Célian Ramis

Afrik'Entraide : Pour une femme "bien dans ses stilettos"

Posts section: 
Related post: 
190
Location: 
Maison Internationale de Rennes
List image: 
Summary: 
Rencontre avec l’association Afrik’Entraide qui organisait, dimanche 1er décembre, dans les locaux de la MIR, un vide dressing, intitulé pour l’occasion « Freakum’ Dress’ing » en clin d’œil amusé à un clip vidéo de la chanteuse américaine Beyoncé.
Main images: 
Text: 

Rencontre avec l’association Afrik’Entraide qui organisait, dimanche 1er décembre, dans les locaux de la MIR (Maison Internationale de Rennes), un vide dressing, intitulé pour l’occasion « Freakum’ Dress’ing » en clin d’œil amusé à un clip vidéo de la chanteuse américaine Beyoncé.

Une pile de chaussures sur une table, des vêtements posés et pendus dans toute la pièce, derrière une porte, un atelier de confection de meubles en carton, de l’autre coté d’une autre, un buffet d’énormes gâteaux « fait maison » dont se délectent enfants et parents.

« Nous avons voulu répondre à une demande de nos adhérents et sympathisants. C’est une manière plus conviviale de continuer de mobiliser autour de l’association et de promouvoir nos actions auprès des publics étudiant et associatif rennais qui évoluent sans cesse », explique Melissa Djenno, chargée de projet de développement. Elle fait partie de la vingtaine d’étudiantes migrantes africaines à l’initiative du projet Afrik’ Entraide, lancée en 2006.

Depuis plusieurs années, l’association a organisé diverses conférences et évènements en rapport avec l’esclavage mais aussi et surtout la femme africaine, des sujets « lourds » pour Melissa qui estime que ce vide-dressing leur permet de « respirer et de se faire plaisir ». L’événement a été préparé avec des assidues de vide-dressing et sélectionnées par les adhérents, notamment Valérie Dokla, chargée de communication politique et présidente qui atteste « s’intéresser moins au coté mercantile qu’au partage ».

Du partage il y en a aussi durant les ateliers proposés en parallèle du vide-dressing : fabrication de nœuds papillons en tissus africains, customisation de vêtements et fabrication de meubles en carton avec Nkita, eco designer, un des rares hommes en France à pratiquer le design et la conception d’objet en carton. Durant quelques heures on a pu voir défiler un public très varié, une ambiance familiale et colorée feutre la pièce, le « message arrivera jusqu’aux enfants » pour Valérie ; particularité de cette journée pour elle, l’assistance est composée de familles désireuses de partager ce moment en toute simplicité et non plus seulement  de personnes plus avisées sur les sujets des conférences habituelles.

Avec Melissa elles se sont rencontrées sur les bancs de la faculté de Droit de Rennes et racontent qu’à cette période de leur vie, à ce carrefour, se projeter dans le monde du travail les souciait : « on se voyait déjà galérer à cause de notre statut de migrantes » explique Valérie.

C’est dans ce contexte qu’est né le projet d’Afrik’ Entraide, avec d’autres jeunes filles « ivoiriennes, sénégalaises, gabonaises, kényanes, guinéennes, mauritaniennes, congolaises », le choix a été fait de créer une association étudiante qui promeut la femme africaine mais qui leur permet avant tout de mener à bien leurs divers projets personnels. Pour Gisèle, qui s’est lancée dans l’aventure il y a deux ans, il s’agissait notamment de mettre en place un club de lecteurs, pour Chrisvie, étudiante en sociologie, l’association a permis d’approfondir son intérêt pour la question identitaire féminine.

Si elles ne se considèrent pas comme féministes au départ, ce sont certains hommes, parfois étonnés par leur ambition, qui leur renvoient cette image à laquelle elles s’adaptent progressivement. « Il faut changer la perception du mot féminisme et lui redonner son sens premier » selon Valérie qui avoue ne pas vouloir être associée aux mouvements féministes les plus intransigeants mais estime qu’une femme, à partir du moment où elle défend ses intérêts et ceux des autres femmes peut être considérée, en quelque sorte, comme une féministe.

Une femme afropolitaine

« La femme africaine aujourd’hui ne se pose plus la question de son intégration » affirme Valérie. Volontaire, urbaine, dynamique, ancrée dans son époque et même « bien dans ses stilettos » comme l’explique Melissa en plaisantant, voilà ce qu’est la femme africaine d’aujourd’hui pour les adhérentes d’Afrik’ Entraide, une femme qui doit beaucoup à la femme d’Afrique dont les « valeurs insufflées trouvent une valeur en France » aux yeux de Valérie.

C’est dans cet esprit qu’est né le projet Marrainage en collaboration avec la MIR. Les marraines d’Afrik’ Entraide accompagnent ainsi professionnellement et humainement une quinzaine de filleules du monde entier et ce, dans tout l’Ille-et-Vilaine depuis 2006. Il s’agit pour elles de donner un avis extérieur sur le parcours de ces femmes, de « palier au manque d’humanité de Pôle Emploi » pour Melissa.

Conseiller, ouvrir des réseaux d’insertion professionnelle, accompagner des projets politiques ; en bref, répondre à des interrogations que toute femme peut se poser à un moment donné de sa vie mais qui semblent compliquées par le statut de migrante. Reste maintenant aux jeunes femmes et hommes d’Afrik’ Entraide à concrétiser un autre dessein qui leur tien à cœur ; l’expansion du réseau de l’association à d’autres régions de France comme c’est déjà le cas à Angers ou Paris mais aussi et surtout en Afrique afin d’y propager les valeurs de cette femme afropolitaine.

Célian Ramis

Kaniwa tisse entre Rennes et le Mexique

Posts section: 
Related post: 
205
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Deux étudiantes rennaises ont monté un projet qui créé un pont de laine entre la capitale bretonne et le Mexique. Il s’agit de faire connaître des tisseuses mexicaines qui s’usent les mains sur des écharpes de laine dans un petit village de la région de Xalapa.
Text: 

Deux étudiantes rennaises ont monté un projet qui créé un pont de laine entre la capitale bretonne et le Mexique. Il s’agit de faire connaître des tisseuses mexicaines qui s’usent les mains sur des écharpes de laine dans un petit village de la région de Xalapa.

Alors qu’elles ne sont plus que quatre, âgées entre 75 et 85 ans, une étudiante en art est venue les déloger de leur atelier afin de proposer à des artistes mexicains, puis français de s’approprier les écharpes pour en faire des œuvres d’art.

À l’origine du projet il y a Chloé Aublet, étudiante en master d’art plastique, et très intéressée par le textile et la mode. Lors d’un voyage au Mexique, elle tombe un peu par hasard sur ces quatre tisseuses indigènes qui continuent de tisser selon une technique traditionnelle.

Très vite elle y retourne, une fois, deux fois… et c’est l’engrenage. Révoltée à l’idée que leur travail soit perdu puisque personne ne prend la suite et qu’elles sont déjà âgées, elle contacte des artistes mexicains. Elle leur propose de s’exprimer sur ces grandes écharpes de laine blanche qui offrent une surface de travail originale. « L’idée c’était aussi de mêler l’artisanat et le côté artistique », confie-t-elle. Ce sera le point de départ du projet. « Il y a un volet social important aussi, pour ces veuves, une écharpe que j’achète à 35 euros c’est un mois de salaire, elles n’ont rien d’autre… ». Huit écharpes forment une première collection réalisée par différents artistes mexicains. Elles ont déjà été exposées au Mexique et dans la galerie que Rennes 2 met à la disposition de certains étudiants.

Revenue à Rennes avec dans ses valises de nombreuses écharpes, Chloé veut poursuivre le projet. Grâce à ces réseaux dans le monde artistique, elle ne tarde pas à avoir de nouveaux artistes intéressés par l’idée de s’approprier une écharpe de laine venue de contrées lointaines. Cependant son projet manque d’un cadre plus administratif et institutionnel.

C’est sa rencontre avec Marie Zanoune, étudiante en communication, qui va permettre au projet de se doter d’un véritable cadre. Cela devient une association: Kaniwa, qui signifie « en tout lieu » en totanak, la langue locale. Elles obtiennent quelques subventions, et continuent les projets: après la diffusion d’un documentaire sur la fabrication des châles au bar le Papier Timbré; elles envisagent une exposition avec l’association Riposte au début de l’année 2014.

Le documentaire, réalisée par Chloé Aublet et un étudiant en cinéma mexicain, présente les tisseuses, quatre mamies, qui racontent leurs vies avec humour, dans le grand atelier vide qui leur sert de lieu de travail. On les voit tisser, se chamailler sur la technique de la teinture, mais aussi raconter la dureté des conditions de vie dans cette campagne isolée du Mexique.

Il sera possible de revoir ce film lors d’une autre exposition à Bayeux au printemps prochain. De nombreuses propositions viennent peu à peu se greffer sur leur projet: une scénographe, une graphiste, une menuisière… « C’est cela aussi que l’on cherche : englober tous les secteurs et impliquer le plus de personnes possibles » déclare Chloé Aublet. Elles considèrent Rennes « comme un laboratoire. Si ça marche on s’exportera ailleurs. ». Cela  promet de nouveaux voyages pour ces morceaux de laine qui ont déjà traversé l’Atlantique.

 

Célian Ramis

Parcours de migrantes à Rennes

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Reportage dans les squats rennais à la rencontre des migrantes qui nous racontent leurs parcours dans leur ville d'accueil.
Text: 

Chaque année, le nombre de demande d’asile augmente en France. En 2012, l’OFPRA enregistrait 61 468 demandes (réexamens et mineurs accompagnants compris), soit une progression de 7,2% par rapport à l’année précédente. Une forte hausse essentiellement concentrée sur le second semestre, imputable à l’augmentation de la demande d’asile en provenance des Balkans. Ce chiffre place donc la France au second rang des pays destinataires de demandeurs d’asile au niveau européen.

Récemment, les femmes étrangères sont devenues le nouveau visage de la migration internationale. Rappelons-nous cette déclaration de Babatunde Osotimehin, directeur exécutif du Fonds des Nations Unis pour la population : « La migration porte un visage humain, et c’est celui d’une femme ». Pourtant, elles sont de plus en plus nombreuses à fuir leur pays d’origine et à prendre les routes de l’immigration depuis les années 1990. À cette époque, elles ne représentaient pas encore une majorité, n’étaient pas encore médiatisées. Aujourd’hui, le thème « Femmes et migration » est récurrent. Femmes isolées ou accompagnées de leur famille, elles constituent 49% des migrations mondiales et près d’un 1/3 des demandeurs d’asile en France. Qui sont ces femmes et comment vivent-elles ? YEGG est allé à leur rencontre. État de lieux de la situation rennaise.

  • Pour préserver l’anonymat des personnes interrogées, nous avons changé les prénoms.

À leur arrivée, les migrants déposent une demande d’asile auprès de la Préfecture d’Ille-et-Vilaine. En octobre, les militants d’associations et collectifs déploraient la dégradation des conditions d’accueil de cette institution, soulignant la réduction des horaires d’ouverture. Trois après-midis sont consacrées aux démarches administratives des migrants : lundi, mardi et jeudi de 13h30 à 16h30.

Sur les 800 dossiers déposés chaque année, seulement ¼ obtiennent une réponse favorable. Les autres disposeront d’un mois pour quitter le territoire français, après réception d’une OQTF (Obligation de quitter le territoire français).

UN LONG PARCOURS ADMINISTRATIF

Les démarches sont souvent longues et compliquées. « Il doivent prouver les pressions subies dans leur pays, rédiger leur récit de vie, aller à un entretien avec un officier de protection de l’OFPRA (établissement public chargé de l’application des textes français et des conventions européennes et internationales relatifs à la reconnaissance de la qualité de réfugié, d’apatride et à l’admission de la protection subsidiaire, ndlr) qui en principe connaît très bien la situation du pays concerné », explique Armelle, membre de l’association rennaise Un toit, c’est un droit.

En moyenne, les migrants doivent patienter 18 mois avant d’obtenir une réponse. Chaque année, l’OFPRA actualise la liste des pays d’origine sûrs « et les migrants de ces pays-là ont très peu de chance d’obtenir une réponse favorable ». Dans le rapport d’activités 2012, l’OFPRA déclare 20 pays sûrs au 1er janvier 2012. Après retrait de l’Albanie, du Kosovo, du Mali et du Bangladesh, la liste ne contient plus que 16 pays, en mars 2013.

Durant l’étude de leur dossier, les demandeurs d’asile perçoivent l’ATA (Allocation Temporaire d’Attente) à hauteur de 363 euros et peuvent, en théorie, accéder aux places d’hébergement en CADA (Centre d’accueil des demandeurs d’asile), au nombre de 399 en Ille-et-Vilaine. « Mais seulement 10% gagnent au premier dossier », souligne Armelle, notant ainsi la difficulté de cette population à trouver un hébergement. Le 115, débordé par le nombre d’appels largement supérieurs au nombre de places, doit les diriger vers la Plateforme d’accueil des demandeurs d’asile, en lien avec le Service d’Accueil et d’Orientation, qui eux se chargent de leur accompagnement.

« Les personnes sous OQTF, elles, sont assignés à résidence, mises à l’abri, avant d’être accompagnées vers une sortie du territoire », explique Claude Fleutiaux, secrétaire général de la Préfecture 35. Mais tous les déboutés du droit d’asile ne bénéficient pas de cette solution. Une partie est placée au Centre de rétention administrative, situé à Saint-Jacques-de-la-Lande. « Seulement les célibataires », souligne le secrétaire général. Pourtant, on se souvient de l’expulsion d’une famille tchéchène en juillet dernier : « C’était le seul cas cette année. On veille particulièrement à cela », assure-t-il.

Selon Charlotte Joyau, salariée de La Cimade, association intervenant au CRA chargée d’accompagner les retenus dans l’exercice effectif de leurs droits, trois familles y ont été placées en 2013 :

« À Rennes, il n’y en a pas beaucoup mais la structure est adaptée aux familles, avec du matériel de puériculture, un lit de bébé… ».

UN PARCOURS QUOTIDIEN

Dans le squat de l’église Saint-Marc, ouvert en mai près de la dalle Kennedy, les 130 occupants ont tous été déboutés et procèdent alors à un recours, ou sont actuellement sous OQTF. Ce lieu héberge majoritairement des familles. D’origine mongole, arménienne, géorgienne, congolaise, libyenne, tchadienne (nationalités très représentées à Rennes), albanaise, serbe ou encore tchéchène, ils vivent en communauté dans ce bâtiment. Certaines familles sont installées dans des petites pièces individuelles.

D’autres occupent des pièces de taille moyenne, voire de petite taille, et ont aménagé des cloisons avec des draps pour un espace de vie avec un minimum d’intimité. Des boxes, comme on nous dit. « Et dans chaque boxe, un drame passé », nous glisse Armelle. En novembre, la physionomie du squat a bien changé par rapport à la saison estivale. « On fait à manger dans la cuisine commune et après on rentre dans nos chambres pour le repas. Il fait très froid et dehors, il fait nuit », explique une jeune mongole, arrivée avec sa famille à Rennes depuis 2 ans – et scolarisée dans un collège rennais.

Les coupures d’électricité sont fréquentes, surtout entre 17h et 19h, à l’heure de la préparation des repas et des douches. Plusieurs femmes d’origine mongole sont réunies dans la cuisine, assises dans le canapé, jouant avec une enfant et un bébé.

Au fond du couloir, vit la famille de Mariame. Elle est kurde arménienne. Son mari, kurde géorgien. L’aîné de ses enfants est arménien et vit là-bas. Sa fille et son fils, tous deux d’origine géorgienne, sont à Rennes. Une situation complexe pour elle qui ne pouvait obtenir de papiers en Géorgie.

« En Arménie, pas de problèmes pour moi. Mais pour ma famille, ce n’était pas possible. Et en Géorgie, je ne peux pas avoir de titre. C’est vraiment très difficile »
explique Mariame.

En mars 2012, ils quittent leur pays pour des raisons économiques et souhaitent venir en France, en passant – en avion – par la Biélorussie. Puis de Minsk, ils traversent la Pologne, s’y arrêtent quelques heures, le temps du contrôle douanier. Les autorités polonaises prennent les empreintes « et leur font signer une demande d’asile sans qu’ils en aient conscience », dit Armelle. Elle poursuit : « Les migrants qui entrent par un pays de l’espace Schengen et qui sont contrôlés dans ce dernier avant de venir en France sont appelés les Dublin ».

En effet, le règlement de Dublin II vise à établir une base de données biométriques permettant ainsi aux autres États membres de vérifier qu’aucune demande d’asile n’a été effectuée par les ressortissants. En se présentant à la Préfecture, à Rennes, les empreintes de Mariame ont révélé la présence d’un dossier en cours en Pologne. « La France a 6 mois pour les renvoyer dans le premier pays. Ils sont convoqués à la Préfecture avec conjoint(e)s, enfants et bagages et sont déclarés en fuite s’ils ne se présentent pas », explique Armelle. Après 18 mois sur le territoire, une nouvelle demande d’asile peut être déposée en France.

Et depuis quelques jours, Mariame peut enfin remplir la sienne, ainsi que chaque membre de sa famille. Elle a maintenant trois semaines pour rédiger son récit de vie détaillé, un travail compliqué pour cette mère de famille. « Déjà, je ne parle pas bien le français. Là, je regarde mes cours. Et ça fait ressortir les mauvais souvenirs. Dur d’y repenser. Surtout pour mon fils, il est nerveux », confie-t-elle. D’autres mauvais souvenirs remontent aussi pour Mariame, qui n’ose pas sortir du squat. En juillet dernier, elle est contrôlée et arrêtée par la Police Aux Frontières (PAF), au niveau de la gare.

Après plusieurs heures en garde à vue, elle est emmenée au CRA, dans lequel elle restera 5 jours. « Elle a pu être libérée grâce à un point de la procédure, lors de la garde à vue, qui n’avait pas été respectée », commente Armelle. L’histoire est douloureuse. Elle reste traumatisée de « l’évacuation musclée » d’une famille tchéchène qu’elle a vécu lors de son enfermement.

Les différentes étapes de la procédure nécessitent à chaque fois une préparation mentale ardue et accroissent l’angoisse de l’après. De l’anxiété, les migrants en perçoivent au quotidien. Ce mercredi soir, une adolescente entre dans la chambre de Mariame, en pleurs. Sa petite sœur ne répond pas aux appels de sa mère. Il est environ 18h30 et la petite n’est pas encore rentrée. Des dizaines de minutes plus tard, la maman est avertie que sa cadette est revenue au squat.

Dans la pièce voisine, se trouve Réhane, elle aussi est arménienne. Sa famille est arrivée en France il y a un an et demi et vit dans le squat depuis six mois. Entre temps, elle a connu le 115 et les foyers d’accueil, du côté de Vitré. « Il faut appeler tous les matins le 115 à 9h. Il n’y a pas de places, on nous dit de rappeler le lendemain », se souvient-elle. Enceinte de plusieurs mois à son arrivée au squat, Réhane a accouché peu de temps après leur installation. David, le sourire jusqu’aux oreilles, est allongé sur le lit, entouré de ses peluches : « C’est un peu la mascotte d’ici ! ».

Elle revient du Secours populaire qui ce jour-là distribuait des cadeaux de Noël. Elle a pu ramener des jouets pour ses deux fils et a eu un chèque cadeau de 15 euros pour acheter un présent à sa fille de 7 ans, « qui veut absolument une robe de princesse ». Sa fille ainée est restée avec ses grands-parents, en Russie. Avec son mari, ils l’appellent fréquemment mais ne l’ont pas vu depuis leur départ. Réhane a fait une demande prioritaire, une procédure rapide qui ne permet de bénéficier de l’ATA que 3 mois seulement.

Déboutée depuis décembre dernier, elle est assignée à résidence pendant 45 jours dans un hôtel avec sa famille, une obligation qu’ils ont préféré fuir en espérant trouver une alternative avec leur avocate.

« Ils n’ont pas leurs papiers arméniens. Ils sont donc assignés pendant plus d’un mois, le temps pour les autorités compétentes françaises de contacter le consulat et d’obtenir l’accord du pays d’origine de les renvoyer là-bas ».
 Armelle, militante Un toit, c'est un droit.

Dans la cuisine, Alba, 21 ans, prépare des cookies. Cette jeune tchadienne est arrivée en France en 2009, après être passée par la Libye. À Angers dans un premier temps, au sein d’une communauté tchadienne, dans laquelle elle vit avec son conjoint, à la suite d’un mariage forcé à 15 ans.

« Là-bas, tout le monde trouve ça normal et moi, je ne sais pas pourquoi, je n’ai jamais supporté la violence de mon père envers ma mère. Jamais accepté non plus ce mode de vie. Les femmes ne peuvent rien faire », explique-t-elle. Elle décide de quitter son mari – parti du Tchad pour des raisons politiques, « son père étant impliqué dans la vie politique du pays » – et se retrouve confronter non seulement à la violence conjugale mais aussi aux pressions de l’entourage. « Ils ont réagi très violemment et m’ont menacé de mort. Je me battais contre une communauté », se remémore Alba.

Elle prend le bus jusqu’à Rennes, aidée par une amie rencontrée à Angers, et s’inscrit en CAP Cuisine, à Dinard. En internat la semaine, dans une famille d’accueil le week-end. Sa demande d’asile est compliquée : « j’avais déjà déposé un dossier avec mon mari. J’ai changé d’identité et j’en ai refait un à Rennes mais avec les empreintes, ils ont retrouvé ma première demande ». Plusieurs procédures plus tard, la jeune tchadienne pense obtenir des papiers. La Préfecture l’informe qu’elle recevra prochainement une OQTF :

« Je m’étais inscrite en septembre à Ker Lann pour poursuivre ma formation de Cuisine, et au final, je suis une clandestine, j’ai tout perdu ».

La journée, Alba reste au squat en attendant de trouver un potentiel recours avec son avocate. Une situation qu’elle trouve profondément injuste : « Je reste ici alors que je pourrais travailler. J’ai un diplôme ! Certains ont des papiers et ne font rien de leur journée… »

UN PARCOURS COMPLEXE

Le manque de travail, et la difficulté pour en trouver un en France, est un enjeu majeur pour les migrants. Fondamental pour certains. Comme pour les occupants du squat de Chantepie, ouvert depuis le mois d’août, dans une ancienne ferme. « Ici, ce sont des personnes d’origine roumaine. C’est une autre population, avec une autre problématique encore », explique Mihaela, militante pour l’association Un toit, c’est un droit, qui assure la traduction avec leurs divers interlocuteurs.

Une autre problématique, en effet, puisqu’ils sont européens et bénéficient du droit de résider sur le territoire français pendant 3 mois. « Pour avoir un titre de séjour, il faut avoir un contrat de travail. Pour le contrat de travail, il faut un titre de séjour », déclare Emilia, à Rennes depuis 4 mois. Maman de quatre enfants, dont deux encore en Roumanie, elle attend son cinquième enfant. « Je suis inquiète car je ne sais pas combien de temps on va pouvoir rester dans le squat. Et nous devons aussi faire des allers-retours en Roumanie », poursuit-elle.

Pour justifier leur résidence en France, ils doivent conserver les billets de cars en partance de la Roumanie datant de moins de 3 mois. Pour vivre, ils font la manche durant la journée. Insuffisant pour satisfaire un minimum de besoins vitaux. Les migrants trouvent alors des aides au Secours populaire, aux Restos du cœur et également avec le réseau Ville Hôpital 35 pour les problèmes de santé. « Les gens sont très accueillants et le corps médical très attentif, je suis très surprise, ça ne se passe pas du tout comme ça en Roumanie », souligne la jeune femme de 29 ans.

Ce lundi de novembre, c’est une journée particulière. Alina, sa fille, vient de faire sa rentrée en 6e, dans un collège de Rennes. L’émotion est grande pour la jeune demoiselle. Pour les parents, c’est également une étape importante. Ce soir-là, plusieurs occupants sont regroupés dans la pièce de vie d’Emilia. Une jeune maman allaite son bébé d’un mois seulement. « Il avait 15 jours quand elle est arrivée. Elle est toute seule avec lui », explique Mihaela.

Les hommes aussi sont présents et font part de leur condition de vie. Ils ont été restaurateurs, boulangers, cordonniers ou salariés dans des stations service et nous montrent leurs contrats de travail en Roumanie. « Mais les conditions de vie là-bas sont terribles. Les salaires sont trop faibles pour vivre et il n’y aucune sécurité d’emploi », disent-ils. Tous espèrent voir leur situation s’améliorer à partir de janvier 2014. Les ressortissants roumains et bulgares devraient, à cette date, pouvoir accéder à l’emploi dans les pays de l’Union européenne sans titre de séjour.

Une date qui inspire de l’espoir pour les uns, de l’inquiétude pour les autres. En effet, le squat de l’église Saint-Marc devrait être évacué dans cette période. L’accord passé avec le Secours catholique touche à sa fin mais pour l’instant, les solutions alternatives d’hébergement n’ont pas été trouvées. Pour Armelle, c’est une situation catastrophique : « Ils vont être isolés un peu partout dans le département. C’est ce que souhaite la Préfecture, ça rend le problème moins visible, moins médiatisé ».

En France, de quels droits peuvent bénéficier les personnes sans autorisation de séjour ?

Aucun. Et pour les femmes, c’est encore plus compliqué. Elles sont plus vulnérables et donc plus facilement exploitables. Elles ont uniquement le droit de se rendre aux urgences pour bénéficier de soins médicaux.

Parmi ces femmes, lesquelles sont les plus touchées ?

Les femmes célibataires sans enfants car elles ne sont pas considérées comme « public vulnérable ». Du coup, durant leur procédure en vue d’obtenir le droit d’asile, elles subissent très souvent des violences importantes. Le droit européen leur accorde, certes, le droit au logement, mais en pratique, par exemple, la préfecture d’Ille-et-Vilaine n’a pas élargi ses places d’hébergement. Faute de toit et avec un dispositif d’accueil d’urgence saturé, elles se retrouvent pour la plupart dans la rue. Elles fuient  leur pays d’origine parce que leurs droits sont bafoués mais vivent pourtant en France dans des conditions très dures.

Quelles solutions ont-elles ?

Il n’y a pas de solution. Certaines réussissent à obtenir un titre de séjour (si elles ont des problèmes de santé, par exemple), mais la plupart sont expulsées. Le droit d’asile est une peau de chagrin. Les décisions des juges sont injustes. Ils exigent de plus en plus de preuves et sont trop suspicieux. Malgré tout, les migrantes préfèrent rester dans la précarité en France que de retourner dans la violence de leur pays d’origine.

Infographie : © Sophie Barel

Laetitia est assistante familiale depuis plus de 7 ans. Elle loge et accompagne des migrants sans papiers. Portrait.

Laetitia est agrémentée depuis 1995. Elle accueille actuellement chez elle de jeunes étrangers, originaires d’Albanie, du Congo et de Guinée. « On constate une arrivée massive de mineurs isolés étrangers depuis 2 à 3 ans, explique cette femme de 53 ans. Certains se sont enfuis seuls de leur pays et d’autres ont payé des passeurs pour arriver en France ». Laetitia les accompagne au quotidien, les inscrit à l’école, leur apprend le français et les écoute. « Le choc des cultures est fort. Les règles de famille ne sont pas toujours respectées, mais cet échange me donne envie de continuer », confie-t-elle.

C’est en rencontrant une assistante familiale parisienne qu’elle a eu envie de faire ce métier. « Je lisais beaucoup sur la psychologie des enfants et la rencontre m’a bouleversé. Je me suis renseignée et j’ai été acceptée ». Un petit français de 11 ans est alors arrivé et est resté jusqu’à l’âge de 18 ans. Puis dès 2001, des nationalités différentes ont intégré le foyer. Une camerounaise pour commencer : « Elle avait 17 ans et était menacée par le milieu de la prostitution. Un jour, elle est partie de chez nous et n’est jamais revenue. J’ai déclaré sa disparition à la police mais je n’ai jamais eu de nouvelles ».

Depuis, d’autres ont pris sa place et le soutien de Laetitia n’a pas faibli. Et pour cause, cette mère de famille s’investit beaucoup. Malgré tout, elle a le sentiment que son rôle n’est pas assez reconnu. « En définitive, on travaille à domicile 24h/24, en lien avec le Conseil général et nous sommes pourtant considérés comme le dernier maillon de la chaîne. Il y a des évolutions, mais nous ne sommes pas assez écoutés». Son souhait ? : Obtenir le statut de fonctionnaire, « tout comme les éducateurs ».

Née au Maroc, Sarah a vécu en Espagne jusqu’à ce que son père décide de la forcer à se marier. Contrainte et terrifiée, elle s’enfuie avec une proche de la famille et s’installe dans la capitale bretonne.

Sarah, 22 ans, vit à Rennes depuis 2011. Elle habite chez la femme qui l’a aidé à s’échapper : « Ma mère ne voulait pas que j’épouse un inconnu. Elle m’a laissé partir avec cette femme ». En arrivant à destination, Sarah est inscrite dans un lycée privé, qu’elle quitte deux ans plus tard par manque de moyens financiers. Par la suite, elle fait des stages, du bénévolat, de la garde d’enfants et remplit les tâches quotidiennes de la maison. Malgré tout, elle souhaite « faire un bac professionnel Service à la personne pour travailler, être indépendante et passer le concours d’aide soignante ou d’éducateur spécialisé ».

Elle doit régulariser sa situation en France car son titre de séjour espagnol lui permet de circuler dans l’espace Schengen (et donc dans l’hexagone), mais pas d’y travailler. « En mars dernier, j’ai rempli une demande de nationalité espagnole pour obtenir le statut européen, mais la procédure est longue. Elle dure environ 3 ans », explique-t-elle. Aussi, elle compte déposer prochainement une demande de titre de séjour travail en France, avec le soutien de « La M.I.J.E.C » (Mission d’Insertion des Jeunes de l’Enseignement Catholique, à Rennes) et de Franck Pichot, conseillé général délégué à la jeunesse.

Sarah s’est habituée à Rennes. « J’ai longtemps fait des cauchemars et été traumatisée par le mariage forcé, mais mon moral s’est amélioré », avoue-t-elle. Aujourd’hui, elle est déterminée à prendre sa vie en main et se rappelle souvent  que « si elle s’était mariée avec cet homme, elle n’aurait jamais pu envisager tous ces projets ».

Tab title: 
Elles vivent à Rennes
Hébergement : une difficulté majeure
Trois questions à Mélanie Le Verger, avocate
Ils agissent pour les migrants
Une alternative : la famille d'accueil

Célian Ramis

Migrant'scène : Les voix féminines de la migration 2/2

Posts section: 
Related post: 
96
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Les femmes étaient à l’honneur pour la 2e édition de Migrant’scène. Deux groupes ont répondu à la thématique imposée – la migration au féminin – au Bar’Hic de Rennes : le chœur de La tête à l’est et Mariana Caetano.
Main images: 
Text: 

Les femmes étaient à l’honneur pour la 2e édition de Migrant’scène, organisé par La Cimade, samedi 23 novembre. Deux groupes ont répondu à la thématique imposée – la migration au féminin – au Bar’Hic de Rennes : le chœur de La tête à l’est et Mariana Caetano.

Aux alentours de 21h, le Bar’Hic est déjà rempli de monde ce samedi soir. Beaucoup sont venus pour assister au concert de La tête à l’est. Créée en 2009, l’association a pour vocation de promouvoir la musique et la danse d’Europe de l’Est dans la région Bretagne. Elles sont sept femmes ce soir-là à unir leur voix qui résonnent dans le bar aux sons des Balkans.

En chœur, parfois à l’unisson, elles interprètent des chansons traditionnelles de Roumanie et de Bulgarie, accompagnées par deux accordéons, des percussions, du violon et parfois des voix de quatre hommes. Certains morceaux sont doux et légers, similaires à des berceuses. D’autres sont nuancés et naviguent sur les flots de plusieurs voix qui jouent sur les intensités, agitant le chœur qui oscille entre chuchotements et notes très fortes et puissantes, qui font danser les spectateurs, qui pour bon nombre d’entre eux prennent des cours de chants avec l’association Tête à l’Est, entrainés à plusieurs reprises dans des rondes traditionnelles.

Après une courte pause, c’est au tour de Mariana Caetano, entourée de ses musiciens, de prendre place sur la scène, située au fond du bar. La chanteuse qui vient « d’un pays du soleil, très loin d’ici », arrivée en France depuis 2004, inonde ce lieu festif de la place des Lices des sons brésiliens qui rythment son deuxième album « Mé Ô mond », sur fond de guitares et de percussions.

Plaisir, solitude, amour, consommation… autant de thèmes abordés que de mimiques développées sur scène avec humour et singularité. Sa voix est envoutante, douce et grave. Sa musique est poétique et décalée, avec des influences rock, chanson française et pop. Mariano Caetano joue avec les mouvements musicaux de son pays, alterne entre MPB (Musica popular brasileira) et tropicalismo (mouvement culturel de la fin des années 60 qui contestait la musique populaire brésilienne), ne prenant que les particularités de chaque genre, sans se préoccuper des étiquettes.

En moins d’une heure, cette artiste originale nous dépayse à travers un voyage expérimental unique, nous baladant tranquillement d’un pays à un autre, d’un continent à un autre.

Les deux concerts nous offrent chacun un instant musicalement opposé. Une invitation au voyage dans les deux cas qu’on aimerait concrétiser plus longuement, à la rencontre d’autres cultures qui s’expriment à travers les voix de ses femmes.

Célian Ramis

Migrant'scène : Les voix féminines de la migration 1/2

Posts section: 
Related post: 
191
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Migrant’scène, organisé par La Cimade, revient pour la 2ème année consécutive à Rennes. Plusieurs événements ont eu lieu autour de la thématique suivante : la migration au féminin.
Text: 

Migrant’scène, organisé par La Cimade, revient pour la 2ème année consécutive à Rennes. Samedi 23 novembre, plusieurs événements ont eu lieu dans le centre ville de la capitale bretonne, autour de la thématique : migration au féminin.

« Nous avons choisi de parler de mobiles, de mobilité et de mobilisation, et non de migration ou d’immigration. Et ça, ça change déjà le regard », explique Marie Arlais, directrice artistique et membre du collectif nantais étrange miroir. Une quinzaine de personnes a participé à l’installation sonore, Mobiles illégitimes, exposée au café L’enchantée à Rennes, uniquement pour l’après-midi.

Pour Marie, « les témoignages sonores permettent de ne pas tomber dans la représentation stéréotypée avec des images de la femme victime, de la femme qu’il faut à tout prix aider ». En effectuant leurs recherches, les membres du collectif dégagent différents angles, décèlent les diverses thématiques liées au sujet, « y compris des choses auxquelles on ne pensait pas, comme le lien avec la mobilisation et le féminisme ou encore la sexualité des migrantes ».

Ils recueillent les histoires de plusieurs femmes venues d’Algérie, du Bénin, du Mozambique, d’Israël, d’Ecosse ou encore du Maroc, ainsi que des témoignages de sociologues, anthropologues, militantes, professeures, conseillère en insertion professionnelle.

De là est imaginée la structure qui voyage actuellement de ville en ville dans le cadre de Migrant’scène : une grande armoire en bois dont certains tiroirs demandent à être ouverts afin de libérer les paroles de toutes ces femmes. Dans les extraits, on peut entendre :

Luanda : « On appartient tous à quelque chose, on est tous nés quelque part »,

Maeva : « Si j’avais été un homme, ça aurait été plus facile. Mais j’ai osé (partir, ndlr), je suis allée au bout, j’ai relevé le défi et j’y suis arrivée » / « Je suis africaine, j’en suis fière et je ne serais jamais blanche. Je ne pourrais qu’être française d’adoption mais jamais de peau. Je peux modifier certaines choses pour l’intégration mais pas tout »,

Saïda : « La famille (dans laquelle elle travaillait, ndlr), je la respecte mais ils ont beaucoup abusé de ma situation. Ils n’ont fait aucun effort pour faire un courrier à la Préfecture alors que j’étais très utile pour leur fille handicapée »,

Sivan : « Quand tu vis dans un pays nouveau, il faut que tu changes ta langue, ça te fait changer ton rythme, tu vas plus lentement, tu cherches tes mots ».

La mobilité quotidienne

Le sujet est traité dans toute sa complexité et toute sa diversité avec l’objectif de mettre en avant des axes peu médiatisés. Avec les tiroirs, le collectif invite les visiteurs à aller chercher, fouiller, explorer par eux-mêmes les informations concernant la mobilité. « Ce thème illustre notre mode de penser actuel. Nous sommes une génération qui bouge beaucoup, se déplace pour des voyages ou le travail. Pour nous, c’est normal », explique Marie Arlais.

Les informations apportées au cours de cette exposition interactive sont appuyées et complétées par un éclairage avisé et alternatif. Pour la sociologue et anthropologue Nacira Guénif Souilamas, les femmes sont privées de toute capacité à se mouvoir : « Les différentes fonctions des femmes – religieuses, culturelles, familiales – les bloquent dans leur mobilité. C’est cette logique d’immobilisation qui renforce l’illégalité des mobilités des femmes ». De quoi faire réfléchir les auditeurs au-delà de la thématique. Jules Falquet est elle aussi sociologue et figure dans le kaléidoscope sonore proposé par étrange miroir. Dans un extrait, elle développe sa réflexion autour de la notion « To care », signifiant « prendre soin » en anglais.

Selon elle, les femmes seraient plus qualifiées pour s’occuper des personnes malades ou âgées, grâce à l’éducation reçue. « On appelle cela la crise du care ou la crise de la reproduction sociale car elles ne s’occupent pas uniquement des personnes âgées. On importe là aussi des femmes pour s’occuper des hommes valides. Il y a toujours moyen de se faire tailler une pipe pour pas cher. Tout ça, sans papiers, car sans papiers = sans droits », raconte l’experte.

Une installation sonore originale, interactive et riche de sens dont on voudrait pouvoir profiter plus longuement, dans un lieu plus propice et moins étroit.

Célian Ramis

25 novembre : Les voix du combat

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Les violences faites aux femmes représentent aujourd'hui un des plus grands combats féministes. Vers qui se tourner à Rennes si l'on est victimes de violences ?
Text: 

Si l’Enquête Nationale sur les Violences Envers les Femmes en France a révélé qu’une femme sur dix était victime de violences, aucun nouveau chiffre n’est parvenu depuis 2000 au niveau national. En attendant des statistiques plus récentes – une nouvelle enquête est en cours – les structures rennaises et brétiliennes ont à cœur leur mission d’accompagnement, d’écoute et de soutien auprès des femmes victimes de violence.

STOP AUX VIOLENCES, LE PROGRAMME – Du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles à Rennes Métropole, nombreuses sont les structures et institutions préoccupées par la situation des femmes. À l’occasion du 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes (aussi appelée journée internationale d’élimination des violences faites aux femmes), elles se réunissent pour organiser plusieurs événements du 22 novembre au 15 décembre, avec notamment la pièce de théâtre « Je te veux impeccable, le cri d’une femme », d’après le témoignage de Rachel Jouvet (à lire pages 17 et 18) à la Maison de quartier Villejean, le 30 novembre.

Au programme : la projection du film Le paradis des bêtes de Estelle Larrivaz au cinéma Arvor, le 25 novembre, une conférence autour de la question « L’égalité femme-homme a-t-elle encore un sens ? » avec Réjane Senac, chercheure au CNRS, à la Chambre des métiers et de l’artisanat d’Ille-et-Vilaine, le 27 novembre, ou encore l’exposition « Déconstruire les idées reçues sur les violences faites aux femmes », créée par l’ECVF (Elu/es contre les violences faites aux femmes) jusqu’au 30 novembre au CDAS Cleunay.

Des manifestations spécialisées sur la situation des femmes à l’étranger sont également prévues avec la 7e rencontre nationale des associations de promotion des droits des femmes migrantes en France, à l’Hôtel de Rennes Métropole, le 26 novembre, mais aussi à travers l’exposition « Femmes meurtries dans leur corps et dans leurs âmes » à l’Union des associations interculturelles de Rennes, du 25 novembre au 15 décembre et la rencontre-débat avec le Dr Jérôme Blanchot, spécialisé dans la chirurgie réparatrice de la fistule, et le Dr Harlicot, spécialisé dans la réparation de l’excision, le 11 décembre, à l’UAIR.

Des lois protègent les femmes victimes de violences et de nombreuses structures sont présentes à Rennes pour vous en informer. Emilie Floch, avocate généraliste et volontaire au Centre d’information des femmes et des familles (CIDFF) nous explique.

Le droit des femmes en France est un terme à définir. Les textes ne distinguent pas spécifiquement l’homme de la femme. Cependant, face aux violences auxquelles sont confrontées ces dernières, des lois s’appliquent pour les défendre, soit pénalement soit civilement. « Il faut juste les replacer dans un contexte », commente Maître Emilie Floch, avocate au barreau de Rennes. Chaque année, des femmes de tous les âges, issues de toutes les catégories sociales viennent la consulter pour des faits de violences. 

La plupart sont des mères, des épouses, des travailleuses : leurs profils sont variés mais leur état d’esprit souvent similaire.

« Lors d’un premier contact, lorsqu’elles n’ont pas eu de lien avec une structure d’aide, elles sont perdues. Elles ne savent pas si elles sont victimes ou responsables. Elles hésitent et culpabilisent. Je dois leur faire comprendre qu’elles ont le droit de dénoncer ce type de comportement ».
Emilie Floch, avocate généraliste et volontaire au Centre d’information des femmes et des familles (CIDFF)

L’idéal : qu’elles soient conseillées et écoutées, dans des structures adaptées, « elles sont plus déterminées »Notamment au CIDFF. Une équipe pluridisciplinaire les accueille, les informe et les accompagne dans leurs démarches sociales, professionnelles, médicales, policières et judiciaires…

Me Floch y participe volontairement dans le cadre de permanences gratuites organisées par l’Ordre des Avocats de Rennes :

« J’interviens car la problématique m’intéresse tout particulièrement. J’apporte le point de vue de l’avocat durant des entretiens d’une trentaine de minutes. Elles peuvent me voir directement à l’association ou me consulter après avoir vu un juriste. Le lien entre l’avocat et le CIDFF est important et complémentaire. Je ne peux pas convaincre quelqu’un de faire une procédure. Elles ont besoin d’être accompagnées psychologiquement et moralement ».

De toutes les manières, pour Emilie Floch, la première chose à faire pour ces femmes est de verbaliser les faits auprès de leurs proches ou d’associations, pour sortir du cycle. Puis, si besoin de déposer une plainte. Dans ce cas, il s’agit d’ « un entretien avec un officier de police ou un gendarme. La victime relate les faits, soit de manière spontanée, soit en répondant à différentes questions des enquêteurs et l’ensemble est ensuite retracé dans un procès-verbal », décrit l’avocate.

Pour elle, il est préférable de déposer une plainte plutôt qu’une main courante, « cette dernière n’étant qu’une simple déclaration qui ne fera l’objet d’aucun acte d’enquête » déclare-t-elle, en précisant que « dans le cas de violences physiques, il faut également faire constater ses blessures par un médecin légiste – un certificat médical ne pouvant pas être suffisant et faire l’objet de contestations, notamment du point de vue de la partialité, dans le cadre d’un procès. »

Depuis 2 ans, des lois sur les violences faites aux femmes ont été publiées au Journal Officiel. Portées par Christiane Taubira et Najat Vallaud-Belkacem, elles concernent le harcèlement sexuel, l’élargissement, le durcissement des peines en cas de mariages forcés, d’avortement forcé, de mutilations sexuelles et le renforcement de la lutte contre la traite des êtres humains. « Ces lois apparaissent intéressantes puisque qu’elles viennent renforcer la protection des victimes, aussi bien d’un point de vue pénal que civil (ordonnance de protection des victimes de violences, article 515-9 Code Civil) et également aggraver les sanctions contre les auteurs de violence » explique Me Floch, qui poursuit :

« Cependant, il est difficile de se prononcer sur la portée réelle de ces nouvelles dispositions qui sont relativement récentes et dont la portée devra être appréciée dans quelques années. »

Néanmoins, « les femmes osent davantage faire appel à la loi aujourd’hui. Elles dénoncent des choses qui restaient auparavant dans la sphère familiale ». Beaucoup d’options d’aides s’offrent à elles. Elles peuvent être accompagnées à Rennes, au CIDFF, mais aussi lors de permanences gratuites organisées par l’ordre des avocats ou par des associations.

Le planning familial est un « mouvement féministe d’éducation populaire ». Il accueille et soutient au quotidien des femmes victimes de violences. Brigitte Rocher, directrice du planning familial à Rennes nous éclaire sur son rôle et ses missions.

Le planning familial 35 écoute et prend en charge de nombreuses femmes tout au long de l’année. Tous les mercredis après-midi, une permanence d’accueil pour les jeunes femmes victimes de violences dans leur relation sexuelle est tenue par une psychologue/ criminologue. Chaque mois, un groupe de parole est également organisé pour faire sortir les femmes de leur victimisation. Le centre est tout public : on trouve des lycéennes, des étudiantes, des salariées… en quête de réponses et d’accompagnement ; et le service ne désemplit pas. Et pour cause, les femmes osent d’avantage se confier : « Elles décrochent plus facilement leur téléphone, (même si les choses évoluent doucement) ».

Lors des entretiens, les professionnels constatent cependant qu’il subsiste « toujours de la honte et des difficultés à porter plainte », précise Brigitte Rocher. Dans le cas de viols conjugaux, la situation reste difficile à dénoncer : le « conjoint reste le père de leurs enfants ». Le Planning familial travaille en réseau :

« On les oriente vers d’autres associations comme l’Asfad lorsqu’il est question de logement, vers l’hôpital pour une problématique de médecine légale ou vers le commissariat pour un dépôt de plainte. »
Brigitte Rocher, directrice du Planning Familial.

La structure mène également des actions de prévention pour faire évoluer les choses et différents programmes sont proposés, notamment à destination des jeunes (dans les collèges, par exemple). Ils portent sur la santé de façon globale, sur les stéréotypes, sur la relation d’égalité entre les hommes et les femmes. Mais la structure manque de moyens. « Les projets sont difficiles à monter. On manque de subventions, notamment sur le groupe de parole, qui demande un travail thérapeutique important avec des professionnels », conclut la directrice du planning familial.

En région, l’INSEE classe la Bretagne à la 19e place sur 22 en 2004 avec 1,38 décès par mort violente au sein du couple par millions d’habitants (le ratio moyenne en France étant de 3,61). À Rennes, l’Asfad enregistre 1200 appels par an sur la plateforme Violences disponible 24h/24.

« 600 femmes font appel à nous chaque année, certaines nous contactant à plusieurs reprises », explique Hubert Lemonnier, responsable du service de prévention des violences conjugales et extra-familiales.

Spécialisée dans les violences conjugales, l’association, qui existe depuis 30 ans, accueille toutes celles qui sont en proie à des pressions physiques, psychologiques (humiliation, privation, chantage, etc.), économiques (suppression d’accès au compte bancaire, gestion des allocation, etc.) ou encore en situation de vulnérabilité (grossesse, santé fragilisée, handicap, statut adminstratif, etc.)

Le premier contact avec un professionnel – éducateurs-trices spécialisé(e)s – permet d’établir un diagnostic, de pouvoir comprendre et mesurer le risque qu’elles encourent.« Certaines posent la question « Est-ce de la violence ? » L’échange met des mots sur la situation », précise Hubert Lemonnier.

Selon les cas, elles pourront être orientées vers les différents partenaires de l’Asfad, comme le Planning familial, le CIDFF, SOS Victimes, UAIR (Union des association interculturelles de Rennes) ou encore vers les forces de l’ordre, « nous avons maintenant un travailleur social au poste de police, ce qui facilite les démarches pour porter plainte ».

Elles peuvent également être mises à l’abri grâce aux 5 appartements dont dispose l’association, situés à la résidence Brocéliande, route de Lorient. Durant 15 jours, les victimes de violences peuvent se reposer, établir de nouveaux repères et analyser tous les leviers de la sortie de l’urgence :

« Ce temps est renouvelable car la sortie de l’urgence et l’accès au logement peuvent être très long, nécessitant souvent une procédure devant le Juge des affaires familiales et des décisions judiciaires ».
Hubert Lemonnier, responsable du service de prévention des violences conjugales et extra-familiales.

Depuis fin octobre, des logements temporaires sont destinés à accueillir ces femmes à la résidence Patton.

LIEU DE REPOS ET D'ÉCOUTE

Autre nouveauté cette année, la mise en place de l’Accueil de jour, un service à l’écoute des femmes qui peuvent venir avec leurs enfants.

« C’est informel comme rencontre. On – la psychologue spécialisée dans les violences, qui travaille également auprès des femmes venant à la plateforme Violences, et moi-même – les reçoit, les écoute et on peut leur proposer des rendez-vous. Mais ce n’est pas obligatoire, nous ne mettons aucune condition. Elles peuvent venir simplement pour se reposer, nous avons aussi un coin cuisine et buanderie si elles ont besoin ».
Virginie Toby, éducatrice spécialisée et référente de l’accueil de jour.

Depuis janvier 2013, 32 « ménages » – femmes seules ou avec enfants – ont déjà passé la porte de ce service, qui sera inauguré le 28 novembre à 17h30. « Les enfants sont souvent le déclencheur. C’est-à-dire que les femmes victimes de violences taisent la situation tant qu’elles pensent que l’enfant n’est pas au courant. Elles les protègent jusqu’au jour où ils comprennent. Là, elles ont le déclic », explique Hubert Lemonnier.

Pour l’Asfad, pas question de mettre la pression à leurs interlocutrices, « on ne les force pas à se séparer de leur conjoint », précise Virginie Toby. Les pères peuvent venir à l’accueil de l’association, centrée sur le côté humain, et seront informés de la situation actuelle, de leurs nouveaux droits. Si les femmes souhaitent s’entretenir avec eux, l’Asfad leur permet de le faire au rez-de-chaussée du bâtiment.

« À travers la parentalité, on apaise le conflit conjugal. Le père reste le père à part entière. Ce qui est dommage aujourd’hui, c’est qu’aucune structure n’existe pour l’accompagnement et le soutien des hommes qui en formulent la demande », conclut Hubert Lemmonier.

Plateforme violences, 24h/24 : 02 99 54 44 88

Victime de violences conjugales, la comédienne Rachel Jouvet a décidé de témoigner autour de son expérience à travers la pièce « Je te veux impeccable, le cri d’une femme », mis en scène par la compagnie rennaise Quidam Théâtre. Pour YEGG, elle revient sur les faits, qui se sont déroulés à Mélesse.

Quel âge aviez-vous au moment des faits ?

Je l’ai rencontré à 17 ans. Huit mois plus tard, j’étais enceinte. Les choses allaient assez bien entre nous. Il m’avait isolé de mon entourage, sauf d’une copine de quartier avec qui j’allais à l’école. On se suffisait l’un à l’autre, comme beaucoup de jeunes couples.

L’isolement est un des signes. Y en a-t-il eu d’autres ?

Il me faisait des reproches sur ma personnalité, me disait que je le rendais malheureux et je le croyais. Puis, le jour où j’ai dépassé la date pour l’avortement et que je lui ai annoncé que je voulais le garder – ce qu’il voulait aussi – il m’a mis la première claque. Comme si désormais je lui appartenais. J’étais prise au piège.

Comment les violences ont-elles augmenté ?

Je subissais de plus en plus et plus en plus fort. Un soir, je suis rentrée, il était caché sur la terrasse de mes parents. Il m’a foutu les boules. Je lui ai reproché d’être ivre. Lui était euphorique. Le téléphone a sonné. Mes parents avaient une société et transféraient les appels. C’était un client, ça a duré deux minutes mais il hurlait et faisait l’andouille. Je lui ai tapé sur la cuisse pour lui dire de faire moins de bruit. Il m’a frappé comme jamais.

Comment avez-vous réagi ?

J’ai couru comme une dingo, enceinte de 7 mois, et j’ai pu aller jusqu’à la salle de danse. Là, il m’a cassé la mâchoire devant tout le monde. Double fracture. J’ai compris que c’était irrécupérable. Il avait dépassé les limites de l’entendement. J’ai passé la nuit à l’hôpital et le lendemain matin, mes parents m’ont emmené au poste de police.

Avez-vous porté plainte ?

Non. Les policiers ne m’ont donné aucune explication et aucune information sur la protection. Ils m’ont demandé « Est-ce que vous voulez porter plainte ? », j’ai dit non. Le médecin a déposé une plainte. Il pouvait le faire, les violences ayant eu lieu sur la voie publique. Ça m’a bien arrangée face à lui au tribunal. Il m’aurait forcé à me rétracter.

Votre entourage était-il au courant ?

Je cachais tout, j’étais la reine des excuses. Mais à l’école, ils me voyaient arriver avec des marques le matin. Il est même venu au lycée, un prof m’a prévenu et les élèves m’ont caché. J’essayais de me séparer de lui mais sans me mettre en danger, et sans mettre mes parents en danger.

À plusieurs reprises, vous êtes allée au tribunal. Comment ça s’est passé ?

Pas toujours très bien. Un expert psy a dit que je n’étais pas mûre parce que je n’essayais pas sur le long terme. Il ne voyait pas la dangerosité de l’homme et j’avais beaucoup de mal à le prouver. Lui, il disait n’importe quoi, c’était ridicule. Je me battais contre quelqu’un qui racontait sa propre vérité dans sa tête.

A-t-il été violent envers votre enfant ?

Quand elle avait 3 mois, il l’a enlevée. J’ai mis un mois à la récupérer. On savait qu’elle était chez lui. Sur conseils des services sociaux, je ne suis pas intervenue. Les policiers ont débarqué chez lui un matin et ont mis 1h30 pour la retrouver car il l’avait cachée sous une couette.

Aviez-vous la garde de l’enfant ?

Au début, non. Après ça, j’ai demandé la garde au tribunal. À partir de là, il m’a attaquée en justice pour tout et n’importe quoi. Il portait plainte pour abandon de famille, jouait la victime.

Est-ce que cela fonctionnait ?

Non, les juges et les greffiers avaient bien compris et ont essayé de lui expliquer plusieurs fois. Rien à faire. Il a étranglé mon père devant ses clients, crevé nos pneus de voiture, tout cassé dans la maison de mes parents… On a porté plainte à 13 reprises mais les procédures sont longues entre les conciliations, les convocations au tribunal, etc.

Jusqu’au jour où il n’a plus donné de nouvelles…

Il a écrit une lettre disant qu’il abandonnait sa fille, qu’il ne voulait plus entendre parler ni de moi, ni de ma famille. Deux mois plus tard, il a débarqué chez mes parents avec un fusil, à 2h du matin. Il a essayé de dégommer tout le monde. Ma mère a été touchée, moi aussi, je suis restée dans le coma. Mon père en est décédé.

Que s’est-il passé ensuite ?

Durant la période de coma, j’ai compris que j’allais être utile à la société à travers mon histoire. Je n’ai pas pu m’activer immédiatement car notre quotidien était transformé et on réalisait la mort de mon père. J’ai mis 5 ans avant de me souvenir de ce que j’avais vécu dans ce coma.

On essaye d’aller de l’avant, d’aller bien. Mais on ressent tellement de tristesse à l’intérieur. Je me demandais si j’allais pouvoir sourire et me sentir bien à nouveau. Puis, j’ai réfléchi à ce que je voulais faire de ma vie. Je voulais être comédienne et j’en faisais mon défi. Un an plus tard, je recevais mon premier cachet. À partir de là, tout était possible, tout était transformable, tout pouvait évoluer. Je savais que je pouvais décider s’il avait encore du pouvoir sur moi.

Votre ancien compagnon a été arrêté et incarcéré.

Oui, nous avons subi un procès d’assises très dur, il faut se souvenir de tout, témoigner. On sait que l’on va être jugé malgré tout. Je me sentais coupable, j’avais l’impression qu’on ne me reconnaissait pas comme victime, moins que ma mère. Au résultat, il est en prison depuis 1999 et devrait sortir en 2019.

S’est-il manifesté en 14 ans ?

Pas auprès de moi. Mais je sais que, 4 ans après son incarcération, il a envoyé une lettre de menaces à ma mère.

Vous avez souhaité le mettre en scène dans la pièce « Je te veux impeccable, le cri d’une femme ».

J’ai cherché beaucoup de témoignages pour savoir comment les autres s’en étaient sorties. J’étais alors embauchée dans la compagnie de Loïc Choneau. Il y a un an et demi, je suis arrivée au travail, un peu tourmentée et « connectée » avec mon ex. J’ai tout expliqué à Loïc. On s’est dit qu’il fallait qu’on l’écrive et que Isabelle Séné le joue.

N’est-ce pas douloureux de revivre cette histoire à chaque représentation ?

À la base, je ne voulais pas transposer ce fardeau sur les autres. Puis j’ai compris que j’avais une responsabilité humaine. Que mon père n’était pas mort pour rien ! Au final, c’est une histoire d’amour qui dégénère. La Première, livrée à Mélesse, était aussi un cadeau pour tous ceux qui m’ont soutenu.

Le débat qui suit le spectacle tourne autour des violences subies. N’y a-t-il jamais un côté voyeuriste ?

Non. Je ne rentre pas trop dans les détails. Il ne faut pas penser que je ressasse, au contraire j’avance en parlant aux gens et je trouve parfois des réponses que je n’avais pas. Cela me permet de mettre des mots sur un blocage que j’ai encore aujourd’hui. La peur de la relation de couple.

Etes-vous effrayée par la sortie de prison de votre ex-compagnon ?

C’est l’horreur. Mais je ne peux pas attendre les bras croisés. Ma thérapie et le spectacle m’aident à me dire que j’ai encore de très belles choses à vivre. Peut-être qu’avant sa sortie, j’irais le voir. Une rencontre encadrée par des psychologues. Pour essayer de discuter, de comprendre et d’analyser. Voir où il en est.

Peut-on parler de pardon ?

Lui pardonner me paraissait fou il y a quelques années. Aujourd’hui, oui, j’ai réussi, sans oublier ce que nous avons vécu. À présent, je suis contente de la vie que je mène. Ce que j’espère, c’est dépasser mes limites encore et encore. Je serai fière de lui s’il était capable de se remettre en question car je lui souhaite de vivre sa vie sereinement.

Tab title: 
Des paroles face à la violence
Mesdames, vous avez des droits !
Le Planning Familial : une structure à votre écoute !
Protection et accompagnement des victimes
Entretien avec Rachel Jouvet

Célian Ramis

Culture : la Bretagne en marche vers l'égalité femmes-hommes ?

Posts section: 
Related post: 
195
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Les lignes bougent à Rennes, et plus largement en Bretagne. Dans les coulisses de l’égalité Femmes-Hommes, plusieurs personnes s’agitent et agissent pour la création d’une association HF Bretagne.
Main images: 
Text: 

Les lignes bougent à Rennes, et plus largement en Bretagne. Dans les coulisses de l’égalité Femmes-Hommes, plusieurs personnes, de sexes féminin et masculin, impliquées et investies dans les domaines de l’art et de la culture s’agitent et agissent pour la création d’une association HF Bretagne, qui viendrait s’ajouter aux 11 autres collectifs de ce mouvement national. De quoi s’agit-il ? YEGG les a rencontrées.

« La sous-représentation des femmes dans le secteur du spectacle vivant est désormais une réalité reconnue et incontestée, même si certains persistent à la justifier par la nécessaire liberté du programmateur et la recherche de l’excellence artistique ». C’est ainsi que commence la deuxième édition de « Où sont les femmes ? », proposée par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques. Réalité reconnue et incontestée, lit-on. En effet, le constat est terrifiant.

En 2006, le ministère de la Culture et de la Communication commande à Reine Prat un rapport intitulé Pour l’égal accès des hommes et des femmes aux postes de responsabilités, aux lieux de décision, à la maitrise de la représentation dans le secteur du spectacle vivant. Ce rapport fait état de la situation et révèle des discriminations de grande ampleur – en 2009, elle remettra un second rapport, De l’interdit à l’empêchement. Cette prise de conscience mène à la création du mouvement H/F « pour l’égalité femmes/hommes dans l’art et la culture ».

Depuis 2008, plusieurs régions s’en sont emparées dont les régions Rhône-Alpes, Ile-de-France, Normandie ou encore Aquitaine. C’est aujourd’hui au tour de la Bretagne, qui ne présente a priori pas de différences par rapport au reste de l’Hexagone !

« L’artistique n’a pas de genre »

« Dans la culture, on produit des modèles. Quel message et quelle image transmet-on à travers ce constat alarmant ? », s’interroge Carole Lardoux, directrice artistique du Carré Sévigné, à Cesson. Elle est entourée d’une petite quinzaine de personnes, toutes réunies pour la création d’une association H/F en Bretagne : « C’est une action forte que le ministère a placé dans ses priorités en disant « L’artistique n’a pas de genre » ».

Mi-octobre, certains membres de ce futur collectif, se retrouvent dans les locaux de Spectacle vivant en Bretagne – dont la conseillère artistique Sarah Karlikow fait partie de l’association -, préparent les statuts administratifs, réfléchissent à la manière d’approcher et d’intéresser la presse à ce sujet « pour tous, pas seulement pour les femmes » et organisent leur première assemblée générale qui aura lieu le 5 novembre « certainement à Rennes mais le lieu n’est pas encore défini », précise Florence Chénel.

Leur rôle : constituer l’association, poser les bases, donner les moyens (financiers) et s’organiser pour que ce soit le travail de tous. « Ce n’est pas l’asso de quelques unes. On part de notre propre sensibilité, on met le projet sur les rails. Mais après chacun doit s’accaparer l’idée et l’appliquer dans son domaine », ajoute Marine Bachelot, auteure et metteure en scène, membre du collectif Lumières d’août à Rennes.

L’assemblée générale du 5 novembre sera l’occasion de faire l’état des lieux, basé sur des chiffres effrayants* et de se demander : « C’est quoi la question de l’égalité dans le milieu des arts et de la culture ? »

+ d’infos sur le mouvement HF Bretagne à retrouver dans le numéro 19 de YEGG, sur yeggmag.fr dès le 5 novembre 2013.

* Les chiffres clés, tirés des rapports de Reine Prat, 2006 et 2009

84% des théâtres co-financés par l’Etat sont dirigés par des hommes

89% des institutions musicales sont dirigées par des hommes

97% des musiques que nous entendons dans nos institutions ont été composées par des hommes

94% des orchestres sont dirigés par des hommes

85% des textes que nous entendons ont été écrits par des hommes

86% des établissements d’enseignement artistique sont dirigés par des hommes

Célian Ramis

Prenez soin de vos seins

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Mois dédié à la prévention contre le cancer du sein, Octobre rose sensibilise les femmes à l’importance du dépistage. Il ne les exempte pas de s’en préoccuper en dehors de cette période.
Text: 

Mois dédié à la prévention contre le cancer du sein, Octobre rose sensibilise les femmes à l’importance du dépistage. Il ne les exempte pas de s’en préoccuper en dehors de cette période.

En Ille-et-Vilaine, 120 000 femmes sont concernées par le dépistage organisé du cancer du sein, c’est-à-dire qu’elles ont entre 50 et 74 ans et ne présentent pas de risques de cancer génétique. Elles bénéficient alors d’un examen clinique et d’une mammographie, 100% pris en charge par la Sécurité sociale, tous les 2 ans. En Bretagne, 65% des femmes participent au dépistage organisé sur 24 mois. « Le taux est important dans la région car nous avons été pilote en 1995, avant que le Plan Cancer ne soit lancé en national », explique Martine Denis, médecin coordinateur pour l’ADECI 35 – association pour le dépistage des cancers en Ille-et-Vilaine.

Les campagnes de dépistage sont parfois controversées : « Certaines anomalies détectées pourraient ne jamais évoluer mais sont traitées comme des tumeurs cancérigènes. La recherche travaille sur ce sujet, pour nous permettre de déterminer s’il est nécessaire d’opérer ou non et ainsi éviter cela à la patiente », précise Martine Denis. Toutefois, détecté à un stade précoce, le taux de survie est important. Selon les statistiques de l’Institut National du Cancer, 9 cas sur 10 sont guéris lorsque la tumeur fait moins d’un centimètre. On reconnaît aussi une baisse de la mortalité dans les 15 dernières années, bien que celle-ci ne soit pas chiffrée précisément.

Que ce soit pour le dépistage ou le diagnostic, la capitale bretonne détient un pôle important dédié à la sénologie. L’institut Rennais du Sein dispose d’une équipe médicale et chirurgicale issue du Centre Eugène Marquis, du CHU de Rennes et de la clinique La Sagesse.

Le dépistage organisé du cancer du sein concerne les femmes âgées de 50 à 74 ans, excepté celles qui présentent des facteurs à risque (antécédents familiaux, gène BRCA1).

Dans cette tranche d’âge, il est conseillé de renouveler le dépistage tous les deux ans. « C’est la périodicité la plus efficace pour diminuer la mortalité par cancer du sein, explique Brigitte De Korvin, radiologue et chef du département d’imagerie médicale – dont la sénologie – au Centre Eugène Marquis. D’autres fréquences ont été testées, en Suède par exemple sur une période de trois ans, mais révèlent trop de « cancers de l’intervalle » entre la deuxième et la troisième année. »

Proposé par le médecin traitant, l’examen – pris en charge à 100% par la Sécurité sociale – est gratuit pour les patientes. Ce dernier est composé d’une consultation clinique et d’une mammographie de dépistage durant laquelle plusieurs clichés sont réalisés au niveau des deux seins : incidence face et incidence oblique, soit la première où le sein est à plat et la deuxième où le sein est incliné à 45°, cette dernière étant la plus adaptée au dépistage.

« On adapte selon la morphologie afin de visualiser toute la glande mammaire. Mais que les femmes se rassurent, ce n’est pas douloureux en général ».
Brigitte De Korvin, radiologue et chef du département d’imagerie médicale.

Les radios – effectuées par environ 40 000 femmes par an en Ille-et-Vilaine dans le cadre du dépistage organisé – sont ensuite soumises à une deuxième lecture et peuvent être complétées immédiatement par d’autres clichés.

DIAGNOSTIC

La mammographie peut également être utilisée pour le diagnostic, « lorsqu’une anomalie (chaque anomalie n’est pas synonyme de tumeur cancérigène, ndlr) est détectée ». Les professionnels bénéficient de plusieurs examens aidant au diagnostic, dont la microbiopsie et la macrobiopsie. Toutes les deux réalisées sous anesthésie locale.

La première permet, à l’aide d’une aiguille, de prélever par « tru cut » (système employé pour des prélèvements multiples) un fragment de tissu dans le nodule repéré au préalable. Une échographie est effectuée au même moment « pour suivre précisément le trajet de l’aiguille ». L’échantillon, placé dans un produit de fixation, est envoyé au laboratoire d’analyse qui détermine si tumeur il y a ou non (qu’elle soit bénigne ou maligne).

La deuxième est souvent requise lorsque l’anomalie découverte n’est pas palpable. « Elle permet de prélever des cellules appelées les calcifications » logées dans le canal de lactation du sein. L’échantillon analysé « sert à définir s’il y a besoin d’opération ou non. En général, il s’agit de cancers intracanalaires et sont non-invasifs », c’est-à-dire qu’ils n’ont pas traversé la paroi du canal de lactation et ne devraient pas développer des métastases.

La patiente est allongée sur une table et son sein, placé dans un appareil semblable à celui de la mammographie. Une aiguille, assistée par ordinateur – pour une meilleure précision de la localisation des calcifications – permet de prélever ces cellules.

Différents traitements existent aujourd’hui pour lutter contre le cancer du sein : chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, hormonothérapie, anticorps monoclonaux. Dr Cécile Bendavid-Athias, chirurgien, et Dr Claudia Lefeuvre-Plesse, cancérologue et spécialiste de la chimiothérapie, exercent au Centre Eugène Marquis et nous éclairent sur le sujet.

Associés entre eux ou appliqués seuls, ils reposent sur le retrait de la tumeur et sur la suppression de toutes les cellules cancéreuses. Tous sont adaptés aux caractéristiques de la patiente dans le but de guérir et d’éviter toute récidive. Ils sont personnalisés et font l’objet d’une décision collégiale, où une équipe pluridisciplinaire choisit des traitements appropriés pour la patiente. « La taille, les caractéristiques de la lésion (le profil tumoral), la présence d’une atteinte de ganglions et l’âge de la patiente » sont déterminants pour définir le choix et l’ordre des traitements, explique Claudia Lefeuvre-Plesse.

La chirurgie est, dans la majorité des cas, le traitement de base. Elle peut être soit conservatrice lors d’une tumorectomie, soit ablative lors d’une mastectomie totale. Dans le premier cas, seule la tumeur est enlevée et non la totalité du sein. Dans le second, l’intégralité de la glande mammaire, dont l’aréole et le mamelon, est retirée. Selon Cécile Bendavid-Athias, « la majorité des femmes concernée par cette maladie conservent leur seins ». Cela est, en partie, lié « au dépistage et à l’évolution des techniques chirurgicales ».

De la même façon, le prélèvement des ganglions de l’aisselle est limité dès que possible au premier de la chaîne (Technique du Ganglion Sentinelle). Le prélèvement des autres ganglions dépendra de l’atteinte ou non de celui dit sentinelle. Au Centre Eugène Marquis, l’analyse de ce dernier se fait pendant l’intervention grâce à une technique de biologie moléculaire (OSNA). Ainsi, si l’indication se pose, le prélèvement des autres ganglions peut être effectué durant la même intervention ce qui évite aux patientes une seconde chirurgie.

Avant ou après avoir subi ces interventions, d’autres méthodes thérapeutiques sont également proposées aux patientes.

La radiothérapie :

Traitement local avec des appareils émettant des rayons qui a pour objectif  de détruire les cellules cancéreuses éventuellement résiduelles après la chirurgie et de limiter le risque de récidive locale.

La chimiothérapie :

Traitement général, médicamenteux, qui a pour mission d’éliminer les cellules cancéreuses et d’éviter qu’elles ne se multiplient. Appelée adjuvante lorsqu’elle est prescrite après une opération chirurgicale, son but est de détruire une maladie microscopique résiduelle. Elle peut aussi être effectuée 3 à 4 mois avant une intervention pour réduire la taille de la tumeur et envisager une chirurgie conservatrice. On parle alors de chimiothérapie néo-adjuvante.

L’hormonothérapie :

Elle agit sur l’ensemble du corps et vise à empêcher les hormones féminines comme les œstrogènes d’agir sur les cellules cancéreuses. Elle est destinée aux femmes qui ont un cancer hormonosensible, c’est-à-dire dont le développement est influencé par les hormones. Traitement par médicament.

Les anticorps monoclonaux :

Ils sont proposés aux patientes qui possèdent une tumeur qui sur-exprime à la surface de leurs cellules des protéines appelées HER2 et ont pour effet de stimuler la production de cellules cancéreuses. L’anticorps, nommés Trastuzumab, empêche cette action nocive.

Ces traitements s’accompagnent systématiquement d’une prise en charge globale (suivi psychologique, ateliers de groupe, kinésithérapie…) et entraînent, dans la plupart des cas,  des effets secondaires qui varient d’une patiente à une autre.

En dépit de l’efficacité démontrée de ces différents traitements, les scientifiques poursuivent leurs recherches pour les améliorer ou sont en quête de nouvelles méthodes. Actuellement selon Cécile Bendavid-Athias, elles sont tournées vers  « la biologie ou l’analyse moléculaire des cancers, pour mieux cibler les anomalies et personnaliser le traitement ». « Des essais sont également en cours sur la possibilité de réaliser dans certains cas une radiothérapie partielle ciblant uniquement la zone opérée et non plus la totalité du sein », précise la chirurgienne.

Âgée de 30 ans lorsqu’elle détecte une tumeur au sein gauche, Isabelle Rolland a connu la chimiothérapie, le traitement par rayons mais aussi l’ablation des deux seins, il y a deux ans, lorsque la maladie s’est à nouveau déclarée. Dynamique et positive, cette mère de trois enfants revient sur les différentes étapes de son cancer.

Le premier cancer a-t-il été dépisté lors d’un examen gynécologique, puis par la mammographie ?

C’est un peu particulier. Dans mon cas, j’ai effectué ma première mammographie à 29 ans car il s’agit d’un cancer génétique. Je suis donc une personne à risque. Ma mère a eu trois cancers, dont deux du sein – le premier à 33 ans. Elle est décédée à 47 ans. J’ai toujours fait attention, je vais chez la gynécologue tous les ans, j’ai un suivi IRM chaque année et j’ai appris à palper ma poitrine.

Est-ce grâce à ce suivi que la maladie a été dépistée ?

Lors de la mammographie, rien n’a été détecté. Pourtant, j’avais le sein lourd. Quelques mois plus tard, en palpant, j’ai trouvé la tumeur. Elle faisait 5 cm de diamètre. Mais j’ai mis beaucoup de temps avant de la percevoir. D’où, selon moi, l’importance du palpé. Les femmes ne le font pas. J’avais 9 ans lorsque ma mère a eu son premier cancer, ça fait donc parti de moi et le geste est naturel. Pour la suite, je suis allée voir mon médecin généraliste qui m’a prescrit les examens, j’ai fait une échographie et une biopsie.

Est-ce en palpant que vous avez découvert la seconde tumeur ?

Oui, j’ai continué de le faire et, il y a deux ans, j’ai détecté une boule dans chaque sein. J’ai subi une ablation des deux côtés. Comme j’avais 40 ans à ce moment-là, on a aussi décidé d’enlever les ovaires.

Afin de limiter les risques de cancer des ovaires ?

Oui. En fait, lorsque la maladie est génétique, les risques sont plus importants. C’est dû au gène BRCA1. Qui peut aussi toucher les hommes puisque c’est héréditaire. Au niveau de la prostate, mais aussi du sein. Ça, on le sait moins car c’est minime.

Quelles difficultés avez-vous rencontré lors des différentes étapes de la maladie ?

J’avais déjà deux enfants et, avec mon mari, nous en voulions un troisième. À cause du premier cancer, nous avons dû « décaler » mais nous l’avons eu. La vie n’est pas finie après le cancer. L’ablation aussi, puis survient le deuil de la féminité. Je suis actuellement en reconstruction.

Vous parlez de reconstruction psychologique ?

Physique. Je subis 6 opérations – à trois mois d’intervalle à chaque fois pour permettre la vascularisation – pour une autogreffe, à la clinique de la Sagesse. On ne pose pas de prothèse mammaire, on prend de la graisse dans certaines parties du corps. Et pas forcément dans celles qu’on voudrait pour maigrir (rires) ! Cela permet d’obtenir un effet plus naturel. Mais on sait bien que ça ne ressemblera jamais à la perfection à notre vraie poitrine.

Qu’avez-vous ressenti lors de l’annonce de votre cancer ?

Je m’y attendais, je savais que ça pouvait arriver même si j’espérais que non. Après, il y a forcément la peur de la mort, ma mère en étant décédée. Il y a aussi l’angoisse de laisser ses enfants sans leur maman. Ça change une personne malgré tout. Les choses de la vie paraissent plus simples. On relativise plus. Et c’est ça que je veux transmettre aux gens – atteints ou non d’un cancer : soyez heureux, la vie est belle ! Ceux qui se plaignent sont souvent en bonne santé. Faisons confiance à la vie, c’est important. C’est une sacrée épreuve, on a peur mais quand on a la chance de s’en sortir, car c’est une chance, on pense autrement.

Et pour votre entourage ?

Dans ma famille, tout le monde savait pour ma maman. Mais c’est très compliqué. On fait le tri en tout cas. J’ai perdu 50% de mon entourage lors du premier cancer, et encore 50% lors du second. C’est difficile. Souvent, ils ont peur pour eux car cela leur renvoie leur propre angoisse de la mort. Et puis, sous chimio, on change de tête. Je suis quelqu’un de dynamique mais, sans cheveux, sans sourcils, ça faisait peur.

Puis, vous avez guéri. Est-ce un terme que vous utilisez ?

Je sais que cela fait polémique. Parler de guérison ou de rémission… Je préfère « guérir » car il permet d’aller de l’avant selon moi. Si on reste avec l’idée d’une récidive – terme terrifiant aussi – on ne vit pas.

Et pourtant, vous avez eu un second cancer…

Oui, n’ayant pas subi d’ablation la première fois, je savais que le risque était encore présent. Mais le risque 0 n’existe pas. Et même après ablation, on peut avoir un cancer du sein même si maintenant je suis passée de 50% minimum à 5%. On parle du cas Angelina Jolie. Il y a des pour et des contre. Ça dépend de l’âge auquel on le fait. On ne le vit pas de la même manière à 40 ans et à 20 ans. Mais pour ce dernier, je trouve qu’on enlève une partie de la féminité beaucoup trop tôt.

À 40 ans, aussi. Non ?

Evidemment ! C’est aussi la partie sexuelle qu’on nous enlève, et ça on n’en parle pas. Alors parlons-en ! En tant que femme, la poitrine est une zone importante dans ce domaine-là. Et puis, on a envie de remettre des décolletés, ne plus faire attention à ce qu’on porte car on ne peut pas porter de vêtements moulants. Pour parler crument, on ne peut plus avoir les tétons qui pointent quand on en n’a plus. Il y a quand même une perte au niveau de la sexualité.

Des groupes de parole existent-ils pour évoquer ces sujets-là ?

Oui, bien sûr. Je suis suivie au Centre Eugène Marquis et Anne Bridel, de la Ligue contre le cancer 35, organise des ateliers grâce à ERI, un centre d’informations et d’écoute des patientes mis en place par la Ligue. « Et après ? » nous permet de discuter entre nous de tout : douleurs, reconstruction, nourriture, relationnel avec les autres… C’est ouvert à tous mais étrangement il n’y a que des femmes ayant été atteintes de cancers du sein.

La parole au sein de ces groupes est-elle plus libre ?

Il y a une facilité dans la rencontre et dans la discussion, c’est certain. On peut se parler sans se dire que l’autre, en face, ne nous comprend pas. L’expérience commune nous permet de partager cela facilement. En chimio, comme dans les ateliers, je me suis fait des amies. Et nous continuons de nous voir en dehors. Nous avons d’ailleurs créé un comité de patients au Centre Eugène Marquis. Je me sers de ce qui m’est arrivé pour les autres. J’en ai fait une force.

En quoi consiste ce comité ?

Nous avons signé la charte jeudi 19 septembre. Notre rôle est de rassembler les idées des différentes personnes (les patients peuvent envoyer des mails à l’adresse suivante : comitepatients@orange.fr, ndlr). Selon les besoins, les points à améliorer, nous voyons ce qui est possible de faire avec la Direction. Et on les met en place lorsque cela est envisageable. C’est important pour moi de participer à la création et au développement de ce comité. Je suis quelqu’un de positif, qui veut avancer et qui sait profiter de la vie ! Mes enfants aussi me donnent la pêche.

Tout comme vous l’avez été, vos enfants sont-ils sensibilisés à ce sujet ?

Avec mon mari, nous avons expliqué à nos enfants ce qu’était le cancer, lorsque j’étais malade. Nous sommes pour la transparence (dixit son mari lors de l’interview, ndlr). Comme c’est génétique, ils sont au courant. Mais nous ne les embêtons pas avec ça. L’aînée a 17 ans mais ne pourra demander une prise de sang, pour déterminer si elle porte le gène ou non, que lorsqu’elle sera majeure. La loi sur la génétique interdit de le faire avant. Mon fils a 13 ans et la benjamine a 6 ans et demi. Ils ont le temps.

Pourquoi devoir attendre 18 ans ?

Je ne connais pas les raisons, certainement pour s’assurer que l’enfant aura entre les mains tous les tenants et aboutissants de cette décision. Mais je me dis que quand on a un gène qui peut entrainer la mort, le regard des autres changent. Cela peut entrainer de lourdes conséquences. Il faut se préserver. Et puis je suis pour vivre l’instant présent. L’essentiel est de trouver ce qui nous rend heureux. Parfois on a envie de craquer, surtout les premières fois – mammographie, chimio, ablation… – mais on trouve des ressources pour soi, pour son entourage et pour ses enfants ! C’est ça l’important !

Tab title: 
Au sein de la maladie
Dépistage & diagnotic
Les traitements
Rencontre avec Isabelle Rolland

Célian Ramis

Quand le théâtre parle de violence conjugale

Posts section: 
Related post: 
106
Location: 
Théâtre du Vieux Saint-Etienne, Rennes
List image: 
Summary: 
Une pièce de théâtre bouleversante sur les violences conjugales, réalisée par des membres de la compagnie théâtre Quidam, à partir du témoignage de Rachel Jouvet.
Text: 

Le 11 octobre prochain, au théâtre du Vieux Saint –Etienne à Rennes, sera jouée à 20h30, « Je te veux impeccable, le cri d’une femme ». Une pièce de théâtre bouleversante sur les violences conjugales, réalisée par des membres de la compagnie théâtre Quidam, à partir du témoignage de Rachel Jouvet.

L’idée est partie d’une rencontre entre la compagnie Théâtre Quidam, spécialisée dans le théâtre de proximité et Rachel Jouvet, victime de violences conjugales. Cette femme, issue du monde du spectacle, a subi pendant 2 ans les menaces et les coups de son ex-compagnon, avant que celui-ci tue son beau père et soit incarcéré dans une prison parisienne. De là en résulte une pièce.

En effet, l’année dernière, Rachel Jouvet a décidé de partager son passé avec Loïc Choneau, auteur, metteur en scène et Isabelle Séné, comédienne. « Rachel a commencé à nous raconter son histoire. On s’est regardé en se disant qu’on ne pouvait que participer à son projet de la mettre en scène. Notre association travaille toujours sur des thèmes de société », explique Loïc Choneau.

C’est lui qui a recueilli son témoignage : « Pendant 3 mois, toutes les semaines, on s’est rencontré pendant un heure. Chaque fois, j’écrivais le texte puis elle validait. On a beaucoup travaillé sur les sentiments, sur la complexité de la nature humaine, sur le fait d’être prisonnier d’une situation ». Une fois  l’écriture terminée, Isabelle Séné a commencé à étudier son rôle d’interprétation. « Un travail physique », souligne-t-elle, dans lequel la fluidité du corps est primordiale. « Dès la lecture du texte, j’ai laissé mes émotions et mes sensations me guider », dit-elle. Pour être le plus vrai possible.

Un questionnement important

Rachel Jouvet a attendu 13 ans pour dévoiler au public son histoire. « Il fallait que je me reconstruise et que les choses soient claires dans ma tête. J’avais envie d’écrire, mais je ne savais pas comment », confie-t-elle. Avec cette pièce de théâtre, elle a franchi une étape. Dans 7 ans, l’ancien partenaire de la jeune femme sortira de prison et elle commence déjà à se poser des questions sur le bien fondé de sa reconstruction : « à quoi bon, si les choses n’ont pas changé ? », se demande-t-elle.

A l’époque, elle s’était sentie impuissante face aux autorités. « Il faut que les lois suivent » et protègent les femmes et leur famille. A l’issue de chaque représentation, un débat avec le public est organisé et une question n’a pas encore été posée : « Comment ce drame a-t-il pu se produire ? ». Rachel Jouvet ne l’explique toujours pas mais elle compte bien avancer sur le sujet.

Dans le cadre de la journée internationale contre les violences faites aux femmes (le 25 novembre), une représentation/débat est également prévue le 30 novembre, à 20h, à la maison de quartier de Villejean.

Célian Ramis

Rentrée rennaise : Ambitions, attentes, actions

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Féminisme, politique, économie, vie quotidienne, culture… panorama de ce qui rythmera Rennes dans les mois à venir… Toujours au féminin !
Text: 

C’est la rentrée ! L’occasion pour YEGG de faire un point sur les grands chantiers de l’année 2013-2014. Féminisme, politique, économie, vie quotidienne, culture… panorama de ce qui rythmera Rennes dans les mois à venir… Toujours au féminin !

L’élue adjointe au maire de Rennes, déléguée aux droits des femmes, répond aux questions de YEGG concernant la politique menée par la ville pour l’égalité des sexes.

YEGG : Que pensez-vous de la loi-cadre pour l’égalité entre les femmes et les hommes, présentée en conseil des ministres le 3 juillet par Najat Vallaud-Belkacem ?

Jocelyne Bougeard : Je suis en contact permanent avec le ministère des Droits des femmes puisque je siège au Haut conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes. La loi proposée mérite toute notre attention puisqu’elle engage les collectivités, ce qui est assez nouveau. Ces dernières doivent travailler sur les droits des femmes ! Certaines dimensions de la loi vont encore être complétées, notamment en ce qui concerne les retraites, les gardes d’enfant, etc.

Vous parlez aussi de la dimension de l’égalité au travail ?

Le premier emploi des femmes est agent d’entretien. Scandaleux quand on sait qu’en réalité elles sont plus qualifiées et diplômées que les hommes. La ville de Rennes est le 3e employeur de la région avec près de 300 métiers et détient le label Egalité professionnelle. Aujourd’hui, notre objectif est de maintenir et/ou initier des actions spécifiques et des actions transversales.

D’où la signature de la charte européenne pour l’égalité entre les hommes et les femmes…

En effet, nous l’avons signée en 2006 et en juillet, le conseil municipal a signé un plan d’actions associé à cette charte, qui contient des actions déjà engagées dans notre politique, ainsi que nos objectifs. Nous avons défini 30 articles, à partir de nos constats et de l’identité de notre territoire.

Quels sont les points principaux de ce plan d’actions ?

Le principal axe de travail est de sensibiliser et d’informer la population tout au long de l’année. Et pas seulement de mettre en place des actions le 8 mars et le 25 novembre (journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes). Ensuite, la charte se concentre sur le travail des femmes dans sa globalité, c’est-à-dire qu’elle comprend les conditions des femmes au travail et l’égalité professionnelle. Car il faut savoir que, dans ce domaine, les lois ont 30 ans !

Peut-on vraiment « forcer » l’égalité professionnelle à travers une loi ?

Il est évident qu’il ne s’agit pas de licencier des hommes pour mettre des femmes à leur place. La loi n’est pas une option, ni une orientation, mais une mesure législative qui doit sécuriser les compétences de chacun et les mettre en avant. A compétences égales, les femmes doivent pouvoir accéder aux postes de cadres au même titre que les hommes. Nous avons un travail à fournir en amont pour proposer une éducation à l’égalité. Il est important de se reconnaître dans sa différence et sa richesse. Savoir que les hommes et les femmes ne sont pas complémentaires. Ils sont égaux.

Qu’en est-il de la défense des droits des femmes dans la campagne municipale ?

Le programme n’est pas définitif et officiel. La candidate socialiste Nathalie Appéré ne défendra pas simplement les femmes mais l’égalité entre les hommes et les femmes.

1 – Les chaises municipales : En 2014, les citoyens sont appelés aux urnes à l’occasion des élections municipales. Les 23 et 30 mars, les Rennais éliront un nouveau (une nouvelle ?) chef de file, Daniel Delaveau ayant annoncé en décembre dernier qu’il ne se présenterait pas pour un second mandat. C’est Nathalie Appéré, actuellement députée de la deuxième circonscription d’Ille-et-Vilaine et conseillère municipale déléguée au suivi du centre-ancien, qui a été désignée candidate du Parti Socialiste.

Elle s’opposera alors à Bruno Chavanat (UDI, ex-UMP), leader de l’opposition rennaise et conseiller municipal. Du côté d’Europe Ecologie Les Verts, une assemblée générale est organisée le 28 septembre afin de désigner le ou la candidate du parti, qui a d’ores et déjà annoncé qu’il présenterait une grande liste alternative. Cependant, aucune alliance avec les forces de gauche n’a pas été officialisée. En tête de liste du Front National se trouve Gérard de Mellon, dont l’objectif est de faire entrer son parti pour la première fois à la mairie de Rennes. Le Parti Pirate pourrait aussi se lancer dans la course aux Municipales en constituant une « liste citoyenne ». Rien n’a encore été officialisé depuis cette annonce en avril dernier. Les Français seront également sollicités le 25 mai 2014 pour les élections européennes.

2 – Pas de trêve : Selon le rapport 2013 de la Fondation Abbé Pierre sur l’état du mal-logement en France, il apparaît que 3,6 millions de personnes sont mal-logées, dont 685 000 sans domicile personnel, dans l’hexagone. À Rennes, la situation ne fait pas exception. Pour pallier aux difficultés de se loger, plusieurs associations se mobilisent tout au long de l’année. Comme le Droit Au Logement 35 ou encore Un Toit, c’est Un Droit qui réquisitionnent des lieux et accompagnent les sans-abris, majoritairement immigrés, en leur apportant une aide matérielle, juridique et/ou administrative.

Moins connue du grand public, l’association Foyer Saint-Benoit Labre, à Rennes, lutte contre le mal-logement au quotidien. Accueil, hébergement d’urgence et temporaire, accompagnement et insertion des personnes en difficulté sociale sont les principales missions du Foyer. En cette rentrée, l’association annonce sa collaboration avec d’autres structures, telles que le Service Intégré d’Accueil et d’Orientation 35, dépendant du ministère de l’Égalité des territoires et du Logement. Ensemble, ils développeront leur programme d’actions, le 10 septembre.

3 – Lien avec l’extérieur : Début septembre, la ville de Rennes a signé trois conventions de partenariat pour le renforcement de sa politique de prévention de la délinquance et de médiation, en privilégiant les liens entre les détenus et l’extérieur. Sont concernées l’association Enjeux d’enfants Grand Ouest, chargée d’accompagner et d’aider la relation entre un enfant et son parent incarcéré, Brin de Soleil Rennes, qui œuvre pour l’accueil et l’hébergement temporaire des proches des détenus en attente de parloir et SOS Victimes 35, accompagnant les victimes d’infractions pénales.

Elles ont reçu respectivement 9 000, 8 000 et 15 033 euros de subvention pour l’année 2013. Le partenariat, valable un an et renouvelable deux fois, se base évidemment sur un échange de bon procédé. De son côté, la ville de Rennes s’engage à transmettre les informations en lien avec les missions de ces associations et se doit d’apporter son soutien aux actions et manifestations organisées. En contrepartie, les trois structures éclaireront de leurs expertises des groupes de travail, des séminaires et des situations spécifiques organisés par la municipalité.

1 – Centre commercial recrute employés : Le centre Alma, en plein travaux depuis 17 mois, s’étend sur 30 000 m2 supplémentaires et se rénove pour accueillir 40 nouvelles boutiques qui seront dévoilées le 23 octobre prochain à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle version. Gaëlle Aubrée, directrice depuis deux ans du centre commercial l’a annoncé en mai dernier : 200 nouveaux emplois seront créés dès la rentrée de septembre dans l’établissment qu’elle dirige.

Ces recrutements sont issus de la signature d’une convention entre le centre Alma et la Maison de l’emploi, de l’insertion et de la formation (Meif), présidée par Gwenaële Hamon (par ailleurs adjointe au Maire de Rennes). Le compromis favorise, entre autre, l’embauche de salariés issus des quartiers environnant au centre commercial (Brequigny, Le Blosne). L’objectif est de privilégier les recutements « de proximité » et de redynamiser le sud de Rennes. Ainsi, la plupart des candidatures ont été centralisées à la Meif ainsi qu’à Pôle emploi. L’essentiel des postes à pourvoir concernent des emplois liés à la vente ou au ménage.

2 – PSA se barre : L’industrie rennaise a-t-elle encore de l’avenir ? La situation de PSA-La Janais sera en tout cas observée de très près en ce dernier trimestre de l’année 2013. La direction du fabriquant automobile a d’ores et déjà fait savoir que sept à huit jours seraient chômés en septembre, dix en octobre et six en novembre. Le plan social validé en avril dernier par le Comité central d’entreprise de PSA prévoit la suppression de 1 400 postes sur les 5 500 que compte le site rennais. La Janais, située à Chartres-de-Bretagne, ne sera pas pour autant laissée à l’abandon.

La SNCF, le groupe Pigeon et l’entreprise B3Eco Design ont, en effet, fait savoir leur souhait de s’implanter sur les terres de Peugeot-Citroën. Des annonces qui laissent entrevoir la possibilité d’embauches pour les futurs-ex PSA, et ce, dès septembre pour un début d’activité en fin d’année. La désindustrialisation devrait toutefois toucher un autre lieu historique de la capitale bretonne puisque la direction de Cooper standard a annoncé le transfert des activités de la Barre Thomas, possiblement vers une future usine construite à Châteaubourg.

3 – Re-Retraites : Une nouvelle fois sur le devant de la scène médiatique et politique, la réforme des retraites risque de provoquer plus d’un mécontentement, voire un automne explosif, et pas seulement à Paris. À Rennes, les forces syndicales ont déjà appelé à manifester ce 10 septembre place de la Mairie contre le projet de loi engagé par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault qui prévoit, entre autre, l’allongement à 43 annuités la durée de cotisation pour une retraite à taux plein. La pénibilité du travail devrait également être prise en compte dans le calcul des pensions.

La CGT, FO et Solidaires ont dénoncé, dans un communiqué unitaire, ces premières mesures ainsi que l’opposition entre le secteur public et le privé. Les syndicats soulignent la difficulté pour des jeunes, dont les études sont de plus en plus longues, à atteindre la durée de cotisation minimum. Ils réclament aussi la sortie « des logiques qui ont diminué le niveau des pensions et crée des inégalités entre les femmes et les hommes ».

1 – Qui a eu cette idée folle ? : Depuis le 3 septembre, plus de 13 000 petits rennais ont retrouvé les bancs de l’école et le lot de nouveautés qui les accompagnent. Désormais, pour les élèves des 81 établissements publics de primaire et maternelle, la classe c’est 4,5 jours par semaine. C’est en effet dès cette rentrée que la très discutée réforme des rythmes scolaires (voir notre Focus dans le n°14 de YEGG-Mai 2013) entre en application à Rennes.

Cette nouvelle organisation prévoit une concentration des matières fondamentales le matin, une pause méridienne allongée permetant la pratique d’activités encadrées, deux heures de cours l’après-midi puis la mise en place d’ateliers périscolaires en lien avec le tissu associatif local. L’enseignement privé appliquera ces nouveux horaires dès septembre 2014. Et la rentrée s’annonce particulièrement chargée pour les professionnels de l’Éducation de la capitale bretonne puisque la ville compte 600 écoliers de plus que l’année dernière. Une augmentation de la démographie compensée cette année par l’embauche de 65 professeurs des écoles supplémentaires dans l’Académie de Rennes.

2 – Souriez : Alors que Marseille a occupé une place de choix cet été dans les rubriques faits divers des journaux français, Rennes a décidé de jouer la carte de la sécurité. Ou en tout cas du sentiment de sécurité. Le conseil municipal du mois de juillet a permis d’acter l’installation de trois caméras de vidéo-surveillance supplémentaires, sous les arcades de la place de la République. Une décision qui porte à 28 le nombre d’outils aussi baptisés « vidéo-pro­tection » à Rennes.

Rappelons qu’en mars dernier, les élus rennais avaient voté l’implantation de quatre caméras dans le quartier du Gros-Chêne, au nord de Rennes. Mais c’est au sud de la ville que la mairie a du faire face à des difficultés cet été. Le Blosne a en effet été le théâtre de conflits communautaires et de vives tensions entre les policiers et certains habitants. Les questions liées à la protection de la personne seront sans nul doute au coeur des prochaines élections municipales. Bruno Chavanat, leader de l’opposition municipale et candidat de la droite à la mairie, a en effet interpellé plusieurs fois la majorité socialiste sur ces faits divers lors de conseils municipaux.

3 – Les grands travaux : Sensible au bruit ? Quittez Rennes ! C’est en 2014 que le gros des travaux commencera pour la construction de la ligne B du métro. Elle rejoindra le sud-ouest de la ville au nord-est en passant par la place Sainte-Anne, laquelle accueillera également le futur Centre des congrès en lieu et place de l’ancien couvent des Jacobins. Autres travaux importants dans le centre-ville, ceux destinés à transformer le mail François Mitterrand.

Ce qui était il y a quelques mois encore un parking pouvant accueillir 400 véhicules se transformera en un grand espace réservé aux piétons dans l’objectif de lier de façon plus fluide le centre-ville et l’ouest de Rennes. Les travaux autour de la gare se poursuivront aussi pour accueillir le futur quartier Eurorennes à l’horizon 2020. Au nord, c’est la zone Maurepas- Gayeulles qui entamera sa rénovation. Les premiers travaux débuteront au printemps 2014 et s’étenderont sur au moins… 15 ans ! Le projet de la mairie prévoit la construction d’environ 1 200 logements et la démolition de 366. Le centre commercial du Gast, implanté au coeur de Maurepas, qui accueillera une station de métro de la ligne B, sera également rénové.

1 – Les marquises de Sévigné : S’il y a une institution culturelle qui met les femmes à l’honneur, c’est bien le Carré Sévigné, à Cesson. Cette année encore, Carole Lardoux, directrice artistique du lieu, se démarque des autres salles de spectacles de Rennes et de ses alentours en proposant une programmation audacieuse que nous serions tentés de qualifier de « féministe », au pire féminine. Meriem Menant, qui inaugurera la saison 2013-2014 le 8 octobre prochain, enfilera, à trois reprises son costume d’Emma la clown.

Côté musique, on attend le trio vocal humoristique Les Amuses Girls, les chanteuses et musiciennes Claire Diterzi, Rokia Traoré, Brigitte Fontaine ou encore Suzy Firth et son spectacle « Women & Song » . On attend particulièrement Modèles, par la compagnie La part des Anges. Les neuf auteures de la pièce et six comédiennes tenteront de répondre à cette question : « Qu’est-ce qu’être une femme en 2013 ? » Côté danse, Passion simple, de la compagnie L’éolienne, explore les mécanismes de la passion à travers quatre solos féminins. Toute la programmation et les infos pratiques sur www.ville-cesson-sevigne.fr

2 – Toutes en Trans : C’est LE rendez-vous culturel de début décembre à Rennes. Les Trans musicales mettront à l’honneur du 5 au 7 décembre prochain les talents émergeants de la scène musiques actuelles. L’édition 2013 est particulièrement attendue puisque le festival fêtera ses 35 ans. Pour autant, Béatrice Macé et Jean-Louis Brossard, co-directeurs de l’ATM (association Trans musicales) ont d’ores et déjà fait savoir qu’il s’agirait d’un « non anniversaire » . On se consolera avec une prog’ dont, à l’heure où nous écrivons ces lignes, vingt-huit noms ont été dévoilés. YEGG attend avec impatience les canadiens de Chic Gamine (quatre chanteuses et un batteur percussionniste).

La formation d’outre Atlantique allie avec une certaine aisance r’n'b, pop et soul music recréant ainsi une ambiance de soirées entre bonnes copines qui donnent de la voix. Autre chanteuse attendue, La Yegros. Elle vient d’Argentine où elle est considérée comme « la reine de l’underground ». L’ATM nous promet « une fête totale » grâce à un mélange de musique traditionnelle de son pays et de danse africaine. Enfin, on garde bien évidemment un oeil sur les quatre rennais de Superets.

3 – Une bouffée d’Aire : Programmation culturelle particulièrement attendue en cette saison 2013-2014 : celle de L’Aire Libre. Le « théâtre pour une parole vivante » implanté à Saint-Jacques de la Lande et racheté en janvier dernier par Maël Le Goff et Émilie Audren, co-directeurs du festival Mythos, fera pour la première fois sa rentrée en même temps que les autres structures rennaises. Si, à l’heure où nous écrivons ces lignes, l’ensemble des rendez-vous n’ont pas été annoncés, on sait d’ores et déjà que cette fin d’année 2013 ne sera pas placée sous le signe de la féminité…

Sur les cinq noms dévoilés sur le site internet du théâtre (parmi lesquels Dominique A), presque pas de femme, hormis le trio allemand She she pop, qui présentera « Testament », du 14 au 16 novembre, dans le cadre du festival Mettre en scène. On compte donc sur l’année 2014 pour redresser la barre. Autre enjeux pour les programmateurs, faire cohabiter des propositions de lieu culturel avec celles de festival. L’Aire Libre deviendra-t-elle la vitrine de Mythos ? À moins que le rendez-vous annuel implanté dans le parc du Thabor permette à une salle de spectacles excentrée de se faire un nom… Réponse dans quelques mois.

Tab title: 
2013 - 2014 : Votre ville en mouvement
Féminisme : Jocelyne Bougeard
Politique : Élections, Engagement, Suivi
Économie : Emplois, Chômage, Retraites
Vie quotidienne : École, Sécurité, Travaux
Culture : Femmes en scène

Pages