel au travail sont soit le tribunal des Prud’hommes, au quel cas la victime attaque l’entreprise pour faire respecter les conditions de travail et demande des dommages et intérêts; soit le tribunal correctionnel qui oppose la victime à l’auteur, le coupable encourant une peine de prison de 2 ans et le versement d’une amende de 30 000€.

Malgré la recrudescence importante de cas de harcèlement sexuel dans le cadre du travail, les compétences juridictionnelles sont encore bien sourdes face aux victimes.

« Les salariés en parlent de plus en plus, c’est un fait, un peu comme un effet de mode »
conclu Lara Bakhos.

À  la différence que ce fléau n’a rien d’éphémère ou de ponctuel. Pourtant, dans la plupart des cas, les victimes préfèrent démissionner plutôt que de se lancer dans des procédures juridictionnelles à n’en plus finir. Certaines doutent de la recevabilité de leur plainte, ayant souvent ce réflexe infondé de se demander si elles ne l’ont pas cherché. « Elles en viennent quelquefois à se demander ce qu’elles ont bien pu faire pour attirer cette situation, si elles ne sont pas en partie responsables ou consentantes », observe Frédérique Chartier, insistant sur la nécessité de se défaire de cette culpabilité et de l’emprise psychologique du processus à l’œuvre.

La psychologue constate par ailleurs que le harcèlement sexuel est souvent englobé dans d’autres formes de violence ou situations délétères. Un processus de harcèlement moral peut s’enclencher aussi après un refus à des sollicitations plus directes.

Bien que les femmes trouvent plus ou moins des parades, appelées stratégies d’évitement, en évitant les conflits au sein de leur entreprise, ce n'est aujourd'hui plus suffisant pour combattre ce mal. L’hyper-sensibilisation et la prévention à outrance seraient-ils les seuls moyens de casser le système de domination qui infuse à tous les niveaux de la société ?

À Rennes, comme ailleurs, la mobilisation se poursuit – mise en place du site stop-harcelement-sexuel.gouv.fr par le ministère des Droits des femmes et actions quotidiennes des structures et organismes compétents en matière de droits des femmes - mais avec un visible manque de moyens visant à inciter les femmes à dénoncer les violences subies.

La question du harcèlement sexuel dans le couple est certainement la plus complexe et la plus épineuse à cerner et à dénoncer. D’une part puisqu’elle touche à l’intimité profonde d’une personne, et d’autre part car elle se confronte alors au problème de la norme concernant la sexualité d’un couple. Concrètement, comment agir ?

Les voies de lutte contre le harcèlement sexuel au sein d’un couple sont tumultueuses, voire obscures. Il semble même que la problématique se heurte au mutisme des femmes qui en sont victimes soit parce qu’elles n’en ont pas conscience, soit parce qu’elles se trouvent démunies de solutions et de recours. « Souvent la femme n’identifie pas le harcèlement sexuel mais elle emploie beaucoup d’énergie à éviter l’acte sexuel », explique Solen Degabriel, juriste au Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF) depuis 6 ans. Et pour éviter l’acte sexuel non consenti, les femmes mettent en place des stratégies d’évitement :

« Ne pas aller se coucher en même temps, ne pas se retrouver seule avec lui, attendre qu’il se soit assoupi pour aller au lit si jamais il boit, faire chambre à part… Tout dépend du niveau de contrôle de sa vie, de ses actes. Il se peut même qu’elle s’enferme à clé dans sa chambre car elle a pu déjà être réveillée par une relation sexuelle forcée. »

Bien souvent, le processus de harcèlement est lent et évolutif. Difficile à repérer car le conjoint, pacsé, concubin ou compagnon passe par des phases dans lesquelles il se montre attentionné, aimant et à l’écoute. Outre le fait qu’il soit extrêmement complexe de dénoncer son partenaire, il est déjà compliqué de le formuler et de l’intégrer. « Quand les femmes viennent nous voir pour nous parler, notre rôle est de voir où elles en sont à ce moment précis et quels sont leurs freins. Mais nous avons très peu de cas de femmes qui viennent nous parler d’un problème de harcèlement sexuel. C’est une infime minorité de femmes qui en parlent », précise la juriste.

Et les cas ne sont quasiment pas chiffrés ou chiffrables. Même son de cloches du côté de l’Asfad, association rennaise spécialisée contre les violences faites aux femmes, qui a inauguré fin novembre 2013 son accueil de jour, ouvert les lundis et mercredis après-midi ainsi que les jeudis. Virginie Thoby, éducatrice employée par la structure, comptabilise deux situations de harcèlement sexuel sur une centaine de femmes reçue depuis l’ouverture du lieu. « La qualification du fait est compliquée. Le harcèlement sexuel ne figure même pas dans les fiches que nous remplissons après chaque entretien. Il faut cocher la case Autres », dit-elle en examinant de près cette fameuse fiche.

IDENTIFIER LE PROBLÈME

« C’est la forme de violence dont les femmes ont le plus de mal à parler et pourtant elle est très souvent présente. La violence sexuelle comprend un spectre très large allant du harcèlement sexuel à l’exploitation sexuelle, en passant par le viol conjugal ». C’est ainsi qu’est définie la violence sexuelle dans l’ouvrage Femmes sous emprise – les ressorts de la violence dans le couple, écrit par la psychiatre et docteur en médecine Marie-France Hirigoyen.

Le harcèlement sexuel a la spécificité de ne pas inclure l’agression sexuelle dans ce délit. C’est aussi pour cette raison qu’il n’est pas immédiatement identifié et reconnaissable : « Souvent, elles vont dire « Il ne va pas me lâcher jusqu’à la relation sexuelle » ou alors « il revient constamment à la charge » », déclare Solen Degabriel. Et la compagne va céder pour éviter la crise, apaiser le conflit et espérer une paix temporaire, un répit.

« c’est un mode de règlement de crise. Refuser la sexualité de son conjoint, c’est prendre le risque qu’une crise éclate, explose »
Virginie Thoby, éducatrice employée par l'Asfad Rennes.

Un moyen donc de se sortir d’une situation de harcèlement. Un harcèlement qui prend des formes diverses selon la personne qui peut exiger de regarder à deux des films pornographiques, alimenter la relation d’objets, vouloir que sa compagne porte des tenues spéciales, etc. Rien de choquant pour qui consent et s’épanouit librement dans la relation. « Cela peut se jouer dans l’attitude, les paroles, les gestes, il peut aussi simplement la frôler pour exercer une forme de pression tout en faisant croire qu’il s’agit d’un jeu de séduction », ajoute Solen Degabriel.

Tout cela, va alors peser sur la femme qui, elle, ne s’épanouit pas dans la sexualité imposée par son partenaire. Dans son livre, Marie-France Hirigoyen explique que la « relation sexuelle imposée est souvent passée sous silence parce qu’elle fait partie du « devoir conjugal », considéré aujourd’hui comme un droit pour l’homme et une obligation pour la femme. Beaucoup de femmes acceptent des rapports sexuels qu’elles ne désirent pas, simplement pour que le partenaire cesse de les harceler ». Car en 2005, au moment de la parution du livre, le devoir conjugal est toujours inscrit dans le code civil. Depuis, en 2006, la mention a été retirée. Mais elle n’en est pas moins gravée dans les mémoires.

« Si on a retiré la notion de devoir conjugal pour la notion de respect, il n’en reste pas moins que les femmes ont du mal à parler de violence sexuelle à cause de ça. C’est très ancré dans les idées, alors qu’aujourd’hui il n’y a plus d’obligation de dire oui ».
Solenn Degabriel, juriste au CIDFF.

Dans un témoignage que relate la psychiatre, elle décrit une situation dans laquelle Sophie manquait de confiance en elle et était en incapacité de poser des limites aux demandes sexuelles de son compagnon : « Il exige que, le soir, elle mette des tenues sexy (porte-jarretelles, bas fins, chaussures à talons très hauts…). « Au début, je le faisais pour lui faire plaisir, maintenant je le fais pour avoir la paix car, sinon, il finit par être violent. » »

LA QUESTION DE LA NORME SEXUELLE

L’obligation de ne pas dire oui signifie donc pouvoir dire non. Et non, c’est non. Une évidence malgré tout bien difficile à mettre en place lorsque l’on subit un telle menace au sein de son couple. « Quand une femme vient parler de harcèlement sexuel, c’est vraiment que c’est insupportable, intolérable ! », déclare Virginie Thoby, qui insiste sur le caractère subjectif du ressenti.

« Ce qui est invivable pour l’une ne l’est pas nécessairement pour l’autre ».
Virginie Thoby

Et c’est malheureusement là que se niche le problème. Comment définir, aux yeux de la loi et dans les consciences, le harcèlement sexuel si ce n’est en imposant une norme visant à contraindre la sexualité des couples à des conventions acceptables ou non ? Et comment définir l’épanouissement sexuel d’une femme ? Si elle est dans le partage ou non de la sexualité de son conjoint ? L’atteinte à l’intégrité et à la dignité n’est alors pas perçue de la même manière et la sonnette d’alarme ne peut venir que de celle qui la subit.

« C’est une expression très personnelle et très personnalisée. Dans mon travail, je ne suis pas dans le domaine juridique mais dans l’échange, le ressenti. Certaines femmes ont l’esprit très marqué par la violence. Il n’y a pas de marques physiques, elles n’ont pas été agressées physiquement mais ont des traumatismes bien plus profonds qui ne se guérissent pas comme une blessure sur le corps », détaille-t-elle. Honte, culpabilité, perte de confiance… les signaux et symptômes sont identiques à ceux du harcèlement moral.

Et c’est d’ailleurs en harcèlement moral que qualifie le code pénal de cette violence conjugale, dans l’article 222-33-2-1 : « Le fait de harceler son conjoint, son partenaire lié par un pacte civil de solidarité ou son concubin par des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de vie se traduisant par une altération de sa santé physique ou mentale ». Un délit passible de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 € d'amende lorsque ces faits ont causé une incapacité totale de travail inférieure ou égale à huit jours ou n'ont entraîné aucune incapacité de travail et de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 € d'amende lorsqu'ils ont causé une incapacité totale de travail supérieure à huit jours.

« S’il y a agression sexuelle, c’est le fait le plus grave qui sera retenu devant un tribunal. Je pense que ça doit être très très rare d’ailleurs qu’une femme aille devant le tribunal pour harcèlement sexuel, en général, il y a eu agression ou viol conjugal », précise Solenn Degabriel.

FEMME, OBJET SEXUEL

L’objectif des structures spécialisées dans les violences à l’encontre des femmes est alors de déculpabiliser la victime, de les aider à identifier qu’il s’agit de violence conjugale et les aider à se reconnecter avec leurs émotions. « Quand on impose une sexualité à quelqu’un, qu’on l’oblige à parler d’une manière particulière, souvent crue, qu’on lui parle de sexe de manière pornographique, etc. on réduit la personne à un objet. Nous sommes là pour écouter la personne, mettre des mots sur ce qu’elle subit et l’aider à se réattribuer le droit de dire non », explique Solen Degabriel.

« Toute violence sexuelle constitue un traumatisme majeur. Il peut se faire qu’une personne à qui l’on a imposé une violence sexuelle vive désormais avec la conviction qu’elle est méprisable et qu’aucun partenaire désormais ne l’acceptera », indique et alerte la psychiatre dans son chapitre sur la violence sexuelle. Définir la situation sans mettre la femme dans une situation dangereuse, lui apprendre à se protéger et à redevenir maitresse et actrice de sa vie. Les structures proposant également des suivis psychologiques ou des groupes de parole dans certains cas.

« Je reçois la personne pour une premier entretien et je la revois quelques temps plus tard. Je peux parfois orienter vers ma collègue psychologue, selon les cas. Après pour les groupes de parole, c’est délicat d’intégrer une nouvelle personne à un groupe qui travaille ensemble. Mais ça arrive. Après, le groupe n’est pas spécifique au harcèlement sexuel mais plus largement aux violences »
précise Virginie Thoby.

Des séances importantes et délicates pour ces femmes qui même des années après la fin des actes de violences restent encore profondément émues. Aucune des participantes à l’espace de paroles du CIDFF n’a été en mesure de répondre à nos questions pour cette raison. Au Planning Familial de Rennes, une psychologue (contactée, elle n’a pas souhaité s’exprimer sur son travail) et une conseillère conjugale animent également un groupe de paroles sur les problèmes de violences.

« On fait un entretien individuel et ensuite on peut choisir de les intégrer au groupe. Pour le harcèlement sexuel, c’est très compliqué, nous avons peu d’informations là-dessus et peu de femmes qui en parlent », nous confie Brigitte Rocher, directrice du Planning Familial 35, qui précise : « Ici, nous recevons toutes les personnes qui passent la porte et ensuite si cela dépasse nos compétences et si nous ne pouvons pas les prendre en charge, nous les orientons vers un partenaire de la plateforme violence ».

LE DÉPÔT DE PLAINTE : UNE DIFFICULTÉ SUPPLÉMENTAIRE

Le harcèlement sexuel a donc quelque chose de pernicieux, infiltrant la plus grande intimité du couple, maintenant le partenaire harcelé dans une spirale cauchemardesque, la séparation n’étant pas une solution pour toutes les femmes. N’osant pas dans un premier temps en parler et encore moins le dénoncer devant un officier de police et un tribunal. Selon Solen Degabriel, « elles ont parfois peur des représailles. Ou parfois, elles veulent juste que ça s’arrête. Elles souhaitent alors se séparer mais ne pas attaquer leur conjoint ou ex-conjoint puisque le harcèlement ne s’arrête pas forcément lors de la séparation – et cela est également condamné par le code pénal. »

La procédure judiciaire n’est donc pas une volonté de toutes les victimes, préférant tourner la page au plus vite, souvent après plusieurs années de harcèlement. « Et puis, on en entend des belles nous aussi sur l’accueil à l’Hôtel de police… Ce n’est pas évident d’aller porter plainte mais alors en plus quand on arrive dans un hall avec une vitre pour parler au policier d’accueil, à qui il faut crier la raison de notre venue et que tout le monde peut nous entendre ! », s’indigne Virginie Thoby. Un accueil déshumanisé, un manque de proximité et un manque de confidentialité. Sans compter que l’on ne sait jamais si notre plainte est comprise ou non.

L’Asfad emploie un assistant social, Dominique Boitard, pour pallier la difficulté de l’exercice. « Il retrace les éléments qui montrent de la violence. Cela permet d’être plus claire et précise lorsque la femme se présente devant l’agent chargé de recueillir sa plainte », nous explique Hubert Lemonnier, chef de service à l’Asfad. Mais même une fois cette étape franchie, l’apport de preuves sera une autre paire de manches. Si l’objectif du ministère aux Droits des femmes est d’amener la victime à déposer plainte, l’institution est bien consciente que c’est un travail de très longue haleine, qui se heurte au final « aux limites du droit, du harcèlement moral à l’agression sexuelle en passant par des faits de harcèlement aggravés, toujours avec des preuves quasi impossibles à apporter ».

Sans oublier que les langues ne sont pas prêtes à se délier même dans l’intimité d’un espace sécurisé et convivial comme l’accueil de jour.

L’espoir des politiques publiques repose alors sur les collectivités locales, les structures spécialisées et la plateforme téléphonique, 3919, permettant de parler et d’être orientées vers des professionnels. Un système qui existe également au niveau local – 02 99 54 44 88 – et qui représente un premier pas vers la prise de conscience et l’accompagnement personnalisé pour se sortir d’une situation dont personne n’arrive encore à parler librement.

Sur la voie publique, ce que l’on nomme harcèlement de rue fait rage. Témoignages, coups de gueule et actions se multiplient pour faire front face à cette calamité qui peut engendrer de sérieux traumatismes chez celles qui subissent réflexions, remarques et menaces d’ordre sexuel. À l’échelle d’une ville comme Rennes, comment lutter contre ce phénomène ?

Infographie : © Sophie Barel

« Se pose forcément la question de la domination d’un sexe sur l’autre. C’est le reflet de l’inégalité des sexes. Travailler l’égalité, c’est désamorcer les formes de domination », explique Geneviève Letourneux, conseillère municipale à Rennes, déléguée aux droits des femmes et à l’égalité.

Elles ont le goût amer de l’humiliation, résonnent comme des atteintes à la dignité et engendrent une peur de la rue, ces remarques faites dans la rue. Destinées à séduire, à draguer, à importuner ou encore à effrayer… il est indéniable que les supposés effets sont nombreux et variables selon la personne qui contraint l’autre à la relation. Qui ramènent les femmes à un statut d’objet. Et d’objet sexuel qui plus est puisque la nature de la réflexion est uniquement basée sur le physique et se rapporte souvent à l’acte sexuel.

Si les atteintes sont portées sur l’espace public, c’est souvent sur Internet que les langues se délient, comme sur le tumblr Paye ta schnek ou comme le témoignage de Jack Parker à la suite de son agression – à caractère sexuel – dans le métro, rapportant ainsi les propos et les faits subis qu’ils soient de l’ordre du quotidien ou ponctuels. Le traumatisme s’établissant selon la fréquence et/ou selon la gravité de l’acte. Si certains crient à la psychose naissante, on ne peut pourtant nié qu’une prise de conscience éclot au même moment de la part des femmes et des hommes.

ACTIONS, RÉACTIONS ?

Un ras-le-bol général souffle sur la condition féminine qui souhaite que le vent prenne enfin une direction différente. Sans dire que le vent tourne et ne s’abatte dans la figure de ceux pour qui une réflexion faite à une femme dans la rue est un compliment. Et que l’absence de réponse à ce compliment les autorise à proférer une ou toute une série d’insultes nauséabondes.

Ainsi, les medium pour dénoncer ce fléau et faire comprendre l’impact qu’il peut avoir sur les femmes affluent. Éléonore Pourriat, en 2010, réinvente l’Histoire dans le film court Majorité opprimée en imaginant une société dans laquelle les hommes sont victimes de la domination féminine. Deux ans plus tard, une étudiante belge, Sofie Peeters, réalise un documentaire en caméra cachée, Femmes de la rue, pour démontrer la férocité et l’agressivité de ces interpellations, le machisme et le sexisme ambiants dans son quartier, à Bruxelles.

Plus récemment, les internautes se sont épris du blog de l’illustratrice Diglee, qui explique avec ferveur et humour ce qu’éprouvent les femmes victimes de harcèlement de rue. Entre honte, culpabilité et peur de rétorquer… Épris aussi du Projet Crocodile dans lequel Thomas Mathieu illustre des situations vécues par les femmes en BD. La toile est florissante mais l’objectif est unique : viser la prise de conscience en sensibilisant à cette problématique rébarbative qui, au delà de l’exaspération et de la lassitude exprimée par la gente féminine, a de lourdes conséquences sur l’espace public, vidé à certains endroits et certaines heures, des femmes éprouvant un sentiment d’angoisse et d’insécurité.

ELLES DISENT NON

Du « T’es charmante » au « Hey mademoiselle, tu me fais une petite gâterie ? » en passant par « Grosse salope, t’as des grosses cuisses, j’aime bien. Ça te dirait que j’t’encule ?! », ce n’est pas l’inspiration qui manque, comme le souligne Bérangère Krief dans son sketch Cours de répartie anti-relous, ou Noémie de Lattre dans sa chronique du 23 juin sur France Inter, Cons des rues. Mais du côté des outils de lutte, il semblerait qu’il y ait une panne sèche à première vue. Pas tout à fait en réalité.

Traitée dans la rue de « viande à viol », Laura fonde en mai dernier l’association Colère : nom féminin, à Nantes, et lance une collection de sacs à mains et de débardeurs sur lesquels figurent l’inscription : Ta main sur mon cul, ma main sur ta gueule. « Moi, c’est quand je me suis fait cracher sur les jambes, dans un bus bondé et que personne n’a réagi que j’ai eu envie de faire quelque chose », nous précise Alexia Giannerini. Début juin, elle lance, avec Maud Renusson, le collectif Stop au harcèlement de rue Rennes, reprenant la ligne de conduite du collectif éponyme parisien. Leur objectif :

« Qu’on ait en France une loi contre le harcèlement de rue, sur le modèle de celle qu’ils ont en Belgique ».

En effet, dans le pays frontalier, le maire de Bruxelles a instauré en 2012 des amendes pour insultes sexistes allant de 75 à 250€. Le dépôt de plainte ou le flagrant délit étant évidemment obligatoires. Le ministère aux Droits des femmes rappelle, outre l’absence de définition officielle du harcèlement de rue, qu’en France, la loi prévoit également des sanctions en cas d’injure publique (invective, expression outrageante ou méprisante, non précédée d'une provocation et qui n'impute aucun fait précis à la victime).

Une législation spécifique n’est donc pas à l’ordre du jour dans l’Hexagone, la ministre Najat Vallaud-Belkacem insistant sur l’importance de « s’interroger sur les causes et mettre l’accent sur l’éducation. Son outil ? L’ABCD de l’égalité », écrit-elle le 22 avril dernier sur son site officiel. Un outil enterré début juillet par le ministre de l’Éducation mais une ligne de conduite qui semble rester intacte, celle de l’éducation au respect.

C’est d’ailleurs ce que prône l’association rennaise Liberté Couleurs, en organisant chaque année Le printemps de la jupe et du respect auprès des 13-25 ans afin de leur permettre d’exprimer « leurs indignations, leur volonté de faire évoluer les mentalités ainsi qu’un ensemble de valeurs de respect dans les relations aux autres ».

Pour le collectif Stop au harcèlement de rue Rennes, les actions devraient débuter à la rentrée 2014 avec une expo photo dans les bars rennais.

« Je souhaite prendre en photo des femmes, de toutes les nationalités, de toutes les tailles, de tous les âges, en jupe. Les femmes ont honte de porter des jupes à cause du harcèlement de rue ».
Alexia Giannerini, co-fondatrice du collectif Stop au harcèlement de rue Rennes.

Pour les deux initiatrices du mouvement, il est capital d’en parler pour que les victimes n’aient plus honte et que les témoins ne soient plus passifs. Sans oublier l’importance du dépôt de plainte : « Pour la prise de conscience. Pour libérer la culpabilité des femmes. Qu’un maximum de femmes portent plainte contre X ».

Les actions devraient également être semblables à celles du collectif parisien, à savoir la création temporaire de zones sans relous et la distribution de prospectus visant à informer les habitant-e-s. « Notre but n’est pas de pousser les filles à chercher les emmerdes. Il faut savoir s’adapter aux situations selon le moment, le contexte, le gabarit de la personne… », conclut-elle. C’est ce qu’enseigne l’association nantaise La trousse à outils, en partenariat avec l’association féministe rennaise Questions d’égalité, à travers des stages d’auto-défense féministe donnés à Rennes depuis 2013, adaptés aux femmes de différentes tranches d’âge (2 stages seront proposés les 14 et 21 septembre pour les adultes et le 28 septembre pour les 12-14 ans).

« Il s’agit de trouver des attitudes et des stratégies qui permettent de s’extraire d’une situation dangereuse que ce soit au niveau psychologique ou physique. Le but est aussi de partager les vécus et de travailler sur ces expériences »
explique Isabelle Pineau, coordinatrice de Questions d’égalité.

Car si la plupart des femmes craignent l’agression physique – et sexuelle notamment – elles sont nombreuses à garder un violent traumatisme psychologique. Face au harcèlement de rue, l’humiliation et le sentiment d’impuissance, de domination, marquent profondément et s’ancrent dans la mémoire de chaque personne qui en est ou en a été victime. L’auto-défense semble alors être un remède approprié et cohérent. (Re)prendre confiance. Ne plus, ou moins, craindre la rue.

Depuis le 1er juillet, l’association teste à titre expérimental des stages d’auto-défense intellectuelle « pour un sens de la répartie et la construction d’un argumentaire contre les valeurs et discours sexistes, anti-féministes ». Six séances de travail sont organisées durant le second semestre 2014, avec une petite dizaine de femmes, sensibilisées à la question. L’objectif étant de raconter l’expérience dans un blog et un livret mais aussi de rendre compte de l’ampleur du travail à l’occasion du 8 mars 2015. « On voudrait faire une scène slam avec Slam Connexion pour raconter ce qui s’est passé durant les ateliers », dévoile Isabelle Pineau.

MARCHES POUR LA DIGNITÉ

L’association, attentive aux problématiques liées à la condition des femmes, avait en janvier 2011 évoqué le sujet du harcèlement de rue dans une conférence intitulée « Comment mettre fin aux violences contre les femmes dans les espaces publics ? », animée par la sociologue Dominique Poggi, également formatrice et animatrice de marches exploratoires de femmes. Des marches exploratoires qui ne sont généralisées en France que maintenant – au Québec, les marches sont préconisées depuis les années 90.

Le ministère aux Droits des femmes – et de la Ville - devant prochainement annoncer son calendrier concernant la mise en place de ces marches dans une dizaine de villes prioritaires. Rennes figurera-t-elle dans la liste ? Rien n’est encore officiellement défini. Mais on sait déjà que la capitale bretonne projette d’en organiser, cela figurant dans le plan d’actions, validé en juillet 2013 par le conseil municipal de Rennes, qui lui-même découle de la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes.

« On est bien conscient qu’il y a des femmes qui ressentent un sentiment d’insécurité. Et on sait qu’il y a moins de femmes sur l’espace public. Mais l’espace public est à tout le monde ! »
s’indigne Elisabeth Malaurie, chargée de mission aux droits des femmes et à l’égalité.

Jamais expérimentées à Rennes, elles consistent à identifier les zones d’insécurité en présence des femmes du quartier qui souhaitent participer. « La méthode préconise un groupe de 10 à 15 femmes environ et de faire les marches à un horaire dans lequel elles ont déjà vécu des situations insécurisantes. C’est de l’ordre de l’observation et du diagnostic sur l’aménagement du quartier ou encore sur l’éclairage des rues par exemple », précise Elisabeth Malaurie.

En attendant, les femmes s’emparent de l’espace urbain, à travers des marches non-mixtes nocturnes – la dernière en date remonte au 18 mars - afin de se réapproprier la rue. Encore plus percutant et marquant, les Slutwalk (Marches des salopes) pour lutter contre le sexisme et la culpabilisation de toutes les victimes. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le collectif est en concertation avec les différents responsables régionaux pour définir de la prochaine date de la marche.

Et Rennes ne sera pas exemptée d’un défilé de salopes, vêtues comme elles l’entendent et fières de marcher dans les rues de la capitale bretonne, main dans la main pour dire STOP au harcèlement de rue.

Tab title: 
Libérer la parole face au harcèlement sexuel
Figure n°1 : Pression au travail
Figure n°2 : La spirale infernale au sein du couple
Figure n°3 : Humiliation sur l'espace public

Célian Ramis

YEGG fait sa BIennale de l'égalité : Marche ou C-rêve (2/5)

Posts section: 
Related post: 
174
Location: 
Lorient
List image: 
Summary: 
Vendredi 16 mai, Laëtitia Mazoyer présentait sa conférence gesticulée « Marche ou C-rêve ! : L’échappée belle ou la longue traversée des violences conjugales ».
Text: 

Vendredi 16 mai, Laëtitia Mazoyer présentait sa conférence gesticulée « Marche ou C-rêve ! : L’échappée belle ou la longue traversée des violences conjugales », à l’occasion de la 4e Biennale de l’égalité, organisée à Lorient. Un parcours de combattante et de militante.

Deux groupes sont constitués au fond de la salle. Laëtitia Mazoyer, au milieu, observe, écoute, attend. Les femmes, et les rares hommes présents, accordent leurs arguments avant de les confronter entre eux. La conférence commence ainsi. Par un débat mouvant. D’un côté, celles qui sont pour l’affirmation « C’est le premier pas qui coûte ».

De l’autre, celles qui sont pour l’affirmation « Ce n’est pas le premier pas qui coûte ». Ce premier pas coûte et compte pour certaines et pour d’autres, il est l’élément déclencheur mais pas nécessairement le plus important. Après un échange convivial qui se conclut par une dernière affirmation d’une participante - « Cela dépend des situations et des personnalités… » - Laëtitia Mazoyer invite les spectatrices à s’asseoir pour parler de son premier pas.

Celui qu’elle a fait pour quitter le foyer familial mais surtout celui qu’elle a fait pour sa marche de Nancy à Strasbourg. « Quitter le foyer où je vivais des violences, enceinte de 8 mois… J’avais besoin de partir, besoin de protéger mon enfant », lance-t-elle devant une audience ébahie et pendue à ses lèvres. C’est en octobre 2010 que la jeune femme a franchi le pas. Déjà séparée de son compagnon, elle est encore noyée dans les démarches administratives.

Cette année-là, elle s’engage pour la grande cause : la lutte contre les violences faites aux femmes (année nationale). Sur scène, elle prend alors sur son dos, le sac de voyage qu’elle avait d’abord placée devant son ventre pour illustrer la grossesse. Elle sort des cartes et surtout un drap sur lequel elle a dessiné son trajet qu’elle étend sur un fil à linge. « Avoir un trajet, une première étape, ça me donnait déjà une perspective. J’avais défini des étapes, pris des gites. Un sac à dos, un duvet, des draps. Quand une femme part, il faut penser à prendre les papiers, la trousse de secours… Souvent le départ ne s’improvise pas, sauf pour les cas de danger imminent. Allez, on décolle ! »

Marche ou C-rêve n’est pas une invitation au voyage mais une manière pédagogique et vivante de retransmettre le parcours vécu par cette femme. Et qui pour la 7e fois joue sa conférence gesticulée. « J’ai choisi de parler de l’après car il est difficile de témoigner quand on est encore dedans. Mais c’est vital de témoigner, pour informer, pour donner une vision large aux potentielles femmes qui peuvent le vivre », nous confie Laëtitia.

Un discours commun à celui de Rachel Jouvet, victime de violences conjugales à 18 ans, qui a choisi de raconter son histoire dans la pièce « Je te veux impeccable, le cri d’une femme », mise en scène et jouée par la compagnie rennaise Quidam théâtre (lire notre Focus n°19 – novembre 2013). Pour Laëtitia, la marche est une manière d’apprendre à vivre avec la solitude qui l’habite depuis qu’elle est partie du domicile conjugal. Elle établit un lien entre la peur ressentie lors du départ et celle des premiers jours de randonnée.

« La peur vous colle à la peau. J’ai passé du temps à la dompter », explique-t-elle. Chaque étape fait écho à ce qu’elle a subi au cours de l’après. Les émotions, le changement d’humeur, les difficultés, le découragement, l’épuisement, l’envie d’aller plus loin, d’avancer, de se reconstruire… Elle a déjà connu tout ça. Mais lors de sa marche, elle se libère, éprouve le plaisir de marcher, fait des rencontres. Et au fil de la conférence gesticulée, elle crée des parallèles entre son cheminement personnel et le chemin parcouru dans l’histoire des luttes féminines. « J’ai commencé à sortir de mon idée que l’égalité femmes-hommes, c’était acquis », dit-elle en posant sur son nez des lunettes avec un seul carreau teinté. Et pour sortir davantage du brouillard, elle sort deux autres linges qu’elle attache au fil, derrière elle.

« J’ai découvert deux triangles qui ont complètement bouleversé ma façon de penser. L’un qui explique la situation : il y a le persécuteur, la victime et le sauveur dans une relation triangulaire. L’autre montre comment s’en sortir : la protection, la permission et la thérapie », décrit-elle.

Néanmoins, la jeune femme ne se contente pas de ces schémas et fouille dans les écrits jusqu’à tomber sur une enquête concernant les violences faites aux femmes et un numéro de téléphone : « On m’a répondu : « Vous avez le bon numéro », c’était formidable ». C’est avec un humour fin et léger que Laëtitia fait passer son message et conte son expérience. Un parcours de combattante mis en parallèle avec une marche de militante.

Un problème social

« Au bout d’un moment, en cours de route, j’ai commencé à marcher avec joie et j’ai tué le prince charmant ». Silence dans la salle, les spectatrices étant piquées par la curiosité. Dans une démonstration théâtrale, Laëtitia illustre la relation de couple.

Elle tient son sac à dos, bras tendus, en position de supériorité face à elle. Elle se baisse, se baisse et se baisse encore, jusqu’à plaquer d’un coup sec le sac à dos à terre et se relève fièrement en scandant « J’ai tué le prince charmant, pas l’amour ». Et la conférence reprend son rythme de marche, tantôt saccadé, tantôt rapide, et tantôt ralenti. Une cadence irrégulière que chacun et chacune peuvent comprendre et imaginer en se remémorant des instants de vie.

« Je me suis rendue compte que j’étais un problème social. J’étais vachement rassurée », précise-t-elle. Rires étouffés dans la salle. Un problème social. Comme toutes ses femmes qui à un moment ont choisi de résister, de bousculer l’ordre établi et de refuser l’autorité :

« C’est un angle nouveau dans le témoignage contre les violences faites aux femmes. J’ai découvert ça en lisant le livre de Patricia Romito, Un silence de mortes – La violence masculine occultée, et je trouve ça très important que les femmes ne soient pas soumises. Si elles mettaient la même énergie ailleurs que dans le combat contre les violences, elles pourraient déplacer des montagnes ! »

Laëtitia Mazoyer termine par le discours qu’elle a prononcé lors du colloque sur les violences faites aux femmes, une fois arrivée à Strasbourg : « Je voulais vous parler de l’après… Une fois qu’on est parti… Dont on ne parle pas beaucoup ». La conférence gesticulée s’achève sur le cri de guerre qu’elle a inventé lors de sa marche. Un moment intense et émouvant qui restera gravé dans les mémoires des spectatrices et spectateurs qui prennent ici la mesure des drames subis par plus d’une femme sur dix en France, sans compter celles qui ne dénoncent pas ou ne réalisent pas les violences dont elles sont victimes.

Célian Ramis

Procédé Cendrillon : occupe-toi de tes oignons (de pied) !

Posts section: 
Related post: 
252
List image: 
Summary: 
Le procédé Cendrillon, une tendance qui inquiète les spécialistes, notamment la pédicure et podologue rennaise Annie Duault.
Text: 

Porter des talons vertigineux est devenu un basique chez certaines femmes ! Avec 10 centimètres de hauteur, elles se sentent féminines et davantage sûre d’elles. Aux Etats-Unis, des médecins l’ont bien compris et proposent régulièrement une opération appelée « le procédé Cendrillon » pour raboter leurs orteils et faciliter le port de ces chaussures. Une tendance qui inquiète les spécialistes, notamment la pédicure et podologue rennaise Annie Duault.

Faut-il réellement souffrir pour être belle ?  Telle est la question que l’on peut se poser après la publication le 22 avril dernier, d’un article du New York Times qui révélait une tendance de plus en plus courante chez les chirurgiens américains : proposer aux accros des stilettos (chaussures à talons aiguilles d’au moins 10 centimètres) une opération des pieds qui consiste à corriger « un hallus valgus – c’est-à-dire un oignon, responsable de douleurs aux pieds, provoqué par l’usage de ses escarpins – avec une ostéotomie et des vis de fixation ».

Une bunionectomie en fait, rebaptisée en « Procédé Cendrillon » par les professionnels qui la réalisent, afin de mieux correspondre au profil des intéressées. Le but ? Entrer facilement dans des chaussures à talons hauts et aux bouts pointus.

Parmi les chirurgiens, le Docteur Ali Sadrieh. Il exerce à Los Angeles et avoue – dans le quotidien – avoir eu l’idée, de proposer cette opération à ses patientes dès 2001 afin qu’elles puissent continuer à marcher haut perchées. Depuis, le succès auprès des fashionistas a explosé et le médecin poursuit son activité en inventant « le 10 parfait (un raccourcissement des orteils), le modèle T (un allongement de l’orteil) et le tuck (une injection de graisse aux talons) » d’après le New York Times. Bien sûr, ces opérations ne sont pas anodines et entraînent des conséquences sur l’ensemble du corps.

Encore peu connu en France, le procédé Cendrillon inquiète déjà les spécialistes. Selon Annie Duault, « les chirurgiens n’encouragent pas ce type d’opérations car elles sont risquées, douloureuses et pendant un temps, invalidantes ». Le pratiquer dans un but esthétique est aberrant pour elle, d’autant que continuer à porter des chaussures qui ne respectent pas la morphologie du pied entraîne de l’arthrose dans le pied et une gêne à la marche, selon la podologue. Elle-même a déjà eu affaire à des patientes portant des chaussures à très haut talons.

« L’une d’entre elles avait des cors sur tous les orteils », raconte-t-elle. Mais alors, quelle est la solution pour les femmes qui souhaitent porter des stilettos sans souffrir ? Selon Annie Duault, il vaut mieux « ne pas porter ce type de chaussures à longueur de journée, alterner les modèles, faire des soins de pédicure tous les mois et pratiquer des exercices de massages (en se faisant rouler des balles de tennis sous les pieds, par exemple). » Des pistes que devraient suivre nos amies d’outre‑Atlantique, plutôt que de passer sous le bistouri.

Et pour celles qui abusent des stilettos, il faut savoir que le fait d’être toujours en talons hauts provoque une rétraction du talon d’Achille, ce qui nous force à marcher sur la pointe de l’avant pied, même pied nu. Un brin ridicule, non ?

Pages